Hollande, avec sa minable danse du sabre, cautionne l’obscurantisme islamique

Publié le 6 janvier 2014 - par - 3 365 vues

Normal 1er vient d’effectuer une visite d’État très remarquée : notre commis-voyageur a tenté d’arracher quelques contrats pour notre industrie en mauvaise posture dans le monde. Il a mis le pied dans le haut-lieu de l’obscurantisme islamique où on tranche les têtes pour délit d’opinion et d’offense à l’islam et ses gestes ont cautionné le bellicisme de ce royaume des sables.

Back Camera

Nous avons ainsi assisté à une minable danse du sabre que le président français a effectuée face à des Saoudiens à la fois médusés et satisfaits et devant des téléspectateurs français choqués de voir un président se plier à une telle mascarade. François Hollande semblait ne pas se soucier du symbole que représente le maniement du sabre dans un pays aussi tribal que l’Arabie Saoudite qui fut au VIIe siècle le point de départ de la conquête arabo-musulmane et qui actuellement finance le jihad mondial.

HOLLANDE ET LE SABRE

François Hollande,

drapé du vert de l’islam, brandit le sabre de la conquête islamique

François hollande n’a-t-il pas appris à l’ENA que le sabre orne le drapeau vert de l’Arabie Saoudite et qu’il est surmonté de la psalmodie divine : « Il n’y a de Dieu qu’Allah, Mohammad est l’envoyé d’Allah ». C’est le cri de guerre des jihadistes  et le slogan qu’ils arborent contre les « ennemis d’Allah et de l’islam ». Voilà donc  que le président français, président d’un État laïque par sa Constitution, se laisse manipuler comme une marionnette dans cette honteuse pantalonnade, et cela devant le monde entier. Quelle amère déception, quelle humiliation chez bon nombre de ses concitoyens représentés par un tel paltoquet !

En principe, tout déplacement d’un chef d’État est minuté, scruté jusqu’aux plus infimes détails pour parer à tout incident, autant diplomatique que protocolaire. Dans ce cas précis, que s’est-il passé ? Que faisait le service du protocole ? Il est impensable que « notre » président se soit laissé aller sans peser l’impact et le sens de son geste quand il a pris et brandi ce sabre.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=6PTNDwh2xRc[/youtube] 

Car c’est par le sabre, symbole de la guerre, que l’islam wahhabite, inspirateur du terrorisme international, compte dominer le monde. Et c’est aussi par le sabre que sont exécutés les opposants au régime saoudien et même les intellectuels qui  osent s’affranchir de la ligne rouge tracée par le régime tribal des princes du pétrole.

Pendant que notre hurluberlu procédait avec un sourire béat à cette mascarade, les libéraux de par le monde réclamaient au roi d’Arabie de retirer la peine de mort prononcée contre un blogueur saoudien, Ra’if Badawi. Son seul  crime  est d’avoir fondé un blog appelé « la Toile Libérale Arabe ».

رئيف بدوي 6 السعودية

Ra’if Badawi soutenu par l’Organisation pour la Paix et la Liberté

Cet intellectuel a déjà été condamné à 7 ans de prison et à 600 coups de fouet sur le chef d’accusation d’insulte à l’islam et apologie des valeurs libérales. Il a en effet publié un article critique par lequel il a exposé un point de vue courageux qui a agité  le milieu culturel et soulevé la colère des fondamentalistes qui l’ont taxé d’apostat et qui ont mené contre lui une virulente campagne. Par ailleurs, l’arrestation en 2012 de Ra’if Badawi est intervenue suite à son soutien par un « like » sur des pages Facebook de chrétiens arabes et à sa déclaration pour faire du 7 mai « la Journée des libéraux saoudiens ».

Sous la pression, le père de Ra’if Badawi a été conduit à le qualifier d’ « apostat et ingrat envers ses parents ». Ses amis se sont éloignés de lui. Sa femme, qui vit pourtant au Liban, a également reçu des menaces.

Pendant ce temps, l’Organisation pour la Paix et la Liberté (OPL) fait campagne pour le retrait de la peine de mort car la liberté d’expression et la liberté de pensée vont de pair avec la liberté de critiquer. Si Ra’if Badawi est exécuté, son exécution ne changera rien à l’évolution du monde et n’empêchera pas des milliers de libéraux de suivre sa voie. Car la razzia d’internet qui rapproche les humains peut être considérée comme une réponse planétaire aux razzias que pratiquent l’islam et l’Arabie Saoudite en particulier.

Le royaume saoudien continue son combat d’arrière-garde et pratique un contrôle sévère des médias et tout particulièrement des réseaux sociaux. D’autres intellectuels, comme Turqui al’Hamd, sont en résidence surveillée pour avoir tweeté quelques critiques de l’islam. De même le Malais, Hamza Kachféri, a été déporté en Arabie Saoudite et incarcéré  pour ses tweets.

Le président Hollande s’est donc trouvé à Ryad en phase avec des obscurantistes islamistes, des wahhabites fascistes qui n’auront aucun scrupule à nous frapper au moment qu’ils jugeront opportun. Hollande n’aura alors pour nous défendre qu’un sabre de bois.

Bernard Dick

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi