1

Histoire de l’islamisation française : quarante ans de soumission

Alors que l’oligarchie politico-médiatique semble découvrir que de nombreux musulmans vivant sur notre sol, qu’ils disposent de la nationalité française ou qu’ils demeurent étrangers, privilégient leur identité religieuse et culturelle et refusent d’adhérer aux « valeurs de la République », il convient de rappeler à l’opinion publique que la situation actuelle découle de plusieurs décennies de compromission par l’ensemble des décideurs de notre société avec l’islamisme conquérant, comme le démontre brillamment un ouvrage monumental et collectif intitulé « Histoire de l’islamisation française-Quarante ans de soumission ».

Paru en juin 2019 chez L’Artilleur et réédité en 2020, cet essai richement documenté reprend en détail les renoncements successifs de nos « élites » face aux défis lancés par les fidèles les plus zélés de la religion d’Allah.
Comme le résumait Jean-Paul Brighelli dans un éditorial publié le 12 juillet 2019 sur le site de « Valeurs Actuelles », « ce livre recense dans l’ordre chronologique toutes les déclarations de tous les responsables politiques, journalistes, chercheurs en sciences sociales, qui ont constamment nié ou minimisé l’impact de l’islam sur la société européenne en général et française en particulier ».

Remontant à la Une de « Libération » du 12 février 1979 qui titrait « Insurrection victorieuse à Téhéran » pour se réjouir de la prise du pouvoir par l’ayatollah Khomeiny en Iran, ponctuée dans les rues de la capitale du slogan « Allahu akbar », lequel provoquait l’enthousiasme de journalistes issus de la Gauche prolétarienne, ce précieux ouvrage révèle, année après année, la complaisance, la lâcheté voire la complicité de presque tous les acteurs sociaux dont bénéficièrent les militants de l’islamisation tranquille de notre pays.

Nous apprenons par exemple que les revendications religieuses se manifestaient déjà à l’aube des années 80 sur les lieux de travail, en particulier dans nos usines, où des heures de prière furent aménagées pour les ouvriers musulmans… Mais aussi comment la polygamie a été validée avec la bénédiction du Conseil d’État dans un arrêt du 11 juillet 1980, imposant aux caisses de Sécurité sociale et d’Allocations familiales de reconnaître les enfants des deuxième, troisième ou quatrième épouses d’un immigrant.

Et ceux qui aujourd’hui prônent la restauration du service militaire devraient se souvenir que celui-ci fut supprimé en 1997 par Jacques Chirac, informé des difficultés rencontrées par les cadres de l’armée face au chantage permanent au racisme de la part de la majorité des conscrits d’origine maghrébine, dès qu’ils exigeaient le simple respect du règlement.

Bref, une longue litanie des abandons successifs justifiés au nom du droit à la différence, en matière vestimentaire ou alimentaire, au sujet de la place de la religion à l’école et dans l’entreprise, du statut de la femme ou de la liberté de conscience : après la lecture de cette indispensable étude, personne ne pourra dire qu’il ignorait « comment l’islam va transformer la France et l’Europe », pour reprendre l’expression du journaliste britannique Christopher Caldwell dans un livre choc paru en 2012.

Laure Fouré