Hollande, un candidat aux convictions molles

av hollande vu par charles Pasqua
À l’époque du quinquennat de Sarkozy, le secrétaire Hollande était cantonné à un rôle subalterne… Jusqu’à ce que la disparition de DSK fasse de lui un « candidat de second choix, par défaut« . Normalement, personne ne veut être un second choix, mais le premier secrétaire subalterne de la rue de Solferino a su s’en contenter. La révélation des pratiques sexuelles de DSK au monde entier a propulsé un secrétaire anonyme sur le devant de la scène pour les primaires socialistes. En conséquence, depuis 2012 le pays réel est affaibli dans le monde entier, avec un président incapable de réagir à ses convulsions. À lui seul, Hollande incarne toute l’incompétence, l’impuissance et l’amateurisme dans sa conduite des affaires de la république socialiste.

Face à l’événement de la mondialisation du grand capital, face au Grand remplacement et à l’invasion des migrants, symbole de la barbarie contre la liberté, Hollande témoigne de l’immense lassitude du candidat normal incompétent re-présidentiel pour 2017. C’est pourquoi un tel personnage n’est pas destiné à être un authentique acteur de l’Histoire. Le destin d’un tel homme normal n’est sûrement pas de figurer de l’Histoire.

Pourquoi Hollande, le petit député corrézien, est-il le symbole vivant de la normalitude oisive ?

(24actu) le 02 avril 2012 : « Le patron de la fédération UMP de Corrèze, et opposant local de Hollande, Michel Paillassou, a décrit les méthodes du candidat socialiste dont les discours changent entre Paris et Tulle et qui a creusé la dette de la Corrèze en accroissant les dépenses de fonctionnement sans investir pour l’avenir du département. À en croire Michel Paillassou, le seul acte politique notable de Hollande en Corrèze aura été de doter tous les collégiens du département d’un iPad aux frais des contribuables… et une bérézina budgétaire pour le département le plus endetté de France… Pour le reste, la méthode Hollande consiste à ne rien faire et à repousser la responsabilité de ses échecs sur les autres… »

Yves Thréard a écrit  : « Hollande, digne héritier du petit père Queuille« . « On doit à Henri Queuille, trois fois présidents du Conseil, des aphorismes qui resteront fameux« . On lui attribue une qualité toute politicienne dans l’art de l’aphorisme en politique : « Il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout » et « Il n’est aucun problème assez urgent en politique qu’une absence de décision ne puisse résoudre ». Yves Thréard : « C’est dire le courage de Queuille. Hollande est bien son digne héritier« .

C’est dire combien l’art des petites phrases de Hollande lui sert de courage politique.

On comprend pourquoi, aujourd’hui, un mur infranchissable sépare Hollande des Français.

Après quatre ans de présidence corrézienne oisivement normale, c’est-à-dire désœuvrée et très inefficace façon Chirac, la situation économique et politique de la France s’est de plus en plus obscurcie. Et toujours plus aggravée par tous les épisodes de « l’immigrationnisme à marche forcée« , avec des hordes de migrants venus des continents les plus pauvres. C’est pourquoi l’hostilité ouverte et la « discrimination à l’égard des familles normales« , des Français de souche, des classes moyennes, et de la population qui travaille, font que les Français ne sont plus jamais réellement en sécurité « chez eux« . C’est le résultat de la non-politique de Hollande. Voilà pourquoi Hollande fait l’objet aujourd’hui d’un rejet systématique des Français !

Voilà pourquoi Hollande ne pourra pas retourner à l’Élysée en 2017, comme Moïse n’a pas pu entrer en Terre Promise. Une défaite au goût de victoire attendue pour les socialo-frondeurs et les refondateurs du new-PS qui espèrent faire entendre leur message. Parmi les rivaux de Hollande en « campagne primaire », peu nombreux sont ceux qui l’assureront de leur soutien dans la course à l’investiture socialiste.

Hollande ne doit surtout pas devenir le prochain président incompétent du déclin socialiste.

