Habib, condamné 2 fois en 3 mois pour apologie du terrorisme

Publié le 14 mars 2016 - par - 1 commentaire - 1 240 vues
Share

ApologieterrorismeHabib, ce détenu décrit comme instable et perturbateur par la directrice de l’établissement pénitentiaire, narcissique sans maladie mentale, selon les expertises psychologiques, est un exemple de plus qui prouve que l’islam ne devrait donc être pratiqué que par des êtres sains d’esprit totalement, sinon risque de radicalisme, voire même de terrorisme… Les exemples commencent à s’empiler assez rapidement depuis quelques années… L’état d’urgence dans lequel notre pays est soumis prouve que le mal est très avancé, parce qu’on n’a pas voulu le voir à temps…

L’islam, “religion de paix”, semblerait bien pour certains de ses adeptes être la cause de leurs déviances pouvant les pousser jusqu’au crime.

Le 9 décembre 2015, quand ce citoyen, Français grâce au droit du sol, est présenté au Palais de justice de Châteauroux, on devine à sa tenue qu’il ne fait, au moins, pas mystère de sa religiosité.

Longue barbe noire, calotte noire sur la tête, pas de “robe” mais une veste de survêtement noire à grosses rayures blanchse, couleur qui ne semble pas due au hasard. La panoplie presque complète de l’adepte de l’islam qui s’échappe de la modération.

CV: né à Paris en 1979, environ 30 mentions au casier judiciaire depuis 1998, incarcéré à partir de 2005 pour nombreux vols, recels, violences sur personnes dépositaires de l’ordre public, violences sur ascendant, évasion, après une permission de sortie, dégradation de biens publics, outrages, récidive d’évasion, récidive de violence, refus de procéder à des empreintes génétiques…

Une fois de plus, on peut noter que la pratique d’une religion ne fait pas de vous un bon samaritain!

Avant d’arriver à la centrale de Saint-Maur en juillet 2015, il était dans celle de Clairvaux.

Ce 9 décembre, il comparaissait devant le tribunal pour apologie du terrorisme et dégradation d’un ordinateur.

Les faits: le 14 novembre (au lendemain des tueries de Paris), après s’être impatienté parce qu’il n’avait pas accès à la douche assez vite, il avait eu à l’adresse d’un surveillant les propos suivants, qu’il a réitérés après à un autre: “Quand vous agissez comme ça, c’est pas étonnant de voir ce qui s’est passé à Paris… C’est le plus beau jour de ma vie… Bravo à mes frères musulmans…” et d’ajouter “vous avez commencé à nous bombarder, il ne faut pas s’étonner de ce qui se passe en France…”

Quelques jours plus tard, entendu au commissariat pour les faits reprochés, il s’énervera, attrapera un ordinateur et le jettera à terre.

Au tribunal, il assure lui-même sa défense. Sûr de lui, il s’exprime aisément et longuement mais ne reconnaît pas les faits. Ses propos n’étaient qu’une forme de blague. Il dit qu’il est DPS et qu’ à Saint-Maur, “on lui cherche la petite bête”… pourtant il l’assure “il marche sur des oeufs”! (sic)… Les surveillants ont raconté n’importe quoi, des inexactitudes… d’ailleurs, il dit qu’il a “porté plainte pour diffamation” (sic!)…”je suis religieux, je ne me cache pas, j’ai ma calotte sur la tête, je n’ai pas rasé ma barbe, je ne suis pas hypocrite…” Il fera comprendre que maintenant, il est sur une meilleure voie (pas pour longtemps, on le verra plus loin!)

La substitut du procureur parle d’un comportement visiblement sans émoi le lendemain du drame du 13 novembre, irrespectueux, inacceptable. Elle requiert au moins 2 ans de prison mais qui pourraient aller jusqu’à 3 ans.

Appelé à s’exprimer à la suite de ce réquisitoire, l’accusé comprend la demande, car dit-il : “elle fait son travail…” et de recommencer son blablabla pour obtenir néanmoins, il le demande, la clémence des juges, car ce serait une injustice de le condamner suite à une histoire de douche…il veut bien être puni pour l’ordinateur, mais pas pour des propos dus à l’énervement…il n’est pas un terroriste, toutes les condamnations qu’il a eus le prouvent…etc… Malgré son laïus, le verdict tombe: 2 ans de prison! Il veut reprendre la parole, le président refuse, alors il se met à crier:

“Je ne les ferai pas, je vais m’évader!”

