Histoire de la planète : il y a 2 millions d’années, il faisait très chaud…

A picture taken on August 17, 2019 shows bergy bits and growlers floating in front of the Apusiajik glacier, near Kulusuk (aslo spelled Qulusuk), a settlement in the Sermersooq municipality located on the island of the same name on the southeastern shore of Greenland. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)

Il est un petit article paru récemment qui risque de « griller » (le mot est de circonstance quand il s’agit de réchauffement climatique) tous les millénarismes de peur que nous distillent les pseudos-experts du GIEC, des COP, de l’ONU ou des écolos qui ont tous perdu de vue, sciemment possiblement, l’Histoire de la planète depuis plusieurs dizaines de millions d’années.

On y apprend par enfin de vrais scientifiques que « de l’ADN de deux millions d’années a été découvert au Groenland, ont annoncé cette semaine des scientifiques, expliquant qu’il s’agissait du plus vieux jamais extrait ».
https://actu.orange.fr/societe/high-tech/de-l-adn-de-deux-millions-d-annees-decouvert-au-groenland-magic-CNT000001VK4Q4.html

L’article continue ainsi : « Les chercheurs réfléchissent donc sur l’adaptabilité des espèces car il y a deux millions d’années le Groenland – « terre verte » en danois – connaissait des températures supérieures de 11 à 17 degrés à celles d’aujourd’hui mais sous ces latitudes, le soleil ne se couche pas les mois d’été ni ne se lève pendant l’hiver ».
« Nous ne voyons cette association d’espèces nulle part ailleurs sur la Terre aujourd’hui », a souligné le spécialiste de paléo-écologie. Cela « fait réfléchir à la plasticité des espèces : la manière dont les espèces sont effectivement en mesure de s’adapter à un climat, à différents types de climats, pourrait être différente de ce que nous pensions auparavant ».

Voilà les deux grandes informations que l’on en retient :
1) il y a deux millions d’années, le climat était autrement plus chaud dans le nord de l’Europe que ce nous pronostiquent les pseudo-experts pour cette fin de siècle,
2) les espèces s’adaptent.

Un autre article nous rassure tout autant sur la part d’incertitude dans l’étude du climat sur de longues périodes et les causes qui conduisent aux modifications :
« Les alarmistes seront contrits d’apprendre que le niveau de la mer monte depuis vingt mille ans, qu’il a été fluctuant au cours du siècle passé et qu’il n’y a guère de preuves que la contribution humaine à cette hausse (qui est au total d’environ 3 mm/an), via sa contribution au réchauffement, a été ou sera significative et encore moins désastreuse »
« En résumé: Il est clair que les médias, les hommes politiques et souvent les rapports d’évaluation eux-mêmes déforment sans vergogne ce que dit la science concernant le climat et les catastrophes ».
https://lesobservateurs.ch/2022/12/11/climat-la-part-dincertitude-de-steven-e-koonin/
Or il est décodant de rapprocher tous les rapports alarmistes relayés par un ensemble d’acteurs de la gouvernance mondiale de l’émergence d’une nouvelle notion financière, la « dette écologique ».

Certains font remonter l’origine de cette dette à 1492 « date à laquelle les puissances européennes vont « découvrir » le monde ».
C’est le début de la mondialisation « à savoir l’intégration progressive de l’ensemble de la planète à un système économique dominant, le capitalisme. Extermination, colonisation, dépossession des terres, ethnocide et christianisation forcée seront les moyens mis en œuvre pour soumettre des populations entières à cette nouvelle logique. Si les impacts sociaux du colonialisme ont déjà été fréquemment soulignés, il n’en est pas de même pour les effets que celui-ci a eu sur les milieux naturels. Pourtant, dès le début, l’expansion du capitalisme à l’échelle planétaire a engendré des bouleversements écologiques sans précédent, tant du point de vue local que global ».
Puis la dette de l’Occident ne ferait que croître, on apprend ici que le colonialisme a imposé la monoculture dans les pays colonisés qui a épuisé irrémédiablement les sols et que l’Occident a littéralement pillé les richesses des pays du tiers-monde et organisé une déforestation massive.

