Honte à Madénian qui compare les électeurs du Front National à des « fils de pute » !

Publié le 3 octobre 2011 - par - 1 216 vues
Share

Invité par Jean-Marc Morandini sur Direct 8 le 26.09.11, Mathieu Madénian, humoriste, acteur et chroniqueur répond à la question suivante « Qu’est-ce qui vous fait le plus rire, Marine Le Pen aux élections présidentielles ou DSK dans un Sofitel ? », en ces termes : « DSK dans un Sofitel. Marine Le Pen me fait flipper, perso, quand je vois qu’elle fait 18, 20% … le problème, le truc avec le FN, les sondages, c’est le seul parti où il faut, où c’est, où ils sont toujours un peu plus par rapport à ce qui est prévu … Et ça, c’est flippant … ça veut dire qu’un mec qui a 18% de fils de pute en France …. » (vidéo n°1)

Immédiatement interrompu par Jean-Marc Morandini qui affirme, à juste titre, qu’« on ne peut pas dire ça », Mathieu Madénian confirme néanmoins ses propos, allant jusqu’à jouer la farce de la fausse excuse quelques heures plus tard : « Bonjour, je suis Mathieu Madénian. Dans l’émission de Jean-Marc Morandini, j’ai dit qu’il y avait 18% d’intentions de vote pour le Front National. J’ai dit aussi que ça faisait 18% de fils de pute en France. Sincèrement, je tiens à m’excuser auprès de toutes les putes que j’ai pu froisser. »

Dans cette dernière vidéo, il aggrave encore un peu plus son cas en faisant le salut nazi après avoir conclu : « C’est bon là quand même, je ne vais pas faire ça non plus. » J’encourage vivement chacun de nos lecteurs à regarder attentivement cette dernière vidéo n°2 ci-jointe qui, de mon point de vue, risque de coûter à Mathieu Madénian légitimement tout aussi cher que ses paroles prononcées chez Jean-Marc Morandini,  en particulier quand il devra s’expliquer sur la raison d’être de son geste et préciser à qui s’adressait le salut nazi en question : aux élus du Front National ? Aux 18% de « fils de pute » qui votent pour le Front National ? Aux « putes » en question ? Je n’imagine, en effet, pas un instant que l’institution judiciaire française puisse tolérer, voire pardonner au nom de je ne sais quelle « provocation artistique », encore moins minimiser un geste qui banalise si lourdement le nazisme d’une part, inflige d’autre part aux électeurs du Front National la responsabilité d’une des pires horreurs que le siècle précédent ait dû combattre.

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-213936-front-national-mathieu-madenian-en-remet-une-couche-regardez.html

La suite, on la connaît. Dans les minutes qui ont suivi ses propos chez Jean-Marc Morandini, nombre de téléspectateurs ont assailli le standard de Direct 8. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, nous avons appris ces derniers jours que Mathieu Madénian  avait reçu des menaces de mort visant sa personne et sa famille, au point de justifier la mise en place d’une protection policière. D’ores-et-déjà, je le dis sans aucune hésitation à ceux qui auraient la ferme intention de passer des menaces aux actes : les propos orduriers de Mathieu Madénian ne justifient en aucun cas de répondre à ses propos par les menaces ou par toute autre violence verbale ou physique pour la simple raison qu’on ne répond pas à la haine par la haine. Une procédure judiciaire au moins à l’encontre de Mathieu Madénian est en cours. Laissons donc l’institution judiciaire prendre ses responsabilités dans cette affaire. Toutes ses responsabilités.

Pourquoi les propos de Mathieu Madénian sont-ils si graves ?

D’abord, ils ont choqué. Ils ont, à raison, choqué les électeurs du Front National  qui ne voient pas dans leur vote un vote outrancier mais la réponse, pour une bonne proportion de ceux qui l’expriment, aux ravages de la crise économique et sociale qui frappe les Etats-Unis, la France et l’Europe. Crise  à laquelle, hélas, la classe politique française dans son ensemble, qu’elle l’admette ou pas, n’apporte en vérité aucune solution tant sur le court que sur le long terme. Ce n’est pas tant le vote qu’il faut juger que le message qu’une grande partie des électeurs du Front National veut faire comprendre tour à tour à ceux qui accèdent aux fonctions électives locales et régionales et plus encore à ceux, de droite comme de gauche, qui prétendent à la magistrature suprême d’ici quelques mois en France, qu’il faut analyser. Dans ces circonstances, aucun artiste digne de ce nom ne devrait jamais arriver sur un plateau de télévision avec pour unique objectif de se faire avant tout plaisir, d’assurer sa promotion personnelle en prononçant les seuls mots que la doxa médiatique veut entendre. Je le dis donc très simplement à Mathieu Madénian : la prochaine fois qu’il vous prendra l’envie de livrer un jugement sur les électeurs du Front National, faites-le après avoir vécu pendant un an au moins avec moins de 800 euros par mois. Faites-le aussi éventuellement après avoir éprouvé ce que peut signifier  la peur et les cauchemars qui vous habitent chaque nuit, dès l’arrivée du printemps, en réalisant que vous et vos enfants pourriez vous retrouver sur le palier de votre appartement parce que vous n’avez non pas voulu mais tout simplement pas pu payer tous vos loyers. Parce que vous avez donné la priorité à vos enfants avant de payer vos loyers.

