Guillemot-Fourest et Mouchard-Joffrin sont les « has-been » de la coterie médiatico-politique

Publié le 28 juin 2011 - par - 2 047 vues
Share

Comme beaucoup de gens, j’ai écouté l’émission « Des paroles et des actes » consacrée à Marine Le Pen sur France 2. J’ai remarqué la partialité incroyable de David Pujadas. Mais surtout le fait que les deux « observateurs » finaux, à savoir Caroline Fourest née Guillemot et Laurent Mouchard alias Joffrin, contribuaient à cette partialité puisqu’ils étaient tous deux dans le camp des « anti-Le Pen » viscéraux.

Je ne vais pas revenir sur la polémique concernant Laurent Mouchard-Joffrin, qui à l’âge de 25 ans a fait une croisière avec Papa et son grand copain Jean-Marie Le Pen. Il essaie maintenant de nous présenter cela comme un travail de « jeune journaliste » dans une interview sur RMC, c’est vraiment nous prendre pour des imbéciles.

Je ne reviendrai pas non plus sur le fait que la jeune Caroline Fourest née Guillemot a fait effacer de sa biographie Wikipedia tout ce qui pouvait contredire sa pureté « de gauche », en particulier son éducation dans un collège catholique et le fait qu’elle a renié le nom de son père, Guillemot, pour prendre celui de sa mère, Fourest.

Personne n’est responsable des opinions et des options de ses parents. Soit on y adhère, soit on s’y oppose d’une manière véhémente. Cela semblerait que ce soit le cas de Laurent Mouchard-Joffrin et Caroline Guillemot-Fourest, mais la « croisière » avec les Le Pen du premier à 25 ans et l’apologie du Coran et de Mahomet pour la seconde (alors qu’elle est d’un anti-christianisme farouche) montre que tout cela est bien plus compliqué dans leurs têtes.

Au lieu d’assumer ces histoires personnelles et la réelle modernité, Laurent Mouchard et Caroline Guillemot s’accrochent aux branches idéologiques d’un soixante-huitisme qui n’a pas empêché le premier de faire une croisière touristique avec l’« ennemi » Le Pen, et la seconde de se prévaloir d’un « mai 68 » qu’elle n’a même pas connu et d’un féminisme auquel elle n’a aucunement contribué puisqu’elle est née 7 ans plus tard.

Nous sommes en 2011. Depuis les références passéistes de nos deux compères en gauchisme caviar, le mur de Berlin est tombé, la mondialisation heureuse (qu’ils défendent avec véhémence autant que le mahométisme) met des Français au chômage et dans la rue, et le « fascisme » dénoncé par Laurent Mouchard et Caroline Guillemot n’est que du « théâtre » comme l’a si bien avoué Lionel Jospin.

Ces deux personnages sont donc pour moi des « has-been », des personnes du passé, du siècle précédent, qui veulent nous faire croire que nous serions en 1930.

Après leur « prestation » sur France 2 à l’encontre de Marine Le Pen, largement critiquée par les internautes sur tous les sites d’information (y compris ceux de gauche), j’ai eu envie de relire la bande dessinée « Partie de chasse » d’Enki Bilal et Pierre Christin éditée chez Dargaud en… 1983 !

Les auteurs y montrent comme le système oligarchique soviétique se « protégeait » lui-même en éliminant tous les gêneurs, dans de fameuses « parties de chasse » dont les balles perdues ne tueraient tel ou tel pas par hasard.

Laurent Mouchard-Joffrin et Caroline Guillemot-Fourest nous ont fait le coup de la « partie de chasse » sur France 2. Mais pas de chance, nous ne sommes ni en 1930, ni en 1968. Nous sommes en 2011, à l’heure de l’internet et non à l’heure de la Pravda et de Radio-Paris.

Alors je plains ces deux dinosaures du catéchisme monolithique de gauche d’avoir arrêté leurs horloges et d’être des gens du passé, de parfaits « has-been » figés dans un monde virtuel qui n’existe plus, si tant est qu’il ait jamais existé. Et le simple fait qu’ils renient ou réécrivent leurs propres origines en dit long sur leur déni de réalité.

Votre « partie de chasse » sur France 2 a été un échec, Monsieur Mouchard et Mademoiselle Guillemot. Les balles perdues que vous pensiez tirer contre Marine Le Pen se retournent contre vous. Monsieur Mouchard, vous avez osé dire à Marine Le Pen : « Les Français ne vous laisseront pas faire, et les syndicats non plus ». Mais quel déni de démocratie ! Mademoiselle Fourest, vous rapportez dans votre pseudo-biographie de Marine Le Pen tous les ragots contre les Le Pen, mais qui êtes-vous pour vous alimenter à des sources qui sont tellement d’« extrême-droite » que le Front national les a exclues de ses rangs ?

Tous deux, vous prétendez que Marine Le Pen aurait « hérité » du parti de son père, qu’ils formeraient une « dynastie ». Mais quelle mauvaise foi ! Puisque vous prétendez être journalistes d’investigation, vous savez fort bien que Marine Le Pen a été élue présidente par les deux tiers des militants, et que le vote comme le dépouillement ont été faits par des huissiers et un cabinet d’informatique indépendants !

Mademoiselle Guillemot-Fourest, vous qui êtes allée faire une conférence au Parti socialiste sur la laïcité sans même oser dénoncer les « piscines pour musulmanes » de Martine Aubry et les financements déguisés de mosquées avec l’argent public par les élus socialistes, comment osez-vous faire part d’une telle partialité ? Monsieur Mouchard-Joffrin, vous qui avez bénéficié d’une croisière avec votre père – homme d’affaire et alors même qu’il tenait les cordons de la bourse du FN, – et les Le Pen, et qui êtes grassement payé comme directeur du Nouvel Obs, comment osez-vous accuser les Le Pen de vivre « dans un château » ?

Monsieur Mouchard-Joffrin et Mademoiselle Guillemot-Fourest, vous êtes des imposteurs et des fossiles. Votre temps est fini. Définitivement fini. Les peuples d’Europe se révoltent, non pas contre la « droite extrême » comme vous feignez de le faire croire, mais contre les gens comme vous, qui ont trahi l’héritage que leurs pères et leurs nations leur ont légué.

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.