Hommage à Renaud Camus, condamné pour ne pas bien penser

Dans mon pays, qui jadis fut ce grand pays…

Nous sommes arrivés à ce point de non-retour où un grand écrivain de 71 ans, nommé Renaud Camus, est convoqué à passer 3 heures à la gendarmerie pour ses écrits, maintes fois convoqué au tribunal pour ses positions et condamné pour ne pas penser « comme il faut ».
Ébranlant le discours officiel qu’on tente vainement d’imposer par la propagande et par la force.

Dans le même temps, dans notre grande démocratie, dans notre monde où la déculturation avancée gangrène toutes les sphères d’une société sclérosée, j’apprends qu’un bouffon (le mot est faible) « mi-rappeur, mi-islamiste, mi-trou de balle » nommé Médine de 36 ans est érigé en idole, presque consacré au Bataclan, pour une jeunesse en perdition absolue. Le Premier ministre lui rendra un vibrant hommage : « Médine a marqué un formidable retour du texte travaillé et écrit dans la production musicale française ».

https://www.youtube.com/watch?v=h9oBKChmpuM&lc=z23qgpmz0yrrijvz304t1aokg1emri4fnb1gtdz2xo42bk0h00410

Dans cet exemple limité et contrasté, néanmoins foudroyant, révélateur de l’imposture de notre époque plongée dans l’idéologie du faux, du vide et du mortifère, dont l’ampleur sans précédent nous envoie irrémédiablement dans l’abîme…
Tu as osé me demander si la « vague » nationaliste qui grandit et sévit en Europe (de l’est notamment) m’inquiète ?

Alors, moi le Français adoptif et adopté, fils d’immigré d’origine arménienne, moi le mari d’une femme d’Amérique latine, moi qui ai foulé tous les continents, côtoyé toutes les cultures, embrassé toutes les couleurs et appris les langues et les coutumes des autres…
Moi qui n’ai jamais agressé une femme,
Moi qui n’ai jamais parlé mal à un policier,
Moi qui n’ai jamais méprisé, sous-estimé ou disqualifié l’autre.
Moi qui ai fait cet effort nécessaire, obligatoire et salutaire de devenir « ce bon petit Français », je vois aujourd’hui que mon pays a préféré choisir ceux qui ne sont absolument rien…
au détriment de ceux qui ont donné leur sang, leur honneur et leur vie pour cette patrie qu’on appelle FRANCE et dont la valeur est inestimable. Mon pays, que je ne reconnais plus, a célébré les traîtres, consacré les vermines et enfanté des monstres.

Alors, je te réponds avec la plus profonde sincérité, sans prendre une quelconque précaution élémentaire afin de t’épargner.

« Cette « vague » que tu évoques, non seulement je l’attends avec une impatience non dissimilée, non seulement j’y travaille assidûment, mais surtout, j’espère et prie de toutes mes forces, de tout mon cœur, pour qu’elle claque comme un tsunami dévastateur… et emporte, sans préavis et sans état d’âme, ce monde faisandé et putride. Cette vague n’est pas une vague, c’est un tremblement de terre d’une magnitude telle que la douleur occasionnée sera à la hauteur, à la profondeur, du mal qui nous accable, inéluctable. Cette vague, pour toi c’est la mort, mais pour moi, c’est mon soleil. »

À notre très cher Renaud Camus.

Gérard Boyadjian

https://www.youtube.com/watch?v=h9oBKChmpuM&lc=z23qgpmz0yrrijvz304t1aokg1emri4fnb1gtdz2xo42bk0h00410

image_pdf
0
0

18 Commentaires

  1. Bravo, Gérard, pour cet article vibrant, c’est votre plus beau texte…
    De tout coeur avec vous.

  2. TOUS AVEC RENAUD CAMUS, merci Monsieur Boyadjian pour votre excellent article nous avons besoin de PLUS DE RENAUD CAMUS sur notre sol qui accueille trop de fainéants, de suce-fric, LA FRANCE AUX FRANCAIS DE SANG ET DE COEUR (dont je suis aussi d’origine étrangère, mes PARENTS ONT OPTE POUR LE DRAPEAU BLEU/BLANC/ROUGE VIVE LA FRANCE

  3. « Mi-rappeur, mi-islamiste, mi-trou de balle » ?! Cela fait trois demis… C’est normal ?

  4. Merci M.Boyadjian pour ce texte et respectueuses salutations à M. Camus. La vague se lève malgré la désinformation et l’assistanat par lesquels les « zélites » tiennent les français. Leur mur craquelle, j’ai de l’espoir en voyant l’Italie, la Hongrie, notre soeur la Pologne ! Nos étendards vont se relever et les Nations vont reprendre leurs droits.

