Identité nationale : soyez enfin cohérent avec vos propos, M. le Président !

Si vous avez choisi La Chapelle en Vercors pour lancer votre contribution au débat national sur l’identité française, c’est, peut-être, par réminiscence de ceux qui « sont montés de la mine ou descendus des collines » pour défendre le sol et le socle de la Nation Française, républicaine, démocratique et laïque, dont le souvenir tragique et beau est à jamais coulé dans le majestueux massif du Vercors.…(1)
En reprenant en ce haut- lieu symbolique un thème que vous aviez développé à Rouen (autre symbole ?) lors de votre campagne électorale pour la présidentielle, vous avez, sans doute, voulu montrer combien se lient en chacun d’entre nous qui sommes attachés à ce qui nous rassemble et nous justifie des influences multiples dont la fusion historique a construit notre identité profonde…
Identité profonde, originale, que vous avez assise sur le refus de la « confusion du temporel et du spirituel » et sur le rejet de tout ce qui marquerait « un asservissement de la femme »… sur le refus de tout ce qui pourrait ne faire de notre espace sociétal qu’une « juxtaposition de communautés ou d’individus » comme sur le rejet de toute marque d’irrespect de la France, de son drapeau, de sa devise … sur le refus de toute attitude qui ne ferait de l’acquisition de la nationalité française qu’une recherche d’intérêts ou d’avantages issus de notre forme d’organisation sociale comme sur le rejet de tout ce qui ferait de l’intégration autre chose que la nécessaire maîtrise de la langue française et l’indispensable acceptation des devoirs liés aux droits dont chacun jouit dans ce pays …sur le refus des comportements amenant à ne pas se conformer aux valeurs qui nous unissent et nous font vivre ensemble en toute sérénité, en pleine sécurité comme sur le rejet « du tout se vaut » en matière de culture et de valeurs humaines ….
Vous avez ainsi parfaitement défini ce qu’est la laïcité et la pratique démocratique qui assurent l’assise fondamentale de l’espace politique et sociétal français que chaque citoyenne, chaque citoyen reconnaît et se doit de respecter et de défendre.
Alors, Monsieur le Président, nous qui défendons à longueurs de colonnes ces principes,ces valeurs, historiquement constitués dans le sang, les larmes, les joies de tous ceux qui nous ont précédés et qui nous ont laissé cet héritage à faire fructifier sans le détruire , nous qui luttons, pied à pied contre tous ceux qui voudraient effacer cet essentiel reçu, écorner ce patrimoine constitutif, l’affaiblir et le diluer dans d’autres « valeurs » obsolètes devant notre Histoire et régressives devant nos propres valeurs, nous vous applaudissons…
Ou, plus précisément, nous pourrons vous applaudir si vous êtes capable d’impulser les choix politiques (au sens premier du terme) qui permettront de montrer que vos discours ne sont pas de simples « paroles verbales » qui s’envolent au vent de la réalité et qu’ils définissent une vraie orientation, décisive pour l’avenir de notre Nation républicaine, démocratique et laïque.
Aussi attendons-nous des décisions précises et des engagements concrets, la mise en oeuvre d’une vraie reconnaissance, d’un vrai confortement de ce qui fait que nous sommes « Français », appartenant à une Nation dont les valeurs, caractéristiques, mode d’organisation et de fonctionnement s’imposent sur un territoire défini et dans une langue commune qui nous permet de parler et de penser à l’unisson.
Aussi attendons-nous des signes forts.
Par exemple, le rejet de cet espace européen diluant notre espace national et y instillant le communautarisme à l’anglo-saxonne et le délitement de l’unité nationale…Le « Traité de Lisbonne », que vous avez initié et qui reprend l’essentiel de feu le projet de Traité Constitutionnel rejeté par notre peuple, institutionnalise cela : allez-vous l’effacer ?
Ou encore le refus de toute forme de communautarisme, religieux notamment, tel qu’il s’installe dans maints quartiers de nos villes où on a du mal à entendre parler français, à trouver un espace vraiment public non confisqué par les tenants d’une religion agressive, où de nombreux prosélytes imposent leur loi religieuse face à la loi républicaine…Allez-vous restaurer la République partout en France ?
Ou bien aussi la lutte contre la soumission de la femme à travers des costumes dégradants, discriminants mais aussi à travers la polygamie, les mutilations sexuelles, les mariages forcés, l’enfermement social, la violence conjugale…Allez-vous lutter avec les armes de la loi pour que la femme retrouve, partout en France, l’égalité en droits que notre Histoire a imposée ?
Il est, par ailleurs, des territoires de notre Nation mis en coupes réglées par une économie souterraine, illégale, s’appuyant sur la violence à l’encontre des autres et, parfois, sur la justification religieuse : allez-vous y rétablir l’ordre républicain, y faire régner la loi commune élaborée par tous les citoyens ?
Et, dans le même esprit, allez-vous mettre en place les moyens, les outils indispensables pour dire à ceux qui viennent s’établir dans notre pays : si vous êtes décidés à rester, alors apprenez notre langue, respectez nos lois, valeurs et principes, inscrivez-vous dans un espace national qui s’impose à vous par-dessus vos coutumes, traditions et mœurs particulières ?…Quant à ceux qui viennent illégalement, allez-vous de manière décisive les écarter d’un pays qui n’a pas à les recevoir ?
Il serait trop long d’énumérer les différents volets du plan de reconnaissance et de renforcement des caractéristiques de notre identité nationale et d’intégration de ceux qui veulent la reconnaître…Et vous avez toute la durée du débat en cours pour préciser quelles sont vos intentions par delà des discours dont l’éloquence enflammée ne doit pas servir à justifier l’innocuité des décisions …
Mais dès à présent, vous pouvez envoyer un signal déterminant : le nommé Hani Ramadan, « frère musulman » émérite, chantre de la lapidation des femmes et apôtre de la s’haria appliquée dans l’espace laïque et républicain, a été autorisé à venir plaider sa cause fascisante en France…Si la liberté d’expression est une de nos valeurs premières, doit-on laisser s’exprimer sans réagir ce (et ceux) qui sape (nt) les fondements mêmes de cette liberté, et de toutes les autres ? Doit-on laisser s’exprimer sans réagir ce qui s’apparente à une forme de mise en cause des droits humains les plus élémentaires ?
« Est-ce que l’on défendra nos valeurs, notre civilisation, nos idées ou est-ce que l’on se laissera emporter par des effets de mode successifs » dites-vous en conclusion de votre discours de La Chapelle en Vercors…
Nous, nous voulons lutter et triompher…Nous vous attendons aux actes !
Chiche !
Robert Albarèdes
1 – http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/11/12/le-debat-sur-l-identite-nationale-est-necessaire-selon-sarkozy_1266493_823448.html

image_pdf
0
0