Il a neigé dans le Sahara, c’est la faute du réchauffement climatique !

« On ne voit ça qu’une fois par siècle » disaient-ils en 2016. Mais quand la neige est retombée plus drue, et sur de plus vastes territoires en 2018 et 2021, ils ont préféré parler d’autre chose. De Waterworld par exemple.

Puisque le covid fait moins peur, et que la trouille est l’outil idéal de manipulation des foules, retour aux prévisions d’Henri Sannier star du JT qui annonçait il y a 31 ans déjà, la submersion de la plupart des côtes et îles basses avant l’an 2000.

Aujourd’hui c’est BFM TV qui remet ça. Le Groenland fond et va tous vous noyer !

Alors que les glaciers du Groenland ont grossi en 2017, une info que les médias main stream ont préféré minimiser ou ignorer.

Réseau International, un des rares sites où des climatologues s’expriment librement, mesures et courbes à l’appui, évoque : « Le phénomène actuel d’augmentation de l’épaisseur et de la surface des glaciers du Groenland, curieusement ignoré par les fauteurs de bruit médiatique au service de la psychose caniculaire ».

Les variations climatiques dépendent à 99 % du soleil

Les éruptions solaires et les éjections de masse coronale (CME) émettent des rayonnements qui couvrent tout le spectre des ondes électromagnétiques (EM), des ondes radio aux rayons gamma.

Pendant le minimum de Maunder (1645-1715) observé et décrit par les astronomes, le Soleil était 0,25 % moins brillant que pendant le mini-minimum de 1996 qui a marqué une stase dans le « terrifiant » réchauffement cataclysmique.

Idem lors de celui de 2017-2018 annonçant un prochain refroidissement cyclique avec l’extension de la banquise arctique.

Il a suffi que l’irradiation solaire soit 0,24 % inférieure à celle d’aujourd’hui pour réduire la température globale de 0,2°C .

Dis Greta, c’est quoi les isotopes ?

Les taches solaires sont cycliques sur des échelles de temps variables de 11 ans à des millénaires. Lesquelles correspondent, comme par hasard, aux cycles et ères climatiques de notre planète.

Si on creuse un peu, on observe que lorsque une forte éruption solaire augmente la TSI (total irradiance) de 0,1 %, elle amplifie notablement les émissions de longueurs d’onde UV, radio et rayons X. Et cela a pour effet la production d’isotopes cosmogéniques 14C (carbone 14) et 10Be (béryllium 10) dans l’atmosphère terrestre.

Ces isotopes d’origine galactique et solaire se forment dans la haute atmosphère à partir des fluctuations du flux de rayons cosmiques causés par le vent solaire.

L’incidence des 14C est relativement faible car la Terre est protégée des rayons cosmiques par son champ magnétique. Néanmoins, une augmentation soudaine de la concentration des 14C provoque un climat plus froid et/ou plus humide.

Lorsque se croisent et interfèrent 14C et 10Be (conséquence des réactions nucléaires induites par les rayons cosmiques dans la stratosphère et la troposphère) on observe des corrélations avec les courbes de la paléoclimatologie.

Les carottes extraites des glaciers montrent que, dans les phases chaudes, comme celle commençant il y a 11 500 ans, accompagnant le saut néolithique, on trouve de faibles valeurs en 10Be.

Alors qu’à l’inverse, il y a 30 000 ans lors de la dernière avancée de la glaciation de Würm IV, quand des glaciers de 2 km d’épaisseur descendaient jusqu’en latitude de Nantes, on avait un pic de concentration en 10Be.

Quand le soleil a froid, la terre a chaud. Et inversement.

Avant l’ère spatiale, les scientifiques croyaient que l’irradiation solaire totale était constante. À partir de 1978, on a pu la mesurer par les satellites. Leurs données combinées ont prouvé que la TSI (total solar irradiance) varie d’environ 0,1 % du minimum au maximum du cycle solaire. Ça paraît peu. En astronomie c’est énorme.

