Hollande ose tout : le souverainisme, c'est le déclinisme

HollandebonnetaneDevant les 28 représentants du Parlement européen, Marine Le Pen a accusé le « Vice chancelier administrateur de la province France « – c’est ainsi qu’elle a surnommé François Hollande – d’être à la remorque de l’Allemagne. Le locataire de l’Elysée- élu par défaut – est, aussi, à la ramasse.
Le souverainisme, c’est le déclinisme «, affirme-t-il avec aplomb. François Hollande, après quarante et une années de chômage ininterrompu et trois années d’envolée, d’immigration à flux continu et trois années en accéléré, de résultats de plus en plus calamiteux des élèves de la sacro-sainte République aux tests Pisa, et trois années consacrées à porter l’estocade à l’instruction , – et on ne parlera pas de la pauvreté, de la délinquance, des scandales politiques et autres exceptions françaises – François Hollande, donc, un énarque qui a usé ses fonds de pantalon 16 ans au Parti socialiste – ce n’est pas une excuse – ne connaît pas la définition du mot souverainisme. Il paraît même, en novlangue socialiste, que retrouver sa souveraineté, c’est vouloir le souverainisme. « Isme « « iste », des suffixes qui vous catapultent illico dans le camp des nationalistes, des populistes, des extrémistes. C’est, paraît-il, ce qui nous pend au nez avec le parti des patriotes…
Sauf que le souverainisme est « un mouvement ou une doctrine qui défend la souveraineté des Nations en Europe «. On n’y peut rien, c’est (encore) écrit dans Le Larousse. On précisera, pour mettre les points sur les i, que le souverainisme, c’est même l’autre terme pour désigner un Etat démocratique, par opposition à un Etat impérialiste. Logiquement, souhaiter le souverainisme, c’est ipso facto travailler à un Etat souverain. Plus trivialement, c’est revendiquer sans compromission d’être le maître chez soi. Une hérésie, semble-t-il, pour Hollande.
Et de brandir, en plus, le spectre du  » souverainisme  » à venir ! Hollande, étrangement galvanisé par la présence à ses côtés de la Chancelière Merkel et devant tous les grands manitous du Parlement, promet que si « nous n’allons pas plus loin, alors non seulement nous arrêterons mais nous reculerons (…). C’est brillant, c’est magistral, cela vient du Président de la France des Lumières. « Et même que « ce sera la fin du projet européen « . Et dire que les socialistes n’ont de cesse d’accuser Marine Le Pen de « jouer sur les peurs « …
Mais comment diantre la France, sans Bruxelles, sans Berlin, sans Washington, pendant 500 ans, a-t elle pu caracoler fièrement à la 5ème place des puissances mondiales ? Et à la 4 ème à la fin du règne de Louis XIV. 4ème, encore, après l’effondrement de l’empire napoléonien. Le résultat, après deux ans de Hollandisme ? 6ème.
 » AntiFrance » , Marine le Pen ? Elle  » rabaisse  » la France, Marine Le Pen ?  » Une honte pour le pays « , Marine Le Pen ? Une  » germanophobe  » soupçonnée par Jean-Christophe Lagarde de vouloir déclarer la guerre à l’Allemagne, Marine Le Pen ? Mais à qui siérait le mieux « le casque à pointe « de la vision du président de l’UDI : à celle qui entend faire recouvrer sa souveraineté à la France ou à ceux qui l’ont sacrifiée au nom du capitalisme sauvage ?
Rendez-vous, pour commencer, aux élections régionales, en décembre.
Caroline Artus
http://www.causeur.fr/souverainisme-democratie-grece-33476.html
http://www.bfmtv.com/breves-et-depeches/la-charge-de-marine-le-pen-contre-francois-hollande-condamnee-a-droite-et-a-l-udi-920761.html
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/souverainisme/74001

image_pdfimage_print

12 Commentaires

  1. Hollande qui parlait de « fin de l’Europe » m’a particulièrement énervée dans son discours. L’Europe est un continent, ce sont des peuples et des cultures millénaires. L’Union Européenne, qui est à la pointe de la destruction de ces peuples et de ces cultures, et dont les débuts datent d’il y a moins de 60 ans, n’est pas l’Europe.
    Pour que l’Europe vive, que l’Union Européenne meurt, et que les nations souveraines redeviennent la norme !

    • Qu il dégage au plus vite car nous allons avec cet inconscient vers la catastrophe…avec sarko cela risque d ê tre pire …..!

  2. je suis heureux du retour de Caroline Artus , de ses analyses, de sa marque littéraire…

  3. FH reconnait donc que la France n’est plus un état et n’est plus souveraine. On l’avait bien compris et constaté puisque c’est de plus en plus l’UE qui décide et impose tout. Mais là c’est la cerise sur le gâteau. Nous ne sommes plus rien et de ce fait nous appartenons corps et âme au bon vouloir de ces guignolos dont Merkel et Hollande se font les représentants.

  4. Je me pose encore et toujours la question : Qu’est ce que nos dirigeants ont à gagner à nous pourrir la vie en pratiquant la politique du Grand Remplacement ?
    Cela m’est un mystère d’autant plus grand qu’ils ne sont pas assez cons pour savoir qu’ils seront les premiers à être emportés par la vague ! ! !

  5. Ils ont voulu mettre aux manettes du pays le plus nul qu’ils pouvaient ramasser.
    Ben,maintenant,il faut se le taper,le bougre!

  6. Virons Hollande le nul ! ouais ! facile à dire ! mais pas facile à faire, il lui reste 2 ans encore à nous polluer l’atmosphère…

Les commentaires sont fermés.