Hitler et Staline ont fait des petits : les islamo-gauchistes

Publié le 27 février 2017 - par - 6 commentaires - 996 vues
Share

Hitler et Staline montent dans en ballon. C’est le titre d’un livre de Gérard Guicheteau trouvé dans un vide grenier à la campagne. Un de ces livres qui n’a pas eu beaucoup de succès j’imagine.

Dans ce livre, il y est décrit toutes les négociations du roublard Staline et de son complice hypocrite Hitler. De ces négociations naîtra le pacte de non agression entre l’Allemagne Nazi et l’Union Soviétique en 1939. De ce fait, le Parti Communiste Français entra dans la collaboration ouverte, et dans l’opposition au gouvernement du Front Populaire, au point qu’il fût interdit par celui-ci.

Les nazis et les communistes main dans la main

En 1939, le PCF, égal à lui-même mena une guerre de désobéissance envers les intérêts Français. Maurice Thorez, grand patron du PCF, déserta de son unité et vint à Moscou. Le PCF en France collabora avec les nazis jusqu’en juin 1941. Il négocia avec la Kommandatur, la réapparution du journal l’Humanité interdit par le Front Populaire. Il entra en Résistance juste après en avoir reçu l’ordre de Staline, suite à l’envahissement de l’Union Soviétique par les troupes d’Hitler. Leur patrie n’était donc pas la France, mais l’Union Soviétique. Certains, à titre personnel avaient rejoint Londres. D’autres furent liquidés par le PCF parce que trop critiques.

Ce point d’histoire est nécessaire pour comprendre que les liens entre socialistes sont plus profonds qu’on le dit à gauche, et que ce qui sépare le totalitarisme soviétique du totalitarisme nazi n’est en fait, qu’une feuille de papier de cigarette. Leur origines se trouvant dans le socialisme au même titre que le fascisme inventé par l’ex socialiste Mussolini. La volonté de créer un homme nouveau étant la base, et celle de faire table rase du passé également.

Nous retrouvons ces racines socialistes et cette volonté de tout raser pour « reconstruire » une société nouvelle ou l’homme, ne serait plus qu’un être obéissant au chef, au Fuhrer, au Duce, au secrétaire du parti, comme à l’Imam et à l’Ayatollah suprême. Ces liens ne sont pas nouveaux puisque nous savons l’admiration que portait Hitler pour l’Islam. Il vantait l’esprit de sacrifice des soldats musulmans, l’obéissance à un dieu, et l’idée de mourir pour lui. Le grand mufti de Jérusalem en a profité pour lui glisser dans l’oreille que le four crématoire était la seule place à donner aux juifs. Il y eut 3 division de WaffenSS musulmans. Aujourd’hui, Mein Kampf est best-seller dans les pays musulmans y compris au Maroc.

Loin de moi l’idée d’affirmer que l’extrême gauche emmené par Mélenchon est un copie collé d’Hitler, mais il faut bien souligner le discours de l’un, par rapport à l’autre. De même sa gestuelle sur les estrades qui me fait penser à ces dictateurs qui ont fait régner la terreur en Russie, en Allemagne et en Italie, dans une moindre mesure.

Quand j’entend les « nouveaux » communistes nous expliquer que le communisme ce n’est pas Staline, il faudrait leur rappeler les pendus de Lénine et la terreur rouge exigée par lui. Le relativisme des faits et l’excuse des lâches qui refusent la chronologie de l’histoire et la réalité en picorant uniquement les faits qui les fortifient dans leur « culture » en chocolatine.

L’homme n’invente rien. Il recycle son histoire et c’est bien pour ça que l’histoire ne doit jamais être une matière négligeable, même si nous savons bien que l’expérience est une bougie qui n’éclaire que soi-même disait Confucius.

Il n’en reste pas moins qu’à l’époque d’internet, nous avons des images, des déclarations, des volontés et des désirs qui nous rappellent les « heures les plus sombres » et que celles-ci doivent être remises sous l’éclairage des faits et des discours. C’est une grave erreur historique, une manipulation de faire porter aux uns, ce qui ne leur appartient pas.  Comme l’a fait l’inculte Anne Hidalgo, née Ana María Hidalgo Aleu le 19 juin 1959 à San Fernando (Espagne) qui a confondu le Front National communiste des années de guerre, avec le Front National créé en 1972. Pourtant, arrivée en France à 2 ans, elle a connu les bancs de nos écoles !

La complicité de Staline, du Parti Communiste Français et de Hitler est un fait. Les trahisons multiples de ce parti en 1939-41, les sabotages pendant la guerre d’Indochine et celle de l’Algérie en sont d’autres. Pour se faire une idée des hommes politiques, il serait bon tout de même que les électeurs sachent quelles sont leur affiliations profondes.

Le système totalitaire islamique, la gauche et l’extrême gauche ont des complicités, eux aussi montent en ballon 78 ans après Staline et Hitler.

Gérard Brazon (Liberté d’expression)

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Romanin

Dites-moi Gérard, pour moi qui ne suis pas cinéphile, la carpe et le lapin de votre article ce ne sont pas les deux acteurs de second rôle qui on joués dans le film de Belvaux, On est chez nous???
Avec pour actrice la Jacob-Delafon, étoile filante à la carrière en dents de scie qui a un père communiste qui ne veut pas parler du passé, je comprends mieux maintenant pourquoi!
Merci à vous d’avoir déniché ce vieux bouquin dans un vide grenier de campagne. N’hésitez pas à me dire si je suis hors sujet, dans ma campagne à moi, on est parfois « dur à la comprenette » !

Paskal

Tout raser pour construire une société et un homme nouveaux, c’était déjà ce que voulaient les jacobins.

Kounnar

Si vous voulez lire une partie des traitrise du parti Communiste à cette époque, …
Ici :
http://pcf-1939-1941.blogspot.com/p/blog-page_30.html

greg

c’est pas le front populaire qui a interdit l’huma…

Gerard Brazon

Mieux même. C’est aussi le Front Populaire qui vota les pleins pouvoir a Pétain. Cqfd

Yves

« Il est important de comprendre que le fascisme et le nazisme étaient des dictatures socialistes ». de Ludwig von Mises.