Hitler a mis au pas l’Allemagne, Macron met au pas la France

macron-en-hitler.jpg

Pour Ariane Bilheran, normalienne, docteur en psychopathologie, née en 1978, la crise en cours coche toutes les cases des processus totalitaires. « Nous assistons à une attaque mondiale et coordonnée de nos démocraties agonisantes, attaque visant à l’établissement d’un IVe Reich ». Et Ariane Bilheran confirme son hypothèse en citant Hannah Arendt, philosophe allemande, naturalisée américaine (1906-1975). « En juin 1945, dans un article intitulé « Les germes d’une Internationale nazie », Hannah Arendt annonçait « les périls de demain » : sur les cendres encore fumantes de la guerre, la philosophe parlait d’une Internationale fasciste infiltrée à la manière d’une secte occulte, dans les institutions supra nationales de l’après-guerre. Elle expliquait que le nazisme ne peut se comprendre que « comme un mouvement international antinational ».

Ariane Bilheran précise : « Le Forum économique mondial de Davos, agence de presse du Club Bilderberg, incarne la continuité entre le IIIe Reich et le IVe Reich. Le texte de Hannah Arendt met en perspective l’actualité du monde et sa dérive totalitaire. Les Allemands n’ont pas perdu la guerre. L’idéologie nazie n’est pas éteinte, mais se perpétue et revit dans tout l’Occident avec des chefs d’État et des oligarques formés dans cet esprit. L’évolution socio-économique, financière, culturelle, psycho-sexuelle, techno-scientifique de la modernité, aboutit à l’idéologie nazie. Le recyclage du nazisme dans le monde de l’après-guerre confirme cette thèse : recyclage des individus, des techniques, de l’argent, des idées maîtresses ». Exemples. Josef Mengele (1911-1979), Klaus Barbie (1913-1991), Wernher von Braun (1912-1977), Walter Hallstein, l’un des Pères de l’Europe (1912-1982), Kurt Waldheim, secrétaire général de l’ONU, président de la République d’Autriche (1918-2007), le prince Bernhard de Lippe Biesterfeld, époux de la reine Juliana des Pays-Bas (1911-2004). Les nazis dirigent le monde en coulisses depuis 75 ans, et tentent d’instaurer le Grand Reich millénaire. Les familles Rockefeller, Gates, Huxley, étaient des sympathisants du nazisme. Dans « La Swastika Rose », la croix gammée rose, de 1965, Judith Reisman, essayiste américaine (1935-2021), souligne les dérives sexuelles des nazis. La lubricité, la luxure, le dérèglement des mœurs sont communs au nazisme et au mondialisme. Ainsi, le mondialisme serait un copier-coller du nazisme. En effet, de nombreux points communs les rapprochent.

Premier point commun. L’argumentaire politique et moral repose sur le nihilisme. Le nihilisme est une théorie philosophique qui affirme l’absurdité de la vie, l’inexistence de la vérité. Les idéologues mondialistes s’appuient sur une structure morte et mortifère, dont l’esprit et la vie se sont retirés. Ils représentent une faction de la haute bourgeoisie ultra-libérale, libertaire et anti-sociale. Les dirigeants ne sont pas libérateurs, mais dogmatiquement libertaires et très intolérants. Ils n’ont aucune moralité, aucune éthique, mais se prétendent plus moralisateurs que jamais. Ils ne sont pas rationalistes, ils ont renoncé à toute philosophie sérieuse au profit du nihilisme, du progressisme, de la transgression, du relativisme, du matérialisme.

Le nihilisme transgressif est devenu la doctrine officielle des gouvernements successifs, il est le contraire même de toute pensée éclairée de la liberté. On l’impose de force à la jeunesse de la nation. Ce nihilisme transgressif peut exister sous deux versions. La première version est celle du « surhomme ». Le nihilisme transgressif du « surhomme » est celui du national-socialisme. Il préfère la violence. Selon l’expression de Nietzsche, il appartient à une « superbe tête blonde », en pleine santé, qui adhère à son destin de mort, pourvu qu’elle soit héroïque et grandiose. La deuxième version est celle du « dernier homme ». Le nihilisme transgressif du « dernier homme » est celui du libéralisme libertaire. Il préfère la ruse. Le « dernier homme » est plutôt un vieillard égoïste, qui, selon l’expression de La Bruyère,             « achèterait un instant de survie au prix de l’extinction du genre humain ». Le prince Philip, duc d’Édimbourg, n’a-t-il pas dit en 1988 :   « En cas de réincarnation, je souhaiterais revenir sous la forme d’un virus mortel ».

