Haïti, indépendante depuis 1804, symbole du chaos et de la misère

Publié le 13 janvier 2020 - par - 35 commentaires

Résultat de recherche d'images pour "photo haiti"

Patrick Bèle, journaliste au Figaro chargé de l’Amérique latine, pose la question suivante :

“Dix ans après le séisme qui fit 280 000 morts et 300 000 blessés, pourquoi Haïti ne se relève-t-elle pas ?”

Je serais tenté de dire que séisme ou pas, les Haïtiens n’ont jamais été en mesure de gérer leur indépendance et sont incapables de prendre le chemin du développement. Rien de bien nouveau depuis que Napoléon leur a accordé la liberté.

Ce pays, indépendant depuis 1804 et première république noire de l’Histoire, surnommée la “Perle des Antilles” au temps de la colonisation, a sombré dans la misère dès son accès à la liberté. Haïti fait partie des pays les plus pauvres du monde depuis des décennies, gangrené par la corruption et la violence.

Haïti : carte

L’ex-Président sud-africain, Thabo Mbeki, que nul ne saurait taxer de racisme, avait d’ailleurs parfaitement analysé le problème des  pays noirs devenus indépendants, mais qui restent désespérément sur le quai, alors que le train du progrès avance inexorablement en faisant reculer la misère sur toute la planète.

Son célèbre discours en 2003, à l’université West Indies de Kingston (Jamaïque), est on ne peut plus lucide :

“Quand nous disons l’histoire de la révolution haïtienne, nous ne devrions pas nous arrêter à la glorieuse victoire de 1804. Nous devrions également parler de ce qui s’est produit après, de ce qui s’est produit après que la diaspora africaine a donné aux Africains de partout le grand cadeau de la première république noire d’Haïti.

À cet égard, nous devons reconnaître que les révolutions américaines et françaises ont réussi à créer les conditions du développement des Américains et Français, tandis que tel n’a pas été le cas d’Haïti. En effet, ce pays a pris une voie diamétralement opposée à celle du développement.

En tant qu’Africains, en Afrique et dans la diaspora africaine, nous devons répondre à la question de savoir pourquoi il y a eu cette divergence d’expérience au lendemain des révolutions américaine, française et haïtienne, qui sont liées. En répondant à cette question, nous pourrons également dire pourquoi, à bien des égards, la condition africaine, certainement en Afrique sub-saharienne, a été catastrophique durant de nombreuses années, en dépit de notre existence comme républiques noires, tel le cas d’Haïti pendant deux cents ans.”

Incompétence, corruption et violence expliquent le naufrage d’Haïti et de la plupart des pays africains. Soixante ans après l’indépendance de l’Afrique, les pourfendeurs de la colonisation tentent de faire porter le chapeau aux Européens, mais qui oserait dire que 216 ans après son indépendance, la faillite d’Haïti est encore la faute des Blancs, éternels coupables ?

Certes, le séisme qui a ravagé cette île des Caraïbes n’a rien arrangé. Un des plus terribles sur l’échelle de Richter, de magnitude 7,3. Tout a été détruit, infrastructures, bâtiments publics, écoles, hôpitaux. Mais 10 ans après cette catastrophe qui fit 280 000 morts et 300 000 blessés, on se demande où sont passés les milliards de l’aide internationale pour la reconstruction et la mission humanitaire.

Le Venezuela a accordé un prêt de 4,2 milliards de dollars pour des projets routiers et agricoles. L’argent s’est évaporé.

Sur 11 millions d’habitants, 400 000 sont en urgence alimentaire et près de la moitié de la population est en situation de besoin. Et la plupart des chantiers sont en retard ou à l’arrêt.

Selon la Banque mondiale, 60 % de la population vit avec 2,4 dollars par jour.

Mais le pire est sans doute la situation sécuritaire catastrophique, avec des groupes armés qui font régner la terreur et mettent le pays en coupe réglée, interdisant tout redressement.

Les ambassades réduisent leur personnel au minimum.

Patrick Bèle nous brosse un tableau plus que sinistre. On a beaucoup écrit par le passé, sur la dictature des Duvalier et les exactions des tristement célèbres Tontons Macoutes, mais apparemment, c’est bien pire aujourd’hui.

Plusieurs quartiers de Port-au-Prince, la capitale, sont aux mains de groupes armés. 50 gangs font régner la terreur et se partagent le pays.

Un de ces chefs de gang, ancien policier qui a bâti sa réputation en brûlant ses victimes, est désormais surnommé “Barbecue” ! Tout un programme.

La population réclame le départ du Président Jovenel  Moïse, mais les milices aux ordres du pouvoir font le ménage en liquidant les opposants et en brûlant leurs maisons.