  5. bonjour ,monsieur c est avec un plaisir non dissimulé que votre fierté d être français me vas droit au coeur,mais cette joie est de courte durée en effet je suis absolument persuadé que tout ce vous relatez, la démission des hommes politiques leur manque de couilles etc.a été prémédité a l aube des années 90 ,en effet face a la natalité exponentiel de la population d origine maghrébine et africaine,couplé a une crise économique sans précédent,ou plutôt si avec des précédent mais avec un bémol a cette époque tout était encore possible et surtout la manœuvre était encore la plus valus aux création de richesse !
    or tout cela est bien fini depuis les années 90 les machines on remplacer les hommes les profits l esprit de développement du pays, alors les élites on eux l idée de laissés allez tous les travers de nos sociétés désenchantés, le peuple a doucement compris que plus jamais le peine emplois ne reviendraient la peur du chômage de la pauvreté de perdre sa voiture sa maison..des peurs souvent irrationnelles !mais peut importe les élites l on compris avant le peuple et ils ont bien compris que l affrontement violent entre les commutés différentes de notre cher pays serait le seul remède a la reprise économique ! tous comme les guerres le faisait naguère, mais le remède sera juste un bain de sang et de déchaînement de violence et de crimes abjectes la france ne s en relèvera pas de sitôt, les frustrations des différentes communautés et le ras le bol des bol des français seront a leurs paroxysme, et la haine de leurs pays d accueil de nos chers tètes frisés se terminera en boucherie!
    rdv dans 5 ans maximum pour confirmer ou infirmer ma certitude
    cdt

  6. la république en marche vers le système du goulag soviétique
    l’angleterre a déjà commencé avec l’emprisonnement de tommy robinson coupable d’avoir dénoncé publiquement les gangs de violeurs pakistanais

  7. Renaud Camus, défenseur de notre identité ET de nos paysages, ces paysages qui sont le réceptacle de notre imaginaire, le creuset de notre être collectif.
    Une France réduite à ses zones pavillonnairees sans âme ses zones commerciales immondes et ses autoroutes puant le pétrole vaudrait-elle la peine d’être encore défendue ?

  8. Un tsunami de civilisation serait dévastateur, mais aurait le mérite de nettoyer le pays de
    toutes ses scories ;on pourrait alors repartir
    sur de bonnes bases.

  9. Oui vous avez raison Gérard, la vague, la grande lessive (ou oserais-je dire le grand lavement vu ce qu’il y a à évacuer) se profile à l’horizon et il devient de plus évident qu’il devient nécessaire même si ça ne va pas être une partie de plaisir ..

  10. C’est vrai que Camus aurait été bien plus tranquille en restant à St germain des prés à fréquenter le Flore, qu’est ce qui lui à pris de devenir un chantre de l’identité française et ainsi se mettre à dos tous ses amis bien pensants qui s’acharnent maintenant à le réduire à la misère

  11. Effectivement notre « monde est faisandé et putride ». Actuellement, à l’occasion de la commémoration de la guerre de 14-18 se pose le problème avec la décision de Macron de ne pas célébrer la guerre avec un défilé militaire, bien que l’armée soit encore une nécessité, nécessité honteuse désormais, de savoir si renoncer aux guerres implique le sacrifice des nations qui en sont à la source. Si nous voulons un monde sans guerre, nous devons sacrifier les nations, telle est la nouvelle doxa. La guerre et ses carnages sont une absurdité. A la place, l’alternative est de devoir accepter que des zélites à terme au sein d’un gouvernement mondial, disposent des peuples existants et décident de leurs destinations, de leurs déplacements, de leurs territoires pour les réaffecter – en fonction des problèmes climatiques, de la pauvreté ou de la surpopulation de telles zones géographiques et soit seule compétente pour recruter des armées et des polices pour veiller à la sécurité des régions ou districts planétaires et à l’ordre public. C’est ce que veulent à terme les zélites et les populations occidentales en refusant la guerre justifient cette alternative qui n’a rien de bien grandiose et réduit l’humanité à l’animalité. La guerre c’est le sacrifice potentiel de soi, la souffrance « absurde » pour défendre sa patrie qui n’en mérite pas tant semble-t-il pour le sentiment commun. Eh bien, l’alternative qui ne dit pas son nom, ce n’est pas l’anarchie, c’est la servitude. Pour de Gaulle la France devait incarner la grandeur, or la grandeur sans l’acceptation du sacrifice n’est pas possible. Une de mes plus grandes émotions littéraires c’est Le voyage au bout de la nuit de Céline qui condamne la guerre, sans laquelle il n’aurait pas écrit ses chefs-d’oeuvre. Je n’ai pas de réponse à ce dilemme, étant de nature trouillarde mais en même temps consciente que ce qui fait la beauté d’une vie c’est la capacité à sortir de soi au profit de quelque chose qui nous dépasse.

  12. Très belle intervention (comme toujours) Gérard. Mais ne craignez-vous pas que vos propos « déviants » soient re-qualifiés par nos Juges Dignes et Respectueux du Droit en pathologie mentale ? Il faudra dorénavant vous préparer (ainsi que Renaud Camus) à la perspective de devoir vous soumettre à une expertise psychiatrique, si besoin suivi d’un traitement thérapeutique adapté dans un « centre spécialisé ». (ceci pour votre bien uniquement)
    Tout cela m’évoque vaguement quelque chose… mais c’était il y a bien longtemps et dans d’autres contrées. Et comme on n’a de cesse à nous le répéter tous les jours, tel un inusable et rassurant Leitmotiv : « PLUS JAMAIS CA ! »
    Vraiment ?

  13. Salut à G.B ,au Français emblématique-Arménien de plus- pour cette petite vidéo qui nous fait considérer la vague à venir avec l’espoir d’être des nageurs formidables!

    • Cette déferlante que rien ne semble pouvoir arrété, nous entraîne dans une nuit de brouillard, sans fin.Nous luttons en vain en éspérant et priant pour la sortie du tunnel.La France est endormie priont à son réveil.

Les commentaires sont fermés.