1

Il faut sauver le soldat « France » !

Je ne sais pas lire dans le marc de café, mais il y a quand même des choses faciles à prévoir : ce sont celles que les autorités officielles ne veulent surtout pas reconnaître, car il leur faudrait avouer s’être lourdement trompées.

Pourtant, depuis le coup de tonnerre du 7 janvier 2015, où Chérif et Saïd Kouachi assassinèrent les dessinateurs de Charlie Hebdo, l’orage gronde.

Mais cela n’a pas suffi – pas plus, d’ailleurs, que les attentats suivants – l’islam demeurant, malgré ses exactions, une religion « d’amour, de tolérance et de paix » !

Voilà qui montre à quel point il est urgent de prendre ses distances avec le discours officiel, surtout s’il s’appuie sur des rapports d’experts en science islamique !

Or, cette urgence est d’autant plus élevée que l’on connaît les effets délétères de l’islam : apprentissage du djihad ; peine de mort pour la femme adultère, les homosexuels, les apostats, et tant d’autres ; châtiments corporels, même pour les enfants ; appels au meurtre des « infidèles » ; inégalité des sexes ; haine de la démocratie et de la liberté ; bref, rejet de tout ce qui n’est pas musulman.

Il n’est donc plus nécessaire d’attendre davantage pour souligner l’ampleur du désastre à venir, ni pour prendre les mesures qui s’imposent : attendre serait déposer des fleurs supplémentaires sur le cercueil de la grande illusion qu’est l’intégration de l’islam aux lois de la République, le mot « intégration » étant lui-même une reculade face à l’islam, car il fut un temps où l’on parlait d’ « assimilation » et non d’« intégration ». Mais le mot « assimilation » est devenu « politiquement incorrect » !

D’où la présence sur notre sol d’un islam qui reste fidèle à lui-même et qui, de ce fait, refuse les lois de la République.

D’où la nécessité pour les Français qui entendent rester français d’exercer une pression sur les politiques afin d’éviter que le gouvernement ne perde la France en voulant sauver l’islam !

Maurice Vidal