Il faut multiplier les initiatives pour faire sortir Tommy de prison

Publié le 7 juin 2018 - par - 9 commentaires - 871 vues
Share

L’ambassade de Grande Bretagne était trop près de l’Elysée. Il fallait donc trouver un autre lieu pour la manifestation de soutien à Tommy Robinson, lundi dernier, 4 juin 2018. Or il y a 78 ans, jour pour jour, Churchill lançait à la radio son célèbre appel à la résistance : « we shall never surrender ! ». C’est donc à proximité de la statue du grand homme que le rassemblement a eu lieu, devant le Petit Palais. Plusieurs centaines de personnes et le soleil étaient au rendez-vous. Aucun média du système n’a cru bon se déplacer et, comme l’a souligné Ivan Rioufol sur Novopress,  tout converge pour faire du scandale de Tedford, un non événement.

https://fr.novopress.info/211065/tommy-robinson-un-journaliste-en-prison-par-ivan-rioufol/

La parole est d’abord donnée à Jean Yves Le Gallou qui commence ainsi : « Rien n’est pire que le silence ». Puis il rappelle la situation actuelle : Renaud Camus, Eric Zemmour, Pierre Cassen, Robert Ménard, condamnés pour leurs propos par des tribunaux français ; Génération Identitaire, censurée sur Facebook à la demande de la DILCRAH, aux ordres du Premier ministre ; une ministre de la Culture qui explique que « la culture est là pour changer les mentalités » ! Et de l’autre côté de la Manche, un système judiciaire qui organise le silence alors qu’un journaliste indépendant, Tommy Robinson, tente de parler du procès.

Il rappelle qu’il est entré en France, en un an, 420 000 étrangers recensés, auxquels il faut ajouter environ 500 000 clandestins. Cela n’est pas supporté par l’opinion, mais pour la faire taire, on lui impose une dictature.

Après la Grande Charte de 1214, l’Habeas Corpus de 1687, le lieu mythique d’ Hyde Park Corner où la parole fut longtemps libre, la Grande Bretagne, pays des droits de l’homme est devenue aujourd’hui à la pointe de la répression en matière de liberté d’expression. Mais ici, silence absolu, y compris de la part de de Reporter Sans Frontières, une ONG reconnue d’utilité publique censée défendre la liberté d’expression !
Karim Ouchikh, président du SIEL et organisateur du rassemblement, rappelle les faits : Tommy Robinson est un ancien leader politique à l’origine de la création de la British Defence League, mouvement qui lutte contre l’islamisation de la Grande Bretagne et l’immigration massive. Converti au journalisme, il décide de couvrir le procès de Leeds à propos d’une affaire d’esclavage sexuel, remontant à une vingtaine d’années et qui a impliqué de jeunes anglaises dont des mineures exploitées par un gang indo-pakistanais. On recense actuellement plus de 4000 victimes.

Malgré une loi qui interdit la médiatisation des procès, au motif de ne pas « perturber » la sérénité de la justice, Tommy Robinson s’affranchit de cette contrainte et décide de filmer à proximité du tribunal, le 25 mai 2018. Arrêté et embarqué par la police, il est condamné sine die, à 13 mois de prison, sans même avoir pu être assisté de l’avocat de son choix. Une pétition lancée à l’échelle européenne sur les réseaux sociaux a recueilli plus d’un demi-million de signatures, dont celle de la belle sœur du prince Harry.

Tarick Dali, qui représentait La Droite Libre de Christian Vanneste, nous dit ensuite que si les évènements de Tedford s’étaient passés en Pologne, en Hongrie ou en Russie, les médias du système s’en seraient donné à cœur joie !
Renaud Camus, toujours tiré à quatre épingles, commence son discours très attendu  par une citation de Karl Marx : « l’histoire revient en farce ». Mais, ajoute-t-il, cette farce  est « une effroyable tragédie ! (…)  Nos compatriotes juifs sont obligés de fuir car ils considèrent qu’ils sont en danger (…) et certains indigènes français sont obligés d’évacuer les territoires perdus de la République ( …) Voilà le résultat d’une société construite sur l’antiracisme ! ». Il poursuit : «  La liberté d’expression, qui a été inventée pour le journalisme, trouve dans le journalisme et dans les journalistes, ses censeurs mêmes, les instruments du silence et de la répression (…) Ils jouent souvent tous les rôles de la répression : ceux de mouchards, ceux de dénonciateurs, de commissaires de police, de juges et ceux d’exécuteurs des basses œuvres ».
Il cite ensuite l’exemple de France Culture, cette radio « officiellement culturelle » qui est la plus sectaire et la plus répressive qui soit, celle qui exclut le plus les opinions dissidentes, qui s’engage le plus dans la substitution ethnique et qui a pour slogan admirable « l’esprit d’ouverture » !

