Hervé Morin : un « dérapage historique » révélateur d’une ahurissante suffisance politicienne

C’est le « buzz » du moment, découvert par le magazine Voici :

http://www.voici.fr/videos-people/video-la-gaffe-historique-d-herve-morin-438173

Hervé Morin, candidat centriste à l’élection présidentielle et ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, a déclaré lors d’un meeting à Nice ce week-end :

« Mesdames et Messieurs, vous qui, pour certains d’entre vous, avez les cheveux blancs, vous qui avez vu tout près d’ici le débarquement de Provence, moi qui ai vu en Normandie le débarquement des alliés, nous avons vécu des épreuves drôlement plus difficiles et terriblement plus difficiles que celles que nous avons à vivre aujourd’hui. »

Évidemment, Hervé Morin né en 1961 n’a jamais assisté et encore moins participé au débarquement allié de 1944. Évidemment, le net s’est immédiatement emparé de cette affaire, la tournant en dérision et multipliant les parodies ironiques. Morin disposerait d’un véhicule spatio-temporel genre « Retour vers le futur », etc.

Et derrière l’humour blagueur, la plupart des réactions sont plutôt indulgentes. Hervé Morin aurait fait un lapsus, il serait victime d’un coup de fatigue, c’est un « dérapage » de campagne insignifiant. L’intéressé lui-même s’est maladroitement auto-justifié sur Twitter en disant que :

« Quand on est normand, les croix blanches font partie de son ADN »

Hé bien pour ma part, je trouve que cette déclaration est beaucoup moins anodine que cela. Elle traduit une pratique politicienne de mise en scène de soi-même d’une manière totalement imbue, cynique et prétentieuse, qui n’hésite pas à mentir à nos compatriotes et à les prendre pour des imbéciles.

Quand on relit bien la déclaration d’Hervé Morin, il ne s’agit nullement d’un lapsus dû à la fatigue ou à l’enthousiasme militant. Il s’agit bien d’un mensonge éhonté, d’un « dérapage » peut-être incontrôlé mais pas là où on le place.

Pour moi, Hervé Morin s’est tout simplement laissé emballer par le fait qu’il pensait que les Français pouvaient gober n’importe quoi de la part des politiques, et qu’il pouvait alors se permettre de se vanter d’avoir participé à un événement historique qu’il n’a pas connu. Il a agi exactement comme Nicolas Sarkozy qui a voulu faire croire qu’il avait assisté personnellement et sur place à la chute du Mur de Berlin alors que ce mensonge a été largement démonté par de nombreux témoignages, y compris de la part de ses proches politiques.

Selon moi, c’est donc une volonté délibérée de mentir aux Français sur toute la ligne qui a causé ce « dérapage » d’Hervé Morin. C’est totalement indigne de la part d’une personne qui prétend les diriger ou d’un ancien ministre.

Je rapproche ce mensonge politicien d’un autre : l’énorme manipulation qu’avait opérée François Mitterrand, alors Président de la République, avec l’aide de son ministre de l’Intérieur Pierre Joxe et de toutes les officines de police politique dites « antiracistes ». Je veux bien sûr parler de l’affaire du cimetière juif de Carpentras, où le pouvoir en place voulait impliquer, même en influençant directement les policiers et les juges, le Front national et Jean-Marie Le Pen qui n’avaient strictement rien à voir avec cette horreur. (J’y reviendrai sans doute dans un autre article tant cette affaire est symptomatique de la manipulation politique la plus abjecte.)

Entre l’affaire de Carpentras et le mensonge d’Hervé Morin, il y a une incommensurable différence de degré, mais pas une différence de nature. Dans les deux cas, il s’agit d’un mensonge instrumentalisant des faits gravissimes à des fins purement politiciennes et personnelles. Dans un cas, on instrumentalise l’atteinte à la dépouille d’un mort et indirectement la Shoah ou autres massacres antisémites. Dans l’autre, on instrumentalise tous les morts alliés, américains, britanniques, français et autres (les « croix blanches » d’Hervé Morin) qui ont donné leur vie pour notre Liberté de Français.

C’est dégueulasse et crapuleux, tout simplement.

Roger Heurtebise

image_pdf
0
0