L’intensité de la radiation de notre étoile varie en fonction des taches solaires qui sont plus sombres et plus froides que la surface du Soleil.

Mais ces taches s’accompagnent de points lumineux qui augmentent l’intensité des radiations solaires qui régulent nos climats. Dès lors une période avec peu de taches n’annonce pas un réchauffement mais un refroidissement !

Ainsi, le petit âge glaciaire entre 1550-1860 a correspondu à un très faible nombre de taches solaires. Et même à une disparition complète de celles-ci entre 1665 et 1700.

Aujourd’hui alors que l’Europe subirait une canicule « jamais vue » selon les médias-menteurs, moindre toutefois que celle dévastatrice de 1911, l’Institut météorologique danois affirme que « L’Arctique connaît son été le plus froid depuis 64 ans. »

Milankovitch avait vu juste !

Sa théorie née dans les années 1930 liait les variations cycliques des climats à l’activité solaire corrélée à l’excentricité de l’ellipse terrestre autour du soleil, l’obliquité de la Terre qui correspond à ses variations d’inclinaison, et la précession des équinoxes due au fait que notre planète tourne comme une toupie sur elle même.

Cette approche a été documentée par la science expérimentale dans les années 1970 et maintes fois confirmée depuis grâce à 3 disciplines majeures :

L’analyse des isotopes de l’oxygène retenus dans les glaciers, la cyclostratigraphie qui a relevé dans des cycles sédimentaires des dépôts carbonés stratifiés lors des changements climatiques passés, et la dendrochronologie sur des périodes plus courtes de l’ordre de 10 000 ans qui trouve dans les cernes des arbres, y compris fossilisés, des preuves que la succession des période chaudes, froides, sèches, humides et leur durée, liées aux variations astronomiques.

Aujourd’hui on fait des mesures pointues grâce à Lucifer

Cet acronyme désigne le Large Binocular Telescope Near-infrared Spectroscopic Utility with Camera and Integral Field Unit for Extragalactic Research. En français : « Grand télescope binoculaire spectroscopique proche de l’infrarouge avec caméra et unité de terrain intégrée pour la recherche extragalactique. »

Cet outil d’étude du cosmos fonctionne à l’Observatoire du Mont Graham dans le sud-est de l’Arizona. Il n’a pas encore réussi à trouver des extraterrestres, mais il a permis de démontrer que les ondes électromagnétiques globales des phénomènes d’éruptions solaires et d’éjections de la masse coronale ont un impact déterminant sur les changements climatiques.

Au départ une étude circonstanciée sur la période 1860-1990

1860 correspond à la fin du petit âge glaciaire. Après ce minimum, la température moyenne de la Terre va terriblement augmenter de 1,2° C en 130 ans.

Parce qu’il faut absolument désigner un coupable, et qu’on n’a pas encore inventé le thermostat permettant de réguler le soleil, le CO2 va être accusé. L’époque s’y prête, elle correspond à la deuxième révolution industrielle avec la mécanisation, le développement des sources d’énergie et les progrès technologiques.

Or le dioxyde de carbone n’est pas un poison. Il est indispensable à la vie.

Il représente 0,04 % de l’air, niveau stable depuis 50 ans. Tandis que sa part d’origine anthropique représente 4 % du total soit 0,0016 % de l’air ! C’est l’aliment de base des plantes. Avec l’eau et les rayonnements solaires. Sans CO2 il n’y aurait pas de plantes et une grande partie de l’atmosphère que nous respirons ne se renouvellerait plus.

Perdre la moitié de la concentration actuelle, de l’ordre de 400 ppm conduirait inexorablement à l’extinction d’une grande partie de la végétation et donc des animaux qui s’en nourrissent. Avec à l’horizon la famine pour la plupart des humains. Les végans ne trouveraient même plus pour la manger l’herbe qu’ils fument.

Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d’eau.

H2O représente 2 % de l’atmosphère soit 50 fois plus que le CO2 et possède des bandes d’absorption qui recouvrent en intensité et fréquences celles du CO2 avec un ratio de 50 pour 1.

