Guillaume Peltier va-t-il finir chez Macron ?

Publié le 21 septembre 2018 - par - 14 commentaires - 1 236 vues
Share

On connut le Peltier du Front National de la Jeunesse, lui qui donnait toute sa confiance à Mégret, au point de le suivre dans son aventureuse scission du MNR. Mais la confiance ne se conçoit pas sans succès, aussi Peltier quitta celui à qui il donna celle-ci, et pour lequel il avait déjà trahi celle de Jean-Marie Le Pen.

On connut par la suite le Peltier du MPF qui donnait toute sa confiance à Villiers, lequel en fit un président du Mouvement des Jeunes pour la France, puis un éphémère secrétaire général. Entre-temps ? Avant le MPF ? Eh bien, il lui fallut trouver une pige, ce fut chez Charles Millon. On ne sait s’il lui donna aussi toute sa confiance…

Mais l’adage du succès sans lequel la confiance ne vaut pas – ‘accorder confiance sans rétribution n’est pas jouer’, lui apprit-on sans doute dans son enfance socialiste – le dédouana bien vite de ces engagements ‘insuccessifs’ aurait-on envie de dire ; et le fit continuer de sauter de parti en parti. Il faut dire que le combat politique à droite a toujours été un ‘combat de pauvre’, disait Jean Raspail, un combat riche en fermeté dans ses convictions mais pauvre en subsides ; un combat de gamelles plus électorales que nourricières… En prévint-on suffisamment l’ami Peltier ? Sans doute que non !

Il avoue lui-même n’appartenir à aucune famille de pensée (Le Monde du 16 mars 2006). Pourrait-on conclure qu’il est ouvert à tout, pourvu que ça (lui) rapporte ? Il fut placé en garde à vue pour favoritisme présumé en 2014 dans le cadre peu éclairci de l’affaire Bygmalion. Big millions, diront les mauvaises langues…

Aussi le jeune homme trouva-t-il bien vite une autre famille politique, plus riche en affairisme qu’en convictions – un truc fait pour lui, non ? L’UMP de Copé l’accueillit sans coup férir en 2009.

On connait ce jour le Peltier qui donne toute sa confiance à Wauquiez (cf. RTL le 18 sept.), après l’avoir donnée à Sarkozy, puis à Fillon, puis à…, puis à… Décidément, ce jeune homme a la confiance bien large, sinon très irrésolue !

Il faut bien avouer que sa belle gueule suffit, dans le passé, à lui ouvrir bien des portes. N’est-ce pas sa petite cousine qui disait de lui : ‘C’est un beau parleur, il aime qu’on l’écoute’ ? (Le Monde du 16 mars 2006) ; lui faisait-elle confiance ? On n’est jamais trahi que par les siens…

Quoi qu’il en soit, promu second vice-président de LR, il affirme avec une certitude Colgate qui n’eut d’égale que celle de Lecanuet, qu’avec le nouveau président de Les Républicains, Laurent Wauquiez, ils ont déplacé des montagnes. Perplexité… S’agit-il de montagnes de menue monnaie flottante ? D’idées fluctuantes ? On se perd en conjectures. Gentiment, Élisabeth Martichoux qui l’interviewait ce jour, ne le lui demanda pas. Mais enfin… L’essentiel, selon lui, est d’aborder la période qui vient avec beaucoup de persévérance et de continuité. Une sorte d’apprentissage en quelque sorte… Espérons qu’il y soit bon élève, mais franchement on en doute !

Là où l’on attend ce brillant jeune quadra, ce sera pour les prochaines élections européennes.

Lui qui se veut populiste et en faveur d’une politique sociale au plan économique, dit-il sur RTL dans un aveu qui le ferait passer pour un suppôt de Marine ou de Philippot, n’aurait-il aucun mal avec un parti dont le président du MEDEF, Pierre Gattaz, saluait le programme peu avant la dernière présidentielle (Europe 1, 30 août 2016) ?

Lui qui soutint avec brio la campagne européenne de Villiers en faveur d’une Europe plus confédérale que bruxelloise ne rencontrera-t-il aucune difficulté avec un Parti populaire européen (siège des députés LR à Bruxelles) dont les membres viennent sans coup férir de voter en faveur des sanctions contre la Pologne – et bientôt contre la Hongrie et les autres ? Une Hongrie qui ne semble guère éloignée de ce que désirerait un Villiers.

Allez Peltier ! Courage… Traverse la rue ! Quelques sauts de puce, pardon… Quelques inconstantes confiances de plus et, avec Juppé, tu seras ministre de La République en marche… En marche confiante, bien sûr.

Bertrand du Boullay

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Stefdu53

Une vraie girouette. Parcours classique du parasite politique omniprésent dans les médias et devenu trop courant dans la vie publique

DUFAITREZ

Le Caméléon doit sa survie à son changement de couleur !

patphil

entre djeunes ils se comprennent!
sourire, belles paroles, blablabla

Zebrzoma

Peltier…..une pute itinérante …..nomade..sans trottoir affecté

DESPAIGNE

Excellemment bien résumé!

champy daniel

un arriviste,au fn ET ENSUITE AU MNR DE MEGRET ET ENSUITE DE VILLIERS, on appele cela un arriviste,la suite vous verrez il rejoindra macron,marre de ses pourris la qui detruisent la france depuis des annees,pour etre au fn,il faut du courage,agression,diaboliser,insulter mais toujours fier dans ses bottes our la france,de vrais resistants,pas comme vous peltier

De Profundis Macronibus

Quand on est dans l’opposition, on y reste : pourquoi pas la France Insoumise, de l’extrême drôaaaate à l’extrême gogoche ?

Durocher

Avec Aurore Bergé, ils formeraient un beau couple non ?

bertrand du boullay

?

Dupond

Durocher
Impossible …..il faut se métisser !!! c’est pas moi qui le dit c’est son maitre a penser le magnifique nain hongrois (qui lui prend garde de ne pas se l’appliquer)

Vincent Laparra

Belle analyse, Bertrand.
Ce pôvre homme illustre la définition même du politicien.
Mon inquiétude : combien, dans nos rangs, seraient de la même veine?

Dupond

Dans mon village on dit « il faut goutter a tout pour ne pas mourrir ignorant  » …..Peltier est le champion ….quand on voit sa tete on se doute de suite que ce gars là a des idées politiques bien établies avec geoffroy didier ils font un magifique pendant d’arrivistes
On ne sait pas s’il va s’approcher de wauqiez avec sa droite semie dure ou de macron avec son amalgame droite molle et gauche dure (un peu comme le fromage chevre et vache) il n’a pas encore essayé la FI et ses cocos semis durs

bertrand du boullay

Excellent

Beretvert

Un salaud de plus?