Hommage à l’œuvre de Napoléon III, un véritable homme d’État

Je vous parle d’un temps que beaucoup de jeunes d’aujourd’hui ne connaissent pas, comme d’ailleurs, beaucoup de Français ne connaissent plus depuis les débuts des Républiques ayant succédé au Second Empire. Chacun sait d’ailleurs que je ne suis pas républicain !

Napoléon III-1

Quelle importance, me direz-vous ? Pour comprendre, il suffirait, pour les plus curieux, de comparer ce que fut l’Empire de Napoléon III avec ce que devint la France sous les Républiques, avec peut-être une exception pour la période gaulliste. Il suffirait de comparer les avancées du Second Empire sous différents plans, comme le législatif, l’économie, la technologie, la science, et le social !

Avant le Second Empire, la France végétait tranquillement sous le règne d’un roi bourgeois qui tentait d’éviter les vagues et les remous. Louis-Philippe 1er n’était pas un roi qui se voulait divin ! Tout ce qu’il avait entrepris n’avait rien de divin d’ailleurs, et a finalement abouti à une révolution dont les républicains avaient le secret !

La Seconde République accoucha d’une souris, et les peurs et les ego de chacun ont fini par la détruire finalement.

Vint le neveu du grand Napoléon qui, lui, avait une certaine idée de la France et qui, par son exil de plus de trente ans, ses différents séjours à l’étranger, ses emprisonnements en France suite à ses tentatives de renversement de la monarchie de juillet, s’était façonné un véritable programme politique économique et social !

WIN_20200330_14_23_32_Pro

La France de l’époque, avant 1848, était un pays à la traîne, en retard technologiquement sur l’Angleterre et les pays allemands et surtout la Prusse dominante ! Elle se vivait en dehors du bouillonnement social, des avancées scientifiques, comme en retrait, comme si, là aussi, elle voulait se faire oublier du monde. Cette époque n’est pas sans rappeler celle que nous vivons aujourd’hui, où les dirigeants se sentent si peu français et fiers de l’être.

WIN_20200330_14_11_06_Pro (2)

Philippe Seguin dans son livre Napoléon le grand, a voulu battre en brèche celui de Napoléon le petit, de Victor Hugo, qui était un pamphlet incendiaire et mensonger sur l’homme qu’était Louis-Napoléon Bonaparte !  D’autant plus que Victor Hugo, tout en étant un géant littéraire sublime, n’avait pas, hélas, la même taille en politique ! Il n’avait pas vraiment l’intérêt national aux tripes ! Toute sa vie, il avait changé d’opinion : royaliste sous le Premier Empire, bonapartiste sous les rois Louis XVIII et Charles X, puis de nouveau royaliste, et enfin républicain ! Au fil des ans, et surtout en fonction de ses intérêts personnels !

Quel dommage qu’il n’ait pas compris, exilé sur son île, éloigné des réalités, ce que le Second Empire, qu’il vomissait tant, avait apporté à la France, à son peuple, y compris le plus misérable ! Celui des ouvriers, des petits, des « sans- dents », des gueux qui, clairement, avaient souffert en silence, et que les républicains utilisaient le plus souvent, et que l’on massacrait quand la misère et la faim les faisaient sortir dans la rue !

WIN_20200330_14_23_11_Pro

Les républicains, les socialistes de cette époque, ont souvent utilisé cette misère pour en faire une arme ! Au Second Empire, l’empereur Napoléon III essaya souvent d’apporter un soulagement par des lois sociales et des lois favorables à la condition ouvrière et paysanne ! Mais l’œuvre des marxistes se faisait ressentir : lors du congrès de l’Association internationale des travailleurs (AIT) à Lausanne, en septembre 1867, sous l’influence des marxistes venus en nombre, l’AIT affirme le principe selon lequel l’émancipation sociale des travailleurs passe par leur émancipation politique, précisant que celle-ci « doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes », reposant ainsi le dogme de la lutte des classes.

