Hidalgo accorde 1,3 million de subvention aux musulmans de l’ICI : les preuves du scandale

Publié le 8 juillet 2014 - par - 9 501 vues

Il paraît qu’il y aurait de gros problèmes financiers à la mairie de Paris. Certains s’indignent encore davantage (à juste titre) qu’Anne Hidalgo débourse 70.000 euros pour financer le ramadan à Paris, dans les locaux de la municipalité.
D’autres ont hurlé quand ils ont appris que la municipalité, sous Delanoë, avait consacré 26 millions d’euros à la construction de l’Institut des Cultures d’Islam (ICI) qui cache deux mosquées.
Eh bien, nous sommes heureux de leur apprendre que grâce au rapport de Bruno Julliard, ex-président de l’Unef, à présent adjoint au maire de Paris, c’est une subvention ahurissante de 1,3 million d’euros qui est accordée aux musulmans !
Certains diront que c’est un lieu culturel. C’est doublement faux. D’abord, en islam, on ne sépare pas le culturel du cultuel. Ensuite, l’excellent site Atheisme.org a fait une enquête, et a démontré que lors de la prière du vendredi, l’ICI n’était pas accessible aux Parisiens, mais seulement aux musulmans.

http://atheisme.org/ici.html

C’est donc, en violation complète avec la loi de 1905, un lieu de culte auquel Hidalgo, avec l’argent des Parisiens, accorde cette incroyable subvention.

Dans cette interview, Alain Wagner expliquait ce qu’était vraiment l’ICI.

[youtube]EVfuZSKNX9A[/youtube]

https://www.youtube.com/watch?v=EVfuZSKNX9A

Voilà les preuves, sur ces deux documents que RL a pu se procurer, de l’ampleur du scandale, et de la trahison laïque d’Hidalgo.

 

ICI1 ICI2

Jeanne Bourdillon

CE QU’ECRIVAIT CAROLINE ALAMACHERE EN 2011

https://ripostelaique.com/m-delanoe-offre-un-institut-des-cultures-dislam-a-ses-amis-musulmans.html

M. Delanoë offre un Institut des Cultures d’Islam à ses amis musulmans

Publié le 7 novembre 2011 par Caroline Alamachère – Article du nº 224


Le futur Institut des Cultures d’Islam par MAIRIEDEPARIS18

L’Institut du Monde Arabe ne suffisant pas à satisfaire les appétits culturels de nos amis musulmans, M. Delanoë a une nouvelle fois mis la main au porte-monnaie des Parisiens en offrant aux musulmans majoritairement banlieusards un Institut des Cultures d’Islam (1) comprenant une partie culturelle et une partie cultuelle, une sorte de grande mosquée bis elle-même peu fréquentée le vendredi comme l’avait reconnu M. Boubakeur l’an dernier.

Afin de construire ce petit bijou islamique auquel ne manque finalement qu’un minaret pour être appelé mosquée, les Parisiens seront délestés de la modique somme de 28 millions d’euros par celui que les Français surnomment affectueusement « Notre Dame de Paris » et qui a juste omis de les consulter pour leur demander leur avis.

Les milliers d’hommes vivant des généreux subsides de l’Etat occupant actuellement les deux mosquées des rues Léon et Polonceau et leurs alentours pourront dorénavant passer leur vendredi après-midi bien au chaud dans ce lieu financé par l’argent des travailleurs parisiens, qui eux devront trimer pour s’alimenter et participer par leur effort à un meilleur confort de ces fidèles plus soucieux de leur hypothétique paradis avec ses grains de raisin blanc – qu’une calamiteuse interprétation a traduit par des houris aux grands yeux (2) – qu’à s’assimiler en travaillant comme tout le monde et en contribuant à faire marcher l’économie du pays. Pourtant ces messieurs semblent pour la plupart bien portants, vigoureux et parfaitement aptes à aller au charbon, à croire que le fait de prier le derrière en l’air en criant « voilà Babar ! » -ou un truc comme ça- leur donne un statut particulier les dispensant de toute activité professionnelle. Le plus risible, si tant est qu’on puisse en rire, c’est qu’ils sont convaincus de prier vers la Mecque alors que c’est physiquement impossible, la terre étant sphérique. Pour prier vraiment en direction de la Mecque ils devraient creuser des trous dans le bitume et y enfoncer leur tête. On ne peut pas penser à tout.