En 2012 Hollande a cru pouvoir fomenter une révolution pour transformer la société et cette révolution a échoué. Avec le slogan : « Le changement, c’est maintenant« , Hollande a cru pouvoir mettre en œuvre une révolution idéologique contre la société et contre la famille traditionnelle. Face à cette « destruction socialiste de la famille » par les idéologues du lobby GOF-LGBT, les couches populaires et les classes moyennes ont été contraintes de se révolter contre l’inhumanité de l’État-PS. Après avoir été disqualifiées auprès des familles et des parents d’élèves, la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT à l’école, et l’idéologie des « ABCD de l’égalité » contre le principe de la laïcité à l’école, ont montré que la politique anti-famille de Hollande a fait de lui un candidat non qualifié pour être re-président en 2017. La politique idéologique de Hollande, c’est seulement l’engagement du lobby LGBT pour une propagande politicienne contre l’école et contre la famille !

Pour le corrézien Hollande, tout doit pouvoir s’arranger sans jamais rien faire. Pour lui, « il est urgent de ne rien faire« . Hollande en campagne est partout et sur toutes les télés de la propagande socialiste, mais il n’a rien à dire. Un candidat re-présidentiel aux convictions molles, ainsi s’achève le quinquennat de Hollande.

Le quinquennat de Hollande a été marqué, depuis le début, par le mariage homosexuel pour tous. Il a été l’avocat d’une gabegie absurde, permanente et généralisée. Se proclamant soi-disant socialiste, Hollande a toujours été, de son propre aveu, « payé à ne rien faire« , vivant à la marge du parti socialiste.

Mais s’il veut se présenter à la primaire socialiste, c’est seulement à une « primaire sur-mesure » où il doit être sûr d’être choisi d’avance pour la re-présidentielle de 2017. Malgré cela, sa défaite est inévitable dans une élection présidentielle de rejet, avec un manque d’enthousiasme et une méfiance caractérisée pour les candidats du système UMPS, un système de moins en moins capable de mobiliser les citoyens-électeurs.

L’absence d’authenticité et d’exemplarité du candidat Hollande devront également jouer. La popularité de Hollande va continuer à décliner et la candidature re-présidentielle de Hollande aux convictions molles s’achèvera avec la figure de l’échec de « Hollande l’audacieux de la rue du cirque » dans tous les domaines.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. que vient faire la photo du vendeur de pastis dans cet article ? Si c’était pour illustrer un symbole de « vrai dur » en politique, c’est particulièrement raté, les terroristes n’ont pas été terrorisés par lui, pas plus qu’ils ont été karchérisés par son remplaçant.

  2. A quelques exceptions près, on peut tous les mettre dans le même sac !
    Les places sont trop bonnes !
    Les uns pour le fric, les autres pour le pouvoir … certains pour la vanité !
    Il faudrait commencer par dire que la politique n’est pas un métier et ensuite ne les payer que sur indemnités … aux frais réels !

  3. Vous en connaissez vous des politiciens de premier plan qui se comportent comme TRUMP, ? moi pas
    Donc il faut soit mettre son mouchoir sur ses convictions et voter utile pour des marxisés du politiquement correct qui ne supportent pas qu’on leur mette le nez dans leur lâcheté mais dont les militants espèrent un revirement une fois le pouvoir conquis, comme quand on veut se constituer un trésor de guerre avec des billets de la loterie nationale
    soit continuer dans des actions d’activistes pour tenter de montrer la réalité aux autruches comme le font les identitaires et natios dont JY Le Gallou, H de lesquen et K.Ouchikh ou monter en gamme et devenir méchant

  4. Avant l’affaire de New York, DSK avait harcelé une journaliste, du nom de Danan je crois,et le traitre Hollande lui avait conseillé de porter plainte – on doit pouvoir retrouver la vidéo -..( « vous savez ce qui vous reste à faire  » ).

Les commentaires sont fermés.