Un bref résumé qui, si vous êtes curieux, devrait vous permettre de réaliser ce qu’était le Second Empire, son rayonnement, et le respect que les autres pays, d’Europe et d’ailleurs, avaient pour lui !

La France d’avant l’Empire était un nain économique : Napoléon III, c’est la révolution des transports. Il initia six grandes compagnies de chemin de fer ! Construisit les gares parisiennes. La longueur des voies ferrées est multipliée par cinq. Il opéra un véritable décollage économique à tous les niveaux, même si ce fut à la suite de l’augmentation de la dette publique, ce qui n’était rien, si on la compare avec celle d’aujourd’hui. Il initia un véritable marché national inexistant en France.

Pour mémoire : En 1851, la France ne compte que 3 500 kilomètres de voies ferrées (contre 10 000 en Grande-Bretagne), en 1870 elle en compte 17 000 (2 000 de plus qu’en Grande-Bretagne). Le kilométrage des voies carrossables triple. Les ports sont agrandis comme à Marseille, Le Havre et Bordeaux. Il fit construire de nouveaux ports, comme celui de Saint-Nazaire. Qui s’en souvient ! Certainement pas les militants de la CGT ! De grandes compagnies de navigation se créent (Messageries maritimes, Compagnie générale transatlantique). Le réseau du télégraphe électrique s’étend de façon spectaculaire (plus de 40 000 kilomètres en 1870).(Source)

Il favorise donc les communications comme le télégraphe, et le met à la portée des villes les plus importantes ! Certes, on est loin du téléphone, d’internet d’aujourd’hui, mais dans les années 1965, le téléphone n’était pas partout !  J’imagine qu’il n’aurait pas attendu un Georges Pompidou pour s’attaquer au retard que la France républicaine avait dans les années 1960-70 ! Napoléon III aurait lancé des travaux d’équipements par villes et par foyers, dès son apparition, et sa généralisation ! Oui je sais, j’extrapole, cet empereur serait mort en 1960, mais on peut espérer que son esprit d’initiative aurait été encore vivace ! 

Napoléon III engagea de grands travaux dans tout le pays, la capitale est totalement réaménagée, sous la direction du baron Haussmann. À ce sujet d’ailleurs, on peut noter ironiquement que tout ce qui a été fait dans Paris et ailleurs serait dû uniquement au seul baron Haussmann, et non à Napoléon III qui en fut le décideur. C’est une hérésie, la preuve d’une mauvaise foi évidente des héritiers républicains ! Depuis, on ne tarit pas d’éloge sur ces travaux, mais à l’époque, les républicains affirmaient que ces grands boulevards avaient été faits pour mieux fusiller le peuple au canon ! Tant pis si cela a eu un effet sur la santé des Parisiens, en leur évitant les pandémies dues aux rues malsaines de l’époque ! Tant pis également si des spéculateurs en ont profité pour faire des fortunes avec les expropriations ! Hier comme aujourd’hui, pourquoi voudriez-vous que l’argent facile ne pourrisse pas les mêmes aigrefins !

Le nom de Napoléon III fut donné à la place située devant la gare du Nord qu’il avait créée ! Initiée par l’action de Philippe Seguin avec l’approbation de Jacques Chirac, maire de Paris ! La plaque était très petite, elle a déjà disparu. Allez savoir pourquoi ?

La liste serait longue des avancées technologiques, des sciences, de la recherche et des grands travaux comme par exemple la percée du canal de Suez !

Sur le plan social  : Napoléon III est influencé par des penseurs comme Saint-Simon, Louis Blanc ou Robert Owen. Il essaye de mettre en pratique ses idées sociales ! Dès 1851, il interdit le travail le dimanche et les jours fériés. Une décision qui sera abrogée par la République si humaine, et si sociale en 1880.  Lui se préoccupa sincèrement de la condition ouvrière. En 1862, il autorise une délégation de 200 ouvriers français à partir en Angleterre pour y étudier l’organisation des syndicats anglais et, deux ans plus tard, en 1864, il autorise le droit de grève, et permet l’existence de syndicats dans les entreprises. Qui se vante dans nos syndicats actuels de ces décisions impériales ?