Revenant à l’objet du rassemblement, Renaud Camus se dit « churchillien passionné ». Il rend hommage à cette grande figure de la résistance, aux côtés de De Gaulle, Jean Moulin, et bien d’autres tant à l’Est qu’à l’Ouest de l’Europe. La Grande Bretagne, pays fondateur de toutes les libertés, évolue vers un régime tyrannique, à commencer par le non-respect de l’égalité devant la Loi : Tommy Robinson, moins bien traité que les criminels du réseau pédophile ! « N’est-ce pas une farce que de voir la grande Bretagne redevenir une dictature épouvantable, de peur du racisme qui domine toute la société ? »

Fait inhabituel, la parole est proposée au public : un britannique résidant à Paris monte à la tribune et s’étonne du fait qu’en France : « si vous n’êtes pas « de gauche, vous êtes d’extrême droite ». Pour lui « la peur de perdre sa propre culture est la chose la plus normale ».
Puis deux jeunes femmes, Solveig et Vira montent sur le podium pour nous parler de leur site internet « Bellica », dédié aux droits des femmes et plus particulièrement au regard des menaces qui pèsent sur les libertés, du fait de l’islamisation. Elles annoncent une émission dédiée à Tommy Robinson sur Radio Chaton.

https://www.youtube.com/watch?v=YcvlWpU4E5Q

Puis c’est au tour de « Rebecca » de prendre la parole pour nous dire que Tommy Robinson n’a rien d’un activiste d’extrême droite et qu’il risque sa vie s’il reste en prison. Ajoutons que Tommy Robinson a déjà connu les prisons anglaises en 2012 et 2013 pour des motifs les plus futiles et qu’il a fait l’objet d’une tentative d’assassinat en prison par trois détenus musulmans, avec la complicité des autorités pénitentiaires. Voir à ce sujet l’article de Guy Sauvage de janvier 2016 :

https://ripostelaique.com/tommy-robinson-comment-ils-ont-voulu-me-tuer-en-prison.html

Plus récemment il a été menacé de mort par un migrant, alors qu’il faisait un reportage en Italie sur une « no-go-zone ».
Enfin « Eric » nous rappelle que des rassemblements de soutien à Tommy Robinson ont déjà eu lieu à Montpellier et à Bordeaux et que d’autres rassemblements doivent suivre afin de faire plier les pouvoirs publics britanniques.
Nos lecteurs pourront suivre le détail des principales interventions mises en ligne sur You Tube :

https://www.youtube.com/watch?v=HayDhmGdPxg&feature=youtu.be

Une soirée riche d’enseignements et pleine d’espérances !

Hector Poupon

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pierre Lesincère

Perfide Albion, peuplée aujourd’hui de cons passifs.

Rule Britania ?

Affligeant, perturbant, nauséabond…

dufaitrez

Même si nous sommes Solidaires, c’est aux Anglais de faire le boulot…
« Tirez les premiers »… Mais on en parle peu…

patphil

dire qu’aux siècles précédents le royaume uni était la patrie de la liberté d’expression

BALT

Je voudrais savoir s’il y a d’autres manifs de soutien à Tommy Robinson, prochainement.

limone

ce qui me parait important c’est d’organiser du covoiturage !

Claude

J’ose espérer que le directeur de la prison où est incarcéré Tommy Robinson a donné des instructions précises pour qu’à aucun moment la vie de ce détenu politique ne soit mise en danger.
Le mutisme des médias en dit long sur l’état de la liberté d’expression au RU et dans toute l’UE.
Je suis impatient d’écouter un proche de Tommy Robinson donner des nouvelles rassurantes de son ami.
Merci à RL, merci à celles et ceux qui refusent de l’abandonner à son triste sort.

MissBelgique

Si le directeur n’est pas musulman lui-même

le Franc

Edl, division juive anti islamique ?

Dupond

Il me semble bien que l’angleterre soit le berceau des FM auxquels doivent adherer tous les juges . Nous arrivons a un tournant de l’histoire de l’europe « ça passe ou ça casse » mais c’est tres proche !!! (protégez vous)