1

Il faut empêcher militairement les bateaux de quitter les côtes africaines

INTERVIEW D’OSKAR FREYSINGER

oskar-freysinger2Riposte Laïque : Il y a quelques jours, tu as piqué un coup de sang contre un journaliste de la Radio Télévision Suisse, qui te sommait de t’émouvoir de la photo du petit enfant de trois ans mort. Cette réaction t’a-t-elle valu de nombreuses critiques dans les médias suisses ?

Oskar Freysinger : Même pas. Ils savent bien que leur utilisation pornographique de la mort s’apparente à Créon laissant pourrir le cadavre de Polynice devant les murs de Thèbes. Utiliser la mort d’un enfant à des fins politiques est indigne, d’autant plus lorsque c’est fait par ceux qui sont responsables de milliers de noyades dans la Méditerranée. En voulant apparaître comme des gentils, en ne faisant rien contre les passeurs, ils ont créé l’appel d’air qui continue à coûter la vie à beaucoup de gens. On ne fait pas de bonne politique avec de bons sentiments.

Riposte Laïque : Comment se traduit, dans ton pays la Suisse, la déferlante migratoire qui touche l’ensemble de l’Europe ?

Oskar Freysinger : Les moyens d’hébergement sont à la limite. Les abus dans le domaine de l’assistance sociale se démultiplient. Des Erythréens, prétendument menacés de mort dans leur pays d’origine, partent y passer leurs vacances aux frais du contribuable suisse. Entretemps, l’Islam radical étend sa présence et prend en otage les musulmans cherchant à s’intégrer.

Riposte Laïque : De quelles marges de manœuvre dispose la Suisse face à la politique migratoire voulue par les dirigeants de l’Union européenne et de la majorité des chefs d’Etat ?

Oskar Freysinger : Schengen-Dublin, un accord irréaliste ne fonctionnant que par beau temps et que j’ai toujours critiqué, ne nous laisse pas énormément de marge. Mais si la situation devait devenir intenable, des contrôles systématiques deviendraient inévitables. Schengen-Dublin ne fonctionne que si les frontières extérieures de l’espace Schengen sont étanches et si tous les pays jouent le jeu. Ni l’une ni l’autre des deux conditions ne sont réunies. Je le disais déjà dans des débats télévisuels en 2004 !

Riposte Laïque : Comment expliques-tu l’attitude de Madame Merkel qui semble se réjouir de la venue de centaines de milliers de clandestins sur les terres allemandes ? Crains-tu que la Suisse n’en subisse les conséquences ?

Oskar Freysinger : Pour la Suisse, c’est dans un premier temps positif, car une bonne partie des requérants s’engouffre dans cette brèche. Mais dans un deuxième temps, tout le monde va pâtir de cette politique irresponsable, puisque Merkel veut redistribuer les requérants à tous les autres pays. Bien sûr, les grandes entreprises se réjouissent de cette situation : ça leur permet de mettre sous pression le prolétariat industriel indigène et d’engager de la main-d’œuvre peu qualifiée et très bon marché. Les chômeurs européens, eux, n’ont que les yeux pour pleurer, et les classes moyennes vont continuer à fondre, ce qui promet des conflits sociaux de plus en plus fréquents et violents. Je suis dégoûté par l’hypocrisie, l’irresponsabilité et la lâcheté des politiciens de l’UE.

Riposte Laïque : Ton parti, l’UDC, a gagné deux votations sur l’immigration, à la plus grande fureur des dirigeants de l’Union européenne. Ces deux victoires ont-elles eu, ce jour, des retombées positives dans la vie quotidienne de tes compatriotes ?

Oskar Freysinger : Non, car le Parlement rechigne à respecter la volonté du peuple. Et ce dans la patrie de la démocratie directe ! C’est indigne. Mais ça ne peut que renforcer l’UDC électoralement.

Riposte Laïque : Tariq Ramadan vient de déclarer que la Suisse blanche était finie, et a sommé ton pays de se montrer « humaniste » avec les migrants. Son frère Hani a lui, vu dans l’attentat du Thalys un coup monté pour montrer un bon visage des Américains. Que t’inspirent les propos des deux frères ?

Oskar Freysinger : Ce sont les petits-fils de Hassan El Banna, le fondateur des frères musulmans. Leur agenda est clair : ils veulent une Suisse et une Europe musulmanes. Et ils ont l’éternité devant eux pour y parvenir à coups de taqiya et d’invasion démographique. Dans le temps, la déferlante était conquérante, elle est désormais requérante. La deuxième forme est pire, car beaucoup plus insidieuse.

Riposte Laïque : Quelle sortie possible vois-tu pour les Européens face au cauchemar qui se profile ?

Oskar Freysinger : Il faut diminuer drastiquement l’attractivité de l’UE, combattre les passeurs avec détermination et empêcher les bateaux et coques de noix de quitter les côtes africaines et turques, par voie militaire. On a bien su éradiquer Kadhafi à coups de « Rafale » ! C’est soit ça, soit le chaos dans tous les pays d’Europe à moyen terme. Nous sommes en train de créer une poudrière qui explosera à la première crise financière globale, crise qui nous pend au nez au vu de l’endettement abyssal et grandissant des Etats de l’Union. Lorsque les Etats ne seront plus en mesure de payer la paix sociale par l’assistanat social, les banlieues se soulèveront et prendront par la violence ce qu’elles estiment être leur dû. Et c’est le citoyen lambda qui va en baver.

Propos recueillis par Pierre Cassen