« Iel » : les cons gauchistes du Robert, ça ose tout

Depuis que la maison de commerce Le Robert a ajouté dans les listes de mots de son dictionnaire – surtout ne l’achetez pas ! A la rigueur, volez-le, ça leur fera perdre du fric – les trois lettres iel, c’est fuite de gaz à tous les étages : ça fait boum, ça pète, ça explose, ça canarde, les vitres éclatent, il n’est plus question d’autre chose que de ces trois lettres dans le Landernau, les prosternants de mosquée restent cois, ils sont à l’affût, etc.

Rions un peu.

La maison de commerce Le Robert est depuis quarante ans ou plus contrôlée par les gauchistes, genre Rey. Le gauchisme culturel y est à tous les menus. Plus gauchiste que ça, tu meurs. Les communistes contrôlent Larousse, les gauchistes Le Robert. Ils ne laissent que des miettes aux socialauds et aux éco-salauds. Bon, quand on sait ça, on hausse les épaules, iel ou non. Le Robert invoque, non pas Allah (pas encore), mais les usages. Personne n’a jamais dit, ni entendu dire, iel ; des milliers de Français ont entendu wokisme ou islamo-gauchisme. Le premier est dans Le Robert, les seconds n’y sont pas. Cherchez l’erreur. Les gauchistes ont décidé que le wokisme et l’islamo-gauchisme n’existaient pas ou étaient des inventions de l’extrême extrême-extrême-droite. Donc pas d’entrée dans leur dictionnaire ; la porte leur est fermée. Mais iel que personne ne dit, même pas la Rousseau qui déconstruit ses mâles, a table ouverte au Robert ! Ainsi va le monde. A quoi bon s’en indigner ?

Le cocasse de l’affaire, c’est quand même les trois lettres iel… En théorie (mais fumeuse, très fumeuse), ces trois lettres sont conformes à la fluidité des genres : pas d’identité fixe, stable, affirmée, comme pour il, même si ce pronom peut représenter des choses, comme marteau, camion, rocher, etc., qui n’ont ni genre, ni sexe, ni utérus, ni culture de viol, etc. ,ou comme pour elle, même si cet elle peut désigner une voile, une salade, une montagne, etc. C’est il ou elle, au choix, ou les deux en même temps… Ainsi, on déconstruit la différence des sexes (entre le marteau et la salade ?), qui est sociale, inventée et imposée par le patriarcat, le blanc ou le français, pas l’Autre évidemment…

L’ordre cependant dans lequel sont placées les lettres est éloquent : c’est l’éloquence de la Bêtise, évidemment. D’abord, le masculin ; ensuite, le féminin. En premier, les mâles ; derrière eux, les femelles. Eins, Zwei, on marche et au pas ! Jamais un ordre des lettres n’a été aussi sexiste, genré, machiste, grossièrement impoli, méprisant pour les femmes. Que croyez-vous qu’il arrivât ? Ce fut le iel qui creva ? Non, que nenni. Rien ne s’est produit. Pas de protestations, pas de manifestations, pas d’indignations, pas de sit-in, pas d’éveil. Le sommeil pour toutes et tous. Et des féministes ont accepté ça sans regimber, sans la moindre critique, sans crier not in my name ; et elles diffusent ça et elles exaltent ça et elles exultent en entendant ça. Comme elles sont bêtes, ces oies blanches ! Elles n’ont même pas osé changer l’ordre des lettres. Elles auraient pu  faire commencer ce mot nouveau par elle : eil, par exemple. Mais eil, c’est presque de l’allemand, du bon allemand, Kirche, Küche, Kinder. Comme on les comprend ! Des humoristes auraient pu y entendre des Heil qui vous savez, heili, heilo, heila : c’est si facile. Alors, il vaut mieux être des oies que des fachos… Comme on les comprend, ces féministes genré.e.s…

Etienne Dolet

 

image_pdf
13
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


12 Commentaires

  1. Merci pour la copie de ce courrier.
    Je suis Mme Carrère d’Encausse depuis des années et je l’admire énormément.
    Je l’ai entendu à la radio il y a environ deux mois, elle était totalement CONTRE l’écriture inclusive. Donc, je ne doute pas une seule seconde de son soutien pour la lutte contre cette imbécilité.
    Enfant, elle a appris le Russe avant le Français. Parfaitement bilingue Russe Français, c’est une spécialiste de la Russie. Ses ouvrages sont superbement écrits.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9l%C3%A8ne_Carr%C3%A8re_d%27Encausse
    En lisant sa magnifique biographie, vous constaterez que c’est une femme de caractère. Je crois fortement en elle.

  2. Iel, ça peut être utile : « IL » pour parler d’un étron, « ELLE » pour parler d’une merde et « IEL » pour parler des 2 en même temps.

  3. N’achetons plus le « Robert », s’ils comptent uniquement sur les LGBTQRSTUVWY pour acheter ce bouquin, ils pourront déposer le bilan.

  4. Ce mot « iel » est une absurdité de plus,
    nous sommes déjà envahis par l’insupportable « celzéceux » répété comme un mantra de la nouvelle religion féministe !

  5. On peut signaler aussi cette nouvelle appellation sortie de la cervelle de féministes sévissant au CNRS et à l’éducation nationale : les sachant et les apprenant. Avant, on avait des élèves et des professeurs. Maintenant, on a cette nouvelle espèce.

  6. Le tribunal administratif vient de rejeter la demande d’indemnisation de parents qui avaient attaqué l’éducation nationale et demandaient 11 000 euros. Un professeur de français d’une école publique a projeté un film d’horreur The Ring de Gore Verbinski.
    L’adolescente avait très mal vécu la diffusion du film.
    On voit ici en quoi consiste un cours de français. L’apprentissage du français attendra.
    On note que le TA « couvre » l’éducation nationale
    Les parents ont tenté de ramasser un peu d’argent au passage mais c’est loupé.
    Curieuse réaction : l’argent aurait il supprimé le traumatisme ?

    • Surtout que The Ring est un film américain inspiré d’une trilogie de films japonais et n’a pas vraiment sa place dans un cours de français. Et du point de vue horreur c’est vraiment du gentillet, du soft tout public. Si la prof avait passé Annabelle 2, cette pauvre adolescente aurait pris une crise cardiaque!

  7. à croire que le français n’est pas assez difficile à apprendre qu’ils veulent absolument que le populo fasse des fautes de grammaire et d’orthographe

  8. Le Robert n’est pas l’Académie Française, c’est juste un produit commercial.
    De plus les dicos, quels qu’ils soient, sont devenus obsolètes (hélas) en 2021 à l’heure du numérique