Henry de Lesquen ose défendre la légitime défense

L’ancien directeur de Radio Courtoisie ne craint pas la controverse. Il s’indigne lorsque quelqu’un est « jeté en taule » parce qu’il s’est défendu contre ses agresseurs ou ses voleurs. Henry de Lesquen évoque quelques affaires récentes et dit sa répugnance pour une magistrature qui juge à l’inverse de la justice : « les honnêtes gens vont en prison, les délinquants sont libérés et pas tellement inquiétés ».

« La légitime défense, c’est mon droit, c’est le vôtre »

Il rappelle que l’État a été conçu pour sortir de l’anarchie et mettre fin à la vengeance privée. On saisit alors la justice. « mais il n’en va pas de même quand on subit une menace immédiate ou une agression. dans ce cas on a le droit de se défendre, la défense est légitime ». Henry de Lesquen va plus loin : « la légitime défense est un pléonasme car la défense est toujours légitime ». Bien vu ! Il enfonce encore le clou en constatant que nous n’avons jamais donné le droit à l’État de nous priver de nos droits fondamentaux. « Se défendre est le premier des droits de l’homme ». Bien pensé encore !

Comment expliquer que l’individu n’est plus défendu par l’État ?

C’est le monde à l’envers. « il y a une jurisprudence tendancieuse due au fait que beaucoup de magistrats sont de gauche et que la loi est mal faite ». Et de considérer l’article 122-5 du code pénal comme un « discours emberlificoté ».

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction. » Cf : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006417218&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=19940301

Henry de Lesquen s’emporte : « je ne suis pas d’accord. On devrait avoir le droit de tuer un cambrioleur parce que si un cambrioleur se fait tuer, ce sont les risques du métier de cambrioleur ».

Poursuivons l’idée : « il faut reconnaître dans la loi le droit de tirer sur un voleur, pour l’imposer aux magistrats ». « la notion de proportionnalité autorise tout le laxisme ».

De l’article 122-6 « Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l’acte : 1° Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ; 2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence. » Cf : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006417219&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=19940301, il estime : « c’est le minimum, mais pourquoi seulement de nuit ? et pourquoi seulement dans un lieu habité ? pourquoi avec violence ? même sans violence ! le pillage doit pouvoir être repoussé les armes à la main ! Il faut donc modifier la loi et élargir la notion de défense légitime. Il faut également autoriser les citoyens à porter des armes comme cela existe dans les meilleurs États des États-Unis ».

En conséquence de quoi Henry de Lesquen propose de modifier le Code pénal et amorce quelques pistes.

Légitime défense, c’est mon droit

https://youtu.be/2OcEKlR6-YY

lien de secours https://youtu.be/2OcEKlR6-YY

Henri de Lesquen : Le président de la République, Emmanuel Macron, devrait être jugé pour haute trahison 

« Ce scélérat de président de la République nommé Macron, ce scélérat a voulu opposer dans une manœuvre de propagande basse Patriotisme à Nationalisme… Il l’a fait alors que lui-même rejette la patrie parce qu’un cosmopolite par définition rejette la patrie… cet homme, cet individu je préfère dire, a dit que la France n’avait pas de culture, pas de culture française, pas d’art français, et que la France est éternellement coupable de crimes contre l’humanité dans son œuvre civilisatrice. 

C’est épouvantable, donc en réalité, il nie la patrie, il nie également la nation et veut transférer la souveraineté au niveau européen, ce qui est un acte de forfaiture. 

Dans une société bien réglée, cela devrait le conduire devant un tribunal, devant la Haute Cour de justice pour crime de haute trahison. La souveraineté n’a pas le don d’ubiquité. Et quand le chef de l’État censé appliquer la Constitution qui affirme la souveraineté de la nation dit qu’il veut la transférer, il commet un acte de trahison par le but qu’il exprime… »

lien de secours