Hollande à la foire de New York

Publié le 29 septembre 2015 - par - 4 commentaires - 858 vues
Share

           HollandeNY

           Je m’en vais voir les petites femmes de Pigalle

           Toutes les nuits j’effeuille les fleurs du mal

          Je mets mes mains partout je suis comme un bambin

          J’maperçois qu’en amour je n’y connaissais rien

Aurions-nous le cœur de reprocher à notre président de se divertir un peu  à la foire de New York et de contribuer à soigner l’image de la France en allant – j’allais dire « se frotter », pfff, – en allant soutenir ce magnifique et indéboulonnable fleuron de notre culture que sont les danseuses  du Moulin Rouge?

C’est bien normal que,  comme le héros de la chanson de Serge Lama, notre président aille chercher un peu de détente auprès de ces dames. entre deux discours à l’ONU. Sans doute aura-t-il eu raison de profiter des paillettes de Broadway, car sa  prestation à l’ONU aura été plutôt terne. Il faut dire que, mal servi par l’ordre de passage, Hollande a prononcé son discours à l’heure du déjeuner devant des rangs qui se dégarnissaient peu à peu. Et il est encore vrai que le thème de son discours consensuel et soporifique n’était pas fait pour retenir l’auditoire. En pleine guerre au Moyen-Orient, en plein exode de masse de vrais et faux réfugiés,  en plein retour d’une nouvelle Guerre Froide,  Hollande parlera longuement ….du réchauffement climatique, qui n’était pas forcément, malgré son titre, le sujet le plus approprié pour amorcer un redoux géopolitique.  Comme on dit, il y a un temps pour tout. Soit M. Hollande ne l’a pas compris, soit il noyait le poisson.

Pendant ce temps, les grands s’affrontent.

Obama  reproche à la Russie son soutien à Bashar el-Assad ainsi que  l’annexion de la Crimée et le soutien aux rebelles ukrainiens. D’ailleurs, pour marquer la position américaine sur la situation ukrainienne, le secrétaire d’Etat John Kerry traverse la salle et donne, devant l’Assemblée Générale,  l’accolade au président ukrainien Petro Poroshenko.  Poutine, à son tour, dénonce la politique étrangère américaine et reproche aux  Occidentaux « d’exporter » au Moyen-Orient « des expérimentations sociales » sous la forme de « révolutions » qui sont responsables des crises que l’on connaît.

Obama souhaite la mise en place sur 15 ans d’un plan destiné à éradiquer la pauvreté et la faim qui engendrent les guerres. Pour Poutine, ce sont les guerres, souvent engendrées par une  mauvaise gouvernance, qui freinent le développement.

Devant la présence des forces armées russes à Lattaquié, Obama, lui,  vante la voie diplomatique. Poutine dame le pion en souhaitant  la création d’une alliance entre l’Iran, l’Arabie Saoudite,  la Jordanie, la Turquie., coalition semblable à celle dressée face à Hitler. Point Godwin assuré et position imparable.

Les grands de ce monde doivent éradiquer la pauvreté qui engendre les guerres dit Obama.  Ce sont les guerres, souvent engendrée par une mauvaise gouvernance,  qui freinent le développement, répond Poutine.

Obama ne souhaite pas entrer dans un nouvel âge glaciaire, pourtant cela y ressemble fort. Sur cette question syrienne, l’Europe retrouve ses anciennes divisions est-ouest. Selon Poutine, il convient de soutenir Bachar el-Assad et de  lutter contre ISIS, l’Allemagne semble aller dans ce sens en demandant la levée des sanctions  contre la Russie.  Quid de notre président?  Proche des positions d’Obama. Hollande refuse tout dialogue avec el-Assad et demande son départ programmé.  La Syrie, déclare-t-il est  » l’alliance entre une dictature et le terrorisme » et  le problème vient autant d’El Assad que d’Isis. Selon lui, les réfugiés fuiraient  tout autant la dictature du régime  que les horreurs de l’Etat Islamique.

Dans ce cas, on pourrait demander à Hollande pourquoi les Syriens ont attendu aujourd’hui pour fuir un régime honni qui est en place depuis juillet 2000. Comment une telle dictature  aurait pu  produire autant de cadres, de médecins, de chercheurs dont l’arrivée en masse va enrichir la France et l’Europe?

On pourrait également lui objecter que c’est au peuple syrien qu’il appartient de juger un régime qui, quoi qu’on en dise, assure la protection des minorités allaouites et chrétiennes. Et qu’on ne saurait à la fois reprocher à Poutine son ingérence et demander le départ du président syrien.

Et enfin, que Bachar el-Assad n’a pas à nous plaire selon des critères que nous établirions.

« On ne va pas faire travailler ensemble la victime et le bourreau » assure Hollande. Puisse-t-il se souvenir de cette phrase lorsqu’il essaiera de nous vanter les joies du vivre-ensemble.

Mais, retournons aux choses sérieuses.  Ne dit-on pas qu’en France tout finit par des chansons?

Il est temps de conclure:

 il est content, il est content, il est content,

          il est cocu, mais, content!!!

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Dorilée

Les Ricains on zigouillé Sadam. Pour ne pas être en reste, les toutous français, pour faire comme leur maître et malgré une mise en garde, ont tordu le coup à Khadafi. Et maintenant, comme il n’y a plus personne pour les retenir, les envahisseurs arrivent chez nous à plein bateaux comme prévu dans la mise en garde. Mais la leçon n’a pas suffi ! Braguette ouverte et cravate de travers, l’ahuri a décidé de renverser le Président Bachar al Assad alors que les Syriens ne lui ont rien demandé. S’il faut virer un président, je me demande s’il n’y en a pas un autre à dégager d’urgence avant. Je me demande également comment réagirait le scootériste libidineux si Poutine décidait de le virer de la manière qu’il envisage de virer Bachar sous prétexte qu’il méprise son peuple……
Bachar al Assad est le dernier rempart civilisé contre l’invasion totale par la barbarie musulmane. Il faut lutter à ses côtés, pas contre lui. Sauf à vouloir la victoire des terroristes.

hathoriti

Aujourd’hui, ce sont les girls du Moulin Rouge,modèles de vulgarité qui représentent la France (dansent-elles sur l’air d’Offenbach: le cancan?) et le gnome ventru se déplace pour aller les voir de près…de très près… Autrefois, il y a encore une quarantaine d’années, c’est la Comédie Française qui partait en tournée dans le monde. Et qui exportait pour le plus grand bonheur des peuples, Racine, Corneille, Molière, Marivaux, Rostand… En costume d’époque ! Déclamés en français, s’il vous plaît ! Par des Jean Piat, Jacques Toja, Geneviève Casile, Paul Emile Deiber, Michel Etcheverry, Jacques Charon, Robert Manuel, Micheline Boudet, et tous ces acteurs merveilleux qui ont fait notre bonheur et notre joie…en France ! Le succès était garanti! extraordinaire ! Voilà ce qui représentait la France ! Le gnome se serait-il déplacé pour aller les voir, les entendre ? Pensez-vous ! Après avoir lorgné sur les décolletés, il aurait ronflé oui !

Cochonaille

Ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne !

Themis

Pour relever le niveau de notre gnome élyséen, voici le discours de Vladimir Poutine à l’ONU !

http://civilwarineurope.com/2015/09/30/le-discours-de-vladimir-poutine-devant-lonu-video/