Et Paul Ralph Ehrlich, biologiste, démographe américain, né en 1932, proclame : « La mère de l’année devrait être une femme stérilisée avec deux enfants adoptés », et « Trop de voitures, trop d’usines, trop de détergents, trop de pesticides… trop d’oxyde de carbone. La cause est toujours la même, trop de monde sur la Terre ».

Une même philosophie émane de ces deux versions du nihilisme transgressif. C’est toujours le même homme qui veut détruire l’homme, et montre la même fureur de mise au pas et d’uniformisation de la société libre. La coterie du nihilisme transgressif renonce totalement à la rigueur morale effective et à l’exigence civique. Elle s’identifie à une liberté que Kant aurait appelée pathologique, et donc au droit du plus fort. La liberté pathologique rejette la Raison transcendantale et la morale de l’obligation. Elle ne trouve d’horizon que dans la transgression, et dans toujours plus de transgression, à la limite, un jour, dans la violence et la cruauté. Elle a perdu tout critère ascensionnel, et tout dynamisme ascensionnel. Elle a renoncé à toute sublimation culturelle. Alors, elle se livre à la fois à l’instinct de plaisir et à l’instinct de mort. Elle appelle « nouvelle civilisation » la descente en vrille dans cette barbarie. Elle fuit en avant pour tenter de conserver le pouvoir dans un monde qui lui échappe. Elle choisit une voie de démesure, mêlant prosélytisme, propagande et dictature. Dans ce système, l’éducation des diverses identités laisse la place à une unique identité nihiliste. Et l’imposition de la culture nihiliste se fait sous couvert d’une méthode impartiale et sous prétexte de respecter la diversité. Mais de diversité, il n’y en a pas. Nous sommes dans une diversité postiche. Il n’y a qu’une seule pensée, pensée nihiliste, il n’y a qu’une seule culture, culture nihiliste, il n’y a qu’une seule morale, morale nihiliste, ordre moral nihiliste. L’individu se structure autour d’un dogme nihiliste qui devient le noyau de son identité. Il s’agit d’une nouvelle identité, d’une conception particulière du bien et de l’homme. Cette nouvelle identité est construite à partir d’une règle d’impartialité. Elle se transforme en parti-pris de négativité, en fanatisme de la stérilité, de l’insignifiance, et donc en partialité, en intolérance. Le nihilisme transgressif, la liberté pathologique, c’est du Macron tout craché.

Deuxième point commun. L’idéologie mondialiste se rapproche de l’idéologie nazie par des pratiques fascistes et totalitaires. Le terme      « totalitaire » est employé pour la première fois par Mussolini, lors d’un discours de juin 1925, dans l’expression « farouche volonté totalitaire ». L’adjectif est ensuite repris par la presse et les théoriciens fascistes. Puis le vocabulaire s’enrichit d’un nouveau mot dérivé    « totalitarité », opposé au mot « fragmentation ». En novembre 1933, Mussoloni parle d’État totalitaire. À cette date, Hitler a déjà défini l’État allemand comme un État total (totaler Staat). Le fascisme est une dictature au service d’un État totalitaire. De l’État total ou totalitaire, on passe au totalitarisme, terme abstrait désignant un système politique opposé au parlementarisme et au marxisme. En 1935, Hitler se pose comme « le révolutionnaire conservateur du monde ». Dans les deux cas, nazisme et mondialisme, la société est féodalisme par une caste bourgeoise dominatrice. Cette bourgeoisie a des ambitions politiques, économiques, territoriales, financières, idéologiques, elle renonce aux valeurs traditionnelles, elle interdit l’enracinement des idéaux de liberté et de démocratie. Le fascisme apparaît comme le moyen pour mettre au pas la classe ouvrière, comme une dictature directe de la bourgeoisie, comme la tyrannie d’un « bloc au pouvoir » associant grand capital, classes et fractions de classes. Le fascisme se manifeste bien comme le fils du capitalisme. Le mondialisme fasciste met en place un capitalisme financier total.

