1

Histoire : Pourquoi la mort d’une reine d’Angleterre m’indiffère

La perfide Albion

Les jours prochains vont être l’occasion à la France dite Républicaine, ainsi qu’à ces pauvres lobotomisés français de rendre hommage à leurs ennemis héréditaires.

Vous m’excuserez d’avoir un peu de mémoire et assez de connaissances historiques pour ne jamais oublier que l’Angleterre a été, et reste, notre pire ennemie. La famille royale anglaise n’est pas ma tasse de thé et je ne peux pas oublier que cette famille est responsable de la mort de plusieurs millions de Français durant les derniers siècles, sans compter ceux d’autres peuples pour assouvir ses ambitions de domination dans le monde. 

Je ne ferai pas partie des pleureuses de France qui, pendant les prochains jours, vont s’apitoyer sur la mort d’une Reine qui ne s’est pas fatiguée dans les champs, à l’usine, au bureau, ni même pour élever ses enfants. Elle avait un rôle assigné de représentation dans cette Angleterre, et son rôle premier était de donner un héritier.

Je vais même aller plus loin quitte à en choquer plus d’un. Je me fiche complètement de la mort de la Reine d’Angleterre.
Les Anglais ont toujours été nos ennemis héréditaires depuis des siècles. Cela a commencé au temps de nos rois de France. Je n’oublie pas qu’elle a occupé une partie de mon pays, qu’elle l’a colonisé. Elle s’est prétendue souveraine de mes ancêtres, et il a fallu à ceux-ci, des siècles de guerres, de batailles, de morts, pour bouter l’Anglais hors de notre sol. L’épisode de Jeanne d’Arc en est le plus grand des témoignages.

Je n’oublierai jamais la perte du Canada français, du Québec en particulier, ni la déportation des Français de « La nouvelle France » en Amérique du Nord. Petit rappel : les Acadiens ont été déportés par les Britanniques, leurs maisons et leurs fermes ont été incendiées, leurs familles séparées (pertes de liens avec proches, amis, conjoints, enfants…). Cette déportation a constitué une des premières opérations de nettoyage ethnique de grande envergure. On sait le mauvais sort qui fût apporté aux Québécois par la suite.

Je n’oublierai jamais non plus leur comportement lors de la Révolution Française, fomentant des complots, utilisant la cause légitime des Vendéens pour ce faire. Ne jamais oublier les financements des coalitions contre les Révolutionnaires, la trahison du traité de paix d’Amiens entre la France et l’Angleterre. Les coalitions contre le Consulat et l’Empire. Les Républicains français parlent de guerres Napoléoniennes, alors que ce n’est pas l’Empereur qui déclarait les guerres mais, à travers le financement anglais, les Autrichiens, les Prussiens, et même la Russie Tsariste. C’est cette perfide Albion qui agissait en sous-main, comme elle l’a toujours fait, et le fait encore en ce moment, en Ukraine. Les raisons de cette guerre à la Russie, en 1812, étaient la trahison du Tsar à sa parole donnée à Napoléon 1er, au sujet du blocus de l’Angleterre. Hélas, cela a mal tourné pour nous les Français.
Certains républicains français disent que Napoléon 1er brûla Moscou. C’est faux. C’est le gouverneur général de la ville, le comte Fédor Rostopchine, qui a offert la liberté aux brigands russes emprisonnés dans les geôles moscovites, à condition qu’ils mettent le feu à la ville.
Je n’oublierai jamais la trahison des Anglais au Mexique, lâchant Napoléon III et l’Empereur Maximilien qui voulait justement empêcher la montée de ces USA naissants. Ils voulaient installer un empire mexicain puissant à ses portes. On sait par la suite, que le Mexique « républicain » perdra des territoires comme le Texas, la Californie, le Nouveau-Mexique face à l’appétit insatiable de ces USA. Toujours cette Angleterre, en sous-main, qui rendit aux USA la tâche plus facile. Complicité anglo-saxonne comme d’habitude, comme aujourd’hui.

Je n’oublierai jamais la trahison de cette Angleterre qui a lâché Napoléon III face aux Prussiens en 1870, leurs responsabilités dans la mort de l’héritier du trône impérial en Afrique contre les Zoulous.

Ils sont les inventeurs des premiers camps de concentration avec Horatio Herbert Kitchener contre les Boers, les massacreurs des Aborigènes d’Australie, et de Tasmanie. Le conflit à Fachoda en Afrique, avec les lâches de la Troisième République qui se sont couchés.

Comment oublier, plus proche de nous, le comportement britannique à Dunkerque où les soldats français se sont sacrifiés sur la plage pour permettre que les Anglais rembarquent ?

Se souvenir d’une partie de la flotte française détruite à Mers el Kebir, et le soutien au général Charles De Gaulle, comme la corde qui soutient le pendu, face aux USA, qui voulait, in fine, occuper la France.
Je hais cette Angleterre qui nous a asservis, imposé sa langue, sa politique, sa culture à travers les USA, ses frères anglo-saxons d’Amérique. Les Républiques, hormis De Gaulle, se sont toujours couchées devant les Anglais.
Rien à foutre de la mort de la Reine d’Angleterre. 
La France est monarchiste, elle aurait dû avoir un Prince, un Roi, un Empereur au lieu d’avoir ces ridicules et nuisibles présidents comme Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron.
Elle aurait dû être un grand pays au lieu d’être devenue une république indigne de son Histoire Royale et Impériale. J’envie les Russes d’avoir un Président comme Vladimir Poutine, et j’emmerde les Républicains. Vive l’Empereur.
Gérard Brazon