1

Happylal Baby, enfin des repas halal pour Bébé !

Maintenant, même les bébés sont nourris halal.

Sur son site[1], la mosquée de Lyon fait la promotion de « Happylal Baby », la 1re gamme, fabriquée en France, de repas halal pour Bébé !

Ce fabricant s’est donné la double ambition de vouloir simplifier le quotidien des femmes musulmanes tout en régalant leur bébé avec des repas halal, ultra sains et gourmands, pratiques, fabriqués en France et certifiés par l’ARGML qui en tant qu’organisme de contrôle et de certification halal, s’engage et garantit à la communauté musulmane que Happylal Baby est, de manière irréprochable, strictement halal, pour la totalité de ses produits.

Happylal Baby[2], insiste d’ailleurs sur leur immense responsabilité d’apporter aux parents la certitude que les repas sont conformes aux principes de l’Islam.

Avec ses premières recettes à partir de 12 mois, Happylal Baby propose cinq viandes différentes avec des légumes : le bœuf, le veau, le poulet et bientôt, la dinde et l’agneau.

En légiférant sur l’abattage rituel musulman, l’État a implicitement reconnu l’existence d’un commerce de produits alimentaires halal. Les mosquées agréées par l’État sont toujours prêtes à certifier un produit, car elles sont ainsi rémunérées pour la garantie qu’elles apportent au produit à l’issue d’un contrat d’une durée limitée. Il est difficile de savoir à combien s’élèvent ces revenus et comment ils sont répartis. Et ce n’est pas la charte des mosquées du Rhône vantée par Emmanuel Macron qui y changera quelque chose [3]. Les mosquées agréées ont développé des relations privilégiées avec les entreprises de certification. C’est le cas par exemple de SFCVH et de la mosquée de Paris, ARGML et la Mosquée de Lyon.

Le marché halal a surtout été institué par les pays non musulmans pour conquérir les marchés musulmans. Ainsi, en France jusqu’aux années 1990, le halal ne concernait que l’abattage rituel. Mais depuis le halal et le voile sont devenus les marqueurs importants pour les musulmans. Cette conception du pur et de l’impur[4] ne peut qu’inciter à la séparation des espaces et des personnes dans une société multiculturelle et multiconfessionnelle. Mais plus grave encore, dans une société républicaine et laïque cette recherche permanente de la pureté ne peut conduire qu’à une situation conflictuelle voire à une guerre civile.

 

Définition du halal lu sur le site de la mosquée de Lyon :

Le terme halal est un concept émanant des sources scripturaires musulmanes : Le Coran et La Sunna. Il définit ce qui est permis et licite dans la vie du musulman. Il est opposé au « Harâm » qui renvoie à ce qui est interdit. Le Halal est un moyen et une condition pour cheminer vers Le Créateur et revêt donc une importance fondamentale pour les musulmans. Les notions de halal et de haram concernent différents aspects de la vie du musulman et notamment son alimentation.

Johan Zweitakter

[1] http://www.mosquee-lyon.org/

[2] https://www.happylalbaby.com/

[3] 6. Promouvoir la rigueur et la transparence dans la gestion financière des associations cultuelles et culturelles.

[4] Pour l’Ayatollah Khomeynionze choses sont impures : l’urine, l’excrément, le sperme, les ossements, le sang, le chien, le porc, l’homme et la femme non musulmans, le vin, la bière, la sueur du chameau mangeur d’ordures.