Hier il fallait éradiquer Milosevic, aujourd’hui c’est Poutine

 

 

  Prenons pour illustrer cette marche de l’homo sapiens blanc vers son auto-extermination d’abord psychique puis intellectuelle et enfin physique l’exemple de Boutcha déjà partiellement – mais injustement – oublié. L’on veut nous faire croire que le politicien le plus sophistiqué qui gouverne le plus grand État du monde depuis quasi un quart de siècle déjà, qui gère avec adresse les relations multipolaires et qui est parvenu à son poste en gravissant les marches du service spécial le plus retors qu’est le KGB a ordonné aux professionnels de sa « malfaisance militaire », évidemment des tortionnaires, de massacrer des civils et de laisser ces indices éparpillés en ville juste avant que les troupes de l’armée adverse n’arrivent pour qu’elles puissent tout de suite transmettre ces « preuves » à un troupeau de journalistes obéissants[1], appelant tous en cœur la malédiction sur la Russie – et pas uniquement sur son dirigeant cette fois, mais aussi sur son peuple tout entier, à croire l’un des anciens candidats à la fonction présidentielle en France : «[…] c’est absolument infâme, ignoble et infâmant, même pour le peuple russe et l’image de la Russie . »[2]

Impossible qu’un message remettant en cause l’invraisemblance de cette version ne passe puisque, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’on a élevé des générations de crétins écervelés qui estiment que les êtres supérieurs agissent avec la même inconséquence que celle qui est la leur. Quant à l’auteur de ces lignes, il n’a pas encore perdu tout sentiment historique et dit toujours qu’au milieu de l’idiocratie contemporaine, l’on n’invente plus rien : une fois que l’on s’est assuré que le bétail bipède anthropoïde a bien effacé dans les débris de son esprit des faits vieux de quelques années, l’on répète la même chose gaillardement[3]. Et ça passe !

Répliquer à Boutcha la manipulation de Račak 

Souvenons-nous de ce qui s’est passé en janvier 1999 lorsqu’il fallait un prétexte à l’OTAN pour massacrer l’âme des Slaves occidentaux, les Serbes, par une agression commune, puis se saisir de leur chef Milosevic afin de le torturer psychiquement jusqu’à ce qu’il ne meure à La Haye. L’on a inventé un « massacre » que les Serbes auraient perpétré le 15 janvier 1999 dans la ville de Račak : les Slaves chrétiens dont il fallait à tout prix détruire la réputation, les Serbes, abandonnent un lieu où sur-le-champ sont retrouvés des cadavres de civils. Malgré les décisions des experts selon lesquelles il s’agirait de combattants de l’UÇK travestis (car ils avaient des traces de poudre sur les mains), l’on décrète, porté dans une hystérie commune occidentale, que c’était l’armée serbe qui avait commis ces exactions et on lance l’attaque otanesque contre Belgrade. Peu importe que les experts finlandais aient admis par écrit que les diplomates américains avaient fait pression sur eux pour qu’ils évoquent la responsabilité des Serbes[4]. Peu importe que des années plus tard, le procureur suisse à La Haye, Carla Del Ponte, explique dans son livre devenu quasi tabou dans son pays que les adversaires des Serbes étaient des trafiquants d’organes jusqu’au sommet de la gouvernance albanaise, couverts donc logiquement par Kouchner, alors le Gauleiter local : « L’ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie est catégorique. Des leaders albanais du Kosovo ont trempé dans un trafic. Donc l’actuel Premier ministre, Hashim Thaçi. »[5] Aucun État occidental ne s’est excusé pour cette supercherie, car les puissances cosmopolites avaient obtenu gain de cause : les Serbes, le quasi dernier peuple traditionnaliste blanc de l’Occident avec une vision patriarcale de son Église, de l’État et de la famille, ont été défaits et se sont « normalisés » – au moins via leur élite.

Vingt-trois ans plus tard, voici venu le tour de cette puissance eurasiatique gouvernée par d’autres Slaves traditionnalistes, les Russes. Et tout comme à une certaine époque l’on avait utilisé les Slaves islamisés, les Bosniaques, contre les Serbes, l’on instrumentalise actuellement contre la puissance russe les Ukrainiens, ces Slaves « normalisés » par le gender avec des relations homosexuelles jusque dans leur armée…[6]

L’extermination du chef traditionnel d’un peuple blanc

Ce que je suis en train de décrire est le fait d’un racisme anti-Blancs institutionnel se pratiquant à l’échelle mondiale. L’on déclare le chef d’une nation et donc tout son peuple immondes à la suite d’un fait mineur ou totalement inventé pour des simplets. Le leader, toujours un mâle incarnant la tradition mais aussi l’ensemble de sa nation, ne peut pas être « normalisé » : son destin est d’être jugé et de subir la sentence, suprême si possible. Nos gouvernants mâles blancs connaissent ce risque qu’ils encourent personnellement. Le cosmopolitisme, qui est l’élan de l’humanité vers l’auto-extermination, cherche à les dévorer. Ces chefs de nations blanches ou naguère dressées par des élites blanches vivent constamment sous une épée de Damoclès, car ils sont jugés par des racistes anti-Blancs qui ne leur pardonnent aucune de leurs réussites : ils maintiennent par chacune de leurs victoires, même locales, la verticalité de leur peuple, entretiennent la résistance de ce dernier face à la mort et surtout face à la culture de mort.

Ce n’est pas une confrontation spirituelle, intellectuelle ou géopolitique : c’est une lutte entre la mort et la vie. Un Milosevic devait être diffamé puis exterminé comme exemplum du mâle blanc traditionnaliste guidant, voire incarnant, le peuple serbe. Un Trump, miraculeusement élu président des États-Unis à deux reprises, s’est vu voler son second mandat pour exactement les mêmes raisons : toute sa corporalité de mâle blanc insupportait ses opposants cosmopolites semeurs de conflits mondiaux. L’acharnement contre Trump post-mandat, quand les juges corrompus états-uniens essayent de lui imposer un impeachment, c’est une variation de la vengeance contre Milosevic à La Haye (Trump ne se trouve pas dans une cellule de ce tribunal international tout simplement parce que les États-Unis refusent de reconnaître ce tribunal ; dans le cas contraire, ce serait d’ailleurs le Prix Nobel de la paix Obama qui devrait y croupir depuis des mois). Quand un Matteo Salvini se met à parcourir toute l’Afrique en serrant dans ses bras le maximum de Congoïdes, il sait que c’est seulement grâce à cette concession au monstre cosmopolite qu’il pourra échapper à la cellule qui lui est réservée à La Haye pour son action patriotique en tant que ministre de l’Intérieur en Italie. Quand un Victor Orbán accueille chaleureusement des nationalistes israéliens, il sait que c’est exclusivement ainsi qu’il pourra amadouer les racistes anti-Blancs de la commission européenne s’acharnant à « normaliser » ces Hongrois qui votent si mal via la marginalisation de leur chef mâle traditionnaliste qui lui ne cesse de remporter des élections. Les leaders politiques polonais s’obstinent à protéger le catholicisme traditionnel, la famille normale ainsi que le droit des enfants à naître ? Ils sont aussi à abattre, tout comme leur peuple encore non métissé est à « normaliser » ! Mais pour l’instant, utilisons plutôt l’élite mâle polonaise, à savoir son armée, contre l’empire russe. Mettons en suspens l’exécution de la peine contre les Polonais et leurs dirigeants. Néanmoins, ils seront châtiés impitoyablement dès que leur « masculinité toxique » d’hommes blancs aura été utilisée à fond contre la Russie fédérale dans le sempiternel projet de morceler cet ancien Empire en dizaines d’entités plus malléables.

