Guyancourt : les musulmans vont-ils décapiter le maire PS avant le ramadan ?

ISLAM-RELIGION-DE-PAIX-ET-DE-DEMOCRATIE (1)
Des Musulmans auraient été « privés » de salle de prière à Guyancourt, nous annonce Le Parisien dans son titre accrocheur, laissant entendre une mesure de rétorsion, une punition, comme lorsqu’on punit un enfant en le privant de dessert et qui, naturellement pique une colère…
http://www.leparisien.fr/guyancourt-78280/guyancourt-la-colere-des-musulmans-prives-de-salle-de-prieres-26-05-2015-4804843.php
Et ils sont tellement contrariés, les Musulmans en question, membres de l’AMG (Association des Musulmans de Guyancourt) qu’ils décident donc, le 26 mai dernier, d’interrompre bruyamment la séance du conseil municipal, afin de réclamer avec véhémence, et en tenue islamique règlementaire ce qu’ils considèrent comme un dû. Arborant barbes, qamis, pantalons feu de plancher, la coalition mâle a donc assiégé la mairie au grand dam du maire demandant « un peu de respect » :


: des musulmans réclament une salle de prière
Sur le site de la mosquée de Guyancourt http://www.mosquee-guyancourt.fr/ on trouve bien des détails, entre éternelles récriminations et pleurnicheries victimaires, sur les justifications supposées de ce « happening » mahométan, la plus importante étant que le Maire serait en faute. Diable, aux yeux de l’AMG, l’édile n’aurait pas tenu sa parole et serait donc presque un parjure! Apprécions le style de la communication dont voici quelques extraits :
« Manifestation: L’AMG organise un grand rassemblement pour la réouverture de la Mosquée fermée pour travaux.Les travaux sont finis depuis bien longtemps et malheureusement M. DELIGNÉ n’a pas tenu son engagement écrit de réouverture pour début janvier 2015, ce qui est inacceptable. Par ce rassemblement nous allons lui demander de tenir son engagement et de remettre le local à la disposition de l’AMG, comme il avait été convenu. Le mois du Ramadan arrive, et des centaines de personnes vont devoir prier dehors. Nous voulons juste vivre notre religion dignement et en paix.
Tous les citoyens et citoyennes sont concernés par cette injustice. Venez donc nombreux :
Le mardi 26 mai 2015 à 18h30 devant la mairie de Guyancourt, 14 rue Ambroise Croizat »
Plus avant on peut lire :
« Pétition Mardi 28 avril 2015
Chers frères et sœurs,
L’Association des Musulmans de Guyancourt vous informe que M. Deligné, Maire de Guyancourt n’a toujours pas signé la convention d’ouverture du local comme cela avait été prévue avec lui début octobre. Nous constatons avec amertume que nos politiques n’ont jusqu’à aujourd’hui pas tenu ni leurs paroles, ni leurs écrits ce qui nous a décidé de faire une pétition pour exprimer notre incompréhension et lui demander de tenir ses engagements envers nous : ses administrés.
Beaucoup d’entre vous, nous ont posé la question : pourquoi le Maire n’ouvre-t-il pas le local comme il avait été prévu ? Eh bien malheureusement, nous n’avons pas de réponses. Nous pouvons juste dire que depuis le début, il cherche constamment des prétextes fallacieux pour ne pas signé cette convention alors même que nous avons toujours répondu à toutes ses demandes, et nous avons toutes les preuves. Il faut bien se rendre à l’évidence ; nous subissons un acharnement et pas seulement de nos élus. En effet, une nouvelle association dirigée par un ancien président de l’AMG se permet de nous accuser de choses toutes plus aberrantes les unes que les autres. »
Cependant le site Lesnouvelles.fr nous donne d’autres sons de cloche:
http://www.lesnouvelles.fr/2015/05/27/salle-de-priere-les-musulmans-interrompent-le-conseil-municipal/
Alors que le président de l’AMG, Rafik Khennab, dont la barbe fleurie et la moustache rasée montrent son attachement à suivre tous les préceptes du « beau modèle », se plaint que la Mairie a trahi un engagement écrit en se rétractant, le maire, lui, dit tout autre chose : « François Deligné, maire (PS) de Guyancourt, justifie ce choix en évoquant «une rupture de confiance» avec l’AMG. «Elle ne respectait plus les clauses de notre engagement, poursuit-t-il. Les horaires fixés n’étaient pas respectés. Parfois, le personnel municipal ne pouvait même pas accéder à la salle. De plus, il n’y avait presque plus de dialogue avec cette association, et nous n’avions jamais le même interlocuteur en face pour essayer de trouver une solution.» Alors que « De son côté, l’AMG considère que la Ville «fuit ses responsabilités et ne permet pas la liberté de culte.» François Deligné rappelle toutefois qu’un autre local existe, à 300 mètres de celui qui suscite actuellement les foudres de l’AMG. «Il est utilisé par une autre association mais est destiné à tous les musulmans de la commune», précise-t-il. » Il y aurait donc aussi du rififi entre les deux associations, l’UMG et l’AMG, suite à une scission, habitude assez fréquente chez les membres de la Oumma, et l’AMG refuserait de fréquenter cette salle…
Cette vidéo prouve que, déjà en octobre 2013, le torchon brûlait entre l’AMG et la municipalité pour les mêmes raisons citées par le Maire et pour un penchant affirmé pour l’occupation de la Mairie, la pratique des prières de rues comme méthode de chantage et l’affichage dans la mosquée de tracts contre la municipalité :