Il faut parler de tout, y compris de ce qui fâche !

À en croire certains, il ne faut surtout pas parler de ce qui fâche. Autrement dit, il ne faut pas parler des banlieues, des dealers, de l’insécurité, de l’immigration, des voitures incendiées, des cambriolages, des viols, de l’ensauvagement (1) de la France, de la colonisation, des races, des religions, des communautarismes, des écarts de salaires, des scandales financiers, des partis politiques – qui, par définition, ne peuvent s’entendre –, et notamment de l’extrême droite, « raciste« , « fasciste » et « xénophobe« … Bref, il ne faut parler de rien !

Mais parler de rien, c’est ne pas parler, et ne pas parler, c’est accepter l’inacceptable. Or, que peut être, en l’occurrence, l’inacceptable, sinon la dégradation de notre civilisation ?

Qu’un pays comme la France puisse accepter cela est incompréhensible, sauf si l’on sait que la gangrène engendrée par la lâcheté politique s’est étendue à tous les rouages de l’État comme à ceux de la Nation.

Oui, la France a plus que jamais besoin d’un sursaut salvateur, fait de courage et de lucidité ! Les Français ne veulent plus de discours : ils veulent des actes, et des actes responsables, c’est-à-dire capables d’assumer les conséquences qu’ils peuvent engendrer.

Il faut donc parler de tout, et d’abord de ce qui fâche, pour affronter au mieux ce qui nous menace dans notre essence même, et qui concerne, dès aujourd’hui, notre avenir de Français libres dans un pays sécurisé, car la sécurité est la première des libertés.

Maurice Vidal

  1. Chute dans la sauvagerie, c’est-à-dire dans le fait de vivre à l’écart des autres êtres humains et de la civilisation.

image_pdfimage_print

21 Commentaires

  1. Puisqu’on peut parler de tout parlons des décès dûs (…?) au…. non à la covid : ce soir lundi 19h on nous annonce 17 morts en 3 jours..
    6 par jour et on nous fait croire que nous allons tous mourrir dans d’atroces souffrances !
    Salauds.

    • Il suffit juste de ne pas faire parti du lot.
      Après l’épidémie repart. Le contester est imbécile.

  2. Moi ou j’habite on a la liberté et on laurra toujours car quoi qu’il arrive on luttera, on les attend, nous on est prêt, on attendra pas le gign pendant des heures, sûrement pas.

  3. Un pays ! Un peuple sans valeurs ! N’est plus respectable ! Ni en dedans du pays ni en dehors ! La masse populaire se disloque ! Nous devenons pénétrable pour et par divers moyens sans aucun plan pré-établi ! Le peuple français à qui il reste quelques valeurs, s’il ne réagit pas rapidement de façons plus qu’énergiques ! Devra se soumette et payer une dîme, alors il vivra en sous-hommes ! Le prix à payer pour retrouver notre doux pays France sera très lourd ! Je ne vois pas d’autres alternatives ! Vivre ensemble est une utopie ! Si le déclin s’accentue on parlera de la France comme on cite l’empire romain !
    Ou ! Comme la Grèce antique !

    • Oui,nous savons que les civilisations sont mortelles,mais je voudrais finir mes jours dans mon pays (celui de mes ancêtres)sans avoir à me repentir d’etre Français,d’avoir à subir des polémiques à n’en plus finir sur les droits des communautés,(je ne reconnais qu’une seule communauté,la communauté nationale) ,de voir mes droits de citoyen bafoués ,ma Liberte amputée,mon pays abime,laisse aux mains des mondialistes apatrides et des marchands.Car ma France est à la fois plus et mieux qu’un pays,c’est un savoir vivre,une culture riche,un art d’etre francais.Si je me trompe,laissez moi a mes illusions que j’emporterai dans la tombe.D’ici la,ne me faites pas chier,vous,les apatrides,les sans feu ni lieu,erratiques du mouvement perpétuel,faux monnayeurs,fabricants de fausses valeurs,et cætera.

  4. Voilà, c’est pas plus compliqué que ça, il nous faut délier les langues de bois en pulvérisant la « gangrène » ! … et comment la pulvériser si ce n’est en veautant bien ?
    Les « actes » tant souhaités suivront tout naturellement !