Dès l’arrivée de Hitler au pouvoir, la « mise au pas » de l’Allemagne commence. Pareillement, Macron met au pas la France. Il en est ainsi dans d’autres pays acquis au mondialisme.
L’opposition politique est muselée, les rouages administratifs sont contrôlés, la vie culturelle est surveillée. L’absolutisme règne dans toutes sphères de l’existence. La vision du monde se résume dans un slogan : un Peuple, un Empire, un Chef. Cette conception du monde est popularisée par les médias, la radio, la presse, la littérature. La base de la doctrine repose sur le racisme, une « race supérieure », les Aryens pour les nazis, les négroïdes pour les mondialistes, résultant du métissage entre les Blancs et les Noirs. Dans un discours prononcé à l’École polytechnique, le 17 décembre 2008, Nicolas Sarkozy le dit clairement : « L’objectif, c’est relever le défi du métissage que nous adresse le XXIe siècle. Le défi du métissage, la France l’a toujours connu. En relevant le défi du métissage, la France est fidèle à son histoire… ». Pour diriger l’humanité, il faut disposer d’un espace vital suffisant, d’où le droit de conquête. Un Reich marque pour « mille ans » le triomphe du peuple unifié, et surtout la prédominance d’un clan hégémonique, omniprésent, oppresseur et tyrannique. Dans la communauté réalisée, l’individu s’aliène pour se subordonner au Tout, l’individu s’incarne dans un État total. L’État total désigne un régime où société, peuple, et État sont confondus, où l’État incarne le peuple, où l’État englobe tous les aspects de la vie. Le but poursuivi, le triomphe de l’idéologie, exige la mise au pas intellectuelle, et la consolidation de la race.

Cet État totalitaire est un État centralisé, bureaucratique, et policier. L’appareil judiciaire participe également à la répression. La soumission des fonctionnaires, le contrôle des individus et de la pensée, la formation de la jeunesse, la culture et la propagande, sculptent tous les domaines de la vie quotidienne. La biologie et l’anthropologie apportent des justifications pseudo-scientifiques au racisme et à l’eugénisme. Pour les idéologues, il est nécessaire de refondre idéologiquement le peuple, voire l’humanité, élimination de « dégénérés », stérilisation forcée ou camouflée, assassinat des vieillards qui encombrent les hospices ou les maisons de retraite, sélection des gamètes dans l’espoir de donner naissance à une descendance pure. Les Allemands hier, les Occidentaux aujourd’hui, se plient à la dictature de l’État total.

Jean Saunier

image_pdfimage_print
18

23 Commentaires

  1. Excellent article de Jean Saunier, tout est dit. Anne Bilheran a parfaitement définie la situation actuelle, impossible de faire mieux. Seuls ceux qui ont de la merde dans les yeux ne peuvent d’accord avec cette analyse.

  2. Beaucoup de français, de plus en plus, coupent leurs tv car il faut faire des économies ! Macron peut détruire ce sera reconstruit après ! On pense qu’il a peur des français qu’il ne connaît pas et ne cherche pas à connaître ? Si l’hiver est dur, avec des coupures, peut-être qu’un grand feu s’allumera pour remettre de la chaleur au foyer ?

  3. Les Allemands sous Hitler ne savaient pas vraiment ce qui se passait à l’extérieur.
    et aujourd’hui les Français dans leur grande majorité écoutent encore religieusement la propagande télévisée du régime de Macron, une dictature qui s’installe progressivement au service d’un nouveau totalitarisme de milliardaires, ces grands prédateurs américains qui le tiennent en otage avec le dossier JMT.
    Pour avoir soutenu et aidé un pays nazi dans ses assassinats, viols, tortures
    Pour avoir participé à cet odieux racisme anti-russe, avoir bombardé indirectement le Donbass, tuant des enfants, des femmes et des vieillards innocents
    Allons-nous subir le même sort que l’Allemagne nazie : villes bombardées et rasées, femmes violées, la honte sur le pays pour 100 ou 200 ans ?

