Hommage à une grande dame : Oriana Fallaci

Publié le 13 septembre 2012 - par - 3 448 vues
Traduire la page en :

En découvrant le n° 268 de Riposte Laïque, je tombe presque par hasard, car j’aurais pu ne pas aller jusqu’au bout de la page, sur un nom qui pour moi fait immédiatement « tilt » : Oriana Fallaci et l’annonce, qui me réjouit, de l’hommage qui doit lui être rendu ce dimanche 16 septembre à Florence, sa ville natale, avec l’intervention de Pierre Cassen.

Or, depuis presque deux ans maintenant que je suis une lectrice assidue de Riposte Laïque, je m’étonnais de ne jamais rencontrer de références à cette femme remarquable, écrivain, Journaliste (avec un grand J) et Grand Reporter, qui a été parmi les tous premiers et premières à nous mettre en garde contre les dangers de l’Islam, et me demandais (je me demande encore) si beaucoup de Français connaissent, ne serait-ce que le nom de cette femme courageuse, et tellement lucide ? Je crains que non.

Exilée à New York, Oriana Fallaci a  vécu – en direct – les attentats du 11 septembre 2001, ressentis comme une grande souffrance, ce qui l’a amenée à l’écriture d’un livre : «  La rage et l’orgueil », une condamnation terrible et sans appel, de la civilisation arabo-musulmane, qui lui valut d’être traînée dans la boue par tout ce que l’on a coutume d’appeler les « intellectuels de gauche », et de subir attaques grossières et menaces de mort. Publié chez Plon en 2002, après avoir été refusé par plusieurs grands éditeurs français, il fit l’objet d’un long article du Point (N° 1549 du 24 mai 2002). Cet article qui reprenait quelques extraits de « La rage et l’orgueil » était accompagné d’analyses demandées à « six spécialistes » (sic) au nombre desquels : Alain Finkielkraut, Philippe Grimbert, l’inénarrable Malek Chebel, Yazid Sabeg, Gilles Kepel, et Daniel Sibony qui, à l’exception du premier, se livrèrent à un lynchage médiatique en règle. Ce livre ne bénéficia bien évidemment d’aucune promotion en France (sinon d’une promotion négative)  ce qui ne l’empêcha pas d’être vendu à plus d’un million d’exemplaires en Italie et d’être best-seller dans tous les nombreux pays où il fût traduit.

Comme un post-scriptum, deux ans plus tard, elle écrivit un nouveau livre intitulé : « La force de la raison », une analyse rigoureuse, sous un angle historique, philosophique, moral, politique, affrontant comme d’habitude les sujets que personne n’ose affronter, usant d’une logique impeccable et implacable pour définir ce qu’elle appelle “l’Incendie de Troie“, autrement dit d’une Europe qui n’est plus l’Europe, mais l’Eurabie, une colonie de l’Islam.

Tout ce que, à longueur de semaines, de mois, d’années, nous dénonçons ici, sans toujours convaincre malheureusement – et bien plus encore – est contenu dans ces deux livres, qui sont un vrai trésor d’informations, d’anecdotes, d’humour aussi. Anecdotes tirées de sa longue expérience de grand reporter ayant couvert la plupart des conflits du Moyen Orient, et de ses interviews fleuves et sans concessions d’innombrables personnalités, au nombre desquelles : Khomeyni, Kadhafi, Golda Meir, Indira Gandhi, Arafat.

Et tout cela, faut-il le rappeler…il y a onze ans !

Bref, une personnalité hors du commun, possédant ce qui fait tant défaut à notre époque : la lucidité et le courage… résumés dans cette phrase de son livre « La rage et l’orgueil » :

Il y a des moments, dans la vie, où se taire devient une faute et parler une obligation. Un devoir civil, un défi moral, un impératif catégorique auquel on ne peut se soustraire. 

Oriana Fallaci

Oriana Garibaldi

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi