Hussein Obama découvre enfin la haute toxicité de l’Etat islamique

ObamaprosterneIl a fallu attendre la décapitation horrifiante du journaliste James Foley citoyen américain par l’E.I.I.L. après deux années de captivité pour qu’ Hussein Barack Obama prenne enfin conscience que l’Etat islamique n’a pas cours au XXIe siècle.

C’est comme si les meilleurs alliés musulmans des E.U.tels le Qatar, l’Arabie Saoudite et à un degré moindre la Turquie qu’Erdogan est en train d’islamiser à marche forcée n’étaient pas des régimes de droit musulman et n’appliquaient pas la charia.

Cet homme qui aurait pu faire l’économie d’un deuxième mandat et épargner au monde le vaudeville morbide des révolutions du printemps arabe qui sont un véritable marché de dupes sur le dos de ces pauvres peuples qui lui a valu sa réélection en contrepartie de l’abandon de tous desseins terroristes sur le territoire américain.

En effet, sans son bilan sécuritaire et la soi-disant réussite de sa politique antiterroriste il serait aujourd’hui passé dans les oubliettes.

Lui le natif musulman il doit savoir mieux que quiconque qu’il n’y a pas d’islam sans Etat et que tout musulman doit contribuer à l’édification de cet Etat seul garant de la pérennité de l’islam. Il est soit schizophrène soit pervers comme tout musulman adepte de la takkiya, cet art de duper son auditoire non-musulman. Pourquoi justement avait-il adoubé lui-même Ennahdha en Tunisie et les frères musulmans en Egypte et veillé personnellement à leur intronisation ? Pourquoi avait-il sorti l’artillerie lourde pour éliminer Khadafi de la scène libyenne allant jusqu’à favoriser la nomination d’un ex détenu de Guantanamo comme gouverneur militaire de la Tripolitaine ? Pourquoi a-t-il cherché aussi à évincer Bachar au profit des forces djihadistes partisanes de ce même Etat islamique qui répandent la terreur en Irak et en Syrie et qui se voient en reconquérants de l’Espagne qui sera la tombe de l’islam ?

A moins que le Califat ne devienne inopportun et perde toute sa légitimité politique quand il est porté par des organisations terroristes qui échappent à son contrôle ou qui ne soient plus en odeur de sainteté dans sa cour.

Son réveil est trop tardif. Il aurait dû se montrer vigilant et perspicace dès le retrait des troupes américaines d’Irak. Des signes avant-coureurs se faisaient déjà sentir. Le feu djihadiste a tout détruit sur son passage et ce n’est pas une pieuse déclaration creuse d’un natif musulman qui brille par sa grande mansuétude à l’égard des radicaux musulmans que cela va consoler les irakiens et les syriens qui ont tout perdu à cause de sa politique incongrue et partisane.

Salem Ben Ammar

image_pdfimage_print