Ainsi pendant que monsieur le maire dilapide l’argent des honnêtes citoyens, des femmes accouchent dans les rues faute de logement décent, des Parisiens se clochardisent et envahissent les bancs du métro, côtoyant les rats et les relents d’urine, n’ayant eux pas la chance de se voir offrir des nuitées en hôtel ou un lieu d’hébergement décent. Eh oui, la Mairie de Paris ne peut pas s’occuper de tout le monde, les sans papiers fraichement arrivés à qui on paie l’hôtel, les fidèles à qui on finance des lieux de culte illégalement, les festivités offertes pour le ramadan, les infrastructures particulières pour gérer les égorgements de moutons (une pensée émue pour ces pauvres bêtes qui mettront 20 longues minutes à agoniser), les frais d’hospitalisation des égorgeurs maladroits qu’il faudra suturer comme tous les ans… Bref, nos vieux clodos n’ont qu’à attendre, les femmes enceintes également et tant pis pour leurs bébés mort-nés faute de soins à la maman, il y a belle lurette que les voix électorales de ces gens-là n’intéressent plus personne.

[youtube]6hmLictW-SA[/youtube]

http://youtu.be/6hmLictW-SA

Le futur Institut en deux parties de 4 000 m2 verra le jour en 2012 et 2013. Mme Véronique Rieffel la directrice annonce d’emblée la couleur : « pendant ces quelques années qu’on a on privilégie l’ancrage local pour éviter qu’en 2012 on se retrouve devant une coquille vide, un lieu qui ne soit pas approprié par les habitants ». On privilégie l’ancrage local… cela signifie que le quartier doit appartenir en premier lieu aux musulmans. Parisiens mécréants, si vous pouviez avoir l’obligeance de bien vouloir céder votre place à ces fidèles après avoir versé votre contribution financière pour leur mosquée ce serait bien aimable. M. Yves Lion, l’architecte du projet, enfonce le clou « que ce soit une sorte d’osmose entre cette culture et ce quartier […] notre volonté c’est que les choses aillent et aillent vite ».

Pour l’heure, les gentils fidèles des deux actuelles mosquées sont plus préoccupés à se chamailler qu’à trouver un terrain d’entente pour leur future cohabitation puisque, soyons clairs, ils ne peuvent pas se voir en peinture (3), or l’enjeu est de taille et clairement politique puisque la préfecture de police déclare souhaiter trouver une solution avant les élections afin de couper l’herbe sous le pied de Marine Le Pen. Au moins comme ça les choses sont claires.

Ces traitrises delanoësques ne peuvent plus continuer ainsi, il est urgent que les Parisiens se rebellent contre ce maire qui les empapaoute sans vergogne. Une idée amusante et conviviale pourrait être de lui adresser un tube de vaseline pour les fêtes…

(1) http://www.paris.fr/ici/institut-des-cultures-d-islam/le-futur-ici/p9026

(2) En syriaque, le mot “hour” est un adjectif féminin pluriel qui signifie blanc, dans lequel le mot “raisin” est implicite. De même, les éphèbes immortels ou les jeunes filles semblables à des perles décrites par des sourates, comme la 56, seraient nés d’une interprétation erronée d’une expression qui signifie en syriaque “des raisins frais” (ou “des boissons”), que les justes auront le plaisir de goûter, par opposition aux breuvages bouillants réservés aux infidèles et aux damnés.( http://www.bladi.net/forum/4243-vierges-celestes-coran-netaient-fruits-blancs/)

(3) http://www.liberation.fr/depeches/01012369884-bataille-pour-le-controle-du-nouveau-lieu-de-priere-musulman-a-paris

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi