Hommage à Sempé, papa du « Petit Nicolas » qui nous laisse le rire en testament

Je suis triste, ce matin.

« Il m’est arrivé de devenir, par moments, raisonnable mais jamais adulte. »

Jacques Sempé, illustrateur des aventures du Petit Nicolas dont l’auteur est René Goscinny.

Il nous a quittés, le poète. Il nous ont donc quittés, les 2 génies grâce à qui des millions de petits Français ont découvert le plaisir de la lecture et ne l’ont plus quitté. Ou plutôt que la passion de la lecture n’ont plus quitté. Hier Goscinny, l’écrivain, et aujourd’hui Sempé l’illustrateur.

Le Petit Nicolas est presque aussi vieux que moi, puisque ses aventures ont été écrites entre 1956 et 1965 mais il n’a pas pris une ride. Publiées sous forme de feuilleton, ses aventures ont fait fureur. La vision tellement juste de l’enfance – mais aussi, par ricochet, de celui des adultes- a forcément obligé certains à revoir leur regard sur l’enfance, sur la liberté, sur le bonheur, tout simplement. Au départ c’était une bande dessinée mais Sempé n’aimait pas trop le genre, il ne s’y sentait pas à l’aise, alors ils sont partis sur le format qui a fait le succès du « Petit Nicolas », texte et dessins.

Je l’ai découvert, adulte, et déjà prof. Je me souviens des fous rires pris en le lisant, du bonheur de ces lectures, de ma quête de tous les « épisodes » parus… j’avais retrouvé mon âme d’enfant. Je crois que le Petit Nicolas m’a appris plein de choses sur la liberté, sur le respect dû aux enfants, sur la vraie vie… Il a fait partie, à son petit niveau, des livres qui m’ont faite.

Alors vous pensez bien que, depuis, j’ai toujours proposé Le Petit Nicolas à tous les enfants croisés, et notamment à mes élèves. Forcément. Ça ne marchait pas avec tous, mais j’ai donné l’envie de lire à des gosses qui refusaient par principe tout bouquin grâce au « Petit Nicolas ».

Le petit Nicolas, c’est, bien sûr, pour moi l’amoureuse des mots peu attirée par les images, la langue et la verve de Goscinny, forcément. Mais les fabuleuses illustrations de Sempé réussissaient à capter mon regard, tant elles correspondaient à l’esprit et à la lettre du texte.

Merci à ces 2 enchanteurs, à ces 2 passeurs du beau, du bon, mais, surtout, de l’humour.

Le RIRE !  Un des éléments qui distinguent l’homme de l’animal. Un des éléments qui distinguent les  bons des salauds. Comparez les rictus d’un Macron essayant de rire vraiment, ce dont il est incapable et le rire franc d’un amoureux de la vie comme un Jacques Brel. Par exemple.

Ecoutez Rabelais : « rire est le propre de l’homme »

Ecoutez Hugo :

« Rabelais, que nul ne comprit ;
Il berce Adam pour qu’il s’endorme,
Et son éclat de rire énorme
Est un des gouffres de l’esprit ! »

Oui, un Petit Nicolas arrive et tout est changé. L’homme est changé. La vie est changée.

Lisez le Petit Nicolas, faites-le lire, allez voir et revoir tous les dessins de Sempé, parce qu’il cultivait l’essentiel : le beau en sus du rire.

Et n’oubliez pas, jamais, d’être, pour toujours, un petit Nicolas plein de bon sens, d’irrévérence, et d’amour de la vie.

 

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2022/08/12/hommage-a-sempe-papa-du-petit-nicolas-qui-nous-laisse-le-rire-en-testament/

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Je ne pense pas que Sempé aurait souhaité et apprécié cet hommage..

  2. Bonne route vers le paradis, monsieur Sempé ! Et merci pour ces inoubliables moments de joie et de rires que vous nous avez donné pendant si longtemps…

  3. Johan Sfar l’a remplacé à Paris-Match, il plagie son style de dessin mais c’est complètement NUL, zéro, aucun de ses dessins ne m’a fait sourire, ça n’exprime rien, le vide !

  4. merveilleux sempe qui nous a tant fait rêver, tant séduit avec la beauté de son oeuvre, comme lui emprunte de finesse et d’intelligence : encore une page de la france que l’on a aimée qui se tourne – comme on voudrait que de tels artistes soient éternels

Les commentaires sont fermés.