Faites-le, Monsieur Madénian, après avoir vécu l’expérience humaine éprouvante de  vous être trouvé confronté à une réduction d’électricité en plein hiver, voire avec plus d’électricité du tout et d’avoir lavé vos enfants chaque jour de votre vie depuis des semaines avec de l’eau froide.

Faites-le, Monsieur Madénian, après avoir ressenti l’humiliation que vivent désormais des millions de nos concitoyens de devoir dévoiler au grand jour qu’ils comptent parmi les très pauvres de ce pays en étant contraints, faute de pouvoir subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, en l’occurrence se nourrir, de s’adresser aux Restos du Cœur ou au Secours Catholique.

Bref, Monsieur Madénian, la prochaine fois, n’oubliez pas de vous livrer à votre exercice fétiche qui consiste à jeter publiquement et sans analyse sérieuse menée sur le fond du débat, l’anathème sur toute une frange de la population française, seulement après avoir vécu pendant une année complète au moins dans le plus grand dénuement. A partir de ce moment là, vous réfléchirez, à mon avis, à deux reprises avant de jeter le discrédit au visage de millions de nos concitoyens dont vous ne connaissez strictement rien de leur vécu quotidien actuel. Rien non plus de leur détresse. Que celle-ci soit effective depuis trois jours, trois semaines, trois ans, trente ans.

Par ailleurs, il est exact et sans que cela vous excuse en quoi que ce soit, qu’il n’est pas certain que tous les prétendants actuels déclarés ou pressentis à l’élection présidentielle, maîtrisent davantage que vous la réalité sociale des huit millions de Français qui « vivent » en-dessous du seuil de pauvreté, des quatre ou cinq millions de personnes au chômage dont certaines arrivent en fin de droits, de tous ceux qui travaillent en contrat à durée déterminée sans avoir nullement la garantie de le voir renouvelé, des femmes ou des hommes qui élèvent seuls leurs enfants avec la peur au ventre d’une précarité à venir. A l’heure actuelle, seuls deux élus déclarés au nom d’un parti ou à la candidature me semblent avoir une vive conscience et une approche non seulement réaliste mais surtout véritablement de gauche sur la question de la paupérisation croissante de la société française et de ses conséquences : Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche et Arnaud Montebourg pour le Parti socialiste. Jean-Luc Mélenchon qui, invité par Laurent Delahousse le dimanche midi 02.10.11, expliquait avec beaucoup d’intelligence devant un Jean d’Ormesson très attentif à la cohérence de son discours, que lorsque la gauche ne remplit pas ses promesses, elle jette les gens dans une détresse profonde qui gonfle ensuite les rangs du Front National. C’est cela que Mathieu Madénian aurait dû d’emblée reconnaître ! Car, voyez-vous, le vrai scandale aujourd’hui, c’est la montée de la pauvreté en France : elle fait honte à tous les républicains et, à travers eux, elle fait honte à l’histoire, aux valeurs et à la culture de la France. Que l’on soit de gauche , du centre ou de droite, qui peut accepter de voir, en France et en 2011, comme je le vois depuis deux ans dans ma commune et en plein hiver, des personnes fouiller les poubelles tard le soir pour se nourrir ? Qui peut se reconnaître dans cette France là ? Qui peut comprendre qu’en France, tous les hommes, les femmes et leurs enfants ne mangent plus à leur faim ? Qui peut passer son chemin sans être déchiré par le spectacle de ceux qui dorment à même le sol la nuit, dans nos rues, sur les trottoirs de nos villes, au risque d’y perdre leur vie ? Qui peut vivre sereinement en sachant qu’en France, toutes les familles ne peuvent pas offrir un cadeau de Noël à leurs enfants ? C’est à cela que Mathieu Madénian devrait, de toute urgence, réfléchir, pour saisir la raison d’être de la portée du vote des électeurs du Front National !

Le Front National, nous le savons tous, se nourrit d’abord et avant tout de la détresse sociale. D’où la stupidité affligeante des propos de Mathieu Madénian qui, de toute évidence, ne comprend pas que traiter les électeurs du Front National de « fils de pute » sert, en vérité, directement les intérêts du Front National qui trouve là soudainement une tribune médiatique inespérée. Quant aux électeurs du Front National, je ne partage pas leur vote mais je dis qu’il faut prioritairement écouter et entendre les raisons profondes de leur choix électoral d’une part, que rien ne justifie d’autre part, dans le contexte socio-économique préoccupant qui est celui de la France et de l’Europe, de les qualifier de « fils de pute ».

