À Maurice Lemal, notre Gaulois disparu… trahi par sa famille !

Publié le 15 janvier 2019 - par - 10 commentaires - 1 440 vues
Share

Je viens d’apprendre, avec une énorme tristesse, la disparition de notre adhérent Résistance républicaine Maurice Lemal, un des adhérents de la première heure, il portait le numéro 28… Un militant convaincu.

Il avait participé à l’historique apéro-saucisson-pinard du 18 juillet 2010, il avait passé des milliers d’heures à tracter, coller, militer pour la cause, pour Résistance républicaine. Il faut dire qu’il habitait près de Trappes, il savait de quoi il parlait. Cet homme engagé à gauche nous avait rejoints parce que nous avions les mêmes valeurs, les mêmes peurs, le même amour de la France, la même détestation de l’islam. Je crois me souvenir qu’il était pourtant à Front de Gauche…

Je le revois encore avec son sac à dos et son déguisement de Gaulois, parcourant en tous sens la manifestation du 10 novembre  2012 pour y vendre nos livres, nos autocollants…. Toujours avec un immense sourire. Il était heureux parmi nous.

Il avait vivement soutenu ma position en faveur du mariage homo, révolté, en homme de gauche, de la campagne aberrante et violente contre  ce qui était, pour lui, complètement normal. Nous avions eu de longs et fréquents échanges à ce sujet.

Et puis, il s’était excusé de ne plus pouvoir venir aux réunions, parlant de soucis de santé, nous continuions à échanger par courriel…

Et j’apprends ce matin, par pur hasard, qu’il est décédé fin novembre ! Sa famille ne nous a pas prévenus !

Nous aurions aimé lui dire un dernier adieu, nous ne l’avons pas pu et  c’est à cause de sa famille qui l’a trahi.

Voici comment j’ai appris son décès : par un courriel infâme envoyé depuis sa boîte par son fils, en réponse à une lettre envoyée aux adhérents de Résistance républicaine.

Je suis effondrée, atterrée. Atterrée de la disparition de Maurice, atterrée de constater que les siens ne sont même pas fichus de respecter sa mémoire.

Il était très engagé auprès de nous, il était venu déjeuner chez Pierre avec nous il y a quelques années (avec sa femme, même peut-être, j’ai un doute) et sa femme ne nous a pas prévenus de son décès. Peur d’avoir honte du défunt qui avait eu le culot de ne pas penser comme sa famille ?

Qu’est-ce que c’est que ce fils, même pas fichu de mettre une majuscule au nom de son père, qui crache sur les engagements de son père, parlant de « paranoïa », carrément ! Quelle trahison ! Quelle absence de respect pour son géniteur !

Bien évidemment que ni la femme ni le fils de Maurice ne sont obligés de partager les engagements de celui-ci, ils auraient pu le dire poliment et respectueusement : J’ai l’immense douleur de vous annoncer la disparition de Maurice Lemal, mon père, décédé fin novembre. Je vous remercie de bien vouloir retirer son nom de votre liste de diffusion, ni moi ni ma mère ne partageons ses engagements et ne souhaitons continuer son adhésion. 

C’eût été correct, et légitime.

Mais cracher ainsi sur son père décédé en le traitant carrément de paranoïaque, et uniquement parce que Maurice voulait conserver son identité et celle de son pays, c’est indigne. Indigne d’un fils. Indigne d’un être humain. Fils indigne… on comprend ce que cela veut dire par cet exemple !

Tant les gauchistes ne respectent rien qu’ils sont capables de cracher sur la tombe de leurs parents qui ont fait l’immense faute de ne pas penser comme eux. Petits staliniens en herbe, prêts à nous envoyer tous au goulag.

Ça fait peur. Terriblement peur. Et cela nous donne encore plus envie, si c’était possible, de nous battre contre cette engeance préférant les autres aux siens.

