Habas (GODF) agressé aux cris de « Juifs, Juifs, Juifs » : pas d’amalgame !

« … il s’agit probablement… d’ une malade mentale qui, dans un accès paranoïaque, a donné libre cours à son délire dans le complotisme antimaçonnique, l’antisémitisme. »

C’est par ce brillant diagnostic d’un spécialiste mondialement reconnu que Christophe Habas, par ailleurs chef du service de neuro-imagerie à l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris, a clos en quelque sorte le dossier de l’agression aux hydrocarbures dont il a été victime il y a quelques heures à peine.

https://www.europe-israel.org/2017/03/christophe-habas-violemment-agresse-par-une-maghrebine-aux-cris-de-juif-juif-juif/

Si l’on n’y prend garde, et en fermant les yeux, on se dit qu’on est dans les années 30, à l’époque où une extrême-droite française effectivement charpentée se livrait, verbalement notons-le tout de même pour la vérité de l’Histoire, à des attaques ciblées contre les Juifs.

Si l’on ouvre les yeux en 2017, force est de constater que l’acte de guerre a été commis par une maghrébine dont la motivation plusieurs fois hurlée aux oreilles du Grand Maître ne laissait aucun doute sur son origine. « Juif ! Juif ! Juif ! » ! fut bel et bien le cri que répéta la pétroleuse au moment où elle se jetait sur le maçon imprudemment privé d’une escorte qu’il serait bon de lui offrir au nom d’une République habituellement fort généreuse en protections de tous genre.

Maladie mentale, paranoïa, délire, complotisme : voici donc la structure d’un syndrome nouveau permettant au clinicien d’escamoter, sous une terminologie pour initiés, la réalité d’un acte pour lequel je propose quant à moi les termes : Islamhaine, préméditation, djihad. Ce qui, l’on en conviendra, possède le mérite de la clarté pour péquins lambda.

En reculant encore la désignation par son nom propre du moteur de tout cela, le Grand Maître du Grand Orient de France jette une pierre (noire) supplémentaire dans le jardin de notre démocratie. Pour un peu, on le supposerait capable de soupçonner, comme tant d’autres entre médias et gouvernants (pléonasme), quelque acte horrible d’un sous-chien nostalgique du vert-de-gris aux terrasses des cafés parisiens « occupés ». J’en connais d’ailleurs qui se font des ulcères gastriques chaque fois qu’un massacre de masse ou un meurtre isolé n’est pas le fait d’un mécréant possédé par les heures-les-plus-sombres-etc., etc.

Mais non. Alors, pour faire vivre le débat que le bon docteur Habas inaugure, nous répéterons ceci : l’extrême-droite, en France, de nos jours, ne se réunit pas dans une quelconque officine balisée par des francisques, mais bel et bien dans des lieux parfaitement connus de nos services de renseignement, lieux où l’on parle ouvertement de terminer ce que les Nazis avaient commencé, lieux où l’on vient volontiers cagoulé, lieux où résonne une parole plus que millénaire qui dit, inlassablement, les mêmes choses : supériorité, guerre, conquête, fin de l’Histoire par Dieu et par Lui seul.

Ce discours, docteur Habas, n’est tenu ni par des paranoïaques, ni par des délirants, ni par des complotistes, mais tout bêtement par des gens lucides et déterminés à obtenir ce qu’ils cherchent depuis l’époque de nos Mérovingiens.

Jean Sobieski

 

image_pdfimage_print

7 Commentaires

  1. LA FRATERNELLE PARLEMENTAIRE :
    « Ce malheureux évènement nous rappelle les années 1930 et H montée du fascisme. Nous voilà aujourd’hui dans une situation comparable. »
    Si c’est une déséquilibrée, ce n’est pas le retour d’une idéologie Nazifiante !
    L’Agresseur est « Maghrébine », le G O D F, n’a pas entendu parler du procès fait à l’Historien « Bensoussan » par les « Antiracistes », les terroristes et autres djihadistes ont plus souvent sur eux, le Coran, encore récemment, que Mein Kampf.
    J’ignorais que ce monsieur était juif, mais la déséquilibrée, elle, était au courant.Quand une association aspire et prétends défendre des « Valeurs » hautes et humanistes, les premières choses à faire et d’éviter de faire du négationnisme du réel, et de prendre les autres pour des cons.

    • Madeleine, sur les juifs en France, vous êtes loin du compte, il étaient la avant les gaulois soit au moins 2000 ans, vous pouvez vérifier, et bien avant les ancêtres du sieur Sturel.

  2. Ce qu’il y a de certain, Sturel, nom que vous empruntez au jeune héros du roman de l’énergie nationale de Barrès. c’est que vous ne manquez aucune occasion pour exprimer votre antisémitisme. Ne seriez-vous pas un islamique masqué sous un nom gaulois pour cracher votre haine et diviser le camp patriote?

    • Sturel

      Vous dites « aimer le Druidisme et le Christ »

      Mon pauvre ami, encore une « nausée métaphysique » à ajouter à celles dont vous souffrez déjà : Jésus Christ était un rabbin JUIF, fils du rabbin JOSEPH et de Marie mère au foyer.
      Oye ! Oye ! Oye ! prenez vite une aspirine !

      • @Madeleine : Jesus Christ est juif et après ? je m’en fiche qu’il soit juif , c’est un type bien , il est universel , il aime tout le monde , c’est ce qui m’importe , sa religion prône l’amour, ce n’est pas comme celle de Mahomet.

  3. à Sturel

    « Alors ensemble Juifs et Français vivent dans une connerie monumentale… »

    Selon vous, quid des Français Juifs alors ??

  4. Sturel
    Vous êtes d’une bêtise ans nom. Et votre inculture ! Votre raisonnement est celui d’un enfant de 5 ans.
    Juif veut dire être de religion juive.
    Musulman veut dire être de religion musulmane.
    Il y a aussi les Chrétiens, les Protestants, les Bouddhistes, etc…
    Aryen : mot fantasmé par Hitler qui voyaient les Aryens comme issus d’une RACE blanche et pure (ce qui est une idiotie car les unions consanguines répétées depuis plusieurs générations engendrent des enfants victimes de dégénérescence)
    Donc ne mélangez pas religion et race qui sont ont deux significations différentes.
    Sachez enfin que les Juifs sont issus de pays européens. Ceux de France sont Français (certains y ont des racines depuis le 2è siècle, ce qui n’est probablement pas votre cas). Donc Français juif.

Les commentaires sont fermés.