Le sinistre Barbecue est soupçonné d’avoir massacré 59  hommes, femmes et enfants en novembre 2018 et d’avoir brûlé leurs maisons. La police ne se déplace pas, Barbecue est intouchable.

Kidnappings et braquages meurtriers, trafic de drogue et d’armes, viols, pillages et incendies explosent. Les enquêtes sur les assassinats de journalistes, de militants, de policiers, n’aboutissent jamais, la justice étant à la solde du pouvoir.

Quant à la situation sanitaire, elle est à l’image du niveau d’insécurité. Le chef de la mission MSF résume l’ampleur du désastre, après la réouverture d’un hôpital le 25 novembre 2019 :

“En cinq semaines, nous avons reçu 550 patients. 60 % pour des blessures par balles”.

Voilà dans quel état se trouve Haïti 216 ans après son indépendance. Les pleureuses tiers-mondistes vont-elles nous dire que c’est la faute de Napoléon ?

Les fléaux qui ravagent Haïti sont les mêmes qui entraînent le continent africain par le fond. C’est toute l’Afrique qui retourne à ses démons ancestraux et s’empresse de raser l’héritage colonial.

Incapables de se développer, les Africains ne savent que se lamenter sur leur passé colonial. Tout le Sahel est en train de s’effondrer sous la pression islamiste, mais c’est encore la faute de la France…

En 1962, René Dumont fit scandale en écrivant “L’Afrique noire est mal partie”.

Mais 60 ans plus tard, qui peut nier son discours aussi réaliste que visionnaire ?

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Lotus bleu

Au sujet des noirs américains, les afro-américains, beaucoup sont devenus sérieux, travaillants, studieux, cultivés, intelligents, voire brillants. Par exemple, Martin Luther King, impressionnante son évolution intellectuelle et spirituelle. Pourquoi lui et pas ses semblables Africains? Simple, il était en contact avec les blancs et toute la société américaine.
Avez-vous noté? Martin Luther King changea son nom, il prit le nom de notre célèbre Martin Luther, un pasteur allemand et pas gêné, ajouta Roi au bout.

Lotus bleu

Seul un petit nombre d’Haïtiens et d’Africains sont devenus sérieux, ceux-là sont allés à l’école (pour la plupart chez les blancs) et ont poursuivi leurs études, des fois jusqu’à l’université. Et ceux-là, une fois diplômés, ne veulent pas retourner en Afrique ou en Haïti, pourquoi? Ils sont trop bien chez les blancs.
Pour que Haïti fonctionne, il faut installer que des blancs au pouvoir. Toute l’administration gérée par des blancs jusqu’au président. Mais pas des Français, car eux aussi sont tordus, corrompus, il suffit de voir l’état pitoyable de la France pour s’en convaincre.

Lotus bleu

Le problème avec les Haïtiens, comme avec les Africains, c’est leur cerveau, il est resté sauvage chez beaucoup d’individus et même barbare chez d’autres. Et les Haïtiens qui réussissent à entrer aux USA (Floride) ou au Canada (beaucoup choisissent Montréal) eh bien ils continuent à être sauvage: à déconner, à voler, à commettre des crimes, à violer des femmes (blanches il va s’en dire). Ils ne trouvent pas de travail, car aucun employeur ne les veut dans leur commerce. Alors ils vivent sur l’assistance publique, ceux qui réussissent à l’obtenir, les autres, ne recevant aucune aide financière doivent voler pour survivre ou faire le trafic de drogue.

emerillon

Vous exagérez un petit peu, les intellectuels haïtiens ne pouvant faire évoluer leur pays , et on comprend pourquoi, vont s’installer ailleurs , j’ignorais que d’autres se comportaient si mal, je ne conteste pas, mais sachez que , quand les canadiens partent en bande de copains pour le prostitution infantile , ben il est normal qu’il y ait des retours !

Lotus bleu

Je n’ai pas compris vôtre: «quand les Canadiens partent en bande de copains pour la prostitution infantile…/…des retours» Non seulement je ne comprends pas, mais c’est con ce que vous écrivez. Vous balancez n’importe quoi.
Dites-nous, où vivez-vous? En France ou en Amérique du Nord, ex. en Floride ou au Québec? En France, c’est sûr, pour écrire une telle connerie!
Et quelle est votre nationalité? Haïtienne ou Française? Et même si elle est Française, ça ne prouvera rien car il y a tellement de Français de papier.
Dites-vous plutôt votre race! Mais si vous êtes noir, vous ne nous le direz pas.