A ces mots, le président, pas l’air content du tout, se lève rapidement et sort suivi des membres de la Cour… sortie spectaculaire à laquelle je n’avais jamais encore assisté! En même temps, le condamné est sorti de son box direction la case Saint-Maur, non sans avoir avant balayé la salle entière d’un regard haineux: et lui qui disait quelques minutes avant que ce n’était pas son intérêt dans son cas de créer des incidents!

Pourtant, peu de temps après, il se fera à nouveau remarquer. Voir l’article de la NR 36 du 4/3/2016 ci-joint: “Trois ans de prison pour apologie du terrorisme”.

Le 2 mars dernier, il se retrouve à nouveau devant le tribunal de Châteauroux.

Il refuse d’être jugé sans avocat, n’acceptant pas un avocat commis d’office. Monsieur veut choisir! Ceux qu’il avait contactés n’ayant pas pu ou pas voulu le défendre. Le procès se déroulera sans lui.

Nouveaux faits:

Le 14 janvier dernier, selon l’article, dans la geôle du palais de justice de Troyes et sur le chemin de retour à Saint-Maur, les gendarmes, dont l’un “copieusement outragé et insulté”, ont entendu les propos suivants:

“Je veux mourir sous les balles du Raid… lors de ma prochaine perm, je vais me procurer une kalachnikov. Je vais m’équiper d’une ceinture explosive et me faire péter au Trocadéro. J’ai appris à faire une bombe avec une cocotte-minute… Allah Akbar… il va y avoir de grands évènements à Lyon en mars…” et ode aux frères Kouachi et à Coulibaly.

Habib est présenté au tribunal comme un narcissique, sans maladie mentale retenue.

En décembre, il se disait seulement religieux mais pas extrémiste. Ses propos d’alors et ceux plus récents le mettent pourtant dans la case de l’islam radical, comme de plus en plus de ses coreligionnaires emprisonnés et qui sortiront dans un avenir plus ou moins proche. Sous les verrous, on est incapable de les déradicaliser et d’empêcher le prosélytisme. Toutes les mesures prises, isolement, regroupement dans une même prison, rien ne fonctionne, et à leur sortie le pire arrivera donc encore…

Et une fois de plus, on dira, ce n’est pas à cause de l’islam, l’islam religion d’amour et de paix… (on connaît la rengaine) … ceux qui commettent des attentats  ne sont que des fous… Avant le passage à l’acte, ils étaient normaux.

Celui dont je viens de mentionner le cas est normal, tout juste narcissique. On ne peut s’empêcher de penser qu’il peut présenter lui aussi à sa sortie de prison un risque de passage à l’acte et alors on le déclarera fou, pas trop pressés qu’on sera cette fois de le traduire au tribunal pour le juger, si on le juge.

Il semble donc qu’il y ait lieu d’être parfaitement équilibré pour pratiquer l’islam, sinon on devient vite islamiste. Qu’on le veuille ou non, pour en arriver à une telle constatation, c’est bien quand même qu’il y ait quelque part un problème avec l’islam, problème qu’on ne rencontre pas dans les autres religions. Et ce ne peut-être que dans le Coran que se trouve la cause de la radicalisation… Radicalisation qu’on paie vraiment cher… et qu’on paiera encore plus cher puisque maintenant la France va s’équiper de centres de déradicalisation. Le premier centre devrait s’ouvrir bientôt à Beaumont-en-Véron dans l’Indre et Loire et 10 autres sont prévus…

Françoise Lerat

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
myster13

J’ai envie dire rien de neuf à l’ouest, multirécidiviste, haine de notre pays, imbue de leur personne suivant les préceptes de leur religion mortifère, cas typique de ces parasites soi disant français (de papier) mais évidemment c’est la faute aux autres. Les merdias nous expliqueront qu’il était déséquilibré après qu’il ait commis une tuerie en évitant de mentionner en détail son parcours classique de criminel musulman bref une de ces nombreuses chances pour la France… Pour info voici le sort réservé aux patriotes, bien loin de celui des immigrés clandestins qui occupent notre pays : http://www.laprovence.com/actu/faits-divers-en-direct/3844949/prison-ferme-pour-des-militants-dextreme-droite.html