Halte aux mensonges du FLN : le 17 octobre 1961, l’armée française n’a tué personne !

Publié le 11 octobre 2020 - par - 34 commentaires - 1 548 vues

L’émission « Décolonisations – du sang et des larmes » sur la 2, mardi soir, n’a pas manqué de signaler ce « mensonge d’État » que fut le 17 octobre 1961 : un rassemblement pacifique du FLN, interdit par la préfecture, après quelques mois où 80 policiers avaient été assassinés, et 4 000 musulmans exécutés, au cours des affrontements sanguinaires entre MNA et FLN.

Et, pour faire bonne mesure, offert la parole à Zorah Drif, cette criminelle qui avait posé, entre autres, une bombe au « Milk-Bar, rue d’Isly, à Alger, massacrant et mutilant femmes et enfants. Bien entendu, elle n’a exprimé aucun regret, dans un excellent français, enseigné par la « colonisation ».

Chaque année, depuis plus d’un demi-siècle, le 17 octobre 1961 revient à la « Une » de l’actualité pour dénoncer les « soi-disant » 200 à 300 victimes (on n’est pas à quelques dizaines près) de la “terrible” répression policière, suite à la manifestation « pacifique » du FLN (interdite par le préfet), qui, rappelons-le, était tout de même l’ennemi en guerre contre la France à cette époque.

Le 18 octobre 1961, lendemain des manifestations, bilan affiché par Maurice Legay, directeur général de la police parisienne : 3 morts.

Les conclusions du rapport officiel de la commission d’enquête, réclamé par le Premier ministre Lionel Jospin et le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement, concernant les évènements du 17 octobre 1961, et qui leur a été remis en 1998, viennent confirmer mes affirmations (sur le quotidien parisien L’Aurore) sur le nombre de victimes comptabilisé au cours des journées des 17 à 20 octobre 1961.

Cette commission, dénommée « La mission » » était composée de :

– M. Dieudonné Mandelkern, président de section au Conseil d’État

– M. André Wiehn, inspecteur général de l’Administration

– Mme Mireille Jean, conservateur aux Archives nationales

– M. Werner Gagneron, inspecteur de l’Administration.

Elle a examiné scrupuleusement les :

– Archives de la préfecture de police

– Archives du ministère de l’Intérieur

– Archives de l’Institut médico-légal

– Dossiers d’enquête de la police judiciaire

– Graphique des entrées de corps « NA » (Nord-Africain) de septembre à fin octobre 1961.

Pour l’ensemble de l’année 1961, 474 dossiers d’enquête pour homicides ont été dénombrés.

275 se rapportaient à des victimes FMA (Français musulmans d’Algérie) tués par arme blanche, arme à feu, strangulation ou noyade. Pour la plupart par règlements de compte entre les mouvements indépendantistes algériens FLN et MNA.

79 des victimes appartenant aux forces de l’ordre (qui avaient bien des raisons légitimes de procéder à une « ratonnade » ce jour-là).

120 des victimes autres que FMA ou forces de l’ordre.

Entre le mois de septembre et le 6 octobre 1961, 90 morts ont été dénombrés, dont 10 dans la seule journée du 3 octobre et 50 cadavres par noyade ont été découverts dans la Seine, la Marne ou les canaux, donc bien avant le 17 octobre.

En ce qui concerne plus particulièrement la manifestation interdite du 17 octobre, le nombre de manifestants était estimé entre 20 et 25 000. Encadrés par des groupes de choc armés. Les instructions du FLN menaçaient de mort les Français musulmans algériens qui n’obéissaient pas aux consignes.

11 358 ont été interpellés.

2 299 ont été transportés de métropole vers l’Algérie après le 17 octobre 1961.

Le ministre de l’Intérieur, lors de la séance du 31 octobre 1961, a fait part aux sénateurs du bilan de 7 morts et 136 blessés hospitalisés entre le 17 et le 20 octobre 1961 :

**Le 17 octobre 1961 j’étais journaliste d’investigation et chroniqueur judiciaire du quotidien «L’Aurore » et j’ai enquêté dès le lendemain auprès de la morgue et des services hospitaliers, également auprès des établissements et des riverains qui longeaient la Seine.

J’ai accompagné le colonel Raymond Montaner, commandant de la Force auxiliaire des harkis de Paris, dont le rôle principal était la protection des Algériens de la région parisienne contre les exactions du FLN, qui a enquêté en compagnie de ses deux adjoints le capitaine de Roujoux et le lieutenant Champsavin et voici le résultat absolument vérifiable de ses conclusions :

Il n’y eut cette nuit du 17 octobre aucune intervention anormale des pompiers parisiens, ni de police secours, ni de la Croix-Rouge, ni d’aucun service d’ambulance.

