Il faut libérer l’imam du camp gaulois où il est séquestré !

Cher Manuel,

J’apprends par le Canard Enchaîné, qui semble filer un bien mauvais coton en ce moment en s’échappant de la ligne politiquement correcte à laquelle les Français commençaient pourtant à s’accoutumer, le sort d’un malheureux imam salafiste assigné à résidence dans un trou perdu des Côtes d’Armor.

Le Canard explique qu’il serait non expulsable parce que bénéficiant de l’asile politique en France. Outre cette incarcération dans un village déjà très connoté « gaulois », on serait tenté de se demander au passage comment il se fait qu’aucun de 57 pays musulmans n’aient réclamé la présence de ce porteur de la divine parole d’Allah. Entre frères en religion, tout de même…

Le pauvre Yashar Ali, victime de l’Etat français, martyr de la France, est condamné à faire inlassablement depuis cinq ans le tour du village de Rostrenen à vélo. Et en pantacourt de surcroît ! Mais que fait la LDH ?!

Manuel, ce n’est pas acceptable !

Depuis huit ans, le malheureux est logé en pension complète pour 1 500 euros par mois seulement, ridicule obole donnée par une France rancie alors qu’il se contentait  simplement de prêcher contre l’occident et les Juifs. Mais qu’a-t-on fait de la liberté d’expression dans ce pays ?!

155 000 euros en huit ans… mais qui peut vivre aujourd’hui avec si peu ?

Heureusement, le brave Yashar parvient tout de même à se fournir en vêtements qu’il achète sur internet, un ridicule bonnet à pompon a remplacé sa jolie calotte. Quelle misère, mon dieu ! J’espère au moins que son bonnet est de fabrication française, il ne manquerait plus que notre Ministre du Redressement lui fasse des ennuis…

Je m’étrangle de colère en lisant que les flics ont osé venir perquisitionner sa chambre il y a trois ans et demi, fouillant son ordinateur et appelant le personnel à la délation. Ces méthodes sont tout simplement indignes d’un grand pays comme la France. C’est la porte ouverte à la collaboration, aux heures les plus sombres de notre Histoire. Scandaleux !

Qu’on laisse ce pauvre homme tranquille ! Déjà qu’il possède une épouse malade cloitrée à Montfermeil avec ses cinq enfants nourris par des tierces personnes vraisemblablement de leur communauté, inutile de rajouter à sa peine. Mieux vaut se réjouir de constater qu’il reste encore un peu de générosité en ce bas monde. Les Français feraient d’ailleurs bien d’en prendre de la graine.

Par ailleurs il semble que certains habitants du village soient même jaloux de l’imam et du fait qu’il touche quelques subsides sans rien faire. La méchanceté et la jalousie les égarent. Ils arguent qu’un sans-abri aurait même élu domicile dans une cabine téléphonique, mais c’est son choix j’ai envie de dire ! A l’ère des portables c’est déjà une grande chance qu’on laisse aux pauvres des cabines téléphoniques. Certaines personnes, vous leur donnez la main, elles vous réclament le bras… Quelle misère…

Cette situation ne peut plus durer, il faut libérer l’imam, qui n’a d’ailleurs de cesse de clamer son innocence, rejetant toute la faute sur les Marocains qui veulent contrôler la mosquée d’Argenteuil. Il faut bien reconnaître qu’il y a tout de même un manque criant de mosquées en France, deux mille trois cents et quelques, c’est beaucoup trop peu. Comment l’Etat français peut-il ainsi abandonner ses citoyens musulmans en France ? Manuel, c’est tous les jours qu’il faudrait inaugurer des mosquées… tous les jours ! Et enfin notre pays retrouverait des valeurs morales, de la dignité et… le sens de l’honneur ! En un mot, tout ce qui fait la grandeur d’un vrai pays musulman.

J’espère donc que vous libérerez ce malheureux imam de sa prison bretonne – où l’humidité peut en outre avoir des conséquences fâcheuses sur sa santé -, qu’il lui sera offert un vaste logement pour lui et sa famille, que des soins gratuits seront prodigués à son épouse et qu’il lui sera versé un dédommagement conséquent par l’Etat français à la hauteur du préjudice subi.

Caroline Alamachère

image_pdf
0
0