Haute-Savoie : Bonneville, ses auberges et son laboratoire de djihadistes

Publié le 4 janvier 2017 - par - 9 commentaires - 2 567 vues
Share

Bonneville, un bourg français bien tranquille ou un couvoir de musulmans ? C’est à se demander.

Bonneville c’est 12.000 habitants, son église et sa situation privilégiée en Haute Savoie (entre Annecy et Thonon-les-Bains). A proximité, dans un cadre magnifique hostelleries et auberges à foison, grandes cheminées qui parfument les vallées et au retour d’une bonne balade quoi de mieux que de se réchauffer avec une tomme fondue accompagné d’un petit blanc servi par la dame de Haute-Savoie, celle qui a charmé Francis Cabrel. Rien que le nom, Bonneville, est rassurant et en principe la faune est plutôt composée de chamois et de marmottes que de dromadaires auxquels le climat et le relief ne conviennent pas. Avez-vous déjà vu un chameau faire du ski de fond vous ? Moi non plus même après avoir fini la bouteille en faisant ripailles avec moult fromage et charcuterie du pays.

Et pourtant il semblerait que cette petite ville savoyarde soit une école de formation pour apprentis djihadistes et l’un des ses élèves a même laissé son nom dans la presse en mars 2013. Quand les socialistes belges se vantent de la richesse culturelle de Molenbeek et leurs homologues français de la Seine St-Denis et son bon vivre ensemble Bonneville peut s’enorgueillir d’avoir un laboratoire productif de djihadistes bien formatés. Chacun sa spécialité, il y a des villages fleuris, d’autres de voisins vigilants hé bien là c’est la culture AOC du porteur de kalash équipé ceinture.

Rapidement comme ça, Hop ! Voici le profil du Djamel issu de cette école coranique, extraits seulement sinon on y passe la nuit.

« C’est pour devenir policier qu’il s’est fait naturaliser français », précise sa belle-sœur Saïda

Note de l’auteur: A défaut de devenir Super-man après deux concours ratés, il est devenu musul-man. Ce n’est pas de sa faute.

L’aventure malienne de Djamel Ben Hamdi s’est terminée début mars 2013 par des appels au secours. Caché dans une grotte – de la vallée de l’Amettetaï,, sans eau ni nourriture depuis trois jours, il aurait demandé de l’aide en français au passage de militaires de l’opération Serval. Comme une poignée d’autres, et notamment des enfants-soldats d’Al-Qaida au Maghreb islamique, Djamel s’est rendu sans combattre, sans chercher à mourir en martyr. Mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », il a été écroué.

Donc ratage complet et sans chameau pour boire et se laver. Il est vrai qu’on oublie le désert quand on a vécu à flanc de montagne mais peu importe, la volonté d’Allah vaincra quoiqu’il arrive. Ainsi un nouvel imam fraîchement titulaire a été nommé pour redresser le califat de Haute Savoie, un jeune qui pratique le BlaBlacar pour venir de Château-Chinon où il étudie à Bonneville pour enseigner le Coran en français aux savoyards. Si vous pratiquez le BlaBlaCar ne lui demandez pas de mettre la ceinture sinon je crains le pire. Voici ce que l’on peut retenir du personnage prénommé Oussama Khallouf, encore un savoyard de souche.

Jeans et baskets, blouson, une barbichette de post-ado pas rasé, iPhone scotché à la main, Oussama Khallouf a, hors de la mosquée, un look ordinaire. Et un sourire à faire pâmer les filles. On ne l’interrogera pas à ce sujet, lui qui ne serre pas beaucoup de mains féminines «non pas parce qu’elles seraient des êtres inférieurs ou impurs comme racontent certains mais par respect, parce que la main est une partie du corps».

Bon début, le gars fait la bise aux fidèles mâles mais pas aux filles, même pas un serrage de main. Plus tard on verra que l’individu est progressiste.

On le rencontre au premier étage d’une bâtisse du centre-ville de Bonneville, à 50 mètres de l’église. La salle de prière est étroite mais les fidèles se serrent. Ici on ne peut pas prier au-dehors «parce qu’il y a des pierres du vieux château qui parfois tombent», rigole Abdelkrim, un fidèle.

Pour info ils auront bientôt une mosquée dont voici la photo :

Oussama a enfilé le qamis blanc (robe) et une coiffe de la même couleur. Assis sur le minbar (chaire), il clame en arabe et français un sermon où il est question de fraternité et de l’interdiction de dénigrer. Vingt ans et déjà prêcheur? Les anciens qui l’écoutent ne sont pas troublés. Ils respectent l’érudit et le «récitateur». Car le gamin à 12 ans connaissait le Coran par cœur. En 2014, il fut à Paris finaliste du 12e Concours national de mémorisation du texte sacré. Mais Oussama est avant tout étudiant à l’Institut européen des sciences humaines (IESH) de Château-Chinon ouvert en 1992 par l’Union des Organisations islamiques de France (UOIF, proche des Frères musulmans).

Deux cents étudiants dans chaque volée, 60% d’hommes barbus qui ne deviendront pas tous imams, 40% de femmes voilées destinées à être des enseignantes, des universitaires, des chercheuses. En cours elles sont assises derrière les garçons. Normal cela? «Avant l’avènement de l’islam, les filles n’étaient pas des êtres humains, beaucoup étaient tuées à la naissance, les musulmans les ont protégées et leur ont donné une existence», argue Oussama. Le voile lui aussi protège, enchaîne-t-il.

Ben voyons l’islam les protège. En interdisant le permis de conduire sous peine de lapidation, le droit de vote, le droit de se promener seule, le droit d’épouser l’amoureux de son choix. Le reste de l’article est à l’avenant, je l’ai placé en dessous et c’est assez édifiant.

La relève des musulmans dans la région est donc assurée par un jeune imam parlant l’arabe comme le français. Il faut s’attendre à des Djamel Ben Hamdi mais mieux formés. Les éléphants d’Hannibal avaient franchi les Alpes, les musulmans les contournent. Delenda muslim.

      ————————————————————-

Suite de l’article:

Les frais de scolarité s’élèvent à 3500 euros par an. C’est cher, alors Oussama se débrouille. La mosquée de Mâcon organise des quêtes pour l’aider et l’Association culturelle des Maghrébins de Bonneville participe. «On paie ses déplacements, on le nourrit et on le loge», précise Djamal Benchabana, médecin urgentiste et l’une des figures de la communauté musulmane locale.

Mais pourquoi aller chercher si loin un si jeune imam? Réponse: «Le nôtre est âgé et il ne prêche qu’en arabe. Et nous avons des jeunes par ici qui nous causent beaucoup de soucis. On a pensé qu’Oussama pourrait peut-être avoir une bonne influence.»

Ils sont une vingtaine, des radicalisés, qui ont créé leur propre association, ont leur prédicateur et vont chercher sur Internet du «n’importe quoi», disent les anciens. Ces jeunes sont connus. Ils étaient trois au début, désœuvrés, dealant avec d’autres du cannabis. «Ils ont commencé à venir à la mosquée mais leur comportement était incorrect, la crainte était qu’ils pourrissent les autres jeunes, on les a exclus», indique Djamal. Ils ont retrouvé les copains de la rue mais auraient abandonné le business de la drogue au profit d’une pratique radicale de leur religion. «Le danger est qu’ils font du travail de terrain», enchaîne Oussama. Qui confie qu’ils sont déjà venus le «tester», c’est-à-dire l’écouter. Que pourrait-il leur dire? Son école l’initie aux réalités socio-culturelles françaises, mais Oussama en sait déjà beaucoup à ce sujet. «La misère sociale et les injustices sont les premières raisons de la radicalisation», insiste-t-il. La vallée de l’Arve et ses entreprises de décolletage florissantes dans les années 70 ont embauché des milliers de Maghrébins. Leurs petits-fils vivent dans une tout autre époque, où l’emploi est rare. Oussama poursuit: «J’ai déjà rencontré des radicalisés, je les interroge sur le niveau de leur science, ce qu’ils connaissent et je leur dis qu’ils ne sont pas compétents pour comprendre la parole du Prophète. Mais ils savent jouer sur certains versets à équivoque que des prêcheurs sur des vidéos interprètent comme bon leur semble. Les convaincre qu’ils ont tort paraît impossible mais l’islam est une religion de patience, alors je mise sur ma patience.»

Il a fallu également beaucoup de patience aux musulmans de Bonneville avant que les autorités municipales n’acceptent de leur vendre un terrain pour y construire une «vraie» mosquée. Celle-ci devrait ouvrir en 2018. 4200 m2, 700 personnes accueillies, une architecture moderne avec une coupole, une école pour apprendre la langue arabe et le Coran. Oussama estime que ce type de lieu ouvert et moderne rend la fierté et la dignité et peut marginaliser le discours intégriste. Et lui donner envie d’y «bosser» à plein-temps, sitôt le doctorat décroché.

                                               Photographie du muslim prétendu modéré.