Conclusion franchement pessimiste

Dans notre Europe, après la fin de l’âge de bronze, est arrivé un dark age pendant lequel, durant de nombreux siècles, il a fallu attendre qu’un autre peuple boréal arrive et se souvienne de ce qu’avaient oublié les habitants des abords de la mer Égée qui ont subi, j’en suis sûr, le même type d’auto-extermination résultant d’un acharnement contre les peuples les plus créatifs que celui que nous vivons actuellement. À la chute de l’Empire romain, on a traversé de nouveau la même espèce de sombre période avant que, durant cette époque lumineuse du Moyen-Âge, l’on ne se rappelle en réveillant le Logos gréco-romain de ce qu’avaient su faire les Européens d’il y a plusieurs siècles. Nous vivons donc de nos jours dans une fuite vers l’euthanasie des peuples blancs pratiquée par les gouvernants, les professeurs, les éditeurs… blancs eux-mêmes. Or, ce mondialisme, qui est indiscutable, nous prive d’un nouveau peuple nordique sauvage, sain, comme ces Germains ou Celtes qui avaient pu s’helléniser en créant par leur sage cruauté artistique l’univers dont nous bénéficions. Telle est l’authentique tragédie de l’homo sapiens : en Occident, les Blancs, avec leurs élites, sont « normalisés » par le nivellement par le bas et par le crétinisme ; ils répètent constamment le même schéma qui est le gage de leur disparition. Surtout, il n’y a plus de tribu venue de l’extérieur guidée par des mâles blancs qui imposerait sa contrainte à l’univers en unissant ses capacités physiques et spirituelles aux ordres de ses dieux ethniques. Cette unité seule pouvait être le gage d’une renaissance. Et je ne vois absolument pas d’où pourrait nous venir cette divine surprise.

Dr Anatoly Livry, Altdorf, Suisse

[1] À la suite du départ de l’armée russe de la ville de Boutcha, d’après les témoignages des locaux, l’on n’avait trouvé aucun cadavre dans les rues : ils auraient commencé à arriver après plusieurs jours, progressivement, jusqu’à atteindre un nombre que les metteurs en scène ont estimé suffisant pour être présenté aux commissaires européens venus de Bruxelles : cf. Leo Goldstein, «Was there really a massacre at Bucha?», American Thinker, le 9 avril 2022, https://www.americanthinker.com/blog/2022/04/was_there_really_a_massacre_at_bucha.html.

[2] Zemmour sur France 2, le 5 avril 2022.

[3] Cf. à ce propos l’interview de Dr Anatoly Livry, sur la télévision d’État de Biélorussie, ОНТ, du 24 avril 2022 : « Les élites occidentales sont sélectionnées d’après les principes de russophobie et d’inculture », «Анатолий Ливри: В западных элитах проходит селекция по принципу русофобии», ОНТ, Минск, 24 апреля 2022, https://ont.by/news/anatolij-livri-v-zapadnyh-elitah-prohodit-selekciya-po-principu-rusofobii.

[4] Cf. p. ex. Juha Rainio, Independent Forensic Autopsies in an Armed Conflict : Investigation of the Victims from Račak, Kosovo, Forensic Science International, vol 166, 2001, p. 171-185.

[5] « Carla Del Ponte accuse des leaders kosovars de trafic d’organes », Franceinfo, Paris, le 1er novembre 2011, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/carla-del-ponte-accuse-des-leaders-kosovars-de-trafic-d-organes_1664699.html.

[6] Жанна Безпятчук, « »В Счастье мы были счастливы »: история ветерана, который пошëл на войну ради любимого», ВВС, Londres, le 22 septembre 2019, https://www.bbc.com/ukrainian/features-russian-49782760.

image_pdfimage_print
32
2

40 Commentaires

  1. Mon propos visait à mettre en lumière ces simples faits, peu couverts par nos médias, qui, comme très souvent (et dans tous les pays), vont dans le sens de la propagande de guerre de leur gouvernement (couveuses du Koweït, armes de destruction massive en Irak, soldats violeurs dopés au viagra en Libye…) – illustrant de nouveau la justesse du modèle de « fabrication du consentement » de Noam Chomsky : « Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier : elle met plus de temps mais elle finit toujours par arriver. » ; j’ai essayé de lui faire gagner un peu de temps, me retrouvant totalement dans cette vision : « Je suis citoyen des États-Unis et j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays. J’aimerais le voir agir selon des critères moraux respectables.