Il organise les consultations médicales gratuites et les visites à domicile dans les grandes villes. Il favorise les premières caisses d’assurance maladie au sein de grosses entreprises du moment, sur lesquelles régnaient sans doute « les méchants patrons » !

Certes, Germinal n’est pas loin, les fossoyeurs d’ouvriers non plus, mais on oublie que Thiers, le républicain, fit tirer sur les manifestations ouvrières, comme Clemenceau plus tard ! La République sait trouver des excuses à ses crimes, comme au racisme qu’elle a diffusé sous la IIIe République avec Jules Ferry et plus tard Léon Blum !

En 1868, il autorise les réunions publiques à condition de ne pas parler de politique ou de religion. On sait ce que valent les réunions des syndicalistes d’aujourd’hui exclusivement gauchistes, voire anti-France, avec les indigénistes de SUD.

Les socialistes de l’époque dénonceront toutes ces avancées médicales et sociales, les caisses d’assurance, comme étant du paternalisme ! Pour eux, sans doute, un ouvrier malade valait mieux qu’un ouvrier guéri grâce aux soins fournis par l’ennemi de classe !

Napoleón III

Il engagea une ambitieuse réforme de l’éducation menée par le ministre Victor Duruy de l’Instruction publique, et non pas de « l’Éducation nationale » (les mots ont un sens) à partir de 1863.  Il développe l’instruction primaire gratuite et obligatoire, qui ne doit rien à Jules Ferry, ainsi que des cours pour les adultes et les jeunes filles. (Source)

Il est à noter, toutefois, que les idées laïques de Victor Duruy déplaisent aux catholiques et à l’impératrice Eugénie. Napoléon III disait que sa femme était royaliste, ses ministres, bonapartistes, et que lui seul était socialiste ! Mais il avait une idée du socialisme lucide, tempéré, qui ne refusait pas les réalités économiques du moment ! Hélas, Victor Duruy a eu du mal obtenir les crédits pour réaliser l’intégralité des projets de Napoléon III. Rappelons ce que disait l’empereur aux sénateurs : « Surtout n’ayez pas peur du peuple, il est plus conservateur que vous ».

Aux élections de 1869, le peuple prouva son attachement à l’Empire ! C’est d’ailleurs ce qui rend les républicains d’hier et d’aujourd’hui très frileux face aux avancées réelles réalisées par l’Empire et qu’ils lui refusent encore son apport en préférant parler de ses ministres, de ses préfets, comme si l’empereur n’y était pour rien ! Seule la défaite de Sedan lui est largement imputée, alors que la responsabilité n’est pas à porter par lui seul ! Loin de là !

Napoléon III, depuis l’Empire libéral avait permis à l’opposition de s’exprimer librement, d’avoir des journaux et d’être présent au Parlement. Il était, lui et son régime, après 18 ans de règne, toujours apprécié et reconnu par les Français de cette époque. Une dernière citation : « La pauvreté ne sera plus séditieuse lorsque l’opulence ne sera plus oppressive. »

Il serait temps que cette République reconnaisse à cet homme, à Napoléon III, au Second Empire, l’immense progrès économique et social que celui-ci apporta à la France en 18 ans de règne et admette qu’elle porte, à travers ses élus et leur opposition systématique à la réforme des armées, une responsabilité dans la défaite de Sedan, une guerre que Napoléon III ne voulait pas, et qu’eux voulaient par aveuglement patriote, et un orgueil mal placé !  (Source)

Gérard Brazon   

image_pdf
0
0

59 Commentaires

  1. Et Vichy aussi où l’empereur a laissé son empreinte. Les Amis de Napoléon III veillent au grain. Chaque année, en avril, se tient La Fête de Napoléon III à Vichy.

  2. Faut pas rêver Gérard Brazon,
    La république (d’obédience néo-maçonnique) a autre chose à foutre, notamment nous submerger d’ensavattés d’allah, que de reconnaître l’empereur Napoléon 3.