Indépendamment du contexte économique et social de la France, que penser de l’image des femmes en général et des mères de famille en particulier que véhicule Mathieu Madénian ? Si je comprends bien, aux yeux de Mathieu Madénian, toutes les femmes qui ont un fils ou une fille qui vote au Front National sont des « putes ». Là encore, quoi de plus infâmant que ce raisonnement qui consiste à dire aux femmes de ce pays qu’elles sont responsables du vote de leurs enfants devenus majeurs et adultes alors qu’elles ne sont peut-être pas elles-mêmes, ne l’ont jamais été ou ne le seront jamais, électrices du Front National ? Et pour celles qui seraient électrices du Front National, quoi de plus diffamant que de sous-entendre ainsi qu’elles seraient finalement responsables du choix électoral de leurs enfants devenus à leur tour des adultes ? Monsieur Madénian croit-il donc que les enfants des classes ouvrière et moyenne soient de tels « ignards » qu’ils en deviendraient incapables d’assumer, en toute connaissance de cause, leur choix électoral ? Décidément, quel mépris affiché pour la classe ouvrière et pour certaines classes moyennes de ce pays aujourd’hui pourtant si fragilisées !

Plus inquiétant encore dans tout ceci : le silence des féministes dans cette affaire. Où sont les féministes ? Pourquoi ne les a-t-on vues occuper les plateaux de télévision et ne les a-t-on entendues s’exprimer sur toutes les radios de France pour se rappeler au bon souvenir de Mathieu Madénian ?

Enfin, dernier point auquel, à titre personnel, je suis très sensible : comment comprendre qu’un artiste censé défendre la langue française, soit à ce point incapable de former des phrases correctement construites, réduisant le champ de son langage à des mots tels que  « flipper », « flippant », « mec », « truc », « où il faut/où c’est … », « perso » ? J’ai eu mal, je ne vous le cache pas, ce lundi soir 26 septembre 2011, pour Charles Aznavour qui a été, est encore aujourd’hui et demeurera probablement à jamais un de nos plus dignes ambassadeurs de la langue française qu’il maîtrise, comme chacun le sait, à la perfection. Oui, j’ai ressenti de la peine pour Charles Aznavour qui avait invité Mathieu Madénian chez Michel Drucker.

Au demeurant et en dehors de la référence à tel ou tel artiste, comment comprendre le silence de nos élites politiques devant un artiste qui s’exprime dans un registre de langue qui outrepasse la simple vulgarité ? On ne peut pas à la fois vouloir traduire devant la justice les chanteurs de rap dont les discours demeurent parfois inacceptables et, dans le même temps, garder le silence face aux propos de Mathieu Madénian sous le seul prétexte que ceux-ci visent les électeurs du Front National. A un moment donné, il faudrait que notre classe politique fît preuve d’un minimum de cohérence dans ses exigences plutôt que de pratiquer l’éternelle politique du deux poids deux mesures !

Non, vraiment, je préfère, à l’heure où je termine la rédaction du présent article, écouter la fin du débat entre Jean d’Ormesson et Jean-Luc Mélenchon sur le plateau d’Antenne 2. J’y ai approuvé leurs analyses réciproques, avec leurs nuances certes mais toutes développées dans un climat respectueux des parcours de vie et des engagements de l’un et de l’autre, sur les maux de la société française, le rôle des élus politiques. Mais aussi plus que tout, je savoure d’avoir entendu un Jean d’Ormesson nous avouer qu’il considérait Bonaparte de loin supérieur à Napoléon et par ailleurs un Jean –Luc Mélenchon ne pas descendre en flèche systématiquement, comme il est de bon ton de le faire par les temps qui courent, ce même Bonaparte auquel il regrette son absence totale de sensibilité. Je donne raison aux deux points de vue qui se complètent aisément. C’est cela finalement la différence entre un Mathieu Madénian et ces deux hommes que tout semblerait éloigner de prime abord : avoir la capacité d’engager un débat argumenté en ayant à la fois une approche historique pertinente de l’évolution de la France au fil des siècles depuis la Révolution française, puis un regard réaliste sur les maux de la France afin d’ébaucher, tant pour l’homme de lettres que pour l’élu politique, un projet de révolution des consciences et des actes politiques pour l’avenir de ce pays qui ne soit pas de nature à dresser les Français les uns contre les autres. Autant dire que vous avez encore du chemin à faire, Monsieur Madénian, pour en arriver à ces niveaux de réflexion et d’exigence !

Bonapartine.

(Vidéos n°1 et n°2) http://www.jeanmarcmorandini.com/article-213936-front-national-mathieu-madenian-en-remet-une-couche-regardez.html

Vidéo n°2 – http://tele.premiere.fr/News-Videos/VIDEO-Derapage-Mathieu-Madenian-presente-ses-excuses-a-sa-maniere-2935976

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.