Hollande, "le guérisseur" de tous les maux de la société islamisée

Hollande-brandit-le-sabre-de-l-islamLe problème de l’islamisation à marche forcée de la plupart des pays occidentaux provoque bien des difficultés intellectuelles auxquelles se heurte Hollande dans son ignorance de l’étude de la société islamisée.
Il faut comparer cette superbe « ignorance du cerveau socialiste » de Hollande, à l’ignorance sectaire des obstacles résultant des passions idéologiques, des intérêts acquis, de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme du gouvernement socialiste. C’est tout l’intérêt de la brièveté programmée du pouvoir de la république socialiste qui, seule, peut sauver la France du marasme où l’amateurisme de Hollande l’a plongée.
Si les sciences politiques étudient des objets plus vastes, plus durables et d’un accès plus difficile en ce qui concerne l’action politique, la plupart des maux de la société islamisée échappent à la compréhension du cerveau humain du président « normal ». La compréhension est la construction, dans le cerveau humain, de représentations de la réalité. Mais l’esprit ne peut être en mesure de fabriquer des modèles de la réalité que si lui-même a la capacité de refuser de céder au déni de réalité. La capacité à élaborer des modèles utiles à la compréhension de la réalité est des plus complexes, alors que l’esprit du président « normal » lui-même est, semble-t-il, assez sérieusement limité. Si la compréhension du cerveau du président « normal » est parmi les plus imparfaites pour saisir les choses les plus simples de la vie concrète des vrais gens, il est impossible que sa compréhension de la réalité puisse jamais atteindre le degré de justesse indispensable pour conduire une politique efficace, face à la simplicité et à l’invariance de l’islamisation à marche forcée du pays.
En raisonnant ainsi, on comprend qu’il est logiquement impossible à Hollande d’acquérir jamais une compréhension exacte de la réalité qui lui permettrait de faire des prédictions correctes sur les états futurs des statistiques du chômage. En conséquence du problème de l’ignorance de la réalité par le gouvernement, les impacts futurs de la politique socialiste sont, sinon totalement négatifs, du moins sûrement inexistants.
La connaissance de la réalité devrait contenir un modèle politique aussi complexe que la réalité elle-même, en même temps qu’une direction de l’action politique qui en tirerait toutes les conséquences. Une difficulté, si l’on veut faire des changements sociétaux sur les systèmes de relations, vient de l’impossibilité de les situer exactement dans la constance des phénomènes liés à l’environnement social et à l’esprit des gens.
La politique socialiste, compte tenu de ses nombreuses logiques idéologiques, se déroule de manière à inventer des idées qui se révèlent inexactes, tout en s’imposant à Hollande comme des évidences. L’illusion de la politique socialiste vient du fait que les justifications de l’idéologie socialiste faussée sont invariables et manifestement sclérosées. S’il en allait autrement, la seule idée de politique socialiste deviendrait imprécise.
Le bon sens de la politique socialiste, c’est-à-dire en l’occurrence la politique de l’amour chrétien et de la « pauvreté pour tous », ne doit sa fortune qu’à un concours de circonstances. En votant Hollande, la France a voté pour l’amour chrétien du prochain et le pardon des offenses. Qui ne se souvient des paroles de Jésus ? Il faut tendre la joue gauche quand on a été frappé sur la joue droite et ne pas rendre le mal pour le mal ! (Lc 6,29 ; Mt 5,39). Ceux qui agissent ainsi sont les enfants de Dieu, au vrai sens du sermon sur la montagne.
Ceux qui agissent par la « Soumission », au sens de Michel Houellebecq, sont les véritables enfants de la république socialiste. Au sens du sermon du Bourget, la « Soumission » à la tyrannie idéologique de l’État-PS n’a rien de fortuit. Elle doit répondre parfaitement aux objectifs mondialo-socialistes du déclin de la France.
Si les Parisiens étaient dignes de « l’esprit de la Commune », ils s’enflammeraient comme un essaim de guêpes ! La voie suivie par la république socialiste de Hollande fait fiasco et tous les mensonges de Hollande se déferont comme des coups d’épée dans l’eau trouble du GOF qui infiltre et corrompt la politique socialiste !
Quand disparaîtront les nuages de la politique socialiste dans le ciel de la France ? Dans ce monde-là très trouble du GOF, il est clair que la direction de la république socialiste de Hollande n’a plus aucun sens.
Dans ces conditions, à aucun moment Hollande ne peut jamais savoir où il se situe politiquement. Et il ne manquera pas d’interroger Houellebecq pour faire les prédictions d’avenir sur « l’islamisation à marche forcée » de la France. L’impression que donne Hollande, de ne pas pouvoir se situer « quelque part », est due au fait qu’en voulant rester superficiel, c’est-à-dire en restant à la surface des choses, il veut croire que la critique des classes moyennes en tant que telles, des familles et des parents d’élèves, pourra se « tenir tranquille ».
La politique socialiste est une grossière approximation idéologique. Rationnellement, elle n’a rien de nécessaire et elle ne recouvre rien de précis. Si nous avions l’envergure d’un vrai pays démocratique, nous n’aurions pas cette impression d’instabilité qui est due non seulement aux nuisances, mais à l’imperfection de l’oligarchie du GOF qui infiltre l’État-PS. Les mystifications des profiteurs bobos et des idéologues médiocres de la république socialiste sont tellement répandues que seuls quelques rares esprits très critiques et avancés peuvent s’en faire une idée. D’infimes groupes d’activistes et d’intrigants du lobby LGBT évitent sans cesse de se confronter à la réalité des consciences des gens normaux. Ils s’agitent « comme des folles » pour s’infiltrer dans les partis politiques, de gauche comme de droite, en une sorte de danse macabre frénétique.
Le monde anti-démocratique des activistes initiés du GOF où nous serons plongés ne sera pas moins fantastique que celui imaginé par George Orwell. Il semble que George Orwell a été obsédé par l’idée d’une menace « soi-disant imaginaire » planant sur le futur de l’humanité. Il a pu décrire une propension ancienne de l’homme à corrompre et à soumettre ses semblables en « pervertissant le langage ». George Orwell écrit : « Les gens qui ont le ventre plein ne désespèrent jamais de l’univers, ni même n’y pensent, précisément pour cette raison« . L’histoire montre comment les hiérarchies sociales se donnent « une constitution démocratique » pour se répartir les fonctions dirigeantes. Si la propagande socialo-populiste veut faire croire aux gens que tous les hommes sont égaux, il semble que, dans les faits, et selon une nécessité interne de la république socialiste, « certains sont plus égaux que d‘autres« , comme disait Coluche.
Avec la fable du « changement de Moi-président, c’est maintenant« , les « paroles verbales » de François Hollande, relayées sans cesse par toutes les télés officielles digne des « JT de Corée du Nord« , il n’y a rien d’impossible à l’oligarchie du GOF. Le changement annoncé c’est le « grand remplacement » qui résulte de la politique socialiste de « l’islamisation à marche forcée ».
Thierry MICHAUD-NÉRARD

image_pdf
0
0