Lotus bleu

Et votre: «j’ignorais que d’autres se comportaient si mal» C’est clair, vous vivez en France, vous ignorez totalement ce qui se passe à Miami et à Montréal. Je vis en Amérique du Nord depuis plus de 40 ans, je sais très bien ce qui se passe de ce côté-ci, alors passez votre chemin et continuez à lire Tintin chez les tontons Macoutes.

Lotus bleu

Je ne comprends pas ceux qui critiquent M. Jacques Guillemain parce qu’il a écrit un article sur Haïti et non sur l’islam ou sur l’immigration ou sur Macron.
On peut critiquer M. Guillemain sur son manque d’objectivité sur certains sujets (ceux qu’il ne maîtrise pas) et sur ses a priori (je vous renvoie la balle M. Guillemain), mais certainement pas sur sa culture générale. Être capable de parcourir le monde comme l’auteur le fait, ce ne sont pas tous les Français qui seraient capables de la faire. 1-il faut le vouloir. 2-il faut se documenter, c’est un long travail.

quiditvrai

Jacques Guillemain , même question que sur votre dernier sujet sur Taiwan.
En quoi ce sujet fait avancer la cause de Riposte Laïque.
Dit autrement : en quoi cette perte de focus sur notre mission , cette distraction nous serait utile.
Nous ne sommes pourtant engagés que sur un seul champ de combat à ma connaissance soit l’islam et limmigration incompatible.

Cet article démontre par a + b que l’immigration subsaharienne – QU’ELLE SOIT ISLAMIQUE OU NON – est incompatible et porteuse d’arriération, de sous-développement et de violences.

« Soixante ans après l’indépendance de l’Afrique, les pourfendeurs de la colonisation tentent encore de faire porter le chapeau aux Européens, mais qui oserait dire que 216 ans après son indépendance, la faillite d’Haïti est encore la faute des Blancs, éternels coupables ? »

A mettre en lien avec
L’histoire est raciste : 97 % des découvertes scientifiques viennent des Européens
https://ripostelaique.com/lhistoire-est-raciste-97-des-decouvertes-scientifiques-viennent-des-europeens.html

“On ne peut plus s’interroger sur ce qui se passe chez nous, sans prendre en compte ce qui se passe ailleurs, dans des espaces, qui, même lointains, sont désormais en totale porosité avec le nôtre.”
(Pierre Brochand, ex-patron de la DGSE)
https://www.fondation-res-publica.org/Debat-final_a1225.html

quiditvrai

Les Haïtiens savent qu’il y a mieux ailleurs et ce savoir sera à la base de leur sortie de la misère.
Tôt ou tard des communautés d’honnêtes gens seront le fer de lance d’un mouvement social et politique original qui se chargera de trouver la solution.
Le sentiment d’impuissance ne durera pas toujours car ils savent qu’il y a une porte de sortie. C’est juste qu’ils ne l’ont pas encore trouvée.

C’est pareil pour toute l’Afrique noire, donc à un moment donné, les explications culturelles ou politiques ne fonctionnent plus.
Il y a plus lourd derrière.
Quand on veut, on peut…. à condition de pouvoir.

Voir : https://www.intelligence-humaine.com

PAT050

Cela dénote d’un manque de courage de la part de la communauté internationale à prendre le problème à bras le corps pour qu’Haiti soit sous sa gouvernance.

Thorgal

L’article ne parle pas de l’énorme dette que Haïti a dû payé à la France pour son indépendance !

emerillon

Nous sommes bien d’accord , je cite cependant :
l accord n’est trouvé avec la France qu’en 1838. Le roi Louis-Philippe accepte de réduire l’indemnité à 90 millions, somme qui équivaudrait à 17 milliards d’euros d’aujourd’hui. Pour la régler, le nouvel Etat doit lever de lourds impôts. La dette est soldée en 1883. Mais l’ancienne colonie ne finira de payer les agios de l’emprunt… qu’au milieu du XXe siècle !
…… nous avons bien donc notre part de responsabilité , mais les gouvernants d’Haïti ont su également en tirer profit non ?

Paskal

Est-ce à cause de cette dette pas toute récente que le pays est aux mains de gangsters et de ripoux ? On oublie les atrocités commises en 1805 dans la partie orientale de l’île par Dessalines.
Saluons toutefois la lucidité de Thabo Mbeki si ce n’est que la révolution haïtienne était dans un contexte très différent de l’américaine et de la française.

Thorgal

Le remboursement de cette dette a mis l’économie de l’ile à genou et est grandement responsable de la situation actuelle.

