Il faut rouvrir les bagnes, et y coller nos djihadistes « français »

Je comprends que le retour en France des djihadistes qui ont rejoint et combattu dans les rangs de l’État islamique pose problème à la majorité des hommes politiques et également à celle des citoyens français.

Plus de 286 déjà revenus en France, une douzaine lors d’un prochain arrivage, dans l’attente de quelques centaines d’autres au cours des prochains mois.

Pourquoi ne pas examiner cette situation, qui nous est imposée, avec lucidité et prendre les décisions qui s’imposent et qui satisferaient cette majorité ?

Je suis tout à fait favorable au retour vers la France de tous ces djihadistes, actuellement emprisonnés en Turquie, Syrie, Irak et chez les Kurdes, plutôt que de les laisser auprès de peuples qui, selon des changements de politique ou d’alliance, on le constate actuellement avec la Turquie, seraient susceptibles de les remettre en liberté et qu’ils puissent nous menacer de nouveau.

Première décision importante, nécessaire et logique : la déchéance de nationalité pour tous ces « Français » qui, par leur engagement dans les rangs de l’ennemi de la France, ont perdu le droit à la nationalité française.

Deuxième décision importante : qu’ils ne reviennent pas à l’intérieur des frontières métropolitaines de la France et cela pour diverses raisons : ils seront considérés comme des « héros » par toute la racaille emprisonnée et radicalisée et susciteront de nouvelles radicalisations dangereuses pour notre pays. Cela se produit déjà, depuis des années et actuellement, avec la promiscuité inévitable de prisonniers radicalisés et de jeunes délinquants de la même communauté.

Ensuite, les prisons françaises sont plus que surchargées et ne peuvent accueillir ces centaines de djihadistes, puisque les décisions ne sont jamais prises d’expulser les délinquants étrangers et binationaux dès leur remise en liberté.

La France est donc confrontée à cette situation nouvelle : ne pouvoir s’opposer au retour des centaines de djihadistes et ne pas souhaiter qu’ils se retrouvent en France métropolitaine, pour des raisons de sécurité bien évidentes.

Seule solution envisageable et réalisable dans les plus brefs délais : réhabiliter et rouvrir les bagnes de Saint-Laurent-du-Maroni.

Fermés à la fin de la dernière guerre (39/45), ils ont abrité les plus dangereux criminels que la France ait connus et cela par milliers.

Si ces bagnes ont pu accueillir ces milliers de criminels, si ces bagnes ont pu accueillir le capitaine Dreyfus, reconnu innocent, et Denis Seznec, qui ne l’était pas moins, et probablement d’autres innocents, des ecclésiastiques ou des ennemis de la Révolution française, pourquoi ne seraient-ils pas convenable d’y envoyer des djihadistes dont la culpabilité ne fait aucun doute ?

Ils y seraient « relégués » et purgeraient leurs condamnations, comme cela se passait avant la dernière guerre.

Bien entendu, ces bagnes seront auparavant rénovés, remis dans un état bien plus « accueillant » que ne l’était l’état dans lequel étaient détenus ces djihadistes (quand ils n’étaient pas exécutés) avant de nous être rendus !

J’ai eu l’occasion, dans ma jeunesse, d’interviewer justement, après son retour en 1946, après 16 années passées au bagne de Cayenne, un condamné à 30 années pour meurtre. Récit que j’avais fait parvenir, sur sa demande, à Albert Camus, qui l’avait réceptionné et m’avait communiqué sa critique : (Mon livre : « Un temps ce fut l’Algérie Française »)  

 » Faute de temps, je n’ai pu parcourir encore entièrement le récit de François Sierra.  De  belles  qualités  de  sincérité  et  une étonnante  mémoire, presque «  proustienne  », pour reconstituer un univers inconnu.  Des figures hautes en couleur.  Ton style, très « populiste », convient parfaitement à ce récit de ses souvenirs, qui a besoin, je crois, d’être encore travaillé afin de le rendre plus « coulé » et plus limpide, etc. Il faudra s’efforcer de faire comprendre, aux gens qui nous connaissent mal, la grande importance de l’honneur, du sens profond de la parole donnée, très développé, chez nous méditerranéens, jusqu’à un point qui dépasse souvent la normalité ».