– Aucun service d’urgence des hôpitaux de Paris et de la banlieue n’a reçu un afflux anormal de blessés

– 2 300 blessés en une seule nuit, cela laisse pourtant des traces, non ? Toutes les urgences et même les cliniques privées auraient dû être totalement débordées. Où sont donc passés ces 2 300 blessés ? Disparus comme par magie ! Il paraîtrait qu’ils auraient été jetés dans la Seine en même temps que les 300 morts !

L’enquête auprès des barrages en aval de Paris n’a révélé aucune découverte de noyés. Pourtant 300 corps ne se dissolvent pas dans l’eau de la Seine. Les berges sur des kilomètres auraient dû être parsemées de cadavres mais aucun riverain n’en a signalé !

Peut-on d’un coup de baguette magique escamoter 300 cadavres ?

Si l’on conteste ces chiffres, que l’on nous donne les noms des 300 morts, et si 2 300 blessés sont passés par les services hospitaliers, les traces existent, qu’on nous les communique.

Alors Messieurs nos gouvernants, Messieurs les sénateurs, parlementaires, Français et Algériens, voici la liste officielle des cadavres « non identifiés » reçus à l’Institut médico-légal entre le 18 et le 21 octobre 1961 :

– Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un soi-disant massacre, l’Institut médico-légal (la morgue), n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA » (NA= Nord- Africain dans la terminologie de l’époque) ;

– Le 17 octobre 1961, de 19 h 30 à 23 heures, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation, un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21 h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ?

– En dehors du périmètre de la manifestation, « seuls » 2 morts furent dénombrés, Abdelkader Déroues, tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune, tué par balle et étranglé, gisant dans une camionnette, également à Puteaux. Rien ne permet de dire qu’ils furent tués par les forces de l’ordre, puisque la manifestation ne se déroulait pas à Puteaux ;

– Le 18 octobre, à 4 heures du matin, le bilan était donc de 3 morts. Nous sommes donc loin des 200 à 300 morts.

Mais, nous dit-on, les cadavres ont été déposés à la morgue les jours suivants.

C’est absolument faux !

**Les archives de l’Institut médico-légal de Paris affirment qu’entre le 18 et le 21 octobre, 4 cadavres de « NA » seulement furent admis à la morgue :

– Le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes

– Le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme

– Le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues.

Mais ceux qui nous gouvernent sont sans doute persuadés que les médecins légistes et les fonctionnaires d’État ont été « payés » ou ont subi des pressions afin de « dissimuler » ces 200 à 300 cadavres… et que depuis plus de cinquante ans ils se taisent !!

Ces archives inscrivant les « entrées de corps « NA » (Nord-Africains) par jour  nous apprennent également que pour tout le mois d’octobre 1961, les 90 corps enregistrés par l’Institut médico-légal étaient, pour la plupart, des victimes du FLN.

Et que pour la totalité de l’année 1961, 308 cadavres de « NA » sont passés par l’IML, la plupart exécutés par le FLN dans sa guerre contre les Messalistes.

Sur ces 308 cadavres de « NA », 34 retrouvés dans la Seine ou la Marne notamment étaient des harkis, des partisans de la France, ou des membres du MNA, une des méthodes d’assassinat du FLN consistant à noyer ses opposants.

Et surtout, ce sont ces mêmes « assassins » du FLN qui étaient les organisateurs de cette manifestation « pacifique ».

Ces chiffres cités dans mes livres et mes articles n’ont jamais été contestés.

On vous trompe, on nous trompe, on les trompe, on ment à la France et aux Français et, forcément, on ment aussi aux Algériens qui ne demandent qu’à croire les informations volontairement erronées qu’ils reçoivent.

STOP ! À présent ça suffit. Il est temps d’accepter la vérité, toute la vérité, sur ce prétendu massacre « inventé » de toute pièce par le Parti communiste français, complice du FLN, après la parution du livre « La bataille de Paris », édité en 1991 et œuvre de l’écrivain Jean-Luc Einaudi, rédacteur à « L’Humanité rouge » et membre influent du PCF, qui n’avait que dix ans en octobre 1961.

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, vous êtes, je le pense, des hommes sincères. Votre ministre de l’Intérieur possède tous les documents officiels concernant la manifestation interdite du 17 octobre 1961.

Ne pensez-vous pas que votre devoir est de tenir informés les parlementaires, les sénateurs et, bien sûr, les Français, sur le nombre véritable de victimes lors de cette manifestation de 1961 ? Et, par la même occasion, que les Algériens en prennent connaissance !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
franta

vous pensez que le president et cie sont sinceres?

