Il faudrait attaquer en justice le CSA

Nous avons appris hier que le temps de parole d’Éric Zemmour devait être décompté (de quoi, déjà première question) sous prétexte qu’il était un acteur de la vie politique. Il n’est pas le seul et apparaît plutôt équilibré par rapport à certains éditorialistes du service public sévissant notamment sur France Inter.

Pendant ce temps-là, les débats liés au procès ont vu diverses interventions d’Abdeslam justifiant en toute logique ses crimes commis au nom de l’islam. Je me pose cette question toute simple : son temps de parole doit-il être décompté de celui de la France islamiste, pardon insoumise ? Ce serait logique que celui qui, hélas, n’a pas pu se rendre à la manifestation contre la prétendue islamophobie à cause de petits problèmes rencontrés avec les autorités administratives françaises, puisse enfin illustrer son affection sincère avec ceux dont il se sent le plus proche en France. Le rendez-vous manqué de novembre 2019 doit être oublié et s’effacer devant la nouvelle réalité.

Par ailleurs la question se pose aussi pour tout défenseur de la cancel culture et aussi de la woke. Est-ce que leur temps de parole doit être décompté de celui de la gauche moderne ? Ce serait une conséquence de la jurisprudence Zemmour. Dorénavant la parole de chacun doit être ôtée au total du temps de parole du camp qu’il est censé représenter. Pour le CSA, chacun sera considéré comme encarté. Ce sera plus simple et plus équitable. Et les apolitiques seront de temps en temps assimilés à la gauche, d’autres à la droite et parfois même au centre. Par tirage au sort dans un souci d’équité. Tout cela doit être passé sous forme de loi, si possible avant le début officiel de la campagne électorale. Allez, c’est jouable.

Plus sérieusement, la jurisprudence du CSA concernant Zemmour aura probablement de graves et de funestes conséquences : premièrement elle est faite contre la candidature de Zemmour dans le but de dissuader d’y aller. Une règle élaborée uniquement contre un homme est toujours une mauvaise règle. Deuxièmement elle laisse la liberté à un organisme de déterminer le temps de chaque personne comme il lui semble et d’attribuer des étiquettes politiques comme il le veut. C’est sans doute la fin des campagnes électorales libres soit un renoncement de plus à la vraie démocratie.

Voilà pourquoi il serait bienvenu d’attaquer cette décision en justice. Qui le fera ? En tout cas il aura toute notre sympathie.

Platon du Vercors

 

 

 

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Effectivement.
    Il faut creuser du côté des principes fondamentaux du droit. Le fameux Etat de droit sur lequel s appuient bons nombre de commentateurs ( toujours bien inspirés) est , par cette décision, violé.
    L État de droit est un État qui accepte que sa puissance publique soit soumise à certaines règles que sont: le principe de séparation des pouvoirs, la hiérarchie des normes et enfin l égalité des citoyens devant la loi. A examiner de près la composition du CSA la nomination de ses membres, et ses décisions aucunes des 3 composantes de L État de droit ne semble respectée. Dont acte

  2. Tout à fait pertinent. C’est aux associations de journalistes, éditorialistes etc. de défendre les siens pour discréditer cet abus des plus pervers et applicable comment…sur qui… à quelles occasions…pour combien de temps…?
    Puant ce CSA tellement la ficelle est grosse , et la Justice si prompte à s’ élever contre les abus regarde ailleurs? et le pouvoir …? pas mieux. Si ce n’est pas un complot, c’est quoi?

  3. Le pape François bannissant la messe romaine en Latin participe-t-il de la Cancel-Culture ?
    Qui peut répondre à cette interrogation ?

  4. La justice rouge verte a aussi persu sa legitimite comme le sont d autres nombreux pouvoirs actuels. Commencez deja par cesser de regarder toutes les chaines collabos . Je ne prend a present mes infos que sur les sites alternatif comme RL et d autres. On peut vivre sans TV. En meme temps entrainez vous et vos familles a toutes eventualites . re apprenez a utiliser les outils de nos ancetres si besoin. Ce qu il faut faire est ecrit dans notre hymne national. Boycottez les marquest collabos. Desobeissez a tous ceux que vous trouvez illegitimes.

  5. Parmi les membres du distingué CSA, il y a Mme Denis, l’épouse de Mr Denis, président du Crédit Mutuel payé 1,5 millions par an. Mr Denis est domicilié en Bretagne au Relecq Kerhuon, siège du credit mutuel. Donc, Mme Denis a aménagé ses horaires et vient à Paris au CSA quelques jours par semaine.
    Le salaire de Mme Denis n’a pas pour autant été aménagé.

  6. LE CSA cette organisation mise en place par le très Pétainiste Mitterrand et accessoirement Socialiste en 1989. Organisation qui venait compléter la mission du « Ministre de la Culture ET de la communication » dont Jack Lang fut un servile serviteur.
    Comment instaurer un contrôle sur l’information en France en douceur ? Créer des organisation aux titres sympathiques
    – Haute autorité de la communication audiovisuelle (1982-1986).
    – Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL, 1986-1989)
    – Conseil supérieur de l’audiovisuel (1989)
    Si en 2009 cette entité CSA n’avait plus le pouvoir de nommer les présidents de France Télévision, Radio France et France Média Monde, le très socialiste Hollande et accessoirement président de la République, lui redonnèrent ce pourvoir.

  7. « Il faudrait attaquer en justice le CSA ». Autrement dit, il faudrait que la « justice » de macaron attaque ses amis du CSA. Risible et stupide. Sous macaron, il n’y a pas de justice.

    • Michel, parfois la seule existence d’un combat engagé peut revêtir plus d’importance que bien d’autres victoires par ailleurs. Une guerre, c’est long.

  8. Là , je suis entièrement d’accord il faut a tout prix attaquer en justice ce C.S.A qui n’à plus lieu d’être ,qui a perdu toute crédibilité . Comme je disai récemment ,il y a ceux qui construisent et ceux qui détruisent ; MacronPinochet lui détruit tout ce qu’il touche . Le C.S.A a été manipulé par le cuistre MacronPinochet exactement comme un godillot .

  9. Il « faudrait » surtout supprimer cet outil de censure au service de la pensée unique mondialiste. Les GAFAMS ‘Google, Apple, Fessebouc, Amazone, Microsoft…ne ‘sembarrassent pas de « conseils supérieur ». Ils censurent d’autorité ce qui les dérange dans leur conquête du monde.
    Si le CSA appliquait nos lois de Laïcité, il aurait interdit les messes du dimanche sur la radio d’état, et exigé le remplacement sur toutes les chaines décervelantes, de ces émissions insultantes pour l’intelligence et la raison!
    Mais non! Le pipolle, le réalitichaud, ça fait du chiffre et ça contribue à l’abrutissement de masse. Que du bon !
    Et le franchouillard paie plus de 100€ par an pour que le CSA lui impose « ÇA »!

  10. Il me semble que Z pourrait lui-même s’en charger éventuellement. Françoise Laborde aurait paraît-il déclaré que la décision du CSA n’a aucun fondement juridique, c’est fort probable et ça permet d’espérer une démarche fructueuse en justice. Depuis le temps que le CSA mériterait des leçons, ça serait une belle occasion de fêter quelque chose au moins.

  11. le csa étant nommé par le pouvoir, croyez vous que des juges aux ordres vont se laisser dicter le droit?

    • Patphil, parfois la seule existence d’un combat engagé peut revêtir plus d’importance que bien d’autres victoires par ailleurs. Une guerre, c’est long.

Les commentaires sont fermés.