Albert Camus confirme ce sens de l’honneur, chez les Méditerranéens (page 280 de son livre posthume « Le Premier Homme »)

Les conditions dans lesquelles seront détenus ces djihadistes n’auront rien de commun avec celles décrites dans mon récit, fort heureusement pour eux, bien qu’à mon humble avis ils les mériteraient.

Je suis persuadé que ces deux mesures importantes : déchéance de nationalité et relégation directe vers les bagnes de Saint-Laurent-du-Maroni (Cayenne), seraient majoritaires auprès des citoyens français.

Il serait souhaitable que des députés de tous les partis politiques, à l’exception bien entendu des communistes, de La France Insoumise et des « Verts », proposent cette solution à l’actuel président de la République et au gouvernement, même si une opposition probable des « Droits de l’homme » se manifesterait, alors que, dans le contexte actuel, ils sont totalement hors circuit !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

47 Commentaires

  1. Rouvrir les bagnes ? Mais ça nous coûterait « un pognon de dingue » !
    Plus simple et plus économique : puisqu’on ne peut pas les empêcher de rentrer, on les attend à l’aéroport, et à la descente d’avion on leur réserve le meilleur accueil, une balle dans la tête à chacun.

    • c est une très bonne idée , mais je préfère les foutres aux travaux forcés comme a Cayenne s ils refusent de bosser je suis favorable pour bastos entre les deux yeux.

  2. Les droits de l’homme se resume a quoi ? pas de tuer ,violer ect…/et de + ils ont quittés leur pays pour rejoindre le jhiade !!! alors ils méritent en retour d’être loin de toute civilisation ( car quant on est partit pour du sang on en est impréniè!
    La mort serait moins couteuse car il va falloir les nourrirent …….

  3. Chacun y pense bien sûr !
    Mais « Honni soit qui mal y pense » !
    Le Monde entier nous tombera dessus ! LES DROITS DE L’HOMME ! Bordel !
    De tuer, de violer, de tout le reste.

  4. pourquoi vouloir dépenser encore de l’argent pour ces traitres alors qu’il suffit d’un transport par navire à fond ouvrant

  5. Je préférerai les Iles Kerguelen, avec comme régime le travail forcé pour financer leur entretien, et ordre de tirer à balles réelles en cas de révolte ou d’évasion. L’idée de Cayenne pour se venger de la politique de Taubira me réjouirai à défaut.

    • Les iles Kerguelen seraient parfaite…..leurs faire casser des cailloux, masse, pioche, pelles et brouettes sur 2km afin d’y aménager une piste d’aviation joindrait l’utile à l’agréable en plus !…ca prendra le temps qu’il faudra mais c’est pas les « clients » qui vont manquer !

      • la Sibérie par exemple c est pas mal non plus , Mr Poutine est très sympa et plutôt arrangeant pour ce genre chose.

  6. Rouvrons les camps d’Aix-les-Mille, de Baume- La Rolande, du Pertus et regroupons-les avant de les envoyer travailler dans les mines d’or à Cayenne où ailleurs. S’inspirer des bagnes américains est la seule solution avant un »extrême préjudice »

  7. non manuel ! aux kerguélen, évasion difficile, grand air frais, calme propice à l’élévation mystique (sourire)

  8. Y coller les djihadistes et les collabos-gauchos islamos ainsi que les pro-migrants et leurs chefs : Mélenchon, Jadot, etc….

      • j ‘ en ai une également , l écartèlement au palan de dix tonnes une petite traction toutes les cinq minutes…. les bras au poteau et les pieds au palan pas belle la vie ?.

      • pour les collabos il faut être le plus dur possible et être comme eux et un cran au dessus donc pas de pitié je suis pour les camps de collabos pour des test en tous genres pires que tout …..article 75.

      • pas forcément , la pendaison et (hallah) mer pour les crabes et requins ou encore au paradis des 72 vierges , rien ne se perd rien crée tout se transforme (donc transformer n est pas un crime).

    • je vais être sympa pour une fois , et hop au paradis des 72 vierges …..en plus le voyage est gratos , la preuve jamais de réclamation .

    • évitons les journalistes sur place….sinon on lira tentative d’empoisonnement au lard sur des détenus.

  9. Non… Il faut les exécuter. Condamnés à être bouffés par les cochons.

  10. il y a quelques iles éparses dans le canal du mozambique (possessions françaises) qui pourraient les abriter en toute liberté pour eux de pêcher, de cultiver quelques légumes afin d’assurer leur subsistance

    • tout a fait d’accord et surtout pas de portable et tout ce qui va avec pas de bateaux non plus mais de l’autonomie et que cela ne nous coûte rien surtout

    • Parce qu’ils devraient pouvoir subsister ? Et leurs victimes, elles ont eu le droit de subsister, elles ?

      • non la mort tout simplement . j aime la simplicité faut pas chercher midi a quatorze heures enfin vous êtes compliqués.

  11. pourquoi engager des frais pour ces parasites nuisibles qui on renié la France, voir même l’on combattue, nous sommes en guerre et ce sont des traîtres, donc on leur applique le traitement approprié de plus ca fera des économies les balles coûtants moins cher qu’un long séjour aux frais du con tribuable. de plus ca a l’avantage de réduire drastiquement les risques de récidive…

  12. suite) après une bonne défense d’un avocat de leur communauté, ainsi que le jugement « impartial » de juges bien rouges (déjà aquis à leur cause) , se verront exceptionnellement condamnés à 3 à 5 ans de prison avec un sursis de la moitié de la peine (et qui sortiront pour bonne conduite au bout de 18 mois) bref dis-je aucun de ces tueurs barbares ne pourrira en prison.
    Tous iront rapidement grossir les rangs de nos ennemis , en France même, avec la complicité d’élus, de gouvernants, de fonctionnaires, de scribouillards, et de nantis vérolés jusqu’à la moelle .
    Il y a belle lurette que la justice a déserté la France.

  13. Il est plus que probable que ces djihadistes après une détention préventive aux frais de la princesse, soient pour un petit nombre passés devant une cour de justice qui faute de preuves suffisantes (des on-dit, absence de témoins etc) seront acquittés pour la plupart et relâchés dans la nature comme la majorité des autres qui ne pourront pas être jugés (aucune poursuite n’étant possible faute d’élément permettant de déterminer les chefs de poursuite : trop jeunes au moment du départ, révolte de jeunesse contre l’autorité, perte de repère de jeunes sans perspective , jeunes déclassés socialement abusés par des adultes sans scrupules qui leur ont fait miroiter un avenir prometteur dans la fraternité d’une même communauté religieuse, etc…);
    Bref, à part 2 ou 3 qui au grand maximum et

  14. Ils doivent etre jugés par ceux ou ils ont commis leurs crimes ….la justice française se croit infallible alors qu’elle est archie nulle et politisée . Ils ont commis un génocide dans des pays souverains qui n’ont pas demandé leur venue ,il me semble donc que par respect pour ces pauvres gens nous nous devons de les laisser les juger avec la sentance proportionnelle aux horreurs comises

    • C’était chose faite. Ces fumiers avaient été jugés et étaient incarcérés chez les Kurdes essentiellement, qui envisageaient en outre de les passer par les armes.
      Et alors on a eu droit, comme par hasard, aux cris d’orfraie des pays occidentaux démocrasseux et puis – tiens donc ! – à l’entrée de l’armée turque au Kurdistan (un hasard, ça aussi ?).

  15. Vous vous foutez du monde ?
    Il est établi que nous sommes en temps de guerre, tout français ayant porté les armes contre son pays doit passer à la trappe : rétablissement de l’article 75 du code pénal de 1939 ! Le reste est du trifouillage de braguette….

    • Pas du triffouillage de braguette. On peut dire les choses plus clairement et appeler un chat, un chat : du boulot de franc-maçon, humaniste, droit-de-l’hommiste, progressiste, démocrate. Du boulot de gauchiste.
      j’en ai peut-être oublié au passage mais comme ça, on sait de qui et de quoi on parle.

  16. y foutre ces saloperies de djihadistes et les meurtriers,violeurs récidivistes…enfin les 3/4 de ce qui se trouve dans nos prisons et qui sont tous issu de l’immigration et ensuite a la fin de leur peine les renvoyer chez eux.

Les commentaires sont fermés.