Hollande président, ce serait Aubry-Mélenchon-Joly au gouvernement !

Publié le 23 avril 2012 - par - 2 080 vues
Share

Les élections présidentielles 2012 sont absolument cruciales pour l’avenir de notre pays et il est indispensable de prendre en compte les enjeux colossaux qui s’y  rattachent.

Nous sommes en pleine crise européenne, une crise majeure, d’une amplitude inconnue jusqu’à présent et qui est loin, très loin d’être finie, de surcroit dans un environnement international particulièrement tendu économiquement, politiquement et même militairement. La France aura besoin d’une direction capable de  faire face adroitement mais énergiquement aux dangers qui nous guettes.  

Sauf coup de tonnerre, à cette veille du premier tour, nous verrons le choix final entre deux personnalités : Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Nicolas Sarkozy a déçu de nombreux électeurs qui on voté pour lui en 2007, principalement sur la forme mais aussi sur quelques dossiers de fond  : ouverture maladroite à des personnalités de gauche, manque d’une politique assez ferme  contre la délinquance dans les quartiers sensibles, contre l’islamisme rampant,  efficacité insuffisante pour diminuer l’immigration de peuplement, un bouclier fiscal inapproprié.

En revanche, il a réussi à mettre à terme des réformes  courageuses pour l’avenir du pays, je cite en vrac  : l’autonomie des universités, la réforme des retraites, les réformes des cartes judiciaire et militaire, réforme des collectivités territoriales, la RGPP (le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux départs à la retraite),  création du Pôle Emploi, le service minimum dans les transports, les peines plancher et la rétention de sureté pour les récidivistes dangereux  et j’en passe.

Et ceci dans un climat perpétuel de haine féroce de la part de la gauche et de l’extrême gauche où TSS (tout sauf Sarkozy) est devenu le programme universel :

Par la quasi totalité des médias, dans un pays où 95 % de journalistes se déclarent fièrement de gauche et leur incompétence est directement proportionnelle avec leur militantisme politique.

Par une partie des soi-disant syndicats qui font de la politique et non le rôle de défense des intérêts réels des salariés (la CGT a appelé ouvertement de voter contre Sarkozy)

Par une partie des enseignants sous la houlette des syndicats de gauche et d’extrême gauche qui préfèrent endoctriner les élèves et les étudiants et non de former des citoyens de valeur.

Etc. etc., la liste est longue.

Parlons de ses erreurs ; et bien, chacun de nous apprend de ses propres erreurs. Il est indéniable  qu’il ne pourra répéter les mêmes erreurs. Au contraire, comme il n’a pas le droit à un autre mandat, il aura plus de courage pour mener des réformes orientées exclusivement pour le bien du pays et pas pour celui de tel ou tel groupe de pression.

En face de Nicolas Sarkozy nous trouvons  François Hollande qui n’a exercé aucune responsabilité ministérielle mais qui a « brillé » pendant 10 ans à la tête d’un PS rongé par des incroyables magouilles arrivant devant la justice et touchant des responsables de plus haut rang : le clan Guérini et la député Sylvie Andrieux avec 23 autres co-accusés dans la puissante fédération du Bouches du Rhône, Le clan Kouchéida dans la fédération du Nord (dont l’ex maire PS Dalongeville dénonce les pratiques dans son livre « La Rose Mafia ») , le sénateur Navarro dans l’Hérault et beaucoup d’autres, la liste est trop longue.

La question qui se pose, et je la pose moi aussi est la suivante : M. Hollande n’était pas au courant, malgré les rumeurs persistantes qui circulaient depuis un bon moment ?  Dans ce cas, c’est une preuve d’incompétence notoire. S’il était au courant et qu’il les a ignorés, cette faiblesse (le mot lui-même est faible…) dénote son incapacité de diriger quoi que ce soit.

Comment pourrait-il diriger un pays de 65 millions d’habitants, de surcroit un pays dont les   citoyens sont tellement frondeurs, quand il n’a pas réussi à diriger convenablement un parti de militants ?

Un deuxième aspect, non moins terrible, c’est le fait que M. Hollande ne peut pas faire abstraction de son entourage en cas de victoire électorale et je cite :

D’abord l’exemple de Mme Aubry, proche de M. Lasfar, président de la Ligue Islamique du Nord, membre influent de l’UOIF, ce dernier récusant publiquement  le concept de citoyenneté républicaine auquel il substitue l’appartenance à l’ oumma (communauté islamique).  Vous pouvez visionner et entendre le discours de Mme Aubry au Congrès de Lille de cette organisation. La même Mme Aubry qui s’est « distinguée » dans le passé par la mise en place des horaires séparés pour les femmes dans les piscines communales de Lille et autres joyeusetés pas tellement dans l’esprit républicain. En tant que secrétaire générale du PS, Mme Aubry aura une voix forte et lourde dans le cas d’une victoire de F. Hollande aux élections.

Encore plus lourd de conséquences, c’est le cas de Jean-Luc Mélenchon, le super-démago dont le programme électoral appliqué ad litteram ramènerait la France au niveau de la Grèce en moins d’un an. François Hollande serait l’otage des promesses irresponsables de Mélenchon, car celui-ci négociera âprement son appui au deuxième tour.

Enfin, n’oublions pas les hurluberlus d’EELV qui n’ont d’écologie que le nom mais qui présentent des exigences qui compromettraient, plutôt anéantiraient l’avenir énergétique de notre pays.

S’il n’a pas la moindre expérience de haut  niveau national ou international a-t-il au moins le profil, le  tempérament nécessaire sinon indispensable  pour diriger notre pays dans l’environnement  actuel si difficile ?

Je vous laisse le soin de juger par vous-mêmes.

Un avertissement, quand même : si François Hollande gagne les élections présidentielles qui sera suivi normalement par une victoire aux législatives, la gauche allié à l’extrême gauche Mélenchoniste auront tous les pouvoirs en France. Je ne donne pas 18 mois pour que la majorité des gens qui auront cautionné ce cumul de pouvoir leur vote, le regrettent amèrement. En plus aucun pouvoir, aussi fort qu’il soit, ne sera capable de redresser la barre en 2017 car il sera trop tard.

Sorel ZISSU

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.