Philippe Legrand

(1) http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/La-derive-d-un-djihadiste-francais-598130 Historique du JDD de Djamel.

Print Friendly, PDF & Email
Share

9 réponses à “Haute-Savoie : Bonneville, ses auberges et son laboratoire de djihadistes”

  1. Mcgregor dit :

    Et la reine de saba ? elle a bien vécu avant l’islam comme bien d’autre a des rand beaucoup plus élevé que derière un voile…. et tout ceci avant l’islam d’ailleur Mahomet lui même a prfité d’une veuve riche donc propriétaire

  2. Bardon francis dit :

    J ai pas fini car il ya pas mal de chose à dire sur la colonisation de l islam en France…La police ne vient pas à bout des cités .ils se font attaquer brûlés tuer chez eux les Francais se font tuer aux terrasses, des camions les écrasent …lMais le gouvernement ne place pas cette secte fermé comme dangereuse….alors qu’ il la fait pour des sectes pour un mort.D autre part l islam fait bien sa préparation pour nous coloniser maintenant ce n est plus seulement une religion mais un parti politique quii s implique dans la république..sur Facebook la page L UNION DES MUSULMANS DEMOCRATES DE FRANCE..Ça y est ont y arrive bientôt un leader musulmans.Alors.Mrs les gouvernements vous avez de la merde dans les yeux..il faut réagir et marine représente ceux quattachui veulent sauver la france

  3. Bardon francis dit :

    Ont est en train de devenir des etrangers dans notre propre pays…avec la création des mosquées partout.
    .et la taxe alhal qui veut en construire d autres avec l argent de la France passant par le rsa les allocs et la prime de noel accepté par les islamistes cette article d une association de radicalises…pourquoi pas….une fabrique de terroristes pourquoi pas..c est mosquées sont les futurs mairie de la France islamiste….elle seront aussi le lien avec les radicalises et les terroristes et ceux sont modérés. ..tout se prépare…la langue arabe pour les petits maghrébins qui remplissent les ecoles d ile de France et des grande villes la futur génération de France..en préparation par Tata Belkacem…..les lieux de prieres pour tous les musulmans au travail par tata el komri

  4. Suisse Laurent dit :

    Bien sûr ce genre d’info restent sous silence ou est passée dans un fourre tout si possible entremêlée de fait divers concons où sordides, merci au gens du cru de confirmer à quel point notre pays est sous la babouche! je m’en suis rendu compte par moi même et pas que dans les grandes citées! en 2010 je suis parti de Clermont Ferrand direction Grenoble,par la route des écoliers! Bien que briefé par une amie sur ce à quoi j’allais être confronté: thiers :des djihadistes du kossovo barbus patilulaires et dangereux ( qui à laisser rentrer ces ordures en France?) Saint Etienne: un vivier de muzz! Saint chamond à rebaptiser saint Chameau! et point d’orgue, bouquet final sublime: Grenoble ou les pachtounes radoteurs sont effectivement plus nombreux que les petits ramoneurs!

  5. Dominique dit :

    Espérons que la célèbre fondue savoyarde ne soit pas interdite pour cause d’être trop haram!

  6. danielle dit :

    je connais bien Bonneville…et d’autres villes de Haute-Savoie…cela fait 30 ans que j’ai vu le changement des femmes musulmanes :de jeunes filles parfois délurées elles sont devenues de « vraies « musulmanes avec tenues conforme …je ne parle pas des mecs car il y a de plus en plus de jeunes habillé à la mode « islamique »…C’est une belle région que j’ai quitté récemment pour un petit village sans trop de commodités mais ou je me sens en France(je ne suis pas raciste ,mon mari est d’origine Kabyle et est un apostat de l’islam)

    • Philippe Legrand dit :

      A ma connaissance personne n’est raciste dans la rédaction mais nous sommes souvent pris pour tel. Nous dénonçons les dangers de l’islam, la violence de certains musulmans et le silence des autres devant cette violence.

      • Suisse Laurent dit :

        Hormis quelques cas pathologiques,je ne connais que peu de racistes épidermiques en revanche des gens qui ont des préférences ethniques souvent liées à des religions qui n’ont pas notre approbation: disons notre caution morale, c’est plutôt les mauvaises rencontres, les mauvaises vibrations avec les pratiquants de ces cultes peu fréquentables nous amènent à vouloir les éviter,mais de par l’expansionnisme et la politique pro-islam forcenée du moment les éviter devient une gageure,donc pour ma part le divorce est consommé: je garde la maison, le pognon et ces crabes dégagent se curer les pinces ailleurs!