  2. D’ailleurs, on en a vu les conséquences : refus d’appliquer l’accord majorité-opposition du 21 février, fuite du Président, attaque dans les vingt-quatre heures du statut de la langue russe, reconnaissance par l’Occident du coup d’État dans ce pays démocratique, perte de la Crimée (après référendum local ayant donné le même résultat que cinq ans de sondages), massacre d’Odessa, récession économique colossale, doublement du prix du gaz, début de guerre civile à l’Est. Brillant résultat. Et pour finir, un oligarque corrompu est remplacé par un autre oligarque (ayant été ministre du précédent), dont la principale qualité semble être de vouloir signer un accord de libre-échange avec Bruxelles – un nouveau coup de Trafalgar pour notre industrie.

  3. je ne peux tolérer la présence dans le gouvernement ukrainien, pour la première fois en Europe depuis 1945, de ministres appartenant ou ayant appartenu à des organisations néonazies et fascistes (comme les ont dénoncé le Congrès Juif Mondial, la Knesset, le Centre Simon Wiesenthal ou l’ancienne vice-première ministre israélienne – et je leur fais confiance pour identifier ces gens-là). Pas une minute, pas une seconde. Rien, pas la moindre realpolitik, ne peut justifier ceci pour moi.

  4. IL y en a qui seront petits, blancs, russes,
    chrétiens , non vaccinés , anti Macron ,
    hétéros ,et vivant en France ,..
    Et pour eux se sera très dur !

  5. Milocevic, arrêté, accusé, embastillé, décédé après plus de dix ans de détention arbritraire… ce n’est que longtemps après sa mort que le TPI l’innocentera des accusations de crimes qu’il n’avait pas commandés ni commendités. CQFD et il faudra s’en souvenir, le rappeller et le jeter à la face des donneurs de leçons et cela, TOUJOURS ! Cela rappelle furieusement la Loi des suspects sous la Terreur après 89 : « Si vous êtes suspect, vous serez dénoncé, donc arrêté pour interrogation, puis incarcéré en attendant votre jugement, celui-ci vous déclarant coupable d’office au vue des charges retenues contre vous, vous serez automatiquement condamné ».

  6. Si le gouvernement ukrainien est à l’image des ukrainiens de plateaux tv, c’est de très mauvaise augure. En effet ces ukrainiens, tous des femmes très décoratives dans le but de faire fantasmer les mâles français, font preuve de fanatisme en affirmant que le Dombass et la Crimee devront revenir à l’Ukraine, avant toute « négociation », en clair ils n’hésitent pas à mettre en péril l’avenir de l’humanité pour deux territoires dont l’appartenance se discute, quoi qu’ils puissent prétendre. Le bon sens commande de tenir compte de l’histoire et des intérêts respectifs des parties pour éviter la guerre.

    • Suite :
      Quant au principe tant vanté de la non stigmatisation d’un peuple pour des actes négatifs commis par ses représentants, il ne s’applique pas aux russes puisque leurs sportifs sont évincés des compétitions et leurs propriétaires de chats exclus des concours (les chats appartenant à des non russes mais élevés en Russie sont également bannis ).
      Il n’existe pas de « sens de l’Histoire » mais l’histoire éternelle des confits entre les hommes et les peuples comme le démontre la guerre en Ukraine, au grand dam des psychopathes
      promoteurs de la « république universelle ».

  7. On ne parle jamais des 1200 morts par jour en Ukraine.
    Les 40 millions d’Ukrainiens ne sont pas mortels.
    En France, c’est 1800, le peuple, ici , c’est 68 millions.
    Pour  » remplir  » un charnier, il suffit d’attendre quelques jours et le remplir avec les  » décédés de mort naturelle des villages avoisinants.

  8. Merci pour cet article lumineux. On se demande qui pourra écrire l’histoire tellement elle est embrouillée. Les américains sont des lâches qui ont tué plus de civils français que ne l’ont fait les allemands. Bombarder un pays sans force aérienne comme l’Irak ( la maintenance n’avait plus le nécessaire ) était facile et hollywoodien. Ces crétins nourris à la viande empoisonnée n’ont pas beaucoup d’imagination… »la tour infernale » les a fait créer un psychodrame de toute pièces. Bombarder les Balkans avec des déchets radioactifs était-ce bien respectueux des prétendus droits de l’homme et de quel droit des criminels voudraient-ils juger les autres?
    Le psychopathe Biden et son fils Hunter ( quel prénom à la con! )seraient déjà trempés dans l’affaire du COVID! ( tout se tiens décidément!).

  9. Milosevic, lui, n’avait pas l’arme nucléaire. Poutine, oui. Et il a largement montré qu’il avait assez de couilles pour aller à l’affrontement direct . L’escalade ne lui fera pas peur. Et faut-il le craindre ou l’espérer? Après tout, plutôt que cinq ans de plus de Macron, qui anéantirait définitivement la France et livrerait son peuple à l’invasion d’outre-méditerranée, on peut tolérer, préférer, espérer, demander une frappe nucléaire sur l’Élysée, Paris, l’Ile de France. La France s’en relèvera.

  10. Stp Vlad balance un de tes sarmat sur ce pays de larves, stp🙏🙏🙏

  11. la Russie n’est pas la Serbie, un faux pas et le sénile en prendra plein la gueule.
    les Yankees sont des bouffeur de mcdo, gras, de plus en plus woke, lgbt et tout le toutim. Nos amis russe vont les changer en les envoyant en travaux forcés en Sibérie pour leur plus grand bien.

  12. Sans oublier Sadam Hussein!
    Ne pas omettre non pus Bachar al-Assad considéré par le mondialisme comme aussi dangereux que Poutine car il lutte ouvertement contre l’islamisme installé par les USA!!
    Bientôt ce sera le tour de Viktor Orban!

  13. Votre long développement, docteur, ne dit pas la raison de cet asservissement mondial.
    Depuis Yalta, et le « partage du monde  » en deux, la Chine, alors « oubliée », est devenue la 1ère puissance mondiale. L’URSS a sombré, victime de sa bureaucratie dictatoriale, et le « big brother » US a pris le contrôle de la finance mondiale.
    Le papier dollar, sans contrepartie autre que militaire, a pris le pouvoir.
    Mondialisation financière contre souveraineté nationales, la SEULE menace contre l’humanité se trouve là.
    La mondialisation avance sournoisement, avec la » complicité » tacite de la populace, qui redemande du Mac-do et du Netflix, de la coke et du coca, du biobio bidonné et du vegane cinglé aux 35 composants chimiques par sachet.
    Du pipolle, du milliardaire, de la cocotte entretenue en Une des magazines féministes… voilà l’astuce.
    La richesse des puissants fait toujours réver les mémères!

    • Non c ewt la Finance Internationale qui a pris le contrôle des usa…c est logique historiquement…

  14. Bonjour,
    Vous avez raison.Mais j’ai lu que vous écriviez depuis la Suisse.Hors la Suisse pays selon la doxa est neutre.J’ai constaté qu’il n’en était rien.
    Faites une action là bas pour faire entendre votre voix.

  15. des blancs incompatibles lgbt, quelle horreur ! des gens incompatibles avec l’islam conquérant, quelle horreur. ça leur fait peur, et bien tant mieux qu’ils s’y cassent les dents, la serbie a été bompardée pendant près de 3 mois, la russie va leur donner plus de fil à retordre, n’oubliez jamais le phrase de bismarck: laisser la russie tranquile, elle reculera dans un premier temps mais finalement elle vous battra, napoléon, hitler ne leur ont rien appris

  16. Des blancs, ici les ukrainiens, sont adulés en Occident pour la 1ère fois depuis la fin de la 2GM. Eu égard à la féroce politique anti blancs mise en en place depuis la même date, il est logique d’en conclure qu’ils sont instrumentalisés, ainsi que leurs soutiens comme les polonais habituellement diabolisés (et toujours comme on a pu le constater lorsque Macron a qualifié le gouvernement polonais d’antisémite et à la solde du RN, suite à une remarque de ce dernier sur son comportement face à Poutine) pour accélérer cette politique anti blancs.
    Sur les forums comme celui du Figaro, un commentateur habituel annonce qu’il faudra réduire, physiquement, le peuple russe de moitié pour « avoir la paix », projet dans la lignée d’un homme politique aux Usa qui avait exigé carrément l’extermination totale du peuple allemand lors de la fin de la 2GM. L’Histoire repasse les plats.

