Quelques rappels pour répondre aux mensonges de Tarecq Oubrou sur Sud-Radio

Publié le 12 décembre 2011 - par - 1 205 vues
Share

Je saisis cette occasion pour rappeler certaines vérités suite aux propos débités par M.  Tarecq Oubrou recteur de la mosquée de Bordeaux, sur Sud-Radio aidé dans sa propagande par l’animateur Pascal Bataille.

L’islam oblige les enfants musulmans dès l’âge de six ans à s’initier à la prière et à sept ans à commencer la pratique du ramadan. Et s’ils refusent, ils seront punis jusqu’à ce qu’ils acceptent la foi de Mahomet. D’ailleurs dans certains pays musulmans, le premier jour de jeûne d’un enfant est fêté en apothéose car symboliquement, il vient de faire son entrée dans la ouma par la  grande porte.

Dès son apparition, l’islam a combattu l’hérésie ( zandaqua). Combien de rationalistes furent brûlés au nom de la religion de paix et de tolérance ?

Djah Ibn Dirham fut exécuté par le calife Omeyyade en 743 pour hérésie.

Ibn Al Muqaffa fut exécuté en 760 par le calife abbasside Mansour comme zandiq.

Ibn Abi-l-Awja fut exécuté en 772, il disait : «  Si Dieu est bon, pourquoi existe-t-il des catastrophes, des épidémies… ? »

Salih Bin Abd Al-Quddus exécuté en 783.

Mais le plus célèbre fut sans aucun doute Al-Hallaj (858-922) exécuté à cause de ses paroles blasphématoires envers l’islam. Il passa plusieurs années en prison avant d’être flagellé, mutilé, exposé sur un gibet et finalement décapité et brûlé pour avoir favorisé la piété personnelle plutôt que la froideur de l’islam.

On peut aussi citer la persécution constante des ismaéliens. Un certain seigneur, Abbas de la cité d’ Al Rai,  extermina 100 000 des leurs.

L’islam ne tolère pas l’hérésie. Des poètes, des théologiens, des scientifiques, des philosophes, des mystiques furent crucifiés, pendus, mutilés au nom de l’orthodoxie islamique.

Les écrits d’ Averroès, d’Ibn Hazn, d’Al kindi…. d’Al Razi, d’Ibn Warrad furent brûlés et perdus à jamais.

Il n’y a rien qui différencie l’islam de l’inquisition chrétienne.

M. Pascal Bataille, ignore-t-il que depuis son apparition, l’islam combat sans merci les hérétiques ? Sait-il qu’un apostat est condamné à mort au bout de trois avertissements émis par les autorités religieuses le sonnant de revenir à l’islam et s’il persiste dans son ’erreur’, il est du devoir de chaque  musulman de le tuer ? (hadith du prophète).

M. Taracq Oubrou sait mieux que quiconque lorsqu’on devient ou quand on est né musulman, on le reste pour l’éternité et que l’islam a persécuté durant des siècles les hérétiques ( zindiqs) à commencer par les khâridjites, les chiites, les alaouites, les azraqites, les zaydites, les Ismaéliens, les mutazilites, les druzes, les khubmesihis, les bahaïs, les ahmadis… Mais comme il est habité par la takkia, il ne l’avouera jamais.

Je veux juste poser cette question à M. Taracq Oubrou pour lui rafraîchir la mémoire : qui a décrété une fawta de mise à mort contre Salman Rushdie ? Qui a lancé la condamnation à mort contre Taslima Nasrin ? Et je passe sous silence  les  anonymes qui sont persécutés parce qu’ils ont faussé compagnie au prophète du Dieu de la Mecque…

Et pour terminer, je veux juste éclairer l’esprit de M. Pascal Bataille par cet exemple d’un théologien soudanais du nom de Mahmud Muhammad Taha qui tenta de minimiser le rôle du coran comme source de loi. Il voulait se débarrasser de la charia en adoptant des lois civiles. Il fonda les frères républicains mais les autorités religieuses  du Soudan le déclarèrent coupable d’apostasie. Ses écrits furent brûlés. Il réussit à échapper à la mort durant dix sept ans mais il fut jugé et pendu publiquement à Khartoum en janvier 1985 à l’âge de 76 ans.

L’islam dit  dans ses psaumes : «  Tuez au service d’Allah ceux qui pourraient vous tuer. » ou : « Le bien n’existe que grâce à l’épée et à l’ombre de l’épée. » ou : « Les gens ne peuvent pas devenir obéissants si ce n’est sous la menace de l’épée. » ou encore : «  L’épée est la clef de la porte du paradis, qui ne peut être ouverte que pour les saints combattants. »

 

Qui dit que l’islam est une religion de tolérance ?

Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.