Requiem

Conneries. Si Haiti est un shithole, c’est parce que la population est à 99% afro-descendante, comme disent les indigénistes.
Pas à cause d’une dette qui daterait de 2 siècles.
Ce serait comme dire que si l’Algérie est une république islamique qui ne produit rien et vie aux crochets du colonisateur c’est parce que Louis Phillipe a refusé d’acquitter la dette envers les ottomans qui avaient vendus du blé à la France sous le directoire.
Suffit de voir st Domingue, le voisin d’Haiti. C’est pas Byzance, mais les gens ne s’y massacrent pas à longueur de temps et les touristes finissent pas découpés en morceaux.
On en reviens toujours à la race.
Faudrai savoir, les bronzés, soient vous êtes colonisés et les blancs vous torchent et vous nourrissent, ou indépendants et vous vous démerdez.

Paskal

Je veux bien admettre que cela y ait contribué mais à ce compte là, les Vietnamiens, les Coréens du Sud, les Japonais, les Allemands, devraient crever la dalle.

Thorgal

Sauf que les allemands et japonais ont reçu l’aide des américains pour relever leur économie.

xiep

Faux, l’aide américaine à l’Allemagne après 1945 correspond à exactement à 0,0026 % du montant des pillages alliées en Allemagne……

Eric des Monteils

Ce qui ne peut survivre par ses propres moyens, ses propres forces doit disparaitre. Ce n’est pas demain que cette donnée qui régit toute la création, toutes les espèces, changera comme par miracle. Encore une fois, l’exemple de ce qu’est un comportement ethnique, pour ne pas dire une race, nous est démontré. Aider est mettre sous tutelle, sous domination. On nous le reproche assez comme çà !

Dorylée

Les anciennes colonies françaises en Afrique ont connu le même sort depuis leur indépendance, aggravé en plus par la montée de l’islam, obstacle infranchissable au développement. Et l’Afrique du Sud y court à grandes enjambées. Elle est déjà devenue le pays le plus dangereux au monde où même des responsables politiques appellent au meurtre des blancs.

emerillon

Pour connaître l’état d’esprit des haïtiens , lisez “adieu la Totue ” du père Riou , tout est dit avec justesse et honnèteté !
Haîti pays de misère où l’on fait des enfants dans l’espoir que l’un d’eux sera président de la république ! J’y suis allée , retourné pour comprendre , il en ressort un fort attachement à cette population restée à l’état infantile , qu’on a envie de sauver mais qui , justement par notre regard déclenche cette demande d’assistanat !
Seule une mise en tutelle de ce pays peut encore donner un espoir , mais là nous rentrons dans l’imaginaire ! toute une éducation à revoir !!!! MISERE !

patphil

passez un jour de la république dominicaine à haiti, c’est comme dans les bd de lucky luke, la verdure d’un coté, le désert de l’autre, très étonnant
le même constat peut être tiré au zimbabwé, le pays exportateur de nourriture est devenu stérile
quant au vénézuela, même constat, des zélites corrompues se gavant, des peuples réduit à la mendicité et à la faim
maisbien sur il n’est pas question de tirer des conséquences de ces faits! donnez votre argent svp !

Karpos

« L’histoire d’Haïti peut se résumer en deux lignes : extermination des blancs,– extermination des mulâtres,– extermination des nègres entre eux. »
(Charles Ausone de Chancel, “Cham et Japhet ou De l’émigration des nègres chez les blancs”, chapitre Ier ; Hennuyer, Paris, 1859, p. 13.)

thibault

Le nom de Haiti est faux pour avoir travailler pendant 2 ans le vrai nom de ce “pays” est ,citez par l’ONU, la “RÉPUBLIQUE DES ONG”

Marzia

juste ils dise c est aux blancs de les nourrir ma fille a travailler a haiti

emerillon

Et voilà , vous avez tout résumé

Jill

Les anti-colonialistes devraient se réjouir de la situation d’Haïti.

Raoulpierre

Chut. Faites venir des blancs et des chinois. Allez 5000 au moins et l’île pourrait décoller mais chut. ” faut pa di’e c’est ‘aciste. Toi vaudou bois bande. A’ gent braguette

À apprendre par cœur :
“Soixante ans après l’indépendance de l’Afrique, les pourfendeurs de la colonisation tentent encore de faire porter le chapeau aux Européens, mais qui oserait dire que 216 ans après son indépendance, la faillite d’Haïti est encore la faute des Blancs, éternels coupables ?”

Parler vrai

Thorgal a osé : “L’article ne parle pas de l’énorme dette que Haïti a dû payé à la France pour son indépendance !”

chiartano

il y a encore une cinquantaine d’annees les prof de l’educ etaient sur place au temps des ” tonton macout” comme en tunisie et ailleurs

Lire Aussi