« Par la suite, l’âge du pétrole ainsi que l’explosion exponentielle de ces émissions (après 1950) correspondent à la généralisation dans les pays du Nord de la voiture individuelle, d’une agriculture industrielle et d’une consommation de masse débridée, le tout toujours basé sur l’exploitation du tiers-monde » et « l’exploitation de mines, puits de pétrole ou terres agricoles par des entreprises multinationales se fait généralement dans un contexte de destruction écologique considérable, en atteste la situation dans le delta du Niger ou dans les innombrables monocultures agricoles d’Indonésie ou d’ailleurs. Dans de nombreux cas, cette surexploitation de la nature vise à fournir des devises qui serviront au remboursement de la dette financière des pays du tiers-monde. En outre, l’ouverture des frontières permet également la délocalisation d’industries polluantes dans des pays dans lesquels les normes de pollution sont bien moindres voire inexistantes. Cette mondialisation néolibérale permet ainsi aux grandes entreprises de contourner toute législation contraignante non seulement en termes de conditions de travail mais également de règles environnementales. Le paroxysme est sans doute atteint par l’exportation de déchets divers, des anciens ordinateurs aux navires en fin de vie en passant par les résidus miniers, vers les pays les plus pauvres afin d’éviter des coûts de traitement et de recyclage portant atteinte au bénéfice de ces grands groupes ».
https://www.cadtm.org/Qu-est-ce-que-la-dette-ecologique

Pourtant la plupart des spécialistes économico-sociaux mondiaux vantent régulièrement la disparition de la faim dans le monde, l’émergence économique des pays autrefois tiers avec de nouvelles classes moyennes dont une bonne partie vit maintenant, il suffit de regarder la montée de la pauvreté en France en scrutant les files d’attente devant les Restos du Cœur ou l’Armée du Salut ou les Restos U des étudiants, au-dessus du niveau de vie d’une partie des Français.

La critique du néolibéralisme est pertinente dans le dernier paragraphe en italique supra (délocalisation d’industries polluantes et des déchets vers les pays en développement par les économies occidentales), mais il faut relativiser les culpabilités : tous ces pays tiers sont désormais souverains, ce sont donc les populations et les politiques de ces pays qui ont accepté ces activités polluantes sur leur sol en toute connaissance de cause en contrepartie de la captation de la richesse générée par ce transfert d’activité.

Réclamer aux pays occidentaux un surplus de règlement revient à faire payer les populations occidentales déjà pauvres, cela relève du chantage immoral et est totalement inefficace à modifier les comportements.
Si un prix doit être négocié, c’est justement avec ces multinationales, et non avec le citoyen des pays d’Europe par exemple via leurs gouvernements qui en la matière se révèlent des larves en matière de discussions de contrats, lesquelles multinationales n’auront qu’à répercuter dans leurs coûts de revient cette hausse des tarifs dans les pays émergents qui conduira à augmenter leurs coûts en Europe, ce qui conduira les entreprises les plus vertueuses à devenir ultra compétitives en écologie pour le consommateur : c’est la loi du marché mis au service de l’écologie, sachant que tous les économistes sérieux sont d’accord là-dessus, le marché est souvent plus efficace que les états pour résoudre des problèmes, il suffit d’orienter le marché vers le sens souhaité.

Or faire chanter les pays occidentaux ne résoudra par le problème des industries polluantes délocalisées : le contribuable d’occident va seulement devoir payer plus via ses prélèvements obligatoires tout en laissant aux multinationales le droit de polluer plus et maximiser leurs profits en Afrique, on ne modifie donc pas le comportement des multinationales puisqu’elles y gagnent encore plus, ce qui empêche l’émergence d’activités moins polluantes en Europe puisque moins rentables, où est l’avancée à long terme ?

C’est donc aux décideurs politiques des pays émergents, notamment africains, de devenir enfin adultes qui ont reçu leur indépendance depuis les années 60, et se décider à passer contrat non plus au profit d’une caste comme actuellement dont la situation au Mali est l’archétype avec l’appropriation des richesses minières du pays par le groupe Wagner avec l’autorisation de la mafia armée au pouvoir au détriment de l’ensemble des habitants du Mali.

Raisonnons à partir du cas du Mali : ainsi le contribuable français paierait aujourd’hui pour le pillage organisé de ce pays par un groupe non français au profit de militaires maliens de la Grande Ville qui terrorisent et n’hésitent pas à assassiner les populations des campagnes maliennes qui, elles, sont les vraies et réelles victimes ???
Totalement immoral, anti-chrétien et anti-droits de l’Homme, on regrette même que les soldats français aient quitté les campagnes maliennes pour ne plus pouvoir protéger les populations abandonnées au pillage, et peut-être bien qu’un référendum auprès des populations des zones rurales dudit Mali montrerait que les gens des campagnes ne seraient peut-être pas si hostiles au retour de la France.

Par ailleurs comme je viens de le rappeler, ces pays ont depuis 60 ans leur indépendance, or il n’a jamais été pompé autant de pétrole et gaz ni extrait de matières premières pendant ce laps de temps qu’en 2 mille ans d’industrialisation précédemment, et qu’encore précédemment avant – 2500 avant JC où ce sont les Égyptiens et les Babyloniens, qui se disputaient déjà les bédouins de Juda et d’Israël, et les Chinois, qui polluaient, car tenaient une grande partie du commerce mondial de l’époque, soit grosso modo le Moyen-Orient actuel et l’Asie.