  3. M. Brazon, j’ai déjà eu l’occasion ici d’exprimer que je n’étais pas Bonapartiste. Mais autant je déteste Napoléon Ier, autant je reconnais des vertus à Napoléon III, contrairement à Victor Hugo. Et je trouve les Français bien ingrats envers Napoléon III, d’une manière générale. Certes, on peut reprocher bien des choses au neveu de l’usurpateur mais, personnellement, je lui sais gré d’avoir confié les grands travaux de la modernisation des quartiers de Paris au baron Hoffmann. Il nous a ainsi légué une capitale que le monde entier nous envie. Mais, que pensez-vous des projets des travaux sur la Tour Montparnasse, qui devrait se hausser de plusieurs étages, avec un jardin au sommet et des tours triangles dans la perspectives du dôme des Invalides ?

    • C’était le Baron Hausmann. Qui a un boulevard à Paris. Il ne faut pas confondre avec les contes d’Hoffman, qui est un opéra d’Offenbach

      Il y a bien des petits malins qui, pour décrire les opérations immobilières juteuses que réalisait Haussman en achetant à vil prix les bicoques que la ville de Paris lui rachetait ensuite à prix d’or pour y faire passer les nouveaux boulevards, ont parlé des « Comptes d’Haussman ». Mais ce n’était qu’un bon mot…

      • Haussmann était complètement désintéressé et ne fit pas fortune en reconstruisant Paris.

  4. Merci pour ce récit passionnant et bien argumenté. On comprend que l’EN ne veuille pas en parler .Être républicain c’est nier les apports des gouvernants d’hier et les atrocités des révolutions. La médiocrité à toujours été favorisée par les responsables républicains et aujourd’hui encore on le constate. Ce sont, à l’instar des valls, melanchon, ferry, macrons et toute leur clique, de vrais dictateurs sanguinaires. A bas la république et cette pseudo démocratie qui nous tue, nous emprisonne et nous vole…….

  5. Napoléon 3 est en train d’être réhabilité, comme Louis 16 d’ailleurs. Si Paris est la plus belle ville du monde ;enfin… était, nous le devons à l’empereur qui a commandité le baron Haussmann.

  6. Louis-Philippe 1er, roi des Français ?
    Fils de Philippe-Egalité le révolutionnaire régicide, sa famille d’Orléans a tué la prestigieuse tige Capécienne, on peut le remercier d’avoir instauré la « république » néo-maçonnique qui emportera le peuple français et navarrois au chaos !!!

  7. Monsieur Brazon je vous aime bien mais 1) Napoléon III était un incapable en affaires étrangères ce qui est fatal 2) Vous abusez du point d’exclamation qu’il faut utiliser avec parcimonie.

    • Ah !!!!! parce que Gérard, comme tous les résistants, aurait besoin des congratulations du taré circonstantiel peut-être ? MDR

      • cadichon c’est le débile mental du site, toujours pas exclus, comme par hasard, ce va-nus-pieds déficient cérébral ? 🙂

    • L’Âne bien nommé n’y connaît pas grand chose, manifestement… De 1849 à 1865, la politique étrangère de Napoléon III fut plutôt une réussite. Ce sont les dernières années du règne qui furent calamiteuses… L’empereur, souffrant de la maladie de la pierre, n’avait plus la lucidité et l’énergie nécessaires pour contrer Bismarck !!!

  8. Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III, dernière impératrice des Français, femme moderne, protectrice des pauvres, des femmes, des artistes et experte de la mode, elle fut assez mal aimée, traitée d’espagnole, comme le fut Marie-Antoinette, traitée d’autrichienne.
    Je suis passionnée par cette période, mon site:
    http://au-temps-du-second-empire.com/
    Merci Gérard pour cet hommage.
    Bonapartiste, je ne peux que regretter les deux Empereurs Bonaparte et Napoléon III, qui, a eux-deux, avait fait de la France une grande nation, sociale, industrielle, enviée dans le monde entier.

