Hollande a toujours été un magouilleur, la preuve par Caton

Publié le 31 mars 2017 - par - 4 commentaires - 1 234 vues
Share

“Carthago delenda est”. Les latinistes se souviennent des Guerres puniques et du vieux Caton qui clamait haut et fort, devant le Sénat romain :  “Il faut détruire Carthage”, vers l’an 150 av J.C.

Mais qui se souvient de l’affaire Caton de 1983 ? Une bien curieuse affaire qui nous montre les mille et une facettes du personnage Hollande, qui s’était fait passer pour un dirigeant de droite au cours d’une interview avec France Inter.

Dirigeant de droite, surnommé Caton, et auteur du livre “De la reconquête”.

“La vérité c’est tout simplement que le pouvoir socialiste ne tombera pas comme un fruit mûr. Ceux qui laissent entendre que nous pouvons, c’est à dire nous la droite, revenir au pouvoir dans les mois qui viennent ou même dans les deux années qui viennent, se trompent et trompent les Français. Ce n’est pas parce que Pierre Mauroy est à Cayenne ce matin, que nous sommes débarrassés de la gauche.”

C’est bien Hollande qui parle, alors qu’il est conseiller à l’Elysée sous Mitterrand !!

On apprendra plus tard l’identité de Caton, c’était le journaliste André Bercoff.

Un beau montage du PS pour déstabiliser la droite, déjà !

https://youtube.com/watch?v=GIX8IejCdQE%3Ffeature%3Dplayer_detailpage

https://www.youtube.com/embed/GIX8IejCdQE?feature=player_detailpage

Après un tel épisode, qui nous montre un certain penchant de François Hollande pour la mystification et les coups montés, l’ombre du cabinet noir de 2017 n’en devient que plus envahissante.

Car c’est bien à une grande manipulation politique contre la droite que Hollande a participé en 1983 !

Par conséquent Fillon et Marine ont bien raison de soupçonner des manœuvres occultes orchestrées par l’Elysée pour torpiller leur campagne.

Hollande a beau évoquer “les allégations mensongères” de Fillon, la mise en place dès 2012, d’une “structure clandestine” pour nuire à ses opposants, apparaît de plus en plus évidente.

Si le PNF a pu déclencher une enquête à peine deux heures après les informations livrées par le Canard enchaîné sur Fillon, qu’attend-il pour vérifier les révélations explosives du livre “Bienvenue place Beauvau” ?

Si nous sommes dans une démocratie, il appartient à la justice de faire la lumière sur cette affaire extrêmement grave, cette justice qui se plaint régulièrement d’être insultée et prétend être indépendante et impartiale.

Que nos magistrats prouvent au peuple que leur indépendance et leur impartialité ne sont pas à sens unique ! Qu’ils ouvrent une enquête et disent aux Français dans quelle république ils vivent.

Mais si nous sommes déjà dans une république bananière, il est évident que la plainte des fillonistes sera classée sans suite.

Cela voudra dire que toutes les prochaines élections se passeront dans un climat aussi sordide, où les coups bas seront légion pour désintégrer les opposants.

Ce sera le coup d’Etat permanent, mais contre la droite et le FN.

Ce qui est décrit dans ce livre, c’est une atteinte à la démocratie et à l’Etat de droit. Les infractions soulevées par le camp Fillon ne sont pas des moindres. On est loin des costumes ou des montres qui aiguisent l’appétit des pitbulls qui ne le lâchent plus.

“Association de malfaiteurs, corruption, corruption des autorités judiciaires, trafic d’influence, atteinte à la vie privée, atteinte au secret des correspondances, abus d’autorité, complicité de fraude fiscale, violation du secret professionnel, violation du secret de l’enquête”.

Avec un tel chapelet d’infractions, qui remettent en cause le bon fonctionnement de notre démocratie, une justice intègre peut-elle opposer une fin de non-recevoir ? Ce serait insulter le peuple souverain. Ce serait une ignominie.

Quand j’entends Cambadélis déclarer que “François Fillon veut pourrir la campagne présidentielle,… qu’il affaiblit la République et permet tout simplement au Front National d’en faire son miel”, les bras m’en tombent.

Cambadélis veut jouer les modèles de démocrate et les professeurs de morale politique, en oubliant qu’il est un repris de justice.

Quand on a été condamné à deux reprises, à des peines de prison avec sursis et des amendes pour emploi fictif, on se fait discret.

Sur Internet rien ne s’oublie. Et même si ces affaires sont soldées au plan judiciaire, elles restent une tache indélébile sur un CV !

La morale du PS, les patriotes la connaissent bien. Vu l’acharnement judiciaire qui s’abat depuis 5 ans sur les sites identitaires au moindre dessin humoristique ou au moindre écrit qui dérange, il est clair que toute vérité n’est pas bonne à dire et qu’il y a des justiciables jugés davantage politiquement corrects que d’autres…

Encore une fois c’est Marine qui rendra sa liberté au peuple.

“Il est des moments où l’essentiel est en jeu. Nous y sommes. Je veux parler de ce qui fonde une démocratie, de ce qui fonde notre République : la liberté d’expression et nos libertés publiques” dit-elle.

“Je garantirai à chaque Français le respect et le recouvrement de ses libertés individuelles et de nos grandes libertés publiques. Les libertés numériques seront sacralisées dans notre Constitution, la liberté d’expression reconquise et défendue avec ardeur.”

Rappelons que sur les 47 pays du Conseil de l’Europe, la France figure régulièrement dans le trio gagnant parmi les pays condamnés pour violation des droits de l’homme.

Privilège que notre pays partage avec la Russie et la Turquie !

Alors quand le PS fait la leçon à Poutine ou Erdogan, il y a vraiment de quoi se rouler par terre !

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anne-Marie

Il y a surtout de quoi se mettre très en colère et se retrouver dans la rue pour faire entendre notre voix ..

Tiburce

C’est effrayant et c’est bien la vérité.
Notons l’évolution d’André Bercoff ou de Max Gallo vers les rangs patriotes depuis cette époque alors qu’ils étaient plutôt classés à gauche.
Ces voyous de Hollande et je Macron plus ou moins et plutôt plus sur moins par le système souvent être balayé par le peuple et sa colère légitime

Hasso

Je rajoute ma pierre : dans son livre « Ca tiendra bien jusqu’en 2017 », la journaliste Sophie Coignard raconte une anecdote vécue qui montre clairement les liens directs et anciens entre François Hollande et le Canard Enchaîné, y compris jusqu’en 2012, à l’Elysée !

Philippe Legrand

Pour ceux qui comme moi ont des problèmes de lecture de la vidéo, voici un lien direct: https://youtu.be/GIX8IejCdQE