Hidalgo réélue grâce à l’insécurité qu’elle favorise


Depuis quelques mois, deux questions se posent régulièrement concernant la ville de Paris. La première, comment madame Hidalgo, décriée de toutes parts pour son bilan catastrophique, a-t-elle pu être réélue aussi triomphalement ? La seconde, comment se fait-il que l’insécurité flambe à ce point dans la capitale, comment peut-on assister à des scènes aussi hallucinantes que cette guerre des gangs rue Rebeval l’autre jour ? En fait, les deux questions trouvent la même réponse, elle tient dans la politique que conduit la maire de Paris depuis cinq ans. La politique de prolifération des logements sociaux en plein centre-ville importe la délinquance et la sauvagerie des cités de banlieue intra muros.

Si cela permet à nos beaux parleurs et donneurs de leçons des plateaux télé de commencer à ressentir une partie du problème de l’insécurité et de l’immigration, juste sur le pas de leur porte, cela détruit aussi l’image internationale de notre capitale flamboyante, désormais connue dans le monde entier pour sa délinquance hors normes. Et puis, grâce à ces nouveaux venus de la banlieue, logés en HLM, gavés d’allocations, et en plus autorisés à pratiquer leur trafic sans jamais être ennuyés par la police municipale que la mairie s’interdit absolument de créer, les urnes se remplissent de rose, et madame Hidalgo peut triompher les soirs d’élection, et se moquer pas mal des critiques qui pleuvent sur elle. Mieux même : à des riverains du quartier épouvantés par ce qui arrivait en dessous de leurs fenêtres, un élu parisien a rétorqué qu’il était très mal de filmer les événements et de les diffuser sur les réseaux sociaux. Et oui, pour Hidalgo et sa bande, l’insécurité n’est un problème que si cela se sait et se voit. Tant que personne n’est au courant, tant que les médias ne relaient pas les informations, ce n’est pas grave, ça n’existe pas, les habitants n’ont qu’à rester enfermés chez eux, ça les préservera du Covid sans doute.

Avec Macron, la France est livrée à l’ensauvagement sans défense. Les Parisiens ont droit à la double peine, avec Hidalgo. Seule la racaille peut dormir tranquille, elle n’a même plus à se cacher : on donne l’ordre à la police de ne pas intervenir, et des fois que certains se font arrêter, ils peuvent compter sur la justice pour se faire libérer au plus vite. La répression, dans la France de gauche, c’est pour ceux qui oublient le masque, les Gilets jaunes, les automobilistes. et tous ceux qui travaillent.
Il est grand temps que les gens normaux de ce pays, pour dégoûtés de la politique qu’ils soient, comprennent que le vote est important et que de laisser de tels calamités à la tête de notre pays nous conduira au fond du gouffre.

Olivier Piacentini

image_pdfimage_print

12 Commentaires

  1. Quel vote? Pour qui voulez vous voter? Marine?
    On en est plutôt à envisager l’insurrection armée !

  2. C’est clair que c’est cuit pour les métropoles.
    Braves gens, dans votre intérêt, repeuplez le monde rural!

    • Si la plupart de ces crétins investissent demain le monde rural, ils amèneront leur merde multi machin avec eux et une flopée d’autres problèmes sans fin. N’en attendez rien de bon…

  3. Vivemement la 5G que les parigots aillent bosser à Bordeaux

    En tout cas je ne vais pas les plaindre, si seulement la diversité pouvait encore plus leur pourrir la vie et les faire ierch, surtout dans les beaux quartiers, car leurs habitants ont tous voté hidalmongole ! Qu’ils profitent bien de leur vote, des lisses-lames qui pourraient traîner par ci par là etc.

    Hermes fait-il des hijabs ? Je crois qu’il y a un bon créneau commercial à prendre.

  4. Hidalgo n’a pas été élue triomphalement, comme le petit marquis déstructuré, elle a été élue par une minorité du corps électoral parisien. Que tous les crétins parisiens qui se sont abstenus s’en mordent les doigts c tant mieux en revanche ayons de la compassion pour tous ceux qui ont voté contre cette raclure de bidet et tous les banlieusards qui viennent bosser à Paris tous les jours dans le système dictatorial, Ecolo, Vélo, Bobo, Homo ,Pseudo Socialo….de cette véritable pourriture !

  5. Ce n’est pas possible …..nous ne pourrions supporter un tel’phenomene ,je ne veux PAs y croire ,qu’elle reparte en Espagne ….et nous serions tranquilles ,,,quand on voit PARIS et certains quartiers déjà nous disons : ici nous ne sommes plus en FRANce …..alors imaginons ….ce serait tous à vélos et culs nus …j’en passe des meilleurs….Non et Non .

  6. Lui INTERDIRE DE FAIRE DE LA POLITIQUE EN FRANCE
    Avec sa DOUBLE NATIONALITÉ. .

    idem pour Valls que ces gens retournent en Espagne faire de la politique.

    • Niveau présidentiel, elle n’a aucune chance.
      Heureusement la france profonde, qui représente encore majorité d’électeurs, n’est pas aussi pourrie que la capitale poubelle annexe africaine et ailleurs qu’à paris son score sera plus que limite car les gens de bon sens ne veulent pas de ce truc.

  7. Il faut diffuser massivement l’information concernant la dangerosité du tourisme dans Paris, et dissuader tout visiteur étranger de consacrer son séjour à la capital et plutôt d’en faire profiter la province profonde qui est infiniment plus accueillante et encore relativement épargnée par la sauvagerie d’importation.

Les commentaires sont fermés.