Harry ou les errances d’un prince perdu

Publié le 18 mai 2021 - par - 44 commentaires - 1 950 vues
Traduire la page en :

Je ne suis pas Britannique, je suis rarement en accord avec la politique du Royaume-Uni, actuelle ou passée. Mais on ne peut poursuivre des études universitaires couronnées par un doctorat de littérature anglaise sans céder à une attirance qui force le respect. Le Royaume-Uni a une longue et riche histoire pleine de bruit et de fureur, une littérature magnifique, une langue subtile et élégante (quand elle n’est pas américanisée ou polluée par tant de mauvais locuteurs étrangers), des peintres, des musiciens, des penseurs, une culture architecturale et de décoration intérieure raffinée, parfois austère. De surcroît, on n’obtient pas le privilège d’étudier à Oxford ou Cambridge sans qu’un ravissement nous poursuive, de même qu’une rigueur intellectuelle ponctuée de cet esprit que l’on nomme wit, auquel se mêlent l’understatement et un certain sens de l’accueil.

La famille royale

Le Royaume-Uni est une monarchie amputée.
Depuis la Glorieuse Révolution de 1688, mais davantage encore depuis le triomphe systémique de la finance et de ses chacals et la soumission des souverains à ces interdictions qui les ont réduits à l’impuissance : interdiction de s’exprimer sur la politique, interdiction de s’élever contre des Premiers ministres iniques tels que Thatcher et Blair, interdiction de nationaliser ce que les hyènes de la Bourse emploient à leur seul profit, le pays a été livré totalement aux manœuvres républicaines. Car à Londres comme à Paris ou à Rome ou à Washington, les tares de la république sévissent : arrivisme, calculs politicards de bas étage, décisions prises à la corbeille (Wall Street, la City, Francfort), étouffement du bien commun au bénéfice des milieux d’affaires, des grands milliardaires, de tous les parasites de la planète dont les lobbyistes, tels des frelons venimeux et sournois, parsèment assemblées et parlements, de Bruxelles à Tokyo et de Berne à Madrid.

Si importants sont toutefois l’image de la royauté britannique, l’aura qui l’entoure, le symbole qu’elle représente, son efficacité sociale rarement mentionnée (cela ternirait la fable de la République bienfaisante) qu’y attenter c’est la fissurer dangereusement. Les tenants de sa suppression, de moins de 5 % qu’ils étaient il y a vingt ans encore, représentent aujourd’hui près de 15 %. Chaque coup de dague porté contre l’un de ses membres ou contre l’institution la fragilise et accroît le péril de sa disparition.
La belle affaire, dira-t-on. Qu’a-t-on à se préoccuper de cette vieillerie qui coûte à la nation près de 80 milliards par an ? Certes, mais l’on dit rarement que le business (on me pardonnera ce mot vulgaire) royal rapporte plus de 120 milliards. La soustraction effectuée, ce sont environ 40 milliards qui font pencher la balance commerciale vers le haut. Un historien britannique s’était complu à décrire les conséquences de la baisse des revenus de l’aristocratie au XIXe siècle. On pouvait constater alors que des châteaux étaient délaissés, des propriétés vendues et transformées, des domaines supprimés, avec pour résultat un accroissement signalé du chômage : domestiques, jardiniers, métayers, commerçants des villages et des comtés (menuisiers, bouchers, épiciers, tapissiers), cultivateurs, d’autres encore. Tous ces gens, le duc, le comte ou le squire local les faisaient vivre. Eux disparus, ils se retrouvaient gros-jean comme devant et otages de la charité des grands.

Supprimons la royauté et ce sont des millions de Britanniques qui en pâtiront. Le nombre incalculable d’institutions de charité établies par la famille royale et entretenues par elle – car tous, du prince Charles, de la princesse Anne et de leurs frères (malgré quelques brebis galeuses) aux ducs et duchesses de la parenté et leurs enfants, ont un emploi du temps bien rempli et leur action est hautement utile. Ainsi, ce qu’un Sean Connery a constitué en Écosse, un fonds d’aide aux jeunes en recherche d’une formation conduisant à un emploi, Charles l’a fait en Angleterre. Et puis, on ne compte plus les hôpitaux, les dispensaires, les asiles, les écoles, les œuvres diverses établis par la Couronne depuis la nuit des temps ; à quoi il convient d’ajouter le personnel, innombrable, qui y travaille. On serait en droit, je ne l’ignore ni ne le nie, d’affirmer que les défauts de la gent royale qui en déprécient la substance sont légion. Je n’en disconviens pas. Une simple comparaison, pourtant, avec les vices, les souillures, les déchets de la corruption républicaine et soi-disant démocratique suffirait à puissamment mitiger le jugement. Des rois ont trompé leur reine ? Ne regardons pas de trop près les réalités présidentielles, on en rougirait. Et que dire du cirque électoral, des empoignades sordides entre candidats qui se pavanent sur une estrade en clamant : « Votez pour moi, moi, moi ! » « Eux », en effet, car l’unique but de leur candidature est la satisfaction de leur moi, à quoi s’ajoute le souci de s’enrichir en servant les intérêts de la nébuleuse oligarchique planétaire (NOP) dont ils sont les valets intéressés. Et puis quel roi, le moins bon d’entre eux, a-t-il jamais atteint le niveau de médiocrité d’un François Hollande ? Quel souverain d’antan aurait-il eu l’idée scélérate qui fut la sienne d’établir une loi décrétant qu’un individu squattant votre domicile en votre absence en deviendrait le propriétaire légitime au bout de quarante-huit heures ? Quel monarque a-t-il traité de « sans-dents », pour s’en moquer, les plus pauvres de ses sujets ?

Du conte de fée au pourrissement du symbole

La royauté, même amputée, c’est aussi et peut-être surtout la part du rêve à laquelle la majorité des citoyens britanniques aspirent. Elle est en train de virer au cauchemar par la faute d’un rejeton médiocre, psychologiquement fragile, soupçonné de bâtardise et que l’on peine à plaindre en dépit de la tragédie qu’il a vécue en perdant sa mère. Tragédie que des millions d’autres enfants vivent partout dans le monde sans éveiller les dix mille échos de la pleurnicherie médiatique. Il y a vingt ou trente ans, la reine Elizabeth, figure digne et honorable, n’eût sans doute pas cautionné l’idylle dissonante de Harry avec une petite arriviste américaine qui fait tache dans l’ensemble monarchique britannique. Ne mettons pas sur un même pied, pour l’amour du Ciel, leur histoire et celle d’un autre couple, autrefois, lequel sut ravaler son amertume pour ne pas nuire à la couronne.

Personnellement, j’ai toujours détesté Wallis Simpson. Elle a détourné de son devoir un prince qui eût pu être un bon roi. Il a évidemment été faible, séduit par une femme intrigante et ayant une grande expérience des hommes. Mais Édouard VIII avait la fibre sociale et d’autre part répugnait à une guerre que voulait absolument, par haine de l’Allemagne et révérence absolue envers l’omnipotence anglo-américaine, un Churchill haineux, criminel de guerre, poussah vaniteux, magot puant le cigare et le whisky. On reproche à celui qui abdiqua en 1936 d’avoir marché à côté des dignitaires nazis et d’avoir répondu à l’invitation d’Hitler : accusation aussi absurde qu’imbécile. Peut-on juger de Hitler et de ses sbires dans les années 30 avec nos yeux d’aujourd’hui ? Édouard, encore prince de Galles et donc héritier, ne faisait que répondre à des invitations d’État ; pouvait-il deviner les horreurs à venir qui l’eussent incité à décliner les sollicitations d’une Allemagne qui s’était courageusement relevée après les injustices et les humiliations du diktat de Versailles ? Ni lui ni son épouse, par la suite, n’ont proféré de malédiction envers la famille royale, ni ne se sont épanchés devant les caméras d’une parvenue du journalisme à la mode, ni n’ont modulé une quelconque plainte, pleuré misère et lavé leur linge sale à la face du monde.
Harry, garçon instable, peu intelligent, influençable est sous le joug d’une upstart calculatrice, rouée, sournoise, ambitieuse et retorse. Issue, il est vrai, de la fange hollywoodienne, comédienne rompue – il en existe des contrefaçons par milliers à Los Angeles, – elle répand mensonges, lamentations et jérémiades dans toute la presse. Elle s’y entend, la rossarde, à concocter des scénarios larmoyants pour lecteurs et téléspectateurs à l’âme de midinette.