C’est la vapeur d’eau qui absorbe par saturation la quasi-totalité de la chaleur, soit 90 % des infrarouges, le reste étant imputable à d’autres gaz comme l’ozone ou le méthane. Mais la chaleur ne s’accumule pas par additions successives !

En outre, les « savants » du GIEC oublient l’effet du gradient thermique vertical : l’air chaud monte et perd 2°C/1000 pieds. Quand il fait 25°C au sol, il ne fait plus que 12°C à 2000 m.

Enfin le GIEC ne tient pas compte de l’accélération du cycle de l’eau qui se traduit avec la chaleur par un épaississement des couches nuageuses, avec pour effet d’accroître l’albédo de la terre et donc de renvoyer davantage de rayons solaires vers l’espace, diminuant ainsi l’effet de serre et le réchauffement tant redouté.

Mais les réchauffards se croient encore au siècle de Dickens et de Zola. Et ils ne voient pas l’incompatibilité entre leurs lubies anticapitalistes de décroissance et leur adhésion au GIEC, officine de l’ultra-capitalisme mondialisé.

Quand les piliers institutionnels du NWO, gouvernements et banksters font des milliards de dollars avec « du vent » i.e la vente et l’échange de crédits carbone virtuels, constituant une des escroqueries les plus abouties de notre époque !

On peut ajouter à leur panurgisme une pratique du déni qui s’apparente à de la dissonance cognitive. Ainsi, selon l’Institut australien des sciences de la mer, la grande barrière de corail dont la disparition était annoncée à cause du réchauffement a atteint en 2021 des niveaux de couverture inégalés depuis 36 ans. Bonne nouvelle pour les zékolos ? Que nenni ! Entre chantages et copinages, ils ont exigé que les magazines et émissions axées sur l’environnement n’en parlent surtout pas !

Les vrais dangers contre lesquels peu de parades sont efficaces

Les éruptions solaires à haute énergie perturbent nos réseaux électriques, nos communications, le signal du système de positionnement GPS et couvrent la haute atmosphère de rayonnements dangereux qui endommagent les satellites de télécoms.

Les particules énergétiques du Soleil créent aussi des oxydes d’azote qui, émis en masse durant les pics d’activité, réduisent notre taux d’ozone.

Mais ce ne sont pas les spray CFC & autres qui creusent les « trous » (qui se rebouchent tout seuls) contrairement aux âneries rabâchées mécaniquement par les perruches lustrées et les perroquets calamistrés des merdias.

Christian Navis

Interdit de séjour sur YouTube, Twitter et Facebook. Les peuples doivent rester dans l’ignorance !

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com) 

image_pdfimage_print
46

53 Commentaires

  1. encore un extraordinaire article d information et de reinformation de notre ami CHRISTIAN NAVIS qui nous arrive en direct du FENUA . on se demande s il arrive a trouver le temps d aller taquiner le mahi mahi ? mais on se dit que oui vu qu il abonde a tout . mais qu est ce qu on fait nous a rester vivre au macronistan ? en le lisant , j ai appris enormement de choses sur ce sujet et je ne pensais pas que les mensonges deverses le soient a ce nivea par les merdias main stream … merci de tout coeur !

    • Merci, et puisque vous me donnez l’occasion d’évoquer les mahis mahis, qui sont aujourd’hui présentés comme des poissons tropicaux dont quelques exemplaires s’égareraient en Méditerranée à cause du réchauffement… Je rappelle qu’on reconnaît très clairement des coryphènes venant d’être péchées sur des fresques de Knossos et de Santorin vieilles de 3500 ans !

      • votre surnom en POLYNESIE FRANCAISE , c est GOOGLE CHLOME ? merci encore pour tous vos articles . ce jour encore , une excellente video de PHILIPPOT sur la start down nation de macronescu ; coupures d electricite , tiers mondisation et libanisation en marche !

