Bretagne : Hermine empaillée et Glaive en bois

Publié le 27 août 2016 - par - 1 commentaire
Share

av le Drian toujours absent à la région bretagne
Avec les événements survenus en Corse entre maghrébins et Corses, nous pouvons nous poser la question de savoir ce qui se passe en Bretagne.

La Bretagne n’a jamais eu de véritable organisation clandestine, surtout depuis la fin des années 70. Il est vrai que dans les années 60, on arrêtait et emprisonnait des prêtres proches de l’abbé Marsel Klerg, pour des attentats commis par le FLB et le FLB.ARB, qu’en 1978, l’organisation bretonne faisait sauter une aile du château de Versailles ou en 1972, la maison de Francis BOUYGUES avec l’aide de la DST ! Mais la Bretagne n’a jamais atteint le niveau de la Corse et de l’Euskadi (Pays Basque). D’ailleurs, les seuls liens que l’organisation bretonne entretient sont ceux avec le Pays Basque, et ce, depuis la guerre d’Espagne. La campagne bretonne a toujours été une terre d’accueil pour les militants basques en cavale. C’est grâce à cette amitié, qu’en 1999, l’ETA vole plus de 8 tonnes de dynamites dans les Côtes d’Armor.

Le peuple breton est tolérant avec ses diverses organisations indépendantistes, sachant rarement les nommer et encore moins leurs positions politiques. Elles font sympathiques dans le paysage, entre le kouign amann et les menhirs. L’image de leurs membres se limite à des babas cool, barbus écoutant de la harpe celtique, en buvant de l’hydromel, très loin d’hommes cagoulés armés. Aujourd’hui, ces pseudo-contestataires sont issus d’une frange fragile de la société, jeunes chômeurs, rmistes, etc., voire de doux rêveurs. Seules, les contestations agricoles ou fiscales mobilisent encore un peu l’âme bretonne, comme lors des mouvements des Bonnets Rouges, mais après … pchit ! C’est étonnant, car la culture bretonne foisonne. Cercles celtiques, festivals, fest noz attirent des foules, dont beaucoup de jeunes, mais toujours pas cette fierté, pour ne pas dire orgueil, et encore moins cette âme combattante.

Pourtant qu’elle est belle, cette proclamation du Front de Libération de la Bretagne de décembre 1968, dans laquelle, même si à cette époque le message s’adresse à la France, on parle d’une « agression qui pousse à l’étouffement et la disparition à tous niveaux culturels, socio-économiques et démographiques » et où « chacun sait que l’immigration n’est qu’un moyen traditionnellement employé pour dominer ».

Actuellement, plus d’une centaine de jeunes majeurs issus de l’immigration maghrébine pille Rennes et ses habitants, sans aucune poursuite judiciaire, regard politique ou tapage médiatique. L’iman de Brest fait la Une des médias pour son prosélytisme. Le Centre Commercial Italie à Rennes a été vidé de ses commerçants gaulois, à la suite de pressions, au profit de commerçants issus de l’immigration. Depuis 10 ans, l’immigration en Bretagne est galopante, deux fois plus rapide qu’en France. D’ailleurs, les dépistages de la drépanocytose sont là pour le constater. En 2010, ils portaient sur 5 % des nouveaux nés bretons. En 2013, nous en sommes déjà à 7 %. Depuis, plus de parution des chiffres ( ?) Certes, nous sommes quand même loin de la région Ile de France avec ses 68 % de dépistages. Et alors les bretons, ils en pensent quoi ? A les écouter, c’est « ah ben, y en a marre ».

Marre de quoi ? Basques et Corses ont cette fierté qui leur permet de tenir face à cette immigration de masse. Nous le voyons actuellement avec le cas Arnaud Seassari. Où sont les gens des organisations bretonnes, qui soi-disant défendent l’Hermine avec le glaive, voulant protéger l’identité bretonne et défendre les intérêts du peuple breton ? Nous sommes loin de Sisco, où l’âme et le courage régionaliste existe encore. Même si la Bretagne doit être belle et tolérante, elle ne doit pas se faire mettre à genoux. Déjà contre la France, cette lutte ne tenait pratiquement que du folklore, alors contre l’islam ! Il n’y aura aucun réveil breton, tellement habitué à suivre le troupeau français.

Alors venez en Bretagne avec vos burkinis, la bien pensance bretonne vous l’autorise !

Stéphane Le Gall

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
eozen

Cette année pendant mes vacances en Bretagne Ouest et à ma grande surprise j’ai vu moins de voilées que les années précédentes et encore moins d’agressions !

Oui et non. Oui le mouvement breton est aujourd’hui encore entre les mains des folkloristes, genre babas cool, barbus druides, et Non, le mouvement citoyen breton laïque est en place et proposera dès 2017 des solutions nouvelles.