Victoire Pavel

Riposte laïque est un site web d’extrême droite créé en septembre 2007 qui se présente comme appartenant au mouvement laïcp 1. À l’origine de plusieurs controverses (rapprochement avec l’extrême droite1, participation à des actions communes avec le Bloc identitaire2), le site consacre la plus grande partie de ses articles à une islamophobie ouvertement déclaréep 2.
(wikipedia)

Natou

Mr Gomez j’adore tous vos articles et en particulier ceux qui font référence à l’Algérie .
Comment ne pas être d’accord avec vous ? Puisque toute ma famille était en Algérie jusqu’à l’indépendance car les # pauvres # ils pensaient pouvoir rester ….. Donc cette histoire je la transpire et une fois de plus vous avez raison !!!!!

Jacques Barrio

Attention à vous cher Manuel Gomez ! N’est-ce pas Albert Camus qui a écrit dans La Peste — je cite de mémoire — ” Celui qui insiste pour dire que deux et deux font quatre finira par etre tué”. …. Et puis il y a aussi la chanson de Guy Béart; ” Celui qui dit la vérité sera exécuté.”…

Miryna

Un membre de ma famille était parmi le service d’ordre cette nuit là et il avait été atterré par la violence des salauds du FLN envers les humbles familles algériennes qui pour l’immense majorité se sont retrouvées là contre leur gré.

GLANDU

Le mensonge est élevé en institution depuis des siècles et surtout pendant les périodes troubles. Revoyez l’histoire depuis 1918 et vous verrez que le mensonge l’emporte sur la vérité.

Gillic

Bel article, merci M Gomez !!!!!!!

faguet

j’y étais . c’était mon anniversaire , j’avais 12 ans ,dans la voiture garée le long du boulevard ,mon père et mon oncle ,communiste dans la manif, Il m’est resté longtemps l’image d’un flic a quelques mètres de la voiture cachée derrière un arbre , le bras tendu visant au pistolet….c’est tragique , les communistes ce sont fait les complices de cette trahison la perte de l’Algérie et ces morts , ces déportés et un pays si riche aujourd’hui dans la misère .,Avec une Algérie française riche ,nous n’aurions pas cette immigration ,les musulmans trop comptant de vivre au soleil .

ISWT

Et Maurice Audin est mort de la grippe.

Jill

Audin un traître qui a eu ce qu’il a mérité.

ISWT

Il n’a jamais été un traître.

Vincent L.

Vous avez raison. Il n’a jamais été traitre au FLN.

ISWT

Il n’a jamais été traître à la France.

ven85

audin,un traite pour haute trahison,pour une fois qu’il y a une justice divine

ISWT

Ce n’est pas de la justice. C’est un assassinat.

HARACA JEAN PIERRE

POURQUOI NE TROUVE ON PLUS LE LIVRE ” LE SILENCE D’ETAT ) DE JEAN JACQUES JORDI QUI RETRACE EN DETAIL TOUS LES EVENEMENTS DE LA GUERRE D’ALGERIE EN AYANT CONSULTE LES ARCHIVES CONTRADICTOIRES

Joël

11 358 ont été interpellés.
Ça a rudement changé aujourd’hui. Un commissariat pris d’assaut et 0 interpellation, aucun coup de feu, aucune intervention du RAID.

Cyprien

Oui lol. On a évolué….

patphil

mais puisqu’ils le disent, et vous verrez que benjamin stora le confirmera, sans preuves bien sur , les poissons carnivores de la seine étaient remarquables pour faire disparaitre tous ces présumés (comme on doit dire) cadavres

katarina

le FLN a dû en tué beaucoup d’algériens, car beaucoup d’algériens été pour l’Algérie Française, d’ailleurs si la France est raciste pourquoi il y a tant d’algériens qui continuent à venir vivre en FRance?

patator06

Les fameux Piranhas de la Seine… C’est pour cela que de nos jours, on ne peut toujours aller barboter… Sans compter les crocodiles des égouts et catacombes!

Claire

Il y eut une cérémonie à Paris, menée par Benjamin Stora (toujours lui) en présence du précédent Maire de Paris et de François Hollande commémorant cet enfumage. Pathétiques d’hypocrisie, les manifestants jetèrent symboliquement une rose vers la Seine pour convaincre du fallacieux drame…On peut comprendre que cette gauche, qui soutint le FLN par idéologie, cautionna encore le besoin de ce dernier de couvrir ses crimes contre des coréligionnaires algériens du MNA, ou ceux qui refusaient le racket. Ainsi, les milliers de familles, qui n’auront jamais vu revenir leurs fils ou frère au pays, se sont fait servir cette légende d'”Algériens noyés dans la Seine” par la police française. Tentative de maintenir une fausse paix sociale au pays et de ne pas ouvrir le cycle des vengeances anti FLN.