Osons le dire : ce couple mal assorti, insulte à la grandeur de l’Angleterre, n’aurait jamais dû être autorisé à exister, et la reine, sans doute fatiguée par l’âge, a fait preuve en l’occurrence d’une indulgence coupable. Une seule solution est dès lors à considérer : ôter le reste de ses titres, pensions et revenus à ce prince indigne, interdire à lui et à sa dulcinée l’entrée du territoire britannique et effacer, à coups de burin, toute trace de leur nom.

Dr Michel Bugnon-Mordant

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Steph****

“Peut-on juger de Hitler et de ses sbires dans les années 30 avec nos yeux d’aujourd’hui. ? “. Franchement, vous n’avez pas honte ? Même avec des yeux des années 30, il était impossible de ne pas cerner le personnage. Tout était écrit dans son livre déjà. Et les lois raciales et autres discriminations sont arrivées juste après son couronnement. Un peu léger pour un doctorant. À moins que vous ne soyez un nostalgique… Votre diarrhée verbale sur l’immense Churchiil peut le laisser penser. Moi, je préfère l’amateur de cigare au végétarien teuton bourré de pervitine et autres cocktails chimiques.

Schtroumpf grognon

Ah ! Le point de vue de Point de Vue, cela nous manquait.

Juste une critique, pourquoi dater l”amputation” de la monarchie de la Glorieuse Révolution et non de la Grande Rébellion de ce bon Crowmell, voire de la Magna Carta qui est le début du déclin, allez.

Si ça continue comme cela, ils vont finir par rouler à droite.

Lisa

Harry s’est laissé embobiner par une menteuse, une manipulatrice et une ambitieuse sans scrupule.
Le coup du racisme et de la couleur de peau. On a les mêmes.

Une déclaration de harry serait que la cour est un zoo?
J’ai du mal à croire que ce soit lui tout seul l’auteur. Il crache dans la soupe en recitant ce qu’elle lui souffle! Le coup du suicide, aide psy refusée, etc =mensonges ! Si elle allait mal, elle avait un mari !
Elle a su diriger harry vers un psy et il a compris pourquoi il souffrait! C’est elle qui a joué le psy avec peut être des faux souvenirs induits!
D’une façon ou d’une autre cette histoire finira mal!

Aujourd’hui, c’est charity-business et baver sur sa famille. Ca occupe!
Ils jouent aux philanthropes avec l’argent des autres! c’est chic

hello

espérons que le royaume ne verse plus aucun subsiste à ce benêt instable et sa moitié bien entamée

UltraLucide

Beau texte, jusqu’à cette affirmation plus que contestable: “Personnellement, j’ai toujours détesté Wallis Simpson. Elle a détourné de son devoir un prince qui eût pu être un bon roi” et “Mais Édouard VIII avait la fibre sociale et d’autre part répugnait à une guerre que voulait absolument, par haine de l’Allemagne et révérence absolue envers l’omnipotence anglo-américaine, un Churchill haineux, criminel de guerre, poussah vaniteux, magot puant le cigare et le whisky.”.
Wallis Simpson était une agente américaine issue des milieux pro-nazis américains et Edouard était proche des milieux pro-nazis et pacifistes anglais, ceux de Mosley et de Lord Halifax. Votre position falsifie l’Histoire, très dommage.
Le livre de Martin Allen, “Le roi qui a trahi”,serait une lecture saine et utile.