  2. Je ne pense pas avoir tout compris mais chapeau ! J’ai visité une grotte préhistorique dans le sud de la France, en vacances dans le Lot il n’y a pas si longtemps et le guide disait qu’à l’époque le climat y était humide et tropical. A savoir qu’à l’échelle de la naissance de l’Univers la vie humaine sur terre c’était hier.

  3. Je dis que les taches solaires et l’inclinaison de la terre sont responsables en grande partie du « réchauffement » cyclique par ailleurs. Que tout se qui s’évapore doit retomber d’une manière ou d’une autre quelque part en neige ou en pluie. Enfin il me semble que la densité de la planète a dù changer. En effet depuis que l’on pompe du pétrole, ce dernier se retrouve sous forme de gaz dans l’atmosphère, remplacé au mieux dans les puits par de l’eau ou …rien !Donc notre planète suivant l’intensité avec laquelle on lui pompe sa moëlle doit forcément quelque part changer de masse et donc changer d’inclinaison, comme une boule de pétanque pleine d’eau de laquelle on enlèverait une partie de son contenu. Sa mobilité s’entrouverait changée !.

  4. Les glaciers du Groeland s’ils fondaient tous le niveau des mers de changerait pas (verifiez avec un verre d’eau et des glaçons).
    Ce sont les glaces du pole sud qui si elles fondent font monter le niveau des mers puisque les glaces du Pole sud sont sur la terre.

    • Les glaciers de l’Antarctique ne risquent pas de fondre, car l’hémisphère Sud se refroidit depuis 40 ans, avec une notable accélération ces dernières années.
      En Polynésie, beaucoup de gens ont découvert il y a 5 ou 6 ans les couvertures polaires, les blousons doublés, des températures de 15°C le matin, et des visites des otaries dans nos lagons.
      Mais les « experts » du GIEC se rattrapent aux branches en expliquant qu’il fait plus froid au milieu du continent blanc parce qu’il fait plus chaud autour ! Connaissent pas les lois de la thermodynamique, mais ils ne risquent pas d’être contredits puisque toute personne susceptible de leur répondre est boycottée par les merdias. Et les sites dénonçant la supercherie sont déréférencés par Gogol.

      • Al Gore l’ex associée de Klington est le plus grand responsable de la supercherie du réchauffement

    • Les glaces immergées n’augmentent pas le niveau de l’eau en fondant c’est sûr ! Les glaciers terrestres si!

    • Non, le Groenland est une terre, ce que vous dites est vrai pour l’Arctique.

  5. Les Africains savent bien depuis longtemps qu’on peut se cailler les miches dans c’te foutu désert !

  6. Merci pour ce cours magistral qui ne s’adresse qu’à des lecteurs avisés et qui me rassure sur le devenir de la planète mais pas des populations qui l’habitent. Mais passons. La période de canicule que nous traversons actuellement m’a incité à revoir ma conception de l’espace extérieur en y rajoutant des arbres et en faisant des plantations plus en profondeur par rapport au niveau du sol pour mieux conserver la fraîcheur. Une idée plus instinctive que scientifique qui m’a demandé des efforts que je ne regrette pas étant sûr de mon affaire. A noter que nous traversons une période critique donnant lieu à des restrictions d’eau que j’imputerais au manque de clairvoyance des élus qui tardent à construire des retenues d’eau. Il serait temps qu’ils se remuent le derrière au lieu d’investir l’argent public dans des âneries.

  7. On ne peux pas nier que le dérèglement climatique connaît une accélération exponentiel contrairement aux précédentes anomalies climatiques constatées ( aire glacière). J en suis un témoin vivant depuis ma jeunesse
    Nier ce fait est vouloir pour une raison absurde que l on consomme trop gaspille trop.
    Ineptie suicidaire pour vouloir sauver un mode de vie incompatible sur une planète de 8 milliards d individus.
    Mais bon ! Autant ne pas regarder l evidence. Après tout tant que l eau coule au robinet….jusqu’à au jour.
    Ca fait longtemps que je suis rentré dans une gestion raisonné des ressources p ex utilisation des eaux usées pour les wc et le jardin.
    Mais bon ce genre d effort semble incompatible avec la génération Nutella et sa cohorte d abrutis

    • 1/ le climat par définition n’a pas de règles
      2/ qu’est-ce que la durée d’une vie humaine pour évaluer des modifications météo qui s’opèrent sur des centaines et des milliers d’années!

