Hommage à Élisabeth Badinter qui ridiculise la Rousseau

Le déchet  Rousseau veut porter plainte contre la grande Élisabeth ! Qu’est-ce qu’on se marre !

On peut reprocher beaucoup de choses à Élisabeth Badinter, mais elle a toujours et en tous lieux dénoncé le voile et elle a écrit des livres extraordinaires, comme Émilie, Émilie où elle parle de 2 femmes extraordinaires au XVIIIe siècle et notamment Émilie du Châtelet, compagne de Voltaire, qui traduisait Newton, qui parlait plusieurs langues et qui faisait des maths à haut niveau… Elle s’est aussi penchée sur Condorcet, cette Lumière qui luttait déjà pour l’école publique ouverte à tous et même obligatoire. La révolution c’est aussi cela, c’est aussi la défense des femmes et de l’instruction.

 Christine Tasin
image_pdfimage_print
13

19 Commentaires

  1. Votre intervention me fait énormément plaisir !
    Bravo ! Heureusement qu’il y a Elisabeth BADINTER, une femme formidable beaucoup moins influençable que son mari…et je dirais même : beaucoup plus « couillue » que lui !

  2. Ça fait un bout de temps que rousseau délire. Déjà en 2021 elle avait provoqué la polémique avec des propos plus que bizarres. A la question « Jusqu’où peut aller l’écoféminisme ? », elle a répondu :  » « le monde crève de trop de rationalité, de décisions prises par des ingénieurs, Je préfère des femmes qui jettent des sorts plutôt que des hommes qui construisent des EPR. »
    On remarquera, dans sa sortie abracadabrante (au pied de la lettre) où elle fait promotion de la sorcellerie (ce qui lui ressemble assez, finalement) que dans le premier cas, il s’agit de sorcières (des femmes) et dans le second, des ingénieurs (des hommes), cette idée femme vs homme est déjà présente en filigrane.
    Depuis 2021 c’est de pire en pire. Diktats invraisemblables, calomnies, condamnations sans preuve. Cette personne est plus qu’inquiétante, elle s’avère dangereuse vu qu’elle est députée, ça se confirme de jour en jour.

    • Camisole de force pour cette hurluberlue !
      La France est en train de devenir un immense asile de fous dont les politiques sont les plus atteints !

  3. Elle et son mari ont causé de gros dommages à la France.
    E. Badinter est celle qui a introduit en France l’idéologie « woke » en prétendant que les différences entre les sexes n’existent pas, que l’on ne nait pas petite fille mais qu’on le devient et que l’instinct maternel n’existe pas. Une vipère qui tente au soir de sa vie de faire oublier sa malfaisance en affirmant une simple évidence que n’importe qui pourrait dire à sa place mais qui prend dans sa bouche, on se demande pourquoi, une importance considerable.

  4. Non, Badinter n’a pas inventé le féminisme. Le féminisme est dans l’Évangile : « Galates 3. 28 Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. »
    Il n’est pas dans l’Ancien Testament : « Lévitique 27, 3. Pour // un homme, // ton estimation sera de 50 sicles (shekels) d’argent, //
    4 Et si c’est une femme, ton estimation sera de 30 sicles. »

    Badinter, Halimi, Giroud (alias Gourdji) issues d’une communauté où la femme est inférieure à l’homme, où les femmes sont mises à l’écart dans les lieux de culte, dans les transports, etc., sont passées pour des rebelles dans une société où la femme avait une place centrale. Elles n’ont pas connu l’amour courtois…
    Sardine Ruisseau est leur gourdasse de fille spirituelle.

      • Merci Pichon. Je n’ai jamais oublié l’anecdote racontée par une juive « pied-noir » de ma belle-famille, il y a déjà des décennies : la chose qui l’a le plus impressionnée en venant en France lors de l’Indépendance de l’Algérie, est que non seulement les femmes se mettaient à table avec les hommes, mais encore, qu’elles étaient servies en premier.
        J’ai eu mille occasions de constater cela.
        Les femmes juives ont découvert le statut de la femme française, et pour se libérer de leur statut à elles, elles ont fait croire qu’elles libéraient toutes les femmes.
        Mais non. Mon père ne faisait pas la vaisselle, ni le ménage, mais il travaillait très dur, il faisait sa double journée aussi, et pourtant, il donnait tout l’argent à ma mère, qui tenait les cordons de la bourse.
        En Italie on dit : »Il padrone di casa sono io, ma chi commanda è mia moglie ».
        Alors Badinter et sa clique…

        • Ils ont fait la même chose pour l’inceste et la pédophilie, ils en accusent les français avant que ceux-ci ne comprennent que c’est d’abord dans leur communauté que ça se passe.