  5. Il faut se demander pourquoi on ne peut plus parler de rien. Bien-sûr parce que les gouvernements, depuis 40 ans, bien aidés en cela par des merdias à leur botte, ont interdit d’aborder certains sujets, mais peut-être aussi parce que les français eux-mêmes n’ont plus envie d’entendre parler de problèmes.

    Je crois que les français ne veulent pas des actes. Ils ne demandent et n’attendent plus rien. Ils veulent juste passer à travers les gouttes et continuer à mener leur misérable existence, qui ne tourne plus qu’autour des vacances, de la promenade du chien, du lavage de la voiture et de la garde des petits-enfants le week-end.

    De toute façon, des français dont on tue le gosse mais qui plaignent le meurtrier, ce n’est plus la peine d’en parler non plus.

    • Oui ça paraît dingue que des Blancs dont un membre de leur famille a été tué (par racisme anti-Blancs) par un délinquant d’origine maghrébine ou africaine, en arrive à plaindre le criminel (et/ou à ne pas faire le lien, à ne pas dénoncer cette politique immigrationniste qui a amené que leur proche a été tué) car il est de cette origine donc à devenir quasi indifférents à leur proche tué (on a l’impression que c’est leur poisson rouge qui a été tué) mais on est bien obligé de constater que quasi tous les Blancs dont un membre de leur famille a été tué par un délinquant de cette origine réagissent comme ça (et disent rejeter toute récupération politique alors que tous ces crimes sont le résultat de la politique immigrationniste et c’est le système qui leur interdit de dénoncer sa politique).

    • C’est dingue mais l’endoctrinement par la propagande à amener que nombre de Blancs n’ont plus rien d' »humain » (ils croient être « humains » car suivent une idéologie dont la propagande fait passer pour « humaniste » alors qu’elle pratique l’inversion des valeurs, ils réagissent uniquement selon ce que leur idéologie leur dicte), ce sont des endoctrinés qui suivent cette secte anti-Blancs au pouvoir qui a endoctriné par la propagande (sur des décennies et aujourd’hui, nous en arrivons à une propagande raciste anti-Blancs très ouverte) nombre de Français à l’échelle du pays, pour manipuler les Blancs, pour les amener à leur suicide/génocide.

  6. ensauvagement : terme novlangue gauchiasse destiné à minimiser ou à masquer le terme réaliste de criminalité, terme banni par la justice et les médias.

    • Tout à fait, c’est pour ça que je ne l’emploies jamais. Ce mot sert à minimiser les crimes commis par les délinquants/criminels d’origine maghrébine ou africaine. C’est de la criminalité, pas de l' »ensauvagement ».

  7. Pour que l’on parle aujourd’hui aussi largement de l’insécurité des français, il faut vraiment que le phénomène ait atteint un degré de gravité tel qu’on ne puisse plus espérer le dissimuler, ni par le pouvoir ni par les médias !

  8. Au sujet des personnes lobotomisés ! Un qui crie à tue tête « vous n’aurez pas haine » un autre dont les actes criminels par des terroristes, avance l’argument qui clos tout sujet concernant ces fous de Dieu leur ordonnant de mettre le pays qui les accueille à feu et à sang, répètent à l’envi ce sont des gestes du désespoir ! Si ! La bêtise n’a pas de bornes ! L’idiotie n’a pas de limite ! Ces naïfs sont le régale de nos gouvernants de précieux alliés que j’appelle les fossoyeurs de la France ! Ces individus bornés ont un pouvoir un seul ! C’est de nous mettre au désespoir !
    Je conseille à tous ces idéologues compassionnelles de lire les fables de Lafontaine !

    https://youtu.be/macgluPmDbk

    • Je soupçonne que leurs trop bons sentiments ou leur silence aient été achetés à prix d’or…Pas de vagues…

  9. La parole libère l’âme. La confession est l’une des techniques pour libérer la parole est soulager la pression avant même le divan.
    Les journalistes devraient passer par le confessionnal public pour expliquer pourquoi ils mentent, tergiversent, déforment, attendrissent l’un, durcissent l’autre, gesticulent et rampent, passent sous les chaises et les tables pour quelques miettes.
    Ils devraient enfin se libérer et enfin dire les choses, c’est à dire retrouver le quatrième pouvoir qui n’est pas de se coucher mais d’agir et toute liberté.

Les commentaires sont fermés.