    • Pénurie d’eau ?
      La Terre, c’est 70 % de flotte et 30 % de terre émergée !

  8. Formidable article dont le titre et l’introduction nous expliquent qu’il n’y a pas de réchauffement pour ensuite nous décrire comment il est induit par l’activité solaire et était prévu de longue date. Et tout ce développement pour nous démontrer que puisqu’un réchaud au gaz fait bien cuire la bouffe, alors un réchaud électrique ne le pourrait donc pas. Bravo. Cherchez qui vend du pétrole et du gaz ou vous comprendrez d’où vient l’intox.

  9. fakeniouze évidente greta et le giec disent le contraire ! je me demande qui croire!!!

  10. Bravo M Christian Navis ! Excellent papier, (à republier très souvent car le matraquage « effet de serre » persiste en dépit de l’absence de preuves). Retour sur le cycles de Milankovich avec une très belle infographie : https://www.les-crises.fr/climat-14-milankovitch/ _ J’aimerais aussi préciser que la NASA ment : le rayonnement solaire n’est pas inchangé, contrairement à la désinformation américaine ! Vous l’avez, à juste titre, démontré. Merci à vous.

  11. Le terme réchauffement climatique est trompeur, il vaut mieux parler d effet de serre, comme nous le faisons il y a 20 ou 30 ans, car sa définition est  » exacerbation des phénomènes meteo » …d où les incongruités meteo observées de nos jours…

    • Oui, « observées de nos jours » me semble juste. Car des incongruités météo, il y en a eu avant nous…
      D’où viennent les vallées glaciaires si ce n’est de l’existence, en un temps lointain, de glaciers qui les ont façonnées… puis ont disparu ?

  12. Zoom – Pierre Labrousse : Vision d’un monde soumis au totalitarisme écologiste
    Émission du 30/08/2022 (VIDEO TVL)

    Pierre Labrousse est professeur agrégé de philosophie et il publie un roman d’anticipation « Le clone de l’Apocalypse », où il imagine à quoi les pensées écologistes et politiques de notre ère risquent de faire aboutir nos sociétés dans un avenir pas si lointain.

    https://www.tvlibertes.com/zoom-pierre-labrousse-vision-dun-monde-soumis-au-totalitarisme-ecologiste

  13. Il faudrait un débat entre scientifiques apaisés pour mieux avancer. Ceci dit depuis 40 ans que je skie je peux vous dire qu’en Europe il fait beaucoup moins froid et qu’il y a de moins en moins de neige l’hiver dans les Alpes. Restons objectifs et regardons les traces laissées pr les glaciers sur les parois des vallées pour constater qu’il a un recul immense et un réchauffement inédit en Europe . Ceci dit l’occasion est bonne pour nos clowns au gouvernement pour divaguer.

    • On peut se référer aux travaux de Leroy Ladurie « histoire des climats depuis l’an mil ». Cet historien a compilé les chroniques d’époque, les gazettes, des lettres privées, des édits et les documents des ecclésiastiques et des notaires d’antan.
      Des descriptions et toponymies évoquent des pâtures, des vergers et des jardins lors de l’optimum médiéval, là où aujourd’hui il y a encore des glaciers !
      Et je vous épargne la traversées des Alpes par les éléphants d’Hannibal il y a 2300 ans lors de l’optimum romain.