    • Oui, mais maintenant les mêmes femmes veulent nous imposer le matriarcat, dans lequel c’est la femme qui commande – l’équivalent du patriarcat mais à l’envers. (l’homme est le chef de la famille)

      Or ce qu’on voit c’est que dans leurs origines, c’est la mère qui leur donne leur race, c’est la femme qui commande chez eux, qui a toujours raison et qui sait tout.

      Mais est-ce que la cause n’est pas qu’étant peuple élu, supérieur à tout le monde, mêmes leurs femmes sont supérieures à nos hommes ??

      VOilà je pose la question ! :-))

  5. On adore quand les zozos qui gouvernent prennent des positions! J’adore toutes les positions mais franchement qu’est ce qui a changé ? Pas grand chose depuis que la pieuvre UE a pris tous les pouvoirs ! On donne des canons pour tuer des gens, on explose ce qui peut nous chauffer, on frappe, on plante, on artifice, l’humanité n’est plus humaine ! Les voilées sont les esclaves des hommes castrateurs !

  6. Elisabeth Badinter a toujours pris des positions à contre courant. On dirait que vous découvrez le monde littéraire Mme Tasin ?
    Elle n’a rien à voir avec son ordure de mari et sa clique.
    Elle a une fortune personnelle et du talent, ce que n ‘a pas son pourri d’avocaillon de mari, « épouseur » de jeunes héritières.

  7. Bof, rien à foutre de ces gauchistes, féministes et macronistes ! il y a des sujets plus importants………

  8. Le type de femme à la Rousseau (on pourrait en citer une tapée à gauche, mais les lecteurs les connaissent) est le type même de femme exécrable. Elle a toujours raison. Vous pouvez essayer de la raisonner, vous n’y arriverez pas. C’est un monstre d’orgueil. Elle a la vérité. Elle ne peut pas imaginer une seconde qu’elle a pu ici ou là se tromper. Elle ne connaît pas l’humilité, ne serait-ce que par prudence. Et il en résulte une femme de l’espèce de tous les dictateurs qui vous condamnent si vous n’êtes pas de son avis. Imaginez ce type de femme avec un pouvoir absolu !!!

    • Ben j’ai un principe, je ne parle pas aux connes ca les instruit.
      Quant à ruisseau, la merde à l’état pur, le summum de la nullité, le remède contre l’amour (remarque si elle avait eu un homme mieux construit, peut être serait elle mieux bai…….).
      C’est une fasciste de premier ordre.
      Cette merde habillée (pas en Prada) en femelle hystérique est un dansger pour l’humanité, et les vraies femmes devraient s’en méfier au lieu de l’aduler.
      Remarquez comme elle oeuvre pour prendre la place.
      Mon petit doigt me dis qu’elle va prendre un pruneau bientôt et il ne viendra pas d’Agen

  9. bien ….les loups se déchirent …. la révolution mange ses enfants ….va y petite sandrine fait nous rire encore…

  10. Ah la fameuse Emilie du Chatelet, un esprit brillant, pillée plus tard par Einstein.
    Voulant vérifier expérimentalement les théories de Newton, elle fit tomber une bille de plomb dans de la glaise et nota le diamètre et la profondeur de l’impact.
    Puis elle doubla la hauteur de chute et observa que le diamètre et la profondeur du cratère n’étaient pas multipliés par 2 mais par 4 : E = mc2
    Bébert fut un plagiaire ! En partie « grâce » à Poincaré qui ne tournait pas rond lorsqu’il s’agissait d’admettre qu’une « simple femme » (sic) put comprendre quelque chose à la physique.

Les commentaires sont fermés.