Halal-circoncision : en s’associant aux imams, le rabbinat trahit les juifs français

Nous constatons que le débat impulsé par Riposte Laïque, au lendemain du verdict des juges allemands sur la circoncision rituelle des mineurs, a de l’écho dans la communauté juive. Si certains nous qualifient sans nuance d’extrémistes, voire parfois de nazis, que d’autres, blessés, condamnent nos articles, d’autres juifs, dans la particularité du contexte français, ont un tout autre regard sur nos articles. Ainsi, sur le site « Parole volée », Charles Dalger, connu parfois pour la virulence de certains de ses écrits,  critique-t-il durement l’alignement systématique du rabbinat sur les positions musulmanes, avec quelques arguments des plus intéressants, notamment sur la nouvelle réalité musulmane en France et en Europe, que nous portons à votre connaissance…

Martine Chapouton

EXTRAITS DE L’ARTICLE DE CHARLES DALGER

Un article dans « Riposte Laïque », m’a rappelé l’indignation d’une voyageuse, en Israël, en 2002. La vague de violence nazislamiste était alors à son paroxysme. Chaque jour, des attentats faisaient des victimes israéliennes et chaque jour, pour toutes représailles, les dirigeants israéliens se contentaient de propos martiaux. Cette juive française était révoltée par l’usage de l’arabe sur les panneaux de signalisation de toutes sortes. Elle ne supportait pas que la langue de nos ennemis, restât l’une des langues officielles d’Israël, à côté de l’Hébreu. Et elle avait raison.

(…)

Pour lutter contre l’invasion musulmane, la résistance européenne fait flèche de tout bois. Ainsi, en France, après s’en être pris à l’abattage rituel, nos amis de Riposte Laïque, rappellent que la circoncision est déjà interdite par la loi. Une fois de plus, le rabbinat français réagit en se trompant d’argument, d’alliés et d’ennemis. Faisant front commun sur cette question, avec nos ennemis musulmans, le rabbinat stigmatise une prétendue « extrême droite raciste ». Le rabbinat a tort ! La France n’est pas un pays juif. La circoncision juive y est tacitement tolérée, car elle fait partie de très anciennes coutumes du pays. C’est uniquement cet argument qui devrait être défendu. Par rapport à la population juive, la population musulmane est très récente. Celle née en France n’est que la troisième génération et cette génération est encore jeune. Outre que les Juifs n’ont jamais tenté de se faire rembourser la circoncision par la sécurité sociale, comme les musulmans sont sur le point de l’obtenir, le nombre de Juifs en France va aller en s’amenuisant encore. Il passera bientôt sous le nombre de cinq cent mille, alors que celui des musulmans risque de dépasser les vingt millions dans moins de dix ans. N’importe quel esprit sain comprend que ce que l’on peut tolérer pour quelques uns, on ne peut pas l’accepter pour un très grand nombre.

Hors d’Israël, les Juifs doivent refuser toute législation spécifique, même favorable. En France, des accommodements discrets, au cas par cas, permettent aux Juifs qui le souhaitaient, de respecter leurs obligations religieuses. Même s’ils doivent faire parfois des choix déchirants. Avec l’invasion musulmane, la situation est radicalement différente. Il ne s’agit plus de quelques dizaines de milliers d’individus, mais de plusieurs millions. La revendication religieuse dépasse de très loin la piété. Les musulmans cherchent surtout, à imposer la loi musulmane dans les pays envahis. C’est quasiment fait dans les pays qui, par tradition, acceptent les droits des communautés. Par exemple, le Royaume-Uni, la Belgique, etc. Nous y constatons aujourd’hui, l’ampleur de la catastrophe. Bien que la grosse commission européenne pourrait l’y imposer, le droit communautaire n’existe pas encore en France. En s’associant aux musulmans, ceux qui parlent pour les Juifs en France, ne leurs rendent pas service.

(…)

image_pdf
0
0