Vanessa

Meghan l’arriviste .

Cyprien

On s’en tape de la monarchie. Sangsues du peuple. Ils ne servent à rien. Vous en êtes encore là ?

Lisa

La révolution française a fait que ceux qui en profitent ne sont pas les mêmes! c’est tout!

astrid

Parce que tous les moldus qui se font élire sont des êtres intègres et parfaitement désinteressés ! Il suffit de mettre des contrôles comme dans les monarchies scandinaves.

a.hourquette d'arre

La Meghan est ce que l’on appelle une personnalité toxique.Dommage pour Harry et tous ceux qui l’approchent.

Marc Paringaux

J’ai adoré votre article, surtout l’avant dernier paragraphe, enfin une vision vraie et juste.

Aux Armes Citoyens

Pour créer des associations, des hôpitaux, des crèches etc…, pourquoi les britanniques ont-ils besoin de la monarchie ?
Comprends pas…

Aux Armes Citoyens

L’Anglais, une langue “subtile” ? Laissez-nous rire…
On ne lui a pas retiré tous ses titres ? Je pensais qu’il était “redevenu normal”, “Monsieur tout-le-monde”, en lui retirant ses titres.
Il a introduit le ver dans le fruit…
Et je suis bien d’accord avec votre conclusion et sur votre analyse de la nana. Tous ses travers, elle les porte sur son faciès.
Le bougre s’est fait piégé. Souhaitons qu’il se réveille. Mais comme il est bête, ça prendra des années. Il paraîtrait qu’il est triste depuis qu’il a quitté la G.B.. Personne ne lui a fait fête à son arrivée aux USA. Il passe quasiment inaperçu.

Filouthai

A titre personnel, je préfère un poussah « puant le whisky et le cigare » et qui s’est battu seul et avec constance contre une puissante machine de guerre nazie,
a un caporal autrichien responsable du plus grand genocide intervenu dans l’Europe contemporaine !
Mais vous avez le droit de choisir vos idoles, même s’il s’agit de dégénérés !

Delcroix

Ca fait longtemps que le prince Harry et Meghan ont été escamotés et remplacés par des sosies. Comme toute la famille royale d’Angleterre d’ailleurs.

Fabiola FERRANTE

Responsable administratif et financier à la retraite, j’ai pratiquement fait une grande partie de ma carrière dans des boîtes anglaises ou américano-anglaises.
Les hommes d’affaires anglais sont redoutables : toujours très calmes, et cependant très stricts, ils ne laissent rien passer et ils ont une éducation à toute épreuve.
J’ai tout appris auprès d’eux : ils ont toujours plusieurs coups d’avance sur leurs concurrents. Le Brexit ne m’a pas étonnée. Ils ont très vite compris où étaient leurs intérêts.

J’espère que le Royaume-Uni saura se préserver de l’immigration. Je crois qu’elle est surtout autour des grandes villes…
De Shakespeare en passant par les Soeurs BRONTË jusqu’à Philippa GREGORY : la littérature anglaise est absolument exceptionnelle de qualité.
Nice to meet you !

Fabiola FERRANTE

Pourquoi est-ce que mon commentaire reste bloqué ????

Fabiola FERRANTE

Mille BRAVOS pour votre article très brillant, absolument génial, pour l’exactitude, la rectitude de votre raisonnement et cependant toute sa profondeur d’étude.
Effectivement, le petit rouquin serait le fils du palefrenier…, mais pour éviter tout traumatisme à ce gamin et aux autres, il vaut mieux mettre un mouchoir par dessus.

Bravo aussi pour votre description détaillée et très exacte de la richesse culturelle anglaise. Je subis son charme et je lis avec délice tout ce qui concerne son histoire, j’adore l’intérieur fleuri, cosy très “british” des maisons anglaises. Et ces châteaux de granit gris-blanc qui ornent cette campagne toujours verte. Et l’amour des Anglais pour leurs animaux, la monte anglaise de leurs beaux chevaux… Un beau pays !
Pauvre Harry, quel dommage pour lui !