  14. En lisant cet article, clair et enrichissant, j´ai fait le lien avec un document
    « World Climate Declaration  » avec sous titre « There is no climate Emergency ».
    Ce document est initié par la fondation indépendante crée en 2019 par le Professeur
    hollandais en geophysique Guus Berkhout et le journaliste scientifique Marcel Crok.
    Le document, dont 27 WCD ambassadeurs, a été signé par 1107 scientifiques et chercheurs du monde entier dont le premier d´entre eux le Prix Nobel Ivar Giaever, norvégien. suite dans le com. suivant.

  15. Le WCD écrit : « Le climat est un domaine qui est basé sur des croyances personnelles et agendas politiques, plutôt que sur la science « .
    « Il n´y a pas de preuves statistiques que le réchauffement climatique global cause
    des orages violents, inondations, sécheresse et autres catastrophes naturelles ou fait que ces phénomènes soient plus fréquents. Par contre, il y a des preuves excellentes de la nocivité et du coût élevé des mesures pour réduire les rejets de CO2 dans l´atmophére ». allez sur le site : http://www.clintel.org
    Suédois des Cévennes

  16. Très bon article, merci à l’auteur.
    Je me permets aussi de rajouter les travaux du Professeur Henrik Svensmark et du documentaire diffusé sur Arte il y a des années : « le secret des nuages », travaux appuyés-à l’époque- par Nigel Calder, documentaire qui reste très accessible au grand public. Mais allez expliquer tout cela au lambda moyen…au bout de 2min il décroche.
    Super article.

  17. Aux infos on voit des agriculteurs dans leurs champs immenses ! OÙ sont les haies et les arbres ? Les patates aiment la chaleur mais pas le soleil direct ! Les vignes aiment la chaleur mais pas les sillons sans herbes ! Bref, on a tout faux pour le rendement ? Il est joli le rendement sans pluie que les haies et les arbres réclament ! Le désert est dans nos campagnes vu que c’est le désert d’hommes pour taper sur la table de notre nature …

  18. Le giec s’en fout, le giec ne fait pas de science mais de la politique.
    Rappelez vous dans un autre domaine de la ‘prestigieuse’ revue the lancet et ses articles bidons à propos de l’hydroxychloroquine…
    Maintenant que le climat soit évolutif, il n’y a pas vraiment de quoi s’étonner, rien n’est stable, tout est en mouvement et transformations continuelles.
    Et imputer la cause d’un réchauffement à la seule activité humaine et sa surproduction de CO2, c’est du niveau de la rousseau et son barbecue, c’est vraiment se foutre de la gueule du monde.

  19. je n ai évidemment pas tout compris du premier coup mais je vais essayer de relire cet article exceptionnel jusqu’à en avoir intégré l essentiel
    il me semble en tout cas d’être d un niveau très largement supérieur à toutes les prévisions de malheur des réchauffistes mainstream

  20. Aucune faute grave dans ce texte. Une remarque : ne pas confondre vapeur d’eau et couverture nuageuse ; les nuages ne sont pas constitués de vapeur d’eau, mais d’eau, sous forme brumisée. La quantité saturante de vapeur d’eau de l’atmosphère augmente beaucoup avec la température : six fois plus à 30 Celsius qu’à 5 Celsius ! ces vérités coûtent de nos jours des poursuites judiciaires, il faut s’y faire : les écolos et le GIEC, c’est Amin Dada dans nos académies.

  21. Démonstration de très haut niveau! Quelle perte pour les peuples assommés par le discours alarmiste et mortifère des globalistes. Issu de cette région (Sahara), sa complexité climatique liée à l’aridité des sols a toujours fasciné les plus endurcis des vrais Touaregs (targui). Votre article arrive à point nommé, car il m’a permis de comprendre ( à mon niveau!), l’évolution du climat sur notre terre. Merci pour votre contribution, et si vous le permettez, je vais le partager avec mon cercle familial et d’autres personnes engluées dans le mensonge global des climatologues de salon.

  22. C’est bien, pour une fois, que l’on parle des effets de l’eau en tant que gaz à « effet de serre ».. On ne l’entend nulle par ailleurs.
    Cette eau, selon différente sources, y compris celle de l’ademe, pèse entre 65 et 80 %, alors il faut assécher d’urgence la planETT à gréta !