Autre remarque, les théoriciens de la dette de l’Occident arguent de la destruction des sols par les colonisateurs pour gonfler le montant à payer par les démocraties atlantistes : le contre-argument logique qui vient facilement à bout de ce mensonge est le comportement de la Chine, qui s’approprie en masse les terres d’Afrique depuis une ou deux décennies, ce qui infirme copieusement cette putative stérilité desdites terres qui auraient été rendues définitivement incultes par l’ancien colonisateur. Le Chinois a le sens des affaires depuis des millénaires, s’il achète des terres, c’est bien pour nourrir sa population, et cette vague d’achats massive met plutôt en relief, soit la paresse des populations des pays du Sud qui plutôt d’exploiter leurs terres préfèrent les vendre, soit l’existence dans ces pays d’une élite politique qui n’a aucun remord à déposséder les citoyens de leurs pays.

De tous ces arguments on est donc fondé à avancer que la théorie et le calcul d’une dette occidentale envers le monde émergent n’est que la résultante de logorrhées d’idéologues, puisque je pense montrer que ces pays que l’on essaie de faire passer pour pauvres sont aussi coupables que les Européens, les richesses qu’ils recèlent étant captées par une minorité mondialisée au détriment des populations de base : les torts étant largement partagés, personne ne doit quoi que ce soit à quiconque, le seul tort de l’Occident se limitant à la rigueur au fait de ne pas armer les populations de ces pays pour les aider à faire leur révolution et exterminer leurs castes dirigeantes qui les ont conduits à la faillite.

Avec maintenant l’inévitable terminaison : il est fort plausible que la désinformation générale qui s’est emparée tant de la gouvernance mondiale que des médias mainstream ainsi que les rapports alarmistes du GIEC et la multiplication de COP ceci et COP cela ne soit qu’un immense complot mondial destiné à razzier les richesses des déjà pauvres populations occidentales pour les offrir en cadeau de bienvenue aux populations des pays du Sud dans le cadre du Grand Remplacement et du génocide de tous les Blancs de la planète.

Jean d’Acre

image_pdfimage_print
19

8 Commentaires

  1. Le Soleil est une Etoile et vit la vie des étoiles.
    Avant de mourir, Elles passent par une période de réchauffement, la suite est plus compliquée, selon les cas.
    Il est prouvé que toutes les Planètes de notre système solaire se réchauffent aussi !
    La faute au CO2 ? Vaste enfumage de coercition des Peuples !
    0,04% dans l’atmosphère !!! Et on en fait un Monstre !
    BLA-BLA-BLA !

  2. de l’ADN de deux millions d’années a été découvert au Groenland, ont annoncé cette semaine des scientifiques, expliquant qu’il s’agissait du plus vieux jamais extrait ».
    Qu’est-ce que 2 millions d’années sur les plus de 4 milliards ?

    Et pour rajouter, il y a plus de 2millards d’années, la planète était bien plus chaude alors que le soleil était moins ardent de 10 à 15% de moins qu’aujourd’hui ?
    Le CO2, qui progressivement a contribué à former des carbonates, s’est raréfié. Inversement l’oxygène s’est dégagé, l’association des phénomènes a provoqué une immense glaciation… Les espèces présentes, unicellulaires majoritairement ont été exterminées…
    Comme quoi, les choses sont outrément plus compliqué que l’on pense, dans un sens comme dans l’autre !
    Problème, tout se passe à une échelle qui nous dépasse !
    Et après nous, d’autres espèces!!!
    En attendant, je préfère prendre soin de mon espèce !

  3. Faut il rappeler que Paris devait être sous l’eau en 2000 ! caramba, encore raté !!!

  4. seuls les abrutis et surtout l’armée de fonctionnaires (qui se remplit les poches de subventions!!)
    croient que les pets de leur voiture changent le climat.
    Le climat de la Terre a changé un nombre incalculable de fois. Cela est inscrit dans les sédiments qu’analysent de vrais scientifiques.

  5. qu’on m’explique pourquoi la grotte Cosquer (près de Marseille) est à 70 mètres sous le niveau de la mer, il y avait donc trop d’usines à silex, trop de pets de rênes etc.

  6. Très difficile à lire , pour qui a appris à écrire
    la langue française correctement .

    Il faudrait faire relire votre article par christine Tasin ou jean-claude Brighelli.

Les commentaires sont fermés.