Honte aux lâches jurés du Goncourt !

Publié le 4 novembre 2015 - par - 10 commentaires - 2 650 vues
Share

BoualemSansalAprès voir éliminé Boualem Sansal, ils ont couronné Mathias Enard ! Vous avez dit prix littéraire ? J’aurais plutôt tendance à parler de choix politique. Surtout pas de vague. Hors de question d’attribuer le prix à un auteur algérien, Boualem Sansal, qui dénonce et ce depuis de nombreuses années, avec un courage sans limite, la progression  de plus en plus inquiétante de l’Islamisme, le troisième totalitarisme… Il vaut mieux récompenser un « amoureux » de l’Orient , qui comme les politiques est dans le déni de réalité.

Mais, je ne suis pas surprise. Un petit point d’histoire. Qui étaient les Goncourt ? De grands écrivains ? Certes non ; plutôt des langues de vipère. Dans leur journal, ils n’hésitent pas à traiter Balzac d’ignare et de d’ignoble, bouffi de lieux communs…, Renan qu’il avait une tête de veau….

A la fin de sa vie, Edmond de Goncourt aigri de ne pas avoir connu la gloire, jaloux de ceux qui l’avaient connue,  décide la fondation posthume d’une académie qui portera leur nom et d’un prix qui est devenu aujourd’hui la plus courue des récompenses littéraires françaises !

Marie Larche

Lisez de toute urgence le livre de Boualem Sansal, 2084, la fin du monde, couronné par le prix de l’Académie française

Print Friendly, PDF & Email
Share

10 réponses à “Honte aux lâches jurés du Goncourt !”

  1. from Persia wiz love dit :

    A propos du choix de la couverture du livre de Mathias Enard, Boussole, je me pose une question : pourquoi avoir choisi les ruines de Ctésiphon, symbole de la destruction de l’empire Perse et de la domination arabo-musulmane?!

  2. jan dit :

    je suis pas tout à fait d’accord avec tous ces commentaires qui encensent Sansal. Ce personnage semble  » pasdamalgame  » Il dénonce les islamistes mais pas les musulmans, etc …
    Or les padamalgames sont les plus dangereux, parc qu’il trompent insidieusement. ils sont le vers dans le fruit…

  3. Herbert Sogno dit :

    Espérons que ça l’aura suffisamment énervé pour que la prochaine fois, il n’essaie plus de se fondre dans le système, et qu’il attaque celui-ci frontalement tout en dénonçant vertement et directement l’islam, et non un prétendu islamisme, et de façon explicite.

  4. Chambon dit :

    Je rajoute Gouverner au nom d’Allah et 2084 de Boualem Sansal

  5. BarbeDuCoq dit :

    Je suis en train de lire le nouveau roman de Boualem Sansal, 2084, et ma foi, l’auteur nous met en garde de ce qui pourrait survenir si l’islam se généralisait dans toute l’Europe en devenant la première religion… Parce qu’il s’agit là de l’islam bien entendu, que l’auteur dénonce par une histoire fictive certes, mais dont la parabole fait bien sûr penser à l’islam, avec son prophète (appelé différemment dans le livre), son livre tombé du ciel et révélé à ce dernier (le coran est aussi nommé autrement par l’auteur), ses mosquées (appelées aussi autrement dans le livre), ses croyants complètement aveugles et bien pire que de simples idolâtres, de véritables fous-furieux comparables à des djihadistes et autres talibans, bref comme ceux que l’on voit en Syrie ou en Afghanistan…
    Mais l’auteur ne se contente pas seulement de dénoncer l’islam par cette histoire métaphorique, l’auteur nous dévoile également une bonne partie de la mentalité islamique comparable à de la démence (il n’y a qu’une vraie religion : l’islam et rien d’autres !), il décrit aussi le fonctionnement de l’islam dans tous les domaines de la vie quotidienne et son emprise dans toutes les couches de la société : politique, culturel, familial, professionnel, etc. Avec en plus un gouvernement (avec un nom bien spécifique là aussi…) autoritaire digne du nazisme, sinon pire ! Et une langue commune comparable à de l’arabe (nommée aussi autrement), que l’on se doit de parler dans le monde entier au risque de se faire exécuter comme un mécréant…
    Un livre à lire absolument.

  6. Daniel Boutonnet dit :

    La dictature socialiste de plus en plus verrouille tout. La dernière idée de Fleur Pellerin sur les aides aux journaux en est une preuve de plus. Mais qu’a fait la soi-disant droite, si « forte » en paroles musclées, en karcher qu’on ne voit jamais ? Rien, absolument rien. A-t-elle voulu supprimer cette funeste loi Gayssot liberticide et totalement orientée en sens unique; que nenni ! Non elle a même promulgué la loi Taubira sur l’esclavage, modèle de repentance inique ! Les arabes qui ont réduit en esclavage des millions de chrétiens européens ou d’africains noirs à travers les siècles ont-ils commencé ne serait-ce qu’une milliseconde de repentance ? Pas à ma connaissance. Ce pays est vraiment devenu insupportable

  7. daniele dit :

    Boualem Sensal, algérien, a toujours su faire la différence entre l’Algérie dans sa période française et l’Algérie devenue seulement algérienne.

    Comme il n’a jamais mâché ses mots sur ce qu’est devenu ce pays, jadis, « à la française », vous pensez bien qu’il ne satisfait pas toute cette bande de gauchistes qui a tant milité contre la France en Algérie.

    Si de surcroît, à l’instar de Houellebecq, il situe son roman dans une France islamiste… Aïe ! Ca fait mal à ces braves pro islamistes notoires qui nous gouvernent.

    Non. Comme tous les autres écrivains français, ayant un minimum de cerveau et d’à propos et une vision réelle de la France de demain, ne soyez pas étonnés que ces gens-là vouent Sensal aux gémonies dans les mois qui viennent.

    Mais qui sait si au prochain Goncourt, la houria bouteldja et son « nique la france » ne sera pas plébiscitée !!!!

  8. from Persia wiz love dit :

    J’ai lu un extrait de ce livre, boussole, posté dans un commentaire, sur fdesouche : auto-culpabilisation occidentale. Et très bonne analyse de la part de ce commentateur. Ce serait bien que vous en donniez quelques extraits vous-aussi, avec analyse.

  9. Le Nigérian dit :

    Si Mr BOUALEM SANSAL dans ses écrits attaquait Marine Le Pen tout en faisant des éloges au Mollah François ibn Hollande et à sa bande d’islamo-socialopards, là le système l’aurait récompensé pour service rendu au SYSTEME