    • Merci Fanny. Cette période cruciale, et cette république minable et colonialiste et souvent antisémite qui a suivi la chute du second Empire, me passionne aussi. Ces deux Empereurs furent des géants face à la médiocrité des républicains ! Ils ne les digèrent toujours pas !
      Cela change de ceux qui n’ont comme arguments que mes points d’exclamation, dont il est vrai, que parfois j’abuse…

      • On sait tous d’où proviennent les remarques acerbes sur les points d’exclamaton (lol il a que ça à foutre dans la vie compter les points) Toujours le même frustré congénital … !!!!!!!

  9. « l’AIT affirme le principe selon lequel l’émancipation sociale des travailleurs passe par leur émancipation politique, précisant que celle-ci « doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».
    Et ? Vous êtes contre le droit de vote pour les travailleurs ?
    En effet (quarante ans après les trade unions anglais !) les syndicats ont été autorisés (vous auriez été d’accord ?) mais vous le dites vous même, les réunions publiques étaient très « encadrées ».
    Je ne suis pas sûr que Badinguet ait été bien inspiré de déclarer la guerre à la Prusse, ce que l’Association internationale des travailleurs a fort justement (contrairement hélas à la Deuxième Internationale en 1914) condamné.

  10. Quid du MEXIQUE?? Quand la France eut la connerie de s’en mêler, l’Amérique cessa ses commandes et cela plongea la France dans une énorme crise industrielle. Tout en continuant à IMPORTER du blé américain ce qui ruinait les paysans français. Les industriels étaient ravis, moins le pain était cher, moins ils payaient leurs ouvriers. Bon vous n’avez pas non plus prétendu qu’il était parfait…

    • C’est oublier que « l’aventure mexicaine » avait été décidé en commun avec l’Espagne,et le Royaume Unis. Ces deux pays lâchèrent la France 1 an après les opérations!
      C’est oublier que l’idée était d’empêcher la construction des USA qui représentait déjà, avec 13 états, une puissance colonisatrice vers l’Ouest. La volonté d’empêcher des états protestants face un Mexique catholique ! Le général Juarez, ne payait pas ses dettes à la France, et il fût lui-même financé par les USA de l’époque.
      Les USA surent remercier ce Juarez en occupant le Nouveau Mexique, la Californie et le Texas! Souvenez-vous de Fort Alamo !
      Napoléon III avait compris la future puissance des USA comme d’ailleurs Napoléon 1er qui, dans ses mémoires, affirmait que les USA et la Russie seraient des états incontournables !

      • Vous n’y êtes pas du tout ! En 1861, les USA n’en étaient plus aux treize colonies. C’est en 1848 qu’ils avaient arraché au Mexique la moitié de son territoire.

      • Tout à fait. Il ne faut pas oublier non plus que Léopold II a lâché sa soeur Charlotte, en ne fournissant pas le contingent belge prévu (ce que Léopold 1er aurait respecté), Tout comme François-Joseph qui a fait de même avec le contingent autrichien, par rapport à Maximilien. Sympas, les fratries monarchiques…

        Napoléon III aurait accepté de laisser 20 000 hommes au Mexique en dédoublant la Légion Etrangère. Mais à condition que François-Joseph et Léopold II fournissent également 8 à 10 000 hommes chacun ! Ils ont refusé…

      • Je ne suis pas sûre qu’en ayant justement comprit qu’elle puissance il avait en face de lui ce soit alors très malin de lui chercher des poux….

  11. Parfait résumé de l’oeuvre de Napoléon III. Merci pour cet excellent article. Alors que l’on se pâme devant Napoléon I qui a ruiné le pays et massacré un million de Français sur les champs de bataille sans compter les belligérants adverses (la gloire ne se mange pas en salade, tout en reconnaissant l’extraordinaire intelligence de ce génie qui nous a fait bien du mal : le passif est beaucoup plus lourd que lactif). Napoléon III a un bilan beaucoup plus positif. Quel malheur d’être tombé dans le piège tendu par Bismarck.