Jacques VINENT

On peut rajouter un élément: A l’occasion d’une manif’ interdite mais maintenue, on savait qu’il y allait avoir du grabuge. Toute la presse, locale et nationale, était là, caméra en main. Et aucune image de ces fameux “cadavres flottant sur la Seine”.
Ce qui n’a pas empêché l’imposteur et collabo notoire Benjamin Stora de reprendre à son compte le nombre de morts fixé par le FLN.
Hélas pour lui, celui que Macron a choisi pour “apaiser les tensions entre nos deux pays” a dû rabattre son caquet, faute de preuves et d’éléments factuels, et passer de “plusieurs centaines de morts” à “quelques dizaines”.
Ce qui, en soi, est déjà grotesque.

Clovis

Cela fait 6 décennies que nous sommes honteusement manipulés, et cela empire au fil des ans, dans tous les domaines
Nous vivons une époque ou le faux règne
Pourquoi voulez-vous que cela change ?
Nos cons-citoyens s’en con-tentent, alors, con-tinuons…..

ven85

quand on tiends les mediats on tiends le peuple,depuis plus de 40ans,les mediats et la presse ont ete rachetes par 9 milliardaires,qui ont selectionnes des journalistes de gauche,qui desinforment depuis 40ans,les chaines publiques dont la 2,sont un nid de gauche et extreme gauche,comme france inter,aucun mediats en france n’est libre,digne d’un pays totalitaire,cela permet a la finance mondialiste de mettre au pouvoir leur petit soldat,comme MACRON,elu,sans parti,sans elus mais un matraquage des mediats,1 an avant son election,3 couvertures de paris match(marine le pen= 0,),ne pas oublier les juges rouges aux ordres,qui ont elimines FILLON,qui pouvait etre elu contre macron,en ressortant 2 mois avant,sa femme sont attachee parlementaire,comme les autres deputes et autorises,pourquoi,ressor

Jacques Barrio

Vous avez tout compris Ven85…. Votre formule; ” Quand on tient les médias on tient le peuple” est super…. Je vais la reprendre à mon compte !

Rebbecca Schwartz

Ma communauté connait bien Papon ! le 17 octobre 1961 a récidivé contre le FLN!

Miryna

La Rebecca mythomane barjo et sa soit disant “communauté” qu’elle compare au FLN ! Honte à vous la barjo d’insulter la communauté Juive victime du FLN ainsi que tant d’autres innocentes victimes. Beurk.

Rebbecca Schwartz

Vous récrivez l’histoire avec des lunettes d’un nostalgique inconsolable de l’Algérie -Française ! Élever au rang de valeureux soldats est une insulte suprême faite aux vrais résistants ! un harki est synonyme de collabo .

Miryna

Les harkis étaient en France où le FLN n’avait pas sa place !

Jacques Barrio

A Rebecca Schwartz.

Désolé Mme Schwartz, mais je ne peux pas laisser passer sans réagir votre affirmation péremptoire: ” Un Harki est synonyme de collabo”.

Que savez-vous exactement des Harkis, à part ce que vous dit la télé ou le menteur B. Stora? Etiez_vous dans le Djebel en 1960 et 61 ? J’en doute.
Moi. j’y étais, sous-lieutenant appelé d’une section composée à moitié de Harkis.et à moitié de métropolitains. Tous ces Harkis, des Kabyles, ds volontaires, étaient des soldats courageux et surtout ils aimaient la France et voulaient que l’Algérie reste Française. Mon estime pour ces hommes; ensuite lâchement abandonnés à un sort terrible par de Gaulle, est toujours vivace 60 ans après.

Rebbecca Schwartz

Je suis tout à fait d’accord avec vous M.Brrios. Ces Harkis étaient courageux et impitoyables pour massacrer et violer leurs frères et sœurs. D’après certains témoignages , pour prouver leur allégeance à la France, ils en faisaient plus que ce que leur hiérarchie attendait d’eux .! Un Allemand pourrait reprendre à son compte votre hommage rendu aux Harkis dans votre commentaire , pour remercier les collabos pour services rendus à leur mère patrie de substitution : Deutschland .

Loupgaulois

Tant qu’à faire mettez votre nom algérien c vous serez plus crédible. Je vous emmerde le rayon.

Jill

En effet, une imposture ;ces centaines de victimes, personne ne les a vues ;ni les services d’urgence, ni les hôpitaux, ni les morgues… pas d’ambulances, pas de pompiers ;bref, une nuit comme une autre, plutôt calme.

Lire Aussi