Jean-Louis

Thatcher « premier ministre inique »? Vous êtes sérieux là? Pour le reste, assez d’accord avec vous…

Anne-Marie G

D’accord avec vous concernant Thatcher méritant son surnom de “Dame de fer” mais qui si j’en crois la série The Crown n’était pas sans mérite, une roturière imbue de la noblesse du travail et en étant fière face à l’aristocratie hautaine des politiciens tories, et surtout quand elle s’est opposée aux sanctions contre l’Afrique du sud que toute la classe politique ainsi que la Reine voulaient imposer. La Reine est une personne estimable mais pas assez patriote, elle a oeuvré toute sa vie pour le Commonwealth sans se soucier des conséquences sur le peuple autochtone historique. En ce sens ses sentiments chrétiens ont fait le lit du mondialisme qui est en train de tuer la G-B. Thatcher elle était consciente de cela, elle aimait avant tout son pays et pas la terre entière comme la Reine.

Laurent P

“Personnellement, j’ai toujours détesté Wallis Simpson. Elle a détourné de son devoir un prince qui eût pu être un bon roi.”
“un prince qui eût pu être un bon roi”… Vous plaisantez ?
Durant la seconde guerre mondiale, il était prêt à pactiser avec l’Allemagne hitlérienne et à devenir roi en cas d’invasion. C’est LUI, qui a provoqué les raids de bombardiers sur Londres, en lâchant lors d’un dîner avec un ambassadeur Allemand que “les londoniens capituleraient vite s’ils étaient régulièrement bombardés durant suffisamment longtemps”, chose que l’ambassadeur s’est empressé de reporter à Hitler. Pourquoi croyez-vous qu’il a été exilé à Paris après la guerre ? Churchill a été bien magnanime de ne pas le dénoncer pour ce qu’il était : un faible sot, responsable de milliers de morts.

PHIPHI

blum, qui était au pouvoir, a tout fait pour pousser Mussolini dans les bras d’Hitler, a voté contre le réarmement, s’est allié en 34 avec Eugène Fried, chef effectif du PCF, il y aurait effectivement beaucoup à dire sur la période

Dupond

Il serait de notre devoir de créer une cagnotte pour sortir ces deux petits malheureux de la misere

Cyprien

Oui je fais virer un bitcoin immédiatement sur la cagnognotte.

nicolachaos

Les fils de Diana ont toujours été à l’ouest et le prince Harry a toujours été coutumier du fait se déguisant en nazi dans les années 2000 et en faisant n’importe quoi, leurs compagnes respectifs sont tout le temps comparée à Diana à tort alors qu’elles n’ont pas la même classe que la Princesse à leur âge et qu’elles bossent moins pour les déshérités.
Quand au reste de la famille royale c’est mensonges, manipulation et coups tordus et le pire c’est que le respect n’existe pas chez eux, les nombreux dérapages depuis la mort de Diana n’ont jamais été condamné et ils s’en lavent les mains.
Il y aurait du avoir une loi en Angleterre pour protéger l’image de Diana et de punir sévèrement ceux qui ont profané sa mémoire.

Simon Cussonet

Diana n’était DE LOIN pas la sainte que les médias nous abreuvaient !….de plus, elle avait des fréquentations extrêmement douteuse suite à son divorce, cette greluche n’avait rien dans la tête et pour conclure, je doute que le rouquin soit du prince Charles !

Fabiola FERRANTE

Simon Cussonet : absolument d’accord avec vous !

