Herblay : un exemple précis des manipulations politiciennes du CCIF

Publié le 18 avril 2011 - par - 810 vues
Share

Copie :

Monsieur le maire d’Herblay (Patrick Barbe)
Monsieur le Directeur de Cabinet (Michel Ferrer)
Monsieur l’Adjoint au Maire délégué à la jeunesse, aux accueils de loisirs et aux sports (Daniel Lemoine)
Monsieur le directeur général adjoint des services « Education, jeunesse, sport et finances” (Pascal Stehlin)
Au média www.vonews.fr

En pièce jointe : le tract original diffusé par FRANCE3

Objet : Lettre ouverte au CCIF concernant sa réaction relative à la correspondance privée de M. le responsable du service des sports et de la jeunesse de la municipalité d’Herblay

Mesdames et/ou Messieurs les animateurs du Collectif Contre l’Islamophobie en France, votre site internet ( http://www.islamophobie.net/art_read.php?ai=566 ) nous a appris les agissements que vous attribuez au “responsable du service des sports et de la jeunesse de la municipalité d’Herblay”. Celui-ci aurait diffusé dans sa correspondance privée un document employant un terme insultant envers les arabes musulmans ; ce mail a ensuite fait l’objet d’une large diffusion dans le cadre de la campagne électorale pour les cantonales.
Les membres du Collectif Apolitique Républicain et Laïque du Val d’Oise (CARL95) que je préside n’ont pu rester indifférents à cette situation pour plusieurs raisons.

D’abord, notre attachement aux principes républicains qui accordent la même dignité à tous les individus quels que soient leur race, leurs orientations spirituelles ou leur genre nous conduit à critiquer la diffusion de ce mail personnel au contenu limite qui se voulait sans doute humoristique.

Cependant, attaché également à la liberté de conscience, nous ne pouvons que trouver fort déplacées vos attaques ad hominem envers le responsable du service des sports et de la jeunesse de la municipalité d’Herblay pour un mail de correspondance personnelle avant toute enquête et sur le coup de l’émotion de sa diffusion sauvage. Pour votre information, la justice a déjà reconnu à de nombreuses reprises les droits de confidencialité inhérents à des correspondances privées envoyées ou reçues au poste de travail.

Par ailleurs, l’appui du CCIF à la manipulation politique consistant à rendre publique une communication privée, un mois après son envoi et sans élément de contexte, discrédite passablement votre combat qui, s’il s’attache réellement à faire respecter le bon droit des français, devrait avoir à coeur de s’abstraire du climat de politique partisane d’une campagne électorale afin de viser une certaine sérénité.
Le CARL95 qui ne désire pas ni manipuler, ni être manipulé par des forces politiques a donc attendu la fin des élections cantonnales pour prendre position.

L’attachement aux principes républicains cité plus haut, nous incite également à condamner ce qui est à l’origine de ce tract : à savoir les occupations de l’espace public pratiquées illégalement depuis des années par des hommes qui agissent au nom de l’islam au plus grand mépris de la loi républicaine.

Nous tomberons sûrement d’accord pour dire que ce mail personnel n’aurait jamais existé si le fait qu’il dénonce n’avait pas lui même existé auparavant.
Ainsi, nous constatons avec étonnement que le CCIF, qui se dit préoccupé par la discrimination dont souffriraient les personnes de confession musulmane en France, n’adresse pas la moindre critique relative à ces rassemblements à caractère prosélyte qui :
• s’accaparent des parts du domaine public à leur seul profit,
• violent la liberté fondamentale d’aller et venir de tous et
• donnent donc à l’islam cette image si visiblement liberticide et contraire à nos valeurs laïques.

Par ailleurs, il relève de la raison la plus élémentaire que de remarquer que si ce tract est une action très limitée dans le temps, l’espace et le nombre de personnes qu’il touche, les occupations illégales dont nous parlons durent depuis plusieurs années dans plusieurs villes de France (Puteaux, Goussainville, Montreuil, Clichy, Marseille, Paris, Les Ulis, Drancy, Toulouse, Nice, et tant d’autres) et représentent une offensive généralisée connue et réprouvée dans le monde entier .

Pourquoi condamner ainsi le fait le plus léger et passer sous silence le fait massif qui en est la cause ?

De telles différences de traitement ne peuvent qu’exaspérer une part de plus en plus importante de la population française qui entend que ses lois soient appliquées à tous sans distinction de race, de confession ou de sexe.

Pour notre part, nous saurons continuer à regretter les provocations d’un coté comme de l’autre mais saurons aussi mesurer l’écart de dangerosité qui existent entre,
• d’une part, une action individuelle de ras le bol face à l’incapacité de certains élus à faire respecter nos lois (envoi d’un mail au ton limite à des correspondants privés), et,
• d’autre part, des actions collectives, illégales et impunies qui visent l’affaiblissement des principes républicains et laïques de notre pays depuis plusieurs dizaines d’années selon un plan déterminé (prières de rues).

Votre défense exclusive de l’islam (“Nulle contrainte en religion”) semble vous interdire de concevoir l’intérêt général qu’il y a à ce que toutes les religions aient leur pratique encadrée par un état laïque.

Quand cette religion se double comme chez vous d’une volonté politique de faire appliquer en France les lois ségrégationnistes, sexistes, homophobes et théocratiques de la charia, il relève “de l’honneur, du bon sens et de l’intérêt supérieur de la patrie” de s’y opposer comme nous le faisons à notre niveau au sein de notre collectif.

Selda

Président du CARL95

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.