    • Napoléon 1er fit face comme les révolutionnaires, au financement des coalitions par l’Angleterre. Napoléon ne déclara pas les hostilités, il fit surtout des guerres préventives la plupart du temps ! L’Angleterre eut peur de Boulogne, et de perdre sa suprématie. La main de l’Angleterre toujours!
      N’oublions pas la paix du traité d’Amiens. L’Angleterre refusa d’en appliquer les conditions ! Tout cela pour dire que si Napoléon n’est pas entièrement innocent de ces batailles, elles furent le plus souvent provoquées par une Angleterre veillant jalousement à sa domination sur terre, comme sur mer et qu’elle refusait la naissance d’une Europe Française! Comme d’habitude! Elle est notre ennemie « intime. Juger Napoléon 1er sans tenir compte de toutes les responsabilités est simple, voire simpliste.

    • Napoléon 1* a fait certes des guerres, mais beaucoup lui ont Été imposées ;ceci étant, il a créé quasiment toutes les institutions dans lesquelles nous vivons aujourd’hui. Il est l’homme le plus honoré au et celui qui a suscité le plus d’études et
      d’ouvrages. Louis 14, Napoléon, De Gaulle… aucun pays ne peut aligner un trio aussi prestigieux.

  12. Le plus grand roi de France était Louis 11 et pourtant il a été 100 ans après son règne critique par Commines je crois et de ce fait cela a occulté son règne
    Ce roi a créé la France

    • Je croyais que c’était Clovis (en fait Hlodowig). Il faut dire que son royaume ne comprenait pas toute la France actuelle mais la totalité des Pays Bas, une partie de l’Allemagne et qu’il parlait plutôt allemand ou flamand que français.

    • Un Roi méconnue en effet. On parlait plus souvent des cages ou, il dit-on, il emprisonnait des prisonniers que de son oeuvre de construction de la France face à la Bourgogne.

      • Point de vue rétrospectif ! Vous pourriez aussi bien dire qu’il a empêché le développement de la Bourgogne.

  13. Et aussi de brillantes réussites comme l’expédition au Mexique….qui préfigure le futur de notre implication actuelle au Sahel.

  14. Bonjour, vous parlez des temps médiocres depuis l’Empereur Napoléon III exceptée la période du « général » de Gaulle. Mais cet homme abandonna non seulement un département mais aussi ses frères d’armes (les Harkis). Piètre général.Je préfère les anonymes qui passèrent les barrages de l’armée allemande. Gloire à tous ces anonymes. Je me demande pourquoi il n’a jamais été jugé même de façon posthume.

    • Si j’ai mis à part De Gaulle, c’est parce qu’il fut le seul Président ayant à coeur l’intérêt de la France dans sa globalité et fît la 5iém République plus proche des idées bonapartistes !
      L’Algérie était un boulet pour les finances Françaises, Napoléon III et la 3iém République aurait dû trouver une solution autres, comme l’autonomie voire l’indépendance pendant que c’était possible en préservant les intérêts des « colons » plutôt que d’en faire des départements !
      Je ne nie pas que De Gaulle fût ignoble envers les les pieds noirs, et les Harkis en 1962 ,! Pire que Franco qui dépêcha sa Marine pour sauver des vies !

      • M. Brazon, que fallait il faire en Algérie autre que ce qui fût fait. Les pieds noirs ? J’en ai connu qui avaient anticipé et investi en France bien avant les événements comme ils disaient, lesquels étaient prévisibles depuis 1945… parmi les plus aisés bien sûr.
        Mais les plus modestes avaient un capital :le travail ;les pieds noirs étaient des travailleurs ce qui leur permit, malgré la douleur de s’assimiler à leurs compatriotes de métropole en moins d’une génération.
        On ne devait rien aux harkis, d’anciens Fellouzes pour la plupart lesquels n’avaient que des convictions rudimentaires.
        Les ramener en France avec leurs familles était impossible ;la plupart ne le souhaitaient d’ailleurs pas. Et nous ne sommes pas comptables de la barbarie des Algériens.

        • Si nous ne sommes pas comptables des agissements des algériens tout fraîchement « libérés » de la France. Mais, les harkis ont combattu pour la France et un général, dûment promu, ne devait pas laisser ses frères d’armes à des personnes qui ont comme coutume d’égorger les « traîtres » sans jugement « classique ». Pourtant, j’ai déjà entendu, par deux fois, le Président Macron s’excuser que la France ait commis des crimes contre l’humanité en Algérie. Qu’en pensez-vous ?

      • Si je vous lis bien, il n’était pas utile de faire cette guerre « civile » qui coûta des deux côtés.

  15. Pertinent, y compris les rappels sur le marxisme lesquels confirment si besoin était qu’il est l’idéologie à éradiquer en priorité car responsable de l’Etat actuel de la France, que ses intentions aient été bonnes ou non

    • Bonjour,

      Devant un fléau..et nous en avons eu de toutes sortes, nous nous réfugions dans des  »remèdes » que nous tenons pour. Bons et .Sûrs…  »la der des ders » ..en quelque sorte..Puis arrivent les déviations, les penseurs, les profiteurs et les autres… et nous nous réveillons avec la plus  »pire des pires ». Il fut un temps ou les humains étaient des bêtes de somme…une doctrine..assez  »docte » est née..et sur le papier pratiquement inégalable..Nous connaissons le reste..et en quoi elle le fut…inégalable..ou presque en attendant  »mieux » dans ce domaine…en terre promise..

  16. N.III est aussi à l’origine de la banque moderne.
    Il a été trahi en 70 par le socialiste Trochu
    (participe passé du verbe trochoir.) V.Hugo

  17. Ce monde a connu quantité de bouleversements , plus ou moins toutes les formes de gouvernances qu’on peut imaginer… OU en sommes-nous ?
    Peut-on à partir d’une époque..furtive devenir ‘royaliste » ou républicain ?Communiste ? anarchiste ? ..etc.
    Ce que je vis est que depuis presque 70 ans nous élisons des gens et nous sommes en pleines dégringolades..Enchainons les trahisons de nos amis et allons fourbir les armes de nos ennemis..Les vrais..Pas ceux qui Français de naissance ou les » français l’espace des temps des guerres » – qui ont été se faire casser la gueule…Mais, Il me -parait- que les.cercueils sont moins ‘alarmistes’ dans des  »’entrepôts provisoires » que dans les  »grandes surfaces »,.Et ce, + ou – dans tous les pays sans exception

  18. lui au moins a développé la France,
    et sa femme a inventé le microcrédit en prêtant des sommes modiques aux gueux (qui remboursaient toujours)
    mais comme il était de bon ton de critiquer, il a reçu plus que sa part!

  19. Mais que voulez vous que cette république reconnaisse , M. Brazon?
    Elle ment comme un arracheur de dents sur tout ce qui n’est pas elle-même (et sur elle-même aussi , d’ailleurs ) , et depuis 231 ans !

  20. Si vous pensez que 1860 c’est de la préhistoire, c’est que vous n’avez rien compris au fil de l’histoire justement et des conséquence de cette histoire en bon socialiste qui aime faire table rase du passé.
    On ne peut pas regarder l’avenir sans connaître son passé, ignorer ce passé va vous obliger à recommencer les mêmes erreurs ! Victor Hugo disait, »il n’y a pas d’arbre sans racine! » !
    Si vous pensez que Macron, Castaner, c’est moderne, alors vous devriez vous penchez sur vos livres d’histoire de France, ou même de l’Europe!
    Les hommes sont les mêmes, la soif de pouvoir est la même, et les trahisons se ressemblent d’un siècle à l’autre!
    Si vous pensez que les hommes politiques d’hier était plus sots que ceux d’aujourd’hui, alors je ne peux rien pour vous ! Vous êtes incurable !

    • Hélas, la « Révolution » a prôné: « faisons table rase du passé ». La république applique à la lettre cette formule. Dans les livres d’histoire donnés aux écoliers, l’histoire de France commence en 1789 et passe ensuite directement à 1945. Le reste est passé à la trappe et les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent que Robespierre (et encore), De Gaulle et les nazis et leurs camps de concentration. D’où leur inculture crasse en histoire et partant en saine politique. Ils ne savent pas d’où ils viennent ni où ils vont. Mais il y a un ministère de la « K »ulture…

      • Même avec un niveau d’instruction supérieur, ils n’ont jamais entendu parler d’Oradour sur Glane.

    • A propos d’arbre sans racines, avez- vous vu la publicité pour la Seat Ibiza qui est un concentré de haine anti France, anti enracinement et anti « riches », anti  » possession » de biens, on se demande d’ailleurs qui va payer l’automobile que l’on n’aurait pas le droit de posséder normalement.
      Cette publicité est révélatrice de la mentalité des psychopathes aux manettes en France.

    • Ce qui est correcte, c’est qu’effectivement certains Français ne réfléchissent plus du tout. Ils se laissent porter par les courants médiatiques qui les rend juste assez intelligents pour faire de bons consommateurs! En clair, des idiots utiles !

  21. Je serais assez d’ accord sur ce tableau historique du Second Empire et les talents de Badinguet qui tenait beaucoup de son père Louis Bonaparte aux capacités réelles. Certes l’ expédition de Crimée se solda bien et celle en Extrême-Orient aussi à Palikao. Mais l’ expédition au Mexique fut un désastre dont le seul fait d’ armes mémorable fut Camerone. Oui, il y eut création de richesses. Son action en Algérie fut déterminante.

    • @FCDC- A ce jour, il y a un jeune prétendant au trône Impérial qui, on ne peut pas le dire, soit très actif ! Même pour seulement défendre l’héritage politique de sa famille et réclamer une juste restauration de la mémoire de Napoléon III à travers les médias. En effet je regrette qu’il ne se batte pas plus, au moins comme le font les autres prétendants à la couronne royale !
      Etre Bonapartiste aujourd’hui, relève bien plus du souvenir d’un grand souverain, le dernier ayant gouverné la France, et du souvenir gigantesque de son oncle Napoléon 1er !
      Etre Bonapartiste, c’est la réunion d’une France à la fois forte et sociale, autoritaire, mais généreuse et sans concession, et avoir la France et son avenir comme seul but!
      Il y n’a pas/plus d’hommes d’état qui ait cette vision. La République reste le pire des régimes politiques car elle nie le plus souvent les libertés, les élections et même les référendums! De plus elle a bradé in fine, la souveraineté.
      Cependant, Les Français sont restés monarchistes au fond d’eux-mêmes, et j’en conclu qu’il manque vraiment un parti monarchique fort en France qui puisse offrir une réelle alternative aux Français!
      Dommage enfin que tous ces Princes et héritiers soient devenus les représentants d’une caste et qu’ils soient plus intéressés par leur vie hors sols, que par la vie de la France, et celles des Français en général !
      La vie de Louis Napoléon devrait être un exemple pour eux, lui qui a recherché le pouvoir pour la grandeur de la France et le bonheur des français. Bien à vous.

        • L’homme a fait HEC, il est jeune et fait dans les banques d’affaires. Je crains hélas, que Napoléon 1er, comme Napoléon III, ne soient pour lui, que les histoires d’un passé familial et qu’il ne se sent pas l’envie, ni la force de relever.
          Son père a trahi le seul Parti Bonapartiste qui existait encore en Corse, et qui gérait Ajaccio en s’alliant à des radicaux de gauche.
          De plus, son nom est lié aux Bourbon-Sicile par les différents mariages de sa famille depuis la chute de l’Empire !
          Se sent-il Français dans les tripes ?
          La même question se pose à tous les prétendants d’ailleurs…

        • J’ai écouté le discours du Prince Murat que j’approuve totalement !

Les commentaires sont fermés.