    • L’administration Biden, qui veut manifestement déclencher une guerre avec la Russie, détruit parallèlement méthodiquement la société américaine via la suppression de la frontière sud, le laxisme judiciaire qui entraîne une explosion de la criminalité et des morts par consommation de drogues, l’attaque des valeurs américaines comme la liberté d’expression, le respect de l’ordre et le travail. Il y a vraiment des forces mauvaises à l’œuvre dans le monde.

  17. C’est pas pareil, les Roumains souffrait vraiment sous Milosevic.
    En Russie c’est autre chose… Poutine est vraiment respecté… Pour ce qu’il a fait de la Russie. Je communique avec des Russes aucuns se plaignent de Poutine. Il y a qu’a voir les rues de Moscou en centre ville on dirais Paris…

  18. Des prix Nobel de la paix de référence :
    obwana
    yasser arab-le-fat alias Jabba le Hutt le plus grand terroriste de tous les temps.

  19. Milosevic, un héros ! Idem Poutine. Nous en France, nous n’avons que des saboteurs et des traîtres en guise de dirigeants! Et collabos en plus.

  20. N’oublions pas que Macron en obligeant la vaccination à base de produits expérimentaux appelés abusivement « vaxxins », a tué certainement plus de femmes d’enfants, de vieillards que ne l’a encore fait la guerre en Ukraine. Alors quand je le vois jouer à l’homme ça m’agace au plus haut point. Il me fait penser à Zelinsky jouant de la bite à piano histoire de détourner l’attention des Ukrainiens pendant que de papa Biden et son Hunter de fils font des grimaces à Poutine depuis les lance-missiles de l’Otan.

  21. Avec le rouble, les Russes sont des roublars. Les Russes rusées vont gagner.

  22. Je suis sûre, les Ukro-sal…pes n’aiment pas cet article …

  23. Bel article qui aborde un angle d’attaque que nombres d’intellectuels n’osent aborder sous peine d’excommunication républicaine ! Le mâle blanc est depuis la loi juive (Simone Veille) de l’avortement le combat principal de la destruction de la civilisation Européenne Blanche !!! Le reste c’est du vent! Là haine du peuple blanc reste le projet Talmudique principal !!!

    • ça a commencé que la mère Veil n’était pas encore née.
      et je signale que l’avortement n’est pas obligatoire.

  24. Faut oser défendre un criminel de guerre comme Milosevic, RL l à fait. Bravo ! Continuez comme ça, et vous serez de plus en plus audibles et respectés..

  25. Heureusement monsieur Livry – et vous le savez -, La Russie n’est pas la petite Serbie sans défense. Elle est dotée d’armes sans égales et actuellement inattaquable. Je crois comprendre que les Russes ont entrepris de se passer de la fausse monnaie nommée dollar, investissent dans une moitié du monde qui va s’en passer, forte de ses matières premières et va attendre l’effondrement de la monnaie de singe, du singe,et de tous les pays en dépendant. Je croise les doigts. L’espoir de survie du monde Blanc est en Russie. Il se relèvera. La Russie a prouvé au cours de l’Histoire qu’elle est dure au mal et sait comment survivre.

      • Après l’Ukraine, la Moldavie, ensuite par les pays Baltes pour « libérer » l’exclave de Kaliningrad et, enfin, les pays de l’ancien Pacte de Varsovie.
        On a hâte !

        • et toi t’en fais un beau d’esclave et de sodmisé de Biden !..

    • D’accord avec vous. Peu de pays auraient survécu à la terrible saignée consécutive à la 2nde GM (+ de 26 millions de morts). Ce pays qui a subi les pires tragédies au cours de son Histoire a toujours su se relever et aller de l’avant. Que l’Europe n’ait pas su saisir la main tendue que lui offrait la Russie après la chute du communisme sous forme d’union économique et militaire est une faute morale et politique majeure. Nous en payons aujourd’hui le prix.

  26. En réponse sur le primier passaje de cet article: Quand la RUSSIE fait une opairation spéciale personne ne le vois. Exemples le suicide de BEREZOVSKI et la mort pour raison de santé de GERARD DE VILLIER. Des pro!

Les commentaires sont fermés.