Mais ce matin nous préférons nous attacher au souvenir d’un homme de grande valeur, courageux, déterminé, osant penser par lui-même, ne se souciant pas du regard des autres. Ami Maurice tu nous manques, ô combien.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/15/hommage-a-notre-ami-maurice-lemal-notre-gaulois-disparu-trahi-par-sa-famille/

Complément de David Belhassen

Bonjour Christine. L’hommage vibrant que vous avez rendu à M. Maurice Lemal m’a touché et ému. Il a exacerbé ma nausée à la lecture du courriel odieux de son fils. Voilà jusqu’où peut mener la trahison interne.
En ces temps décadents d’allégeances renégates, traîtres et anti-naturelles (voir mon article à ce sujet), il est impératif d’écrire son testament. .

Voir par exemple ceci :

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/07/ne-mourez-pas-idiot-exigez-dans-votre-testament-que-soit-lu-le-jaccuse-de-christine-tasin/

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Sophie Durand

Bien OK avec vous, ce mail du fils est infâme. Paix à l’âme de Maurice Lemel.

Boadicea

Le pseudo démocrate et le respect dû au décès d’un brave homme ça fait deux. La suite de son commentaire n’a rien à faire avec l’article de Christine. Quand on est. ……

lucie clavijo

Beaucoup de familles sont aujourd’hui complètement déchirées par la politique. on ne se parle plus, car le patriote fait office de repoussoir, tellement loin des préoccupations bobos masos pseudos écolos débilos égoïstos de certains.
Paix à l’âme de ce brave homme qui a du se retourner dans sa tombe.

Didier Labaune

La famille de ce Monsieur n’avait aucune obligation vis à vis de vous….Le respect de leur deuil devrait l’emporter sur vos états d’âme… Mais après tout votre morale et votre idée de la  » gauche identitaire  » ne regarde qu’un nombre très très réduit d’individus… L’essentiel dans votre petit texte est de rappeler que vous êtes Christine Tasin, pour le mariage des homosexuels ( ainsi que l’adoption d’enfants pour les paires d’homosexuels et la Pma ), pour l’avortement et ses 200000 sacrifices annuels…..Bref, vous êtes pour le « génocide in vitro  » de notre civilisation et, de fait, la nature ayant horreur du vide pour l’arrivée massive de populations remplaçant ces sacrifiés et ayant une culture et une religion la plus éloignée de la France éternelle…Vous êtes ennemie de la France !

Josiane Filio

Je ne pense pas avoir connu Maurice Lemal, car si j’avais croisé ce sympathique et courageux gaulois je m’en souviendrais, comme je me souviens de sa présence sur cette photo désormais célèbre.
Pourtant je m’associe à ton chagrin et ta colère Christine, et la magnifique manière dont tu rive son clou à ce fils vraiment indigne dans ce texte, témoigne de ta grande valeur humaine et de ta fidélité envers ceux qui te suivent.
S’il existe un au-delà, je suis bien certaine que Maurice en lisant tes lignes, y trouve le réconfort nécessaire pour contrebalancer la trahison des siens.
Qu’il repose en paix parmi les braves, ou se trouve un Astérix ou un Obélix, pour rigoler et partager une cervoise bien fraiche.
Affectueusement à toi

Boadicea

Le conmanche a parlé hugh ! Quand on n’est pas capable de faire la différence entre l’infâme et le correct on se la ferme.

senechal

Si l’on peut choisir ses amis, par contre on ne choisit pas sa famille, et par les temps qui courent, la solidarité familiale est loin d’être une vérité!.

jan le Connaissant

salut le Patriote !

La_Soupape

Salut à toi ami, repose en paix et délecte-toi de ne pas avoir vécu le pire !

Quelle déception ça doit être de savoir qu’on a engendré un con ! Ton combat avait du sens et pourtant tu étais de gauche, ben ton lardon aussi, mais un peu plus que toi…

Jean Neymar

Le respect filial n’est plus de ce monde. Les propos du fils sont affligeants et Christine fait bien de le souligner. Encore un qui se complait dans le politiquement correct. Mais on n’a pas toujours les fils qu’on mérite ! Triste monde !