    Le problème est que pour les « réchauffistes » cette eau ne compte pas dans la taxonomie de l’effet de serre ! (ça veut dire qu’ils ne la comptent pas).
    La raison principale évoquée étant que la quantité d’eau ne varie pas ou très peu, ce qui est vrai.

    Un tableau clair montrant tous les éléments participant à l’effet de serre (tous les gaz triatomiques ou plus), par ordre d’importance, montrerait que les effets du CO² sont tout à fait négligeables du fait de la proportion qu’il représente.

  23. ceux qui tombent à pieds joints dans cette imposture climatique mise à toutes les sauces pour terrifier le citoyen et l’empêcher de voir les réels problèmes savamment masqués par cette mascarade, sont exactement les mêmes que ceux qui sont tombés dans la vaccinofolie

  24. En tout cas la star de la trouille 2020/2021 a été sans conteste le COVID, classé premier dans tous les box-offices, tous les couillons sont vaccinés et ça fait du monde
    Le climat on le sent moins, commercialement il est moins vendeur pourtant tout est fait pour nous mettre l’angoisse, mais c’est comme pour la musique après un tube les autres chansons accrochent moins
    On sent une lassitude chez les gens, même la variole du singe qui devait remplacer le ROI COVID n’intéresse pas grand monde

  25. Donc il neige dans le desert, il fait 38 en Bretagne, la gironde brule, les cours d’eau sont à sec, on se prend des coups de vent à 200kmh, mais tout va bien…

    • Des phénomènes climatiques extrêmes, il y en a toujours eu dans le passé.
      On les attribuait alors à la colère des dieux. Et l’info restait locale.
      Aujourd’hui avec le « village planétaire » tout le monde est informé et y va de son explication.
      Hélas, le niveau scientifique très bas et l’ignorance de l’histoire par nos contemporains en font des proies rêvées pour les prédicateurs d’apocalypse, qui veulent sauver le monde en se servant d’abord au passage.

  26. Merci pour ce document important.

    Juste un mot pour rendre évident à tous le niveau d' »arnaque » intellectuelle : lisez « Les 10 mensonges du GIEC » (Ch.Gérondeau , Editions de l’ARTILLEUR) ….et plus rien ne vous étonnera ! Bonne soirée

  27. Je n’ai jamais eu la chance de voir la neige au SAHARA , en revanche , il est fréquent d’y voir de la glace à lasurface de l’eau les matins d’hiver .

  28. Je sais pas s’il a neigé au sahara ou sur Mars, mais y’a de la brume dans votre cerveau..

  29. Le réchauffement climatique est une escroquerie écologique basé sur une idéologie qui consiste à dire que l’homme c’est le pollueur il faut le punir avec n’importe quel stratagème pour sauver Gaïa la planète terre et les escrocs du GIEC, les Écolo Nazis et leur têtes d’affiches comme la Mongolita Greta Thunberg nous font du chantage à l’écologie punitive mais il faut savoir qu’il y a des scientifiques comme Malinkovitch ou autres qui ont fait des travaux beaucoup plus poussé et rationnelle que les propagandistes qui prédisent l’apocalypse.

  30. Ingénieur ayant pratiqué la thermodynamique pendant plusieurs décennies, je suis tout à fait de votre avis. Milankovik a vu juste. La terre se réchauffe depuis 11500 ans. Le stock de glace sur terre diminue globalement sur cette période et par l’accumulation de chaleur le climat évolue jusqu’au prochain basculement en glaciation. Certains s’inquiètent et préparent cela avec des prétextes qu’ils savent farfelus, mais ce qui compte pour nos puissants est d’assurer leur avenir à eux sur terre en se débarrassant des inutiles (95% de la population). J’explique leur méthode ici : https://trafic-justice.net/victime-ripou/genocide-en-marche.htm

Les commentaires sont fermés.