    • finalement le dossier en question nous met en danger, il nous place en situation de dépendance

  4. Le mondialisme actuel est un mixte de communisme, de nazisme, de capitalisme, de fascisme. On peut même rajouter l’écologisme qui souhaite réduire de façon très importante le nombre d’êtres humains sur Terre , et qui prône le Wokisme, le progressisme, l’immigration massive, la mise en place du passe carbone au nom de la lutte contre le réchauffement climatique !

  5. vous oubliez les bronstein et oulianov pour la Russie, Robespierre pour la France
    et d’autres
    dodolphe a été soutenu largement par les yankees et les bolcheviks

  6. La France du petit con d’Emmanuel ne se contente pas d’accueillir le tiers monde, elle veut devenir le tiers monde.

  7. Hitler Hitler Hitler ! on voit la conséquence fructueuse de son action en Ukraine qui a rabobiché les deux parties.

    • Regardez bien la seringue qui pique biden est truquée , l’ infirmier relève le tube et pousse après , mais du coup rien ne part dans le bras . Et le guguss qui dit que les non vaccs n ‘auront pas les mêmes droits , nous aurons le droit et l ‘honneur de vous enterrer .

  8. Cet est un tissu de grosse connerie qui nie le caractère intrinsèque du national-socialisme allemand qui reposait sur la germanité et un vrai patriotisme (exacerbé sans doute puisqu’il a entraîné la haine d’un peuple entier) mais dire que Hitler est à l’origine du wokisme actuel avec l’encensement de l’homosexualité, etc., c’est du n’importe quoi. Quand on sait comment les USA ont aussi financé l’arrivée du régime NS (comme ils l’ont fait en 1916-17 avec le communisme russe), c’est bien de ce pays devenu sataniste (voyez la face du billet d’un dollar !) que tout vient et tout arrive encore aujourd’hui.

    • merci ! j’allais commenter dans ce sens.
      du même tonneau que d’assimiler les néos nazes ukrainiens au socios nationalistes Allemands.

    • D’accord avec vous Anton, mais ce que vous appelez « patriotisme exacerbé » était tout de même une idéologie raciste complètement folle, à l’opposé de la civilisation chrétienne !

      Nazisme et communisme, en voulant détruire Dieu, n’ont fait que détruire l’Homme…

        • Le célèbre « Gott mit uns » des boucles de ceinturon de la Heer remonte au 19e siècle… au temps de la monarchie !

  9. Macron Hitler joli nom de famille , j’ai cru a une blague à mon réveil ce matin , hallah vie hallah mort sièg-heil !!! …

  10. Le Perruquée ne s’en est jamais cachée… cancel culture pour Cancel France. (Cancel = élimination). Dès 2017, tout poudrée : il nous l’annonçait…Et MLP de confier (au débat il était deux fois plus maquillée que moi !!???)

  11. Avec juste des objectifs à 180° l’un de l’autre ….Faire un parallèle entre les deux, c’est vraiment nous prendre pour des jambons….

  12. Si cela pouvait être vrai, ce serait une bonne nouvelle avant Noël. Mais, non, Macron est mondialiste pas national-socialiste. Macron conduit l’économie à la catastrophe. Ses meilleurs alliés sont la fausse opposition comme Berkoff et Zemmour qui ont voté Mitterrand.

  13. « Hitler a mis au pas l’Allemagne, Macron met au pas la France »….la différence c’est qu’hitler avec une armée forte,puissante,une police aussi,et le peuple avec lui ….la ce n’est absolument pas le cas !!! je le dit trés souvant ici macron ce coup ci par sur qu’il aille jusqu’en 2027,tant de choses font se passer avec un abruti pareil,déja attendez janvier/fevrier comment les francais vont accepter les soit-dites coupures de courant….et sa réforme de retraites,laissez le l’imposer aux francais et comment ca va se regler.

    https://i83.servimg.com/u/f83/19/48/51/99/31762310.jpg

    • kabout, les Français ont accepté le passe sanitaire, ils ont accepté que l’état tue nos aînés. Ils ne bougeront pas. Ils sont terrorisés.

      • Bien d’accord avec vous Stanislas, mais la terreur envahit les peuples depuis des décennies macron n’est que le suivant d’une liste de petits kapos aux ordres.
        Il est est certain que cet excellent article ne fera pas l’objet d’un cours dans un lycée ou autre. L’EN étant le principal carburant de ce national-socialisme façon allemagne des années 30.

Les commentaires sont fermés.