Marc Paringaux

Totalement d’accord, sauf pour la dernière phrase peut-être. On nous fatigue avec Diana ceci, Diana cela. Maintenant nous avons évité de justesse le Meghan ceci, Meghan cela. Toutes les deux savaient parfaitement les avantages et inconvénients de rentrer dans la famille royale. C’est un peu facile et malvenu de couiner après et se plaindre des paparazzi alors qu’on en a largement fait usage est tout aussi malvenu.

nicolachaos

En tout cas elle à fait plus pour les déshérités que les pauvres commentaires niaiseux que vous avez envoyés Honte de cracher sur sa mort TOCARD

finance

C’est le résultat évident d’un mariage morganatique .Elle, une profiteuse sans culture, petite actrice qui cherche à se caser et de plus, demi-négresse dans une maison royale, ça fait tache….Ce pauvre Harry, mouton noir de la Maison d’Angleterre a fait la connerie de sa vie que de choisir cette pétasse qui, non contente d’obtenir titres de noblesse et fortune veut aussi salir la famille royale pour faire parler d’elle encore et encore . Dommage pour la reine, elle n’aurait jamais du accepter ce mariage quitte a rejeter Harry et lui enlever les titres et les revenus. De plus, épouser une femme qui est divorcée ne fait pas partie du protocole mais avec Charles ça n’a été que bis repetitio. Morale: il ne faut pas déroger aux règles protocolaires sous peine de tomber dans le caniveau.

PHIPHI

complotisme à part, la starlette vient d’Hollywood et donc sape consciencieusement la royauté.
Heureusement, elle est aussi stupide que le roux, ce qui est providentiel.
Ce serait une Kate Midelton, ce serait un ravage

René

Un anglais m’a dit qu’il est pour la royauté, mais qu’il sera amené à revoir sa position si Charles devient roi. Et bien que son image soit bonne, et que ça fasse marcher le merchandising, cette famille royale est complètement déconnectée de la vie réelle. Charles a un valet qui lui met du dentifrice sur sa brosse à dent. Au XXIeme siècle…
Harry a beaucoup souffert du traitement infligé à sa mère quand il était plus jeune. On peut croire ou non les rapports de la presse caniveau sur le sujet, mais il a le droit de choisir entre la famille royale et son épouse. Accuser sa femme d’y être pour quelque chose sans n’avoir aucune preuve c’est juste mentir sans vergogne

Marc Paringaux

Allons allons, autant vous avez raison pour ce qui est du dentifrice (mais est-ce vrai ? ) autant le personnage de Meghan ne trompe pas grand monde. Et pour finir sur une note plus personnelle, plus people, si on peut dire, les ex de Harry étaient autrement plus jolies et charismatiques, je sais bien que l’amour rend aveugle, mais à ce point…..

Système

C’est William qui succédera à Elisabeth, pas Charles…

René

L’héritier est encore Charles. Même si elle peut abdiquer en faveur de William, si elle ne le fait pas, les billets de banque de nombreux pays vont devoir s’adapter à ses oreilles

Patapon

Le prince Harry ressemble beaucoup trop au major Ewitt ,écuyer de la princesse Diana,pour ne pas être entaché de batardise.Le pauvre garçon n’y est pour rien.Sans la monarchie ,la Grande Bretagne perdrait beaucoup de son prestige.God save the Queen!

Système

Pas faux ! Mais rappelons que la monarchie britannique a su, à intervalles réguliers, châtier son propre peuple avec cruauté – demandez aux Irlandais et aux Écossais.

Michel Bugnon-Mordant

Dites cela aux gilets jaunes. Vous peinerez à les convaincre que la république est prévenante envers le peuple.

PHIPHI

et aux Vendéens, et aux soldats de 14/18 qui étaient envoyés sans fusil en comptant sur la mort du voisin pour en avoir un.
on bourre le crâne des sans dents d’oublis bien venus

Mörback

Ouai, mais eux, nos alliés (lol) sont dans le camp du Bien….))

Peg

Très bel article!
Quand ce pauvre naïf, ayant retrouvé ses esprits, voudra retrouver sa liberté et un peu de dignité, il se retrouvera en slip.

Aux Armes Citoyens

Peg,
avec une grosse pension alimentaire…
Elles sont rouées, ces diablesses !

PHIPHI

et rien dans le slip, à l’image du cerveau :)

Victor Hallidée

Tout à fait d